AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2012039065
Éditeur : Hachette (06/01/2016)

Note moyenne : 3.91/5 (sur 57 notes)
Résumé :
Bianca n’est peut-être pas la fille la plus jolie, ni la plus populaire du lycée mais elle a d’autres atouts : deux meilleures copines, un esprit mordant et beaucoup de second degré.
Elle est aussi bien trop maligne pour tomber sous le charme du sexy Wesley, coureur de jupons invétéré et son ennemi juré depuis qu’il la surnomme la D.U.F.F (Dodue, Utile et Franchement Fade).
Jusqu’au jour où elle commence à se demander si ses vraies ennemies ne seraient... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (36) Voir plus Ajouter une critique
florencem
  14 mars 2017
The Duff et moi, nous ne sommes pas parti d'un bon pied. Franchement, pendant un bon tiers du tome, je me suis dit que j'allais mettre une note de une étoile sur cinq. J'ai vu le film il y a un petit moment et j'avais beaucoup aimé. Oui, les comédies romantiques sont l'un de mes péchés mignons (shoot me !). Et comme souvent, j'avais envie de découvrir le livre derrière l'adaptation cinématographique… Il y a de très nombreuses choses qui changent entre les deux, et autant certaines m'ont plu, autant d'autres m'ont passablement déçue.
L'histoire en elle-même est sur l'acceptation de soi, sur les étiquettes que l'on peut nous affubler, celles qu'on se crée… Bianca, notre héroïne, se voit affubler par le tombeur du lycée de l'étiquette DUFF : dodue utile et franchement fade ou Designated Ugly Fat Friend en anglais. En clair, l'ami(e) qui dans un groupe est le plus approchable, le moins tout. Un faire valoir. Bianca a du mal à encaisser ce qui est normal, franchement. Elle est pourtant cynique à souhait, avec un caractère bien trempé, intelligente et forte. Mais voilà, même avec ses qualités, nous sommes humains et certaines choses nous blessent.
Je vais d'abord parler des choses qui ne fâchent pas. J'ai trouvé l'évolution de Bianca plutôt intéressante. Je n'irais pas jusqu'à dire qu'elle accepte d'être une DUFF, mais elle relativise certaines choses au fur et à mesure, et elle arrive à passer outre, se rendant compte que ces étiquettes que l'on met souvent, sont une façon de dévaloriser la personne et de se sentir mieux, moins minable. de ce côté-là, il y a un très bon traitement de la trame. Les problèmes de familles qu'ont les personnages sont aussi très intéressants. Réalistes et j'ai vraiment apprécié la tournure qu'ils prennent.
Bianca est un personnage très sympathique à suivre. Très moderne en un sens, assez décomplexée, qui a du mordant. Elle grandit énormément et en un sens elle s'apaise. Wesley est aussi un personnage que j'ai bien aimé. Il ne se dévoile pas beaucoup, ce qui est un peu dommage, mais du peu qu'on en découvre, je l'ai trouvé adorable. Casey s'améliore au fur et à mesure tout comme Jessica, les deux meilleures amies de Bianca. Mais, il y a un gros mais, il y a certes choses qui m'ont fait hérisser le poil.
Déjà le rapport au sexe. Je ne suis pas certaine que The Duff envoie un bon message. Il y a certes de la décomplexion que je trouve super importante à notre époque. Si nous communiquions plus ouvertement à ce propos avec les jeunes générations, il y aurait certainement moins de drames, d'angoisses… Mais voilà, l'auteur pour moi va un chouia trop loin. Là aussi où j'avoue que j'ai eu du mal, c'est avec les personnages de Casey et Jessica, surtout cette dernière. Je veux dire qu'à de très nombreuses reprises on vole à raz les pâquerettes ! Elle est adorable, d'accord, et certaines fois, il y a cette étincelle, mais la plupart du temps, elle passe pour une idiote… Casey a aussi souvent ce côté futile qui ne me parle pas le moins du monde. Je comprends totalement que pour le film, ces détails ont changé. Après, certes, l'amitié des trois filles est choupinou mais j'aurais aimé avoir des personnages moins superficiels.
En fait, ce côté superficiel est aussi présent au niveau de l'histoire. Je sais que c'est une comédie avant tout, avec un côté par prise au sérieux, mais je ne sais, il y avait des sujets si intéressants, une romance super sympathique et qui changeait un peu, mais on reste à la surface. Il y a aussi une acceptation des choses très rapide.
