AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2742799419
Éditeur : Actes Sud (05/10/2011)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.57/5 (sur 341 notes)
Résumé :
Une jeune femme est retrouvée morte à bord d un bateau dérivant dans l'archipel de Stockholm. Ses poumons sont remplis d'eau de mer, pourtant il n y a pas une seule goutte d'eau sur ses vêtements. La sœur de la victime, une célèbre militante pour la paix, est quant à elle poursuivie par un tueur implacable. Le même jour, un corps est découvert pendu à une corde à linge dans un appartement à Stockholm. Il s'agit de Carl Palmcrona, le directeur général de l'Inspection... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (53) Voir plus Ajouter une critique
Sylviegeo
  17 décembre 2019
Il y avait déjà un petit bout de temps que je n'avais vécu une aventure avec Joona Linna, super flic finlandais de la criminelle de Stockholm. Et pour celle-ci, alors disons que je suis restée sur ma faim. Je crois qu'une certaine lassitude m'a habitée tout au long de cette lecture. Une impression de oui c'est pareil qu'avant, rien ne change. Joona qui carbure aux intuitions pour son enquête, Saga Bauer, flic elle aussi, mais une flic elfe ou princesse , boxeuse de haut niveau, frustrée professionnellement et leur entourage. Ces gens avec un lourd passé, passé un brin occulté dans cet opus. Magouille de trafic d'armes, complot international, cupidité de fonctionnaires, génocide, musique et surtout violons, bref un peu trop de tout et une finale en bateau...hum que dire sauf que oui on nous mène en bateau! Donc, outre le fait que les auteurs nous ouvrent une porte pour une autre aventure de super flic Linna, rien d'autre à signaler .
Commenter  J’apprécie          520
Mahpee
  24 novembre 2014
Les éditions Actes Sud avec leur désormais célèbre couverture noire bordée de rouge et cela depuis le succès de la trilogie de Millénium, attirent l'oeil du lecteur en quête de romans noirs de qualité venus du froid. Hélas, « le pacte » de Lars Kepler déroge à la règle. Si le début met le lecteur rapidement dans l'action, il est vite perdu dans une histoire embrouillée où viennent se mêler trafiquants d'armes, complots politico-commerciaux et dictature africaine dans une intrigue tirée par les cheveux. Ce livre est décevant, on pense y trouver du suspense, une histoire solide avec du fond mais tout n'est que superficialité, j'ai d'ailleurs eu quelques difficultés a trouvé une citation originale, ce qui n'est jamais le cas dans un livre de qualité. On se noie dans une multitude de noms, d'endroits, de sigles, d'abréviations peu nécessaires à l'intrigue sauf pour qui voudrait rédiger un mémoire politique sur l'état suédois et son action en matière de politique internationale. L'auteur donne l'impression d'avoir fait du remplissage avec de la documentation, des noms improbables de services et de lieux que l'on ne mémorise pas et qui n'apporte rien au roman. Bref un livre qui ne fera certainement pas date. Il existe bien une littérature nordique de qualité qui a trouvé son lectorat en France mais ce succès ne doit pas se transformer en manne commerciale qui pourrait rapidement détourner les lecteurs que nous sommes des écrivains scandinaves.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          181
lozere
  15 février 2012
Le Pacte est un peu au roman policier scandinave ce que la fiction de prestige est à la télévision française : ce n'est pas bien, ce n'est pas nul, ça met en oeuvre beaucoup de moyens, mais au début, au milieu et à la fin, une vague impression de déjà-lu et de lassitude est bien là.
Peut-être aurait-il mieux valu faire tout de suite faire un blockbuster et prévoir ses trois suites, parce que ce livre semble avoir été fait pour l'adaptation, avec une surenchère d'effets spéciaux, une multitude de thématiques, le tout en un temps record, sauf le nôtre, 500 pages c'est long.
Pêle-mêle on trouve : chantage, suicide, morts violentes, hélicos, chute d'hélico, tueur à gages (avec don d'ubiquité), corruption d'Etat, photo meurtrière, soupçon de pédophilie, grand banditisme international, guerres civiles sur plusieurs continents, vendeurs d'armes vs ONG, des stradivarius, le schéma détaillé des polices suédoises, traque d'île en île, présentateur télé taré, des peoples, insomnie, fusil à vision de nuit, bombes, grenades, incendies, schizophrène, mélomanes(à coire que toute la Suède écoute radio classique toute la journée), mère éplorée...
Au-delà de l'intrigue qui part dans tous les sens, mais qu'on voit quand même venir de loin, les personnages semblent sans relief et leur interaction inexistante (le tueur à gages plutôt intéressant est expédié, les héros ne sont que des héros, le méchant est grand-guignolesque, les victimes on s'en fout), on est un peu au degré zéro du personnage.
L'écriture elle aussi n'est pas très bonne, avec des passages qui ressemblent à un copié collé de documentation sur telle loi, tel service de police, tel type d'arme, ou encore des passages descriptifs sur le mode un nom un adjectif : la porte vernie qui s'ouvre l'homme bronzé qui habite la maison en briques.
Par l'intrigue techno-politique, ça ressemble à Millenium, mais c'est plutôt un des ersatz qui se fait dans son sillage, comme une recette qu'on aurait appliquer parce qu'elle se vend bien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
dancingbrave
  05 octobre 2013
Ca m'a fait drôle ! Il se trouve que j'ai lu ce roman en audio livre, emprunté au pif à la médiathèque sans faire attention au nom de l'auteur ni au thème. Seule la durée m'importait !!! Comme quoi certains lecteurs ont de bizarres critères de choix.
Imaginez ma surprise lorsque j'ai commencé à entendre les noms de certains personnages à consonance scandinave et surtout les noms des rues, des villes, des quartiers. Je me suis trouvé alors plongé directement dans l'univers de Millénium.
Et là je dois dire que j'avais vraiment beaucoup aimé ces romans de Stieg Larsson, ce qui fait que je me suis obscurci le jugement avec pas mal d'a priori(s).
Mais finalement le roman des Lars Kepler en est sorti très honorablement dans ma jauge personnelle. L'univers, peut-être moins psychologique, n'en est pas moins prenant. L'ampleur de l‘intrigue augmente à pas feutrés pour devenir très intense et on veux savoir enfin de quoi il retourne.
A la fin les « thrill » nous font parfois dresser les poils des bras ; et c'est très bien.
Un petit bémol cependant sur la fin un peu faible du genre où tout est bien qui finit bien : les dizaines de morts sont des anonymes ; ceux qui nous tiennent à coeur sont sauvés .

