AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2714479375
Éditeur : Belfond (15/03/2018)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.83/5 (sur 129 notes)
Résumé :
Pas évident d’échapper à sa famille, a fortiori quand cette dernière est en conflit permanent, avec une fâcheuse tendance à se mettre dans des situations compliquées. Alice Burns, elle, a choisi une solution radicale : mettre un océan entre elle et les siens et poursuivre ses études en Irlande.
D’abord déstabilisée par l’accueil quelque peu revêche des Dublinois, elle se surprend à apprécier une existence simple, plus sereine. Et sa rencontre avec Ciaran pour... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
Ptitgateau
  11 août 2018
Où l'on suit notre Alice dans son parcours parsemé d'embûches, Alice, indépendante, déterminée, et qui mène sa barque plutôt efficacement. Pour le bonheur du lecteur, elle continue ses études en Irlande, pays contrasté, magique et maléfique, magnifique et disgracieux, paisible et belliqueux. Douglas Kennedy communique parfaitement ce ressenti et avec notre héroïne, tantôt l'on respire en visitant le Connemara, tantôt on, étouffe en traversant Belfast ou en cherchant un logement dans quelques zones défavorisées de Dublin. Et l'on retrouve les thèmes et les sujets d'étude chers à l'auteur : critique de la société, mentalité des gens, habitudes.
Si le premier tome est parfois longuet, ce deuxième volume, malgré la difficile installation d'Alice dans ce pays qu'elle ne connaît pas, regorge d'action, de rencontres bonnes ou mauvaises, d'événements (nous sommes dans l'Irlande en guerre des années 70), de joies et de grande tristesse. Certains faits relatés par des connaissances de l'étudiante peuvent même s'avérer insoutenables.
Qui termine ce deuxième tome se jettera sur le troisième, c'est exactement ce qui m'est arrivé à une certaine heure de la nuit, on ne peut absolument pas rester sur cette fin surprenante et bouleversante, c'est tout ce que je peux dire !
Voilà, à présent je découvre le troisième tome, sans aucun doute celui de toutes les réponses aux questions qu'un lecteur peut se poser.

Lien : https://1001ptitgateau.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          630
Kittiwake
  21 juillet 2018
Pas de surprise avec ce deuxième opus; On retrouve Alice, cette fois à Dublin. Ambiance pintes et Guiness sur fond de guerre de religion. A propos de pinte, elle m'inquiète Alice, qui allume clope sur clope et picole sans modération…
Le choc culturel est important pour la jeune femme, mais elle a des resources pour s'adapter. Amitiés, amour, études constituent son lot quotidien et la routine aurait pu endormir le lecteur si Carly, l'étudiante disparue après un harcèlement à la fac, ne débarquait pas sans crier gare dans la vie et la chambre exiguë d'Alice! Rebondissements, nouvelles de la famille, tout recommence.
On éprouve le même plaisir de lecture que dans le premier tome (par conséquent si l'on a pas aimé le premier, il est fort probable que celui-ci produira le même ressenti).