Bref une déception même si certains moments sont plutôt sympathiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Ninis47
  25 février 2016
Je dois avouer que j'avais repéré ce roman grâce aux blogueuses qui lisent en VO. Quand j'ai appris qu'il sortait enfin en VF, j'étais ravie! Et je suis contente d'avoir suivi mon instinct car j'ai passé un très très bon moment avec ce livre.
A première vue, à la lecture du résumé, on se dit que ça va être un livre drôle, léger, et c'est vrai qu'il l'est. Mais j'ai trouvé qu'il y avait tellement plus derrière.
Bianca est une jeune fille de 17 ans. Elle va au lycée, elle est assez intelligente. Elle a deux meilleures amies qui la trainent un peu partout, bref je dirai qu'elle est normale et banale! Ni la plus jolie, ni la plus moche, ni la paria, ni la plus populaire... Au lycée, elle ne supporte absolument pas le beau gosse qui couche avec tout le monde, Wesley Rush. Un soir, au cours d'une soirée, Wesley souhaite qu'elle lui présente ses amies, et il la qualifie de DUFF (Dodue Utile Franchement Fade ou en VO Designated Ugly Fat Friend, oui le terme VO est mieux...!). C'est à dire, celle qui est moins jolie que ses amies, qui les rend donc encore plus belles... A partir de là, elle va se mettre à la haïr encore plus, tout en se demandant si il n'aurait pas raison... Pour ne rien arranger, une de leurs profs les met en binôme sur un exposé, au grand dam de Bianca...
Alors je reconnais que comme ça, mon résumé parait (est) décousu...! Mais ce livre n'est pas très évident à résumer...
Bianca est une jeune fille à laquelle je me suis beaucoup attachée, peut être me suis je même reconnu un peu en elle à l'adolescence... Elle mène une vie normale,elle hait Wesley, mais un jour qu'elle a passé un très mauvaise journée, elle va l'embrasser, sans trop savoir pourquoi, juste pour se vider la tête, se divertir, penser à autre chose... Car elle a beau avoir 2 supers meilleures amies, elle a du mal à se confier sur certaines choses qui se passent dans sa vie, elle est assez renfermé, même si elle semble être très forte. Wesley lui permet de s'échapper de tout ça, même si il est très clair qu'elle le déteste...!
Et je dois reconnaître qu'elle a raison! Au début du roman, il a tendance à être imbuvable! Il est arrogant, sûr de lui, toutes les filles sont assez pied, comme il le dit très bien lui même Wesley ne court pas après les filles, ceux sont elles qui lui courent après... ça vous donne une idée du personnage! Et pourtant, au contact de Bianca, au fil des pages, on le sent évoluer, changer, même si Bianca refuse de le voir...
Je n'ai pas vraiment envie de vous en dire plus car je ne voudrais pas trop en dire et vous spoiler, ce serait dommage! Sachez juste que ce livre est un vrai page turner, l'écriture de l'auteure est vraiment très agréable à lire. Elle donne beaucoup de rythme à son roman, on s'attache à Bianca et on a envie d'en savoir toujours plus. L'histoire cache bien plus qu'une relation adolescente entre l'amour et la haine. Les problèmes que doit affronter Bianca sont vraiment réaliste, on a d'autant plus d'empathie pour elle. Un Young Adult vraiment bon, comme je n'en ai pas lu depuis longtemps. Si vous cherchez une lecture légère mais qui cache également plus que ça, je vous conseille grandement ce livre!!
ça ne sera pas un coup de coeur car il m'a manquait ce petit je ne sais quoi, cette petite étincelle qui fait qu'un excellent roman se transforme en coup de coeur, mais c'est une lecture qui m'a marquée, que je n'oublierai pas de sitôt...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
LesMotsPourRever
  23 avril 2016
http://lesmotspourrever.com
Même si Bianca n'aime pas particulièrement aller au Nest, une boîte de nuit pour mineurs, elle s'y rend pratiquement tous les week-ends pour faire plaisir à ses deux meilleures amies Casey et Jessica. Et si ces deux dernières passent tout leur temps à danser, Bianca reste toujours accoudée au comptoir les yeux rivés sur la pendule, attendant une heure qu'elle juge raisonnable pour commencer à se plaindre et leur faire comprendre qu'elle voudrait rentrer. C'est dans ce contexte plus que coutumier que vient la déranger Wesley Rush, le tombeur du lycée. Si Bianca l'a toujours détesté et le lui fait bien comprendre, Wesley ne renonce pas pour autant. Après tout ce n'est pas elle qu'il veut séduire mais ses deux meilleures amies. Pour parvenir à ses fins, il est persuadé qu'il doit se montrer amical envers Bianca afin d'attendrir les deux autres filles et donc marquer des points dans leur estime. Pourquoi Bianca ? Parce qu'elle est la DUFF du groupe, la Dodue Utile et Franchement Fade, celle qui sert de faire valoir aux autres, réhaussant leur beauté par sa banalité. Bianca ne peut que haïr Wesley encore plus mais une partie d'elle ne peut s'empêcher de se demander s'il n'y aurait pas un fond de vérité dans tout ça. Après tout Casey et Jessica sont toutes les deux magnifiques, comparées à elle. Malgré ses répliques cinglantes elle ne parvient pas à se débarrasser de Wesley et, après une journée particulièrement mauvaise, elle l'embrasse sans trop savoir pourquoi. Si elle ne comprend pas elle-même son geste, en revanche elle est parfaitement consciente du calme et de la sérénité que lui procure ce baiser, lui vidant la tête de tous ces tracas pour quelques instants. Commence alors entre eux une relation purement physique, partagé entre désir et dégoût, qui doit absolument resté secrète.
