AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9781034733034
208 pages
Éditeur : Dupuis (29/01/2021)

Note moyenne : 4.36/5 (sur 22 notes)
Résumé :
Nicolas Keramidas est atteint d'une malformation cardiaque à la naissance, la tétralogie de Fallot, ce qui l'oblige à subir une opération délicate et surtout inexpérimentée en 1973 : il devient ainsi le premier bébé en France à être opéré à cœur ouvert.
43 ans plus tard, lorsque son cœur s'emballe sur un terrain de foot, le mal se réveille et le conduit vers une nouvelle opération à cœur ouvert. Une expérience angoissante et douloureuse qu'il parvient à surm... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
mariech
  01 mars 2021
Il y a une quarantaine d'années , Nicolas Keramidas naissait avec une grave malformation cardiaque la tétralogie de Fallot , une intervention réussie grâce aux débuts des grands progrès de la chirurgie cardiaque .
Enfant , il est fier de sa longue cicatrice qui est sa particularité , il vit normalement jusqu'à l'aube de ses quarante où la maladie le rattrape , pas d'atermoiement possible , une nouvelle opération s'impose .
Sauf que ce n'est pas du tout la même chose d'opérer un nouveau né ou un adulte , l'angoisse monte chez le patient et sa famille .
Enfin le jour J arrive , Nicolas K fait une prouesse incroyable , celle de nous tenir en haleine en nous racontant son vécu d'opéré du coeur , sa souffrance , la vie de sa famille qui est en suspens .
C'est un récit rempli d'une grande humanité , d'une grande dignité .
J'ai beaucoup apprécié ce très beau témoignage qui n'oublie pas d'utiliser une légère touche d'humour .
Commenter  J’apprécie          280
coquinnette1974
  26 mars 2021
Je remercie énormément les Éditions Dupuis pour l'envoi, via net galley, du roman graphique : A coeur ouvert de Nicolas Keramidas.
L'auteur est atteint d'une malformation cardiaque à la naissance, la tétralogie de Fallot, ce qui l'oblige à subir une opération délicate et surtout inexpérimentée en 1973 : il devient ainsi le premier bébé en France à être opéré à coeur ouvert.
43 ans plus tard, lorsque son coeur s'emballe sur un terrain de foot, le mal se réveille et le conduit vers une nouvelle opération à coeur ouvert. Une expérience angoissante et douloureuse qu'il parvient à surmonter avec sa femme, Chloé, qui, comme lui, a tenu un carnet au jour le jour. C'est à partir de ces notes qu'il retrace en détails toutes les étapes de cette descente aux enfers médicale jusqu'à sa sortie définitive de l'hôpital.
A coeur ouvert est un excellent roman graphique que je recommande sans aucune hésitation. J'ai adoré ma lecture.
L'auteur nous relate son histoire avec énormément d'humour. C'est très touchant mais à aucun moment ce n'est larmoyant.
Évidemment, il y a des passages un peu plus difficiles que d'autre, notamment quand il est à l'hôpital. Il se fait opérer de nouveau pour une pathologie extrêmement lourde. Ce ne sera pas une balade de santé et ça, le lecteur en est conscient.
Certains passages sont plus techniques que d'autres mais comme dans ces cas là c'est le coeur qui parle directement, ça passe très bien.
Il n'y a pas de longueurs, de lourdeurs et j'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman graphique.
En fait, je dirais que l'auteur a beaucoup de recul sur son histoire, il réussit à nous captiver grâce à son sens de l'humour. C'est une opération lourde, ce qu'il nous relate est grave et pourtant j'ai sourit à de nombreuses reprises car l'ensemble est très positif.
Certaines réflexions du corps médical sont surprenantes car un peu maladroites, comme il l'explique très bien, toujours avec beaucoup d'humour.
Les graphismes sont très chouettes, il a travaillé pour les studios d'animation Walt Disney de Montreuil et ses dessins ont des traits qui me plaisent beaucoup.
A coeur ouvert est un témoignage sincère, écrit sans concession mais avec beaucoup de pudeur.
J'ai adoré cette découverte qui mérite un énorme cinq étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Bdotaku
  25 mars 2021
On souvent tendance à ranger les auteurs dans des cases. Nicolas Keramidas, c'est l'auteur à la casquette indéboulonnable qui dessine des petits Mickeys ou l'aventure d'une jeune amérindienne avec un trait hérité de ses années passées au studio Walt Disney de Montreuil. Alors quand on le voit pour son 19 ème opus seul aux commandes d'un long roman graphique autobiographique qui parle d'opérations cardiaques on est un peu interloqué et même un temps tenté de penser qu'il y a eu erreur de casting … Et bien on aurait tort !
Du particulier à l'universel
« A coeur ouvert » est un titre à double sens : d'un côté il met en avant l'expression médicale consacrée mais également l'entreprise autobiographique. Sans se prendre pour Rousseau, Nicolas Keramidas va «montrer à ses semblables un homme dans toute la vérité de sa nature » et se livrer sans fard. Et il le fait fort bien dans un volumineux roman graphique (210p) qu'on ne parvient pas à lâcher une fois qu'on l'a commencé.
La narration est à la première personne et l'auteur parvient à décrire cette tranche de vie intime en en gardant sa valeur singulière mais en lui conférant paradoxalement une valeur universelle au fil de son parcours de ses réflexions sur la maladie sur les soins et les impacts de son état de santé sur la vie de tous les jours. le lecteur, qui n'a pas, heureusement, subi d'opérations aussi lourdes ne manquera pas en effet d'apprécier ces moments souvent humiliants et ces petits détails crus qui sentent le vécu et trouvera des similitudes avec ses propres séjours à l'hôpital ou ceux de ses proches. Et puis, bien sûr , il comprendra l'angoisse qu'on peut éprouver quand on se demande si l'on va survivre ou si l'on sortira diminué d'une opération. Ce roman graphique rappelle également de façon très pudique comment une opération lourde impacte non seulement le malade mais également ses proches en citant des bribes du journal de Chloé ou de ses mails et en changeant ainsi de point de vue ; là aussi l'empathie et l'identification fonctionnent à plein.