Et l'auteur est assez adroit pour créer le manque en toute fin du volume : difficile de ne pas se plonger immédiatement dans le troisième.
Lien : http://kittylamouette.blogsp..
Commenter  J’apprécie          370
motspourmots
  27 avril 2018
"Toutes les familles sont des sociétés secrètes" étaient les premiers mots du premier volet de cette grande fresque et cette affirmation ne cessait d'être vérifiée au fur et à mesure que nous faisions connaissance avec la famille Burns. En partant à l'université, Alice pensait avoir mis suffisamment de distance entre elle et sa famille mais ceux qui ont lu ce premier tome savent que les choses sont bien plus compliquées... Nous avions laissé la jeune femme en train de boucler ses valises, nous la retrouvons à son arrivée à Dublin où elle s'apprête à passer une année à Trinity College.
Nous sommes en janvier 1975, en plein hiver et la première vision qu'Alice a de la ville est plutôt triste, humide et sombre. Une logeuse bigote et rigide, une nouvelle culture et des habitudes à appréhender... heureusement pour Alice, quelques bonnes rencontres, des figures chaleureuses se dressent sur sa route et surtout, elle est assez fine pour savoir les reconnaître et orienter son séjour de la meilleure des façons. Alice prend vite le pli des pintes de Guinness et apprend à apprécier le feu du whisky qui réchauffe autant que l'ambiance des pubs. Mais mettre un océan entre soi et sa famille ne garantit pas la tranquillité... Un fantôme surgit du passé, Peter (son frère aîné) rentre du Chili et la convoque à Paris, les activités de son père dans ce même pays où Adam, le benjamin de la fratrie l'a suivi restent toujours aussi mystérieuses. Quant aux relations avec sa mère, Alice préfère les gérer de très loin.
"En grandissant, nous prenons des décisions que nous n'aurions pas prises si nous n'étions pas asphyxiés par le sentiment d'être redevables envers nos parents, qui nous ont donné naissance, nous ont nourris, vêtus, éduqués... et qui attendent de nous d'être rétribués pour toutes ces années de sacrifice."
La toile tissée dans le premier volet s'enrichit et se complexifie. La grande fresque politique et sociétale commence à prendre de l'épaisseur. En s'installant à Dublin, Alice a désormais un point de comparaison extérieur avec l'Amérique, elle découvre le monde, enrichit son expérience et porte un regard plus circonspect sur ses congénères. La politique est omniprésente avec la ligne frontière entre les deux Irlande et la menace permanente qui plane dans l'esprit des citoyens quand l'actualité est rythmée par les explosions et autres faits d'armes de l'Ira. Les échos du Watergate et des affrontements entre pro et anti Pinochet en Amérique du sud complètent le décor. Les descriptions de Dublin sont captivantes tout comme l'étude des différences comportementales entre New-yorkais et Dublinois. le parti pris de Douglas Kennedy est intéressant, remonter aux sources, dans le pays qui a fourni une bonne partie de la population de New York... Il nous offre des commentaires et des analyses très fines, certainement puisées dans sa propre expérience. L'opportunité pour Alice d'en explorer aussi la littérature et de poser les jalons de son futur métier d'éditrice.
J'avais trouvé le premier volet très agréable, j'ai carrément dévoré celui-ci qui prend une tout autre dimension avec toujours au centre la question de ce que l'on fait ou pas de sa vie. Hasards ou opportunités ? Ce qui nous arrive est-il écrit ou sommes-nous maîtres de nos destins ? Soumis à des pressions familiales, influencés par un contexte politique, contraints par des injonctions sociétales, comment pouvons-nous nous exprimer, nous réaliser ?
Surtout, ce que j'avais commencé à entrevoir dans le tome précédent se confirme : la sincérité qui sous-tend l'ensemble du propos indique clairement à quel point l'auteur porte ce livre en lui depuis certainement de nombreuses années. Au point que je ne serais pas étonnée de l'entendre un jour déclarer : "Alice Burns... c'est moi !"
En attendant, le bougre a bien réussi son coup, avec cette fin d'épisode dramatique... il me faut la suite, et vite !
Lien : http://www.motspourmots.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Kathleene
  04 mai 2018
J'étais restée sur une note sceptique à la lecture du premier tome de ce dernier livre de Douglas Kennedy. Il y manquait pour moi cette impulsion qui vous entraîne dans le tourbillon de l'histoire. Par curiosité je me suis quand même lancée dans la lecture du deuxième tome, et bien m'en a pris. Je me suis transportée dans la vie d'Alice qui avait pris la décision de traverser l'Atlantique, afin de mettre de la distance entre elle et son vécu qui ne lui laissait qu'une note triste et amère.
« Fuir est un moyen comme un autre d'affronter les choses quand on sait qu'on ne peut pas gagner ».
1975. Dublin,Trinity college. Nous sommes à l'époque de l'Ira, climat de terrorisme et de pressions politiques.