Présenté ainsi, il est évident que Duff ne plaira pas à tout le monde. J'ai moi-même énormément de mal avec les livres basés sur le sexe mais je n'ai eu aucun problème avec celui-ci parce que même s'il en est souvent question, il n'y a jamais de description de ce type de scène. Sans oublier que ces moments sont englobés dans un véritable scénario, presque noyé au milieu de questionnements intérieurs bien plus complexes, ce qui fait que comme pour Bianca, ces moments d'oubli sont aussi pour le lecteur l'occasion de faire un break .
J'ai véritablement été surprise par la tournure qu'a prise leur relation entre notre héroïne et le tombeur du lycée. Au début du livre Wesley est lourd, sûr de lui, arrogant, et a un tableau de chasse assez impressionnant. Bianca n'a jamais caché le dégoût qu'il lui inspire (et nous le fait savoir avec cynisme et sarcasme, ce qui est tout simplement délectable !) donc je n'ai pas imaginé une seule seconde qu'elle puisse se lancer dans ce genre de relation avec lui (oui je suis parfois naïve ^^). Surtout qu'il y a Toby, le garçon sur qui elle craque depuis des années mais qu'elle n'a jamais osé aborder. Et pourtant cette relation entre Bianca et Wesley fonctionne, à ma plus grande surprise. Lorsqu'elle est avec lui, Bianca oublie sa mère toujours absente, ce père qui se voile la face et qui refuse d'admettre que le divorce relève de l'évidence, sans parler de cette insécurité qu'elle traîne avec elle depuis que Wesley l'a traité de Duff et de son incapacité à se confier à ses deux meilleures amies. Est-elle réellement aussi moche et aussi grosse que ça ?
L'histoire est bien plus profonde que ne le laisse penser la couverture et je n'ai pas réussi à lâcher cette histoire tant que je n'étais pas arrivée à la dernière page ! Je me suis attachée à Bianca en un battement de paupières. Avec son caractère bien trempé, son sarcasme et ses répliques mordantes, il est impossible de ne pas l'aimer. Elle porte un regard lucide sur ce qu'est l'amour à l'adolescence, ce qui change des romans young adult habituels. Bien évidemment sa vision des choses va quelque peu évoluer suite à son étrange relation avec Wesley mais jamais elle ne parlera d'amour fou et inébranlable. Mais au-delà de cette romance et de ce pseudo triangle amoureux (Bianca-Toby-Wesley) il y a une véritable réflexion sur le regard des autres et l'estime de soi, mais aussi sur les ravages de l'alcoolisme. Il y est aussi question d'amour, mais pas celui avec un grand A, plutôt celui avec un F comme famille ou A comme amitié.
Il n'y a pas que Bianca qui ait droit à son introspection. Même si le sujet est traité plus sommairement, il est aussi question de la différence. En effet si aujourd'hui Jessica est l'une des filles les plus populaires du lycée, ça n'a pas toujours été le cas. Elle est d'une naïveté touchante et m'a souvent rappeler Britanny, l'une des pompom-girl de la série Glee. Wesley a lui aussi son propre secret, sa propre tristesse cachée, et j'ai vraiment été heureuse de voir que l'auteur lui avait finalement accordé plus de profondeur qu'on ne le dirait au premier abord. Wesley ne se dévoile que par petites touches mais le fait que le garçon le plus populaire du lycée s'intéresse à une Duff devient alors logique et surtout crédible.