Bien sur comme j'avais choisi ce roman sur un critère des plus obscures, je ne savais pas qui était Lars Kepler, mais en lecteur chevronné de policiers j'avais bien senti quelques ruptures étranges dans le fil du roman ou le niveau tensionnel. Aidé par mes inspecteurs du web j'ai compris (bon sang mais c'est bien sûr !) Lars a quatre mains.
Alors là je dis « chapeau !» car le rendu global est vraiment celui d'un bon thriller homogène et original dans un contexte culturel pas des plus faciles : un peu comme si Lars était le fils de….Stieg et devait supporter la comparaison
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
christinebeausson
  22 décembre 2014
Le POUR et le CONTRE
Un couple d'auteur attachant, l'image qu'ils donnent d'eux mêmes, le regard d'Alexander qui couve Alexandra, ce petit sourire coquin, émouvant,... La pétulance d'Alexandra, petite branche énergique, prête à sourire, à rire.
Mais,
Un auteur à quatre mains, avec parfois des reformulations pas vraiment indispensables, plutôt maladroites.
Une intrigue qui nous présente des personnages très attachants, fouillés avec un passé lourd, que l'on devine si fragiles ....
Mais,
Nous resterons sur notre faim pour beaucoup d'entre eux, que vont devenir ces seconds rôles, il est regrettable qu'ils s'éteignent dans un coin de notre mémoire,
Et
Joona, ce policier d'origine finlandaise exerçant son métier en Suède, dont le sixième sens, l'intuition disent ils, est plutôt impressionnante, pas vraiment crédible, quel dommage !
Une découverte, je croyais que la Chine-Afrique avait remplacé la France-Afrique, je n'imaginais pas cette Suède-Afrique qui nous est décrite dans ces pages, finalement pour le continent africain il suffit de parler de spoliation, spoliation des terres, spoliation des ressources, .... La mondialisation du profit se cache toujours derrière tout ça ....
Mais,
Cette dénonciation est certes faite mais reste tout de même un peu anecdotique, les massacres de population sont imagés par des petites figurines en terre, les meurtres s'enchaînent mais tout cela semble inéluctable, ne pouvons nous réagir que pour dénoncer les scandales les uns après les autres ? Est ce que cela suffit ?
Le pacte, un très beau titre, une très belle idée, le pacte, l'idée d'associer nos voeux les plus chers et nos cauchemars.
Et là je ne vois pas de Mais !
Alors,
Curiosité, c'est violent, très violent, violence des images, violences des mots, des idées, ....
Curiosité, c'est compliqué, beaucoup de personnages dont les actions s'emmêlent et s'enchaînent à un rythme effréné,....
Pour ma part, l'aventure continuera avec Joona !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
AproposdelivresAproposdelivres   03 octobre 2014
Quand, par une nuit claire, un large bateau de plaisance est retrouvé à la dérive dans le pertuis de Jungfrufjärden, au sud de l’archipel de Stockholm, c’est le calme plat. L’eau bleu-gris s’abandonne à des mouvements doux comme la brume.