J'ai suivi les traces d'Alice dans ce monde chamboulé par des conflits et des explosions qui à l'époque ont fait terriblement de dégâts, tant humains qu'économiques. Je l'ai suivie dans son nouveau monde universitaire à la conquête de sa future vie. J'ai ressenti ses blessures quand elle a découvert certaines réalités concernant sa famille, mettant ainsi à jour des évènements, à l'époque incompris, et qui lui donne ainsi la possibilité de lever le voile sur les agissements de son père exilé au Chili, au moment du renversement d'Allende par le coup d'état de Pinochet . Je me suis mise à rêver avec elle quand enfin elle a senti poindre ce semblant de stabilité qui lui permettrait de donner le tournant qu'elle attendait pour sa nouvelle vie.
Au croisement des rencontres que l'Irlande a pu lui offrir, de l'éloignement des USA en plein Watergate, de la distance qu'elle a réussi à instaurer entre sa mère et elle, et malgré l'arrivée improbable de son passé dans sa nouvelle vie, Alice peut se plonger dans ses études qui lui donne enfin la possibilité d'être elle-même, de pouvoir faire ses choix librement ... ou pas. Car finalement quand est-il du hasard qui vous plonge dans des situations inextricables où le seul choix qui vous reste ne vient pas de votre volonté, mais de votre instinct de survie ? Ou tout simplement parce que, quelles que soient les conditions et les évènements vécus, le choix se présente toujours à vous. Certes, celui-ci peut être compliqué, inenvisageable, mais il n'en demeure pas moins qu'il existe.
Il y a une telle sincérité dans ses mots, une telle profondeur dans la description des sentiments ressentis par Alice, qu'on peut être en droit de se demander jusqu'à quel point cette histoire n'est qu'une fiction. Ce deuxième tome m'a profondément donné envie de me replonger le plus rapidement possible dans le monde d'Alice, afin d'y découvrir la trajectoire de vie qui sera la sienne
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
elleaimelire
  14 septembre 2018
J'avais beaucoup aimé le livre 1 de cette saga (mon avis ici) que j'avais lu en tout début d'année. J'avais ensuite acheté le deuxième volet lors du salon Livres Paris. Je garde un très beau souvenir de ma rencontre avec Douglas Kennedy. D'ailleurs, Douglas,  si vous me lisez (on peut toujours rêver n'est-ce pas ?), je suis celle qui était la dernière... Et le temps a passé, j'ai lu plein d'autres choses. Non mais vraiment, quelle idée d'avoir attendu aussi longtemps !
Dans ce deuxième tome, on retrouve Alice qui part faire ses études à Dublin. On plonge d'emblée dans l'Irlande des années 1970. On s'imagine dans ce décor, cette ambiance si bien posés par Douglas Kennedy. Alice au caractère si déterminé continue d'évoluer, et c'est vraiment un plaisir de la suivre. En traversant l'Atlantique, elle se détache de l'emprise de sa famille, elle prend véritablement son envol.
"On se plaint tous de nos chaînes, mais c'est nous qui les forgeons."
Ses diverses rencontres avec des personnes toutes aussi différentes les unes que les autres, lui font prendre de nouveaux repères. C'est l'occasion aussi de nouvelles amitiés, et d'en apprendre plus sur elle-même. Ce deuxième volet est également l'occasion pour Alice de retrouver certaines personnes... Et pas forcément pour le meilleur !
"La merde familiale est la pire sorte de merde qui soit."
Le premier volet était plus lent, plus axé sur le contexte géo-politique de l'époque, il posait le cadre de cette grande fresque. A l'inverse, ce deuxième tome est plus "vivant", plus dynamique. le rythme est plus soutenu, il se passe beaucoup plus de choses. Des petits détails ajoutent de l'originalité au récit, et dans ce sens, je pense notamment au système de chauffage local : il faut mettre quelques pièces dans l'appareil pour qu'il chauffe. C'est le même principe dans la salle de bain pour l'eau chaude. Très intéressant ! Douglas Kennedy accroche notre attention à chaque page, on a vraiment l'impression d'accompagner Alice dans sa découverte de Dublin et de l'Irlande. Tous les aspects de l'Irlande des années 1970 sont explorés par Douglas Kennedy : le contexte politique, la culture (théâtre, littérature, musique...), la situation économique...
"Dublin est bourré de gens qui "y pensent". Ils passent leurs journées assis dans des pubs, à parler de leurs romans qu'ils finiront un jour, c'est sûr... Mais toi, tu es jeune. Tu n'as pas encore vécu assez pour écrire quoi que ce soit de bon."
Et surtout, à la lecture de ce deuxième opus, on comprend mieux le début du tome 1. On se met à la place d'Alice. Son besoin d'éloignement des siens est une évidence. Sa famille est toxique, l'auteur nous en dévoile les secrets au fil du récit. On ne peut donc que s'attacher au personnage d'Alice et la soutenir dans ses choix. Sa rencontre avec Ciaran m'a fait vibrée. Leur amour si évident est tellement beau, la famille de Ciaran si accueillante, j'ai ressenti une grande joie pour Alice. Sa nouvelle vie lui colle à la peau.
"Je sais une chose : c'est toi qui choisis ce que tu veux faire de ta vie."
Si vous n'avez pas encore lu cette saga je vous la conseille vivement. C'est une fresque tellement passionnante ! Quant à moi, je vais me dépêcher de me procurer le tome 3 : le tome 2 se terminant sur un drame, il faut que je sache !
"Le monde a de nouveau viré au noir."