Contrairement à ce que l'on pourrait penser, Duff est loin de retracer les aventures creuses et superficielles d'une adolescente frivole. Ce récit est vrai, bourré d'humour, et surtout très divertissant. Je n'ai pas ressenti une seule fois l'envie de sauter quelques lignes, ce qui ne m'était pas arrivé depuis très, très longtemps. Ce n'est pas un coup de coeur parce qu'il me manquait quelque chose, la petite étincelle, mais je relirai Duff avec un grand plaisir !
Lien : http://lesmotspourrever.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ninon16
  05 avril 2016
The Duff est l'un des extrêmement rares livres pour lesquels j'ai craqué seulement après avoir lu une chronique très élogieuse ! Il faut dire que les femmes qui lisent sont dangereuses sait comment faire pour nous donner envie... Donc aussitôt lu cet avis, aussitôt acheté, mais il est resté un petit moment dans ma pal car étant en anglais, je voulais m'assurer d'avoir le temps de le lire.
Et si j'avais pu, honnêtement, au lieu de mettre un peu plus d'une semaine à le lire j'aurais mit à peine 3-4 jours. Car ce livre est incroyablement prenant, et ce dès le début. On pourrait penser d'après le résumé et le thème que ce livre est creux, mais au contraire Bianca, l'héroïne de l'histoire, apporte une véritable réflexion sur le rapport aux autres au lycée etc. En effet, elle découvre qu'elle est une DUFF, c'est-à-dire la designated ugly fat friend, l'amie passe-partout qui permet de rehausser la beauté de ses amies et de les rendre plus attractives. Tout au long du roman, Bianca est très touchée par cette étiquette qu'on lui colle dessus mais tente de s'en affranchir. En plus de cette réflexion teintée d'ironie, les événements ne sont pas en reste : que ce soit un divorce en préparation pour ses parents, des disputes avec ses meilleures amies ou des discussions bien pimentées avec Wesley, on n'a pas le temps de s'ennuyer.
Certes, dit comme ça ça fait vraiment cliché, mais je vous assure que ce n'est pas le cas. Et puis ce roman est parfait pour se vider la tête et passer un bon moment à rigoler car Bianca est pleine d'humour et de réparties bien trouvées. C'est un personnage très fort qui sait (enfin pense savoir) ce qu'elle veut et a un caractère bien trempé, excepté avec ses meilleures amies Jessica et Casey. Elle porte un regard lucide sur tout ce qui est relations amoureuses, mais sa relation conflictuelle/intéressée avec Wesley va faire évoluer ce regard pessimiste. Et nous, les lecteurs, nous sommes là à regarder cette relation, à rigoler pour un rien ou à être complètement agité par quelque événement. Sérieusement, ce livre nous fait passer par pas mal d'émotions.
La plume de l'auteure, de ce que j'en ai perçu puisque je l'ai lu en anglais, est très agréable. Elle utilise un vocabulaire assez général voire familier mais sans vraiment gêner. Et c'est aussi cette manière d'écrire qui donne toujours envie d'aller plus loin dans l'histoire, de tourner les pages les unes après les autres pour découvrir si la suite sera encore meilleure. Cette histoire semble porter une morale : être désignée secrètement comme l'amie "moche" qui permet de faire paraître les autres plus belles est dur à avaler, mais ce n'est qu'un concept qui ne révèle en rien ce que la personne est intérieurement. Cette thématique m'a beaucoup fait penser à Belle époque de Véronica Rossi, preuve que cette préoccupation et ce problème existe depuis bien longtemps.
The Duff est en apparence semblable à tant d'autres romances young-adult, mais se révèle au final plus profonde qu'il n'y paraissait. C'est un roman qui fait passer un très bon moment avec une héroïne dont on se sent proche et d'autres personnages aussi honnêtes et touchants qu'elle. Je n'ai pas eu de coup de coeur, mais je garderai à coup sûr un très bon souvenir de ce roman qui met en avant et dénonce le principe de Duff.
Et le lire en anglais ? ce roman fait environ 300-350 pages mais se lit très rapidement car on entre facilement dans l'histoire et la taille d'écriture est assez grosse. le vocabulaire n'est pas très compliqué et permet au contraire d'assimiler pas mal de mots du quotidien et de vocabulaire (entre autre familier) de tous les jours, au contraire de certains romans beaucoup trop techniques ou bien écrits. Je pense qu'un niveau B1-B2 est suffisant pour le lire, d'autant plus que les actions et réactions des personnages ne sont généralement pas très compliquées à comprendre.