Le vieux qui approche dans sa barque appelle à plusieurs reprises mais il se doute qu’il n’obtiendra pas de réponse. Cela fait presque une heure qu’il observe le bateau à moteur dériver lentement vers le large sous l’effet du courant.

L’homme manœuvre son embarcation et vient l’accoler au yacht. Il remonte les rames, s’amarre à la plate-forme située à l’arrière du bateau, grimpe à l’échelle en inox et enjambe le bastingage. Un transat rose trône au milieu du pont arrière. Le vieux attend un petit moment et tend l’oreille. N’entendant pas le moindre bruit, il ouvre la porte vitrée et descend un petit escalier menant au salon. Au travers des grandes fenêtres, une lueur grise tombe sur les meubles en teck verni et le tissu bleu nuit des canapés. Il avance dans le prolongement des marches au lambris éclatant, passe devant la kitchenette obscure, la salle de bains et pénètre dans la grande cabine. Une faible lumière s’infiltre par les hublots situés près du plafond, éclairant un lit double en forme de flèche. Près de la tête de la couchette, une jeune femme vêtue d’une veste en jean est appuyée contre le mur, en position assise, les cuisses écartées. Sa main repose sur un coussin rose. Elle regarde le vieil homme droit dans les yeux avec un mélange d’étonnement et d’inquiétude. Il lui faut un moment pour comprendre que la femme est morte.

Une pince en forme d’oiseau blanc retient ses longs cheveux noirs. Une colombe de la paix. Quand le vieux s’approche et touche sa joue, sa tête bascule en avant, un filet d’eau s’échappe de la commissure de ses lèvres et coule le long de son menton.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MahpeeMahpee   24 novembre 2014
Pénélope et Björn ignorent combien de temps ils sont restés cachés sans faire un bruit dans la creux du rocher. La première nuit, ils s’étaient tapis dans l’ombre, sous le tronc d’un pin renversé.
Ils n’avaient plus la force de fuir. Exténués, ils s’étaient relayés pour dormir et monter la garde.
Jusqu’alors le tueur avait anticipé leurs moindres réactions, réactions, mais depuis un moment déjà, ils ne ressentaient plus sa présence. Il semblait étrangement absent et l’effrayante sensation d’une ombre glaciale dans leur dos avait disparu lorsqu’ils avaient quitté la route menant aux premières maisons. Contre toute attente, ils avaient décidé de pénétrer dans la forêt pour s’éloigner des habitations.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MissSherlockMissSherlock   19 août 2012
Pendant qu'elle cout aux côtés de Björn, sa peur fait ressurgir en elle un souvenir inopiné, celui d'un moment où elle avait été aussi terrorisée que maintenant. Des images de l'époque du Darfour refont surface. Dans les yeux des gens, elle pouvait voir la différence entre ceux qui avaient été traumatisés, qui n'en pouvaient plus, et ceux qui luttaient encore et refusaient d'abandonner. Elle n'oubliera jamais les enfants qui étaient venus une nuit à Kubblum avec un révolver chargé.

Elle n'oubliera jamais la peur qu'elle a éprouvée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MissSherlockMissSherlock   19 août 2012
- Je veille à rappeler ce regret lorsqu'il est temps de signer un contrat, poursuit Raphael avec un sourire sans joie. Je réunis les parties concernées, nous écoutons de la musique, ce son triste et ensuite nous concluons un pacte en misant sur nos vœux et nos cauchemars... c'est ça, un contrat Paganini.
- Je vois.
- Vraiment ? Il n'est pas possible de le résilier, même par sa propre mort. Car celui qui rompt les accords ou se donne la mort doit savoir que son pire cauchemar se réalisera.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
christinebeaussonchristinebeausson   18 décembre 2014
.... Joona qui déconnecte l'ordinateur, le prend sous le bras et se dirige vers la sortie.
L'homme devant sa tasse de café le regarde d'un air abasourdi puis tente de lui barrer la route.
- L'ordinateur ne doit pas quitter ...
- Il est en état d'arrestation, dit Joona d'une voix aimable.
- Oui, mais il est soupçonné de quoi ?
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Lars Kepler (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lars Kepler
Lars Kepler - Incurables
Rencontre avec Lars Kepler. "Incurables" aux éditions Actes Sud http://www.mollat.com/livres/kepler-l... "Le marchand de sable" aux éditions Actes Sud http://www.mollat.com/livres/kepler-l... Notes de Musique : “Polar Icecaps” (by Dennis Hermanson/Richard Skidmore). Free Music Archives.
autres livres classés : trafic d'armesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1794 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..