Lien : https://ellemlireblog.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
alainmartinezalainmartinez   05 juin 2018
« À seize ans, tu ne te rends pas compte à quelle vitesse la vie va te filer entre les doigts. Chaque année qui passe te paraîtra plus courte, et tu finiras par redouter le calendrier et la notion même de temps. Crois-moi, quand j’avais ton âge, je trouvais les années longues : entre la rentrée et le début de l’été suivant, c’était comme une éternité. Maintenant, je cligne des yeux en septembre, et voilà qu’on est en juin. Partout, depuis toujours, tous ceux qui ont vécu se sont posé la même question : comment le temps peut-il passer si vite ? »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
alainmartinezalainmartinez   05 juin 2018
En grandissant, nous prenons des décisions que nous n’aurions pas prises si nous n’étions pas asphyxiés par le sentiment d’être redevables envers nos parents, qui nous ont donné naissance, nous ont nourris, vêtus, éduqués… et qui attendent de nous d’être rétribués pour toutes ces années de sacrifice.
Commenter  J’apprécie          70
paulotletpaulotlet   01 janvier 2019
J'ai compris ce jour-là que, lorsque j'aurais terminé mes deux années à Trinity, une fois mon diplôme en poche, je repenserais avec émotion au temps passé en Irlande tout en remerciant la providence de ne pas être obligée d'y bâtir ma vie.
Commenter  J’apprécie          30
paulotletpaulotlet   31 décembre 2018
C'était donc ça, la vie d'adulte? En grandissant, nous prenons des décisions que nous n'aurions pas prises si nous n'étions pas asphyxiés par le sentiment d'être redevables envers nos parents, qui nous ont donné naissance, nous ont nourris, vêtus, éduqués... et qui attendent de nous d'être rétribués pour toutes ces années de sacrifice.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   15 avril 2018
« Il n’y a pas de mal à s’enfuir quand on est confronté à une grande peine. Je regrette de ne pas l’avoir fait quand j’en avais l’occasion. Les peines de cœur ne font que s’aggraver quand on reste cloué à l’endroit où elles ont eu lieu. J’admire le courage qu’il t’a fallu pour prendre la clé des champs, comme on dit. »
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Douglas Kennedy (71) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Douglas Kennedy
Extrait de "La Symphonie du hasard 3" de Douglas Kennedy lu par Ingrid Donnadieu. Editions Audiolib. Parution le 17 avril 2019.
Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/la-symphonie-du-hasard-3-9782367625799
autres livres classés : irlandeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr


Lecteurs (275) Voir plus




Quiz Voir plus

Douglas Kennedy

En quelle année parait son premier roman Cul de Sac (parfois titré Piège nuptial)?

1973
1987
1994
2003

10 questions
181 lecteurs ont répondu
Thème : Douglas KennedyCréer un quiz sur ce livre
.. ..