Par ailleurs, the Duff a été publié en France depuis janvier, sous le même titre, mais du coup pas la même traduction... ça donne "dodue, utile et franchement fade". Un peu ridicule, et je suis contente de l'avoir lu en anglais rien que pour ce point-là ! Autre point, ce roman été adapté en film et il paraît qu'on rigole bien aussi devant ! A voir.
Lien : http://livresdecoeur.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Nono19
  09 février 2020
J'avais vu le film il y a quelque temps ce qui m'a rendue curieuse de lire le livre. D'habitude je préfère lire le livre d'abord et voir l'adaptation après. Dans ce cas-ci, je ne suis pas sûre que j'aurais apprécié car je fais partie de ceux qui aiment que l'adaptation soit fidèle au roman.
Ici, ce n'est pas le cas. Pour être honnête, j'ai eu l'impression de lire une toute autre histoire.
Bianca tombe de haut quand Wesley, un tombeur de son école, lui fait comprendre qu'elle est la DUFF : comprenez Designated Ugly Fat Friend (désolée, je trouve la traduction française ridicule).
L'étiquette inclut d'être la moins attirante d'un groupe d'amis, le faire-valoir, celle qu'on regarde en dernier.
Ce label perturbe beaucoup Bianca qui sent sa confiance vaciller.
Un ex de son passé et des problèmes familiaux la poussent dans les bras de Wesley, oui celui qui l'a traitée de DUFF.
Cette relation sexuelle et secrète lui permet de s'évader de ses problèmes.
Puis elle peut détester Wesley et coucher avec, non?
Cependant petit à petit, des liens se développent entre Bianca et Wesley qu'ils ont bien du mal à assumer.
Les deux amies de Bianca, Jessica et Casey, m'ont paru plutôt superficielles et pas très dégourdies (enfin surtout Jessica).
J'aurais aimé que le personnage de Welsey soit plus développé tout comme sa relation avec Bianca (autre que sexuelle).
Ce livre décrit assez bien la pression que ressentent les adolescents concernant la popularité. Les étiquettes pleuvent : sportif, intello, rebelle, loser (oui on dirait que je parle du "Breakfast Club" :p)...
A un âge où on se cherche, il n'est pas évident de naviguer entre tous ces labels tout en gardant une bonne estime de soi.
Etre soi-même tout simplement est le plus dur.
L'évolution de Bianca m'a plu. Au lieu de s'évader, elle assume petit à petit ce qui se passe dans sa famille mais aussi qui elle est et ce qu'elle veut (et qui elle veut :p).


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
florencemflorencem   12 mars 2017
- Il faut qu’on parle.
J’ai cherché autre chose à contempler que son corps d’Apollon quasi nu. Mes pieds feraient l’affaire.
- Hmm, a-t-il dit d’un air songeur en passant une main dans ses boucles emmêlées. D’après mon père, c’est la phrase la plus menaçante qui puisse sortir de la bouche d’une femme. Parce que ça ne présage jamais rien de bon, selon lui. Tu m’inquiètes, Duffy.
Commenter  J’apprécie          150
florencemflorencem   13 mars 2017
- Je suis la DUFF.
- La quoi ?
- DUFF.
- C’est dans le dictionnaire, ton truc ?
Commenter  J’apprécie          130
Pixie-FlorePixie-Flore   06 mars 2017
Vikki... Je suis désolée. C'est pas cool, toutes ces rumeurs sur toi. Mais n'oublie pas qu'elles n'ont aucune importance.
[...]
Ceux qui te traitent de tous les noms font ça pour se sentir mieux. Ils ont merdé eux aussi, à un moment. Tu n'es pas la seule.

[p279]
Commenter  J’apprécie          30
espritbouquinespritbouquin   18 février 2016
« Où qu’on aille et quoi qu’on fasse pour s’occuper l’esprit, la réalité finit toujours par nous rattraper, avait dit Maman au sujet de sa relation avec Papa. »
Commenter  J’apprécie          50
LesMotsPourReverLesMotsPourRever   23 avril 2016
Bianca, les gens se traitent de putes pour se rabaisser, a-t-il repris sur un ton plus doux. Ca leur donne bonne conscience par rapport à leurs propres erreurs. C’est plus facile d’employer le mot que d’examiner la situation.
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : estime de soiVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

MDR - Menteuse Drôlement Râleuse

Qui est l'héroïne de cette histoire ?

Amy
Sonny
Mme Rush
Bianca

10 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : MDR : Menteuse Drôlement Râleuse de Kody KeplingerCréer un quiz sur ce livre