Un roman graphique jamais larmoyant
Pourtant, même si le sujet est grave, le ton n'est jamais larmoyant. La première partie relate les forfanteries de l'enfance et les « mythologies » que s'est créé le petit Nicolas pour apprivoiser sa cicatrice. On croise alors en cameos Hulk, les requins des « dents de la mer » ou encore les schtroumpfs ! Plus tard on trouve également des clins d'oeil à Little Nemo, à Alien ou à l'Exorciste pour décrire métaphoriquement la difficulté de l'aventure vécue par Nicolas. Il transforme même celle-ci en geste quasi médiévale en utilisant des bannières comme autant de titres de chapitres. Il pratique donc beaucoup l'autodérision. Si les décors peuvent être fouillés (et aisément reconnaissables pour une grenobloise comme moi mais j'accorderai une mention spéciale aux tapisseries seventies des années d'enfance qui suscitera la nostalgie de tout quinqua en devenir !), le trait choisi pour les personnages est semi-réaliste, presque cartoonesque, et met ainsi à distance le propos tout en conférant une réelle expressivité. Souvent il n'y a pas de réelles cases : l'arrière-plan est formé d'un rectangle de couleur uni aux angles arrondis ce qui ne distrait pas le lecteur et permet de mettre en avant les émotions.
Des inventions graphiques
Avec un sujet pareil on aurait pu aisément avoir une mise en scène plate avec un bonhomme en gros plan délivrant des explications médicales ; Il n'en est rien ! Ici, c'est parfois Nicolas, parfois son coeur personnifié qui délivrent les explications (fort claires au demeurant !), d'autre fois elles passent par les récitatifs ou les dialogues. Il n‘y a jamais de longs pavés indigestes assénés. L'auteur a une écriture très cinématographique et utilise par exemple le montage alterné pour raconter la façon dont sa femme et lui appréhendent les choses ou le fondu au noir pour matérialiser son endormissement lors de l'opération. Mais la véritable originalité de cet album est sa somme d'inventions graphiques. Il utilise les onomatopées de façon très pertinente : elles envahissent la pages et font partie intégrante du dessin pour montrer que le coeur s'emballe, ou encore pour matérialiser les bruits qui gênent quand on est hyper fatigué après l'opération ou bien les bavardages du petit dernier… L'écriture est également très métaphorique : ainsi à sa sortie de l'hôpital, Nicolas est représenté comme un oiseau qui tombe du nid ou encore comme un quille dans un jeu de chiens lorsqu' il remet les pieds dans un magasin ; on ressent ainsi immédiatement ce qu'il vit quand il quitte le cocon hospitalier. le dessinateur utilise beaucoup les flèches et parfois même le schéma ou le plateau de Monopoly pour matérialiser les déplacements . Il opte pour un découpage varié qui s'affranchit du gaufrier. le rythme change : on a parfois des strips, parfois des vraies cases avec gouttières ou d'autres formées juste par des aplats de couleurs ; quand il va mal ou broie du noir la page est littéralement sur fond noir tandis que des doubles pages se succèdent sur la fin quand il « respire » à nouveau et reprend sa vie normale et ses projets. Keramidas a le sens de la mise en scène et dit tout autant sinon plus par le dessin que par le texte; nulle monotonie dans ces pages où les couleurs explosent et rendent la lecture tout sauf morose.

Pour son premier album solo, l'homme-orchestre Keramidas réussit un coup de maître ! « A coeur ouvert » est à la fois un journal de bord, un livre pédagogique, une histoire remplie d'humour et d'amour à valeur cathartique. C'est un roman graphique autobiographique palpitant (oui j'ose ce mauvais jeu de mots !) qui nous touche au coeur… Une réussite à tous égards qui nous donne envie de croquer la vie à pleines dents ! Merci à Nicolas Keramidas, aux éditions Dupuis et à Netgalley France de m'avoir permis de le découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ludi33
  14 février 2021
A coeur ouvert est une histoire vrai, le récit d'un homme qui va devoir se faire opérer. Après avoir rapidement raconté son enfance de petit opéré du coeur, Nicolas Keramidas prend le temps de nous raconter le long cheminement jusqu'à la guérison, avec ses succès comme ses revers. de ses rendez-vous tous les deux ans pour surveillance à la première douleur, de la première douleur à la délivrance, enfin.
Avec son trait rond et plein de douceur et une sensibilité pleine d'émotions, on plonge avec lui dans son vécu de malade, les longues heures d'attente à l'hôpital, le parcours d'une chambre à l'autre, d'un service à un autre pour vivre avec lui le cheminement sans fin vers un retour à la vie d'avant. Entre l'espoir et les désillusion des variations de son état, l'auteur arrive quand même à donner à son récit une touche d'humour bienvenue pour ajouter de la vie à tout çà.
J'ai beaucoup aimé cet album qui nous plonge dans la maladie sans nous plonger dans le pathos.
Commenter  J’apprécie          130
livrement_ka
  07 février 2021
Incroyable... d'un nouveau genre..... Des témoignages en ce moment, j'en lis un paquet. Mais c'est la première fois que j'en lis un sous forme de bande dessinée....qui plus est humoristique alors que le sujet est grave.
Nicolas, l'auteur de ce livre, est un miraculé. A l'âge d'un an il doit subir une opération à coeur ouvert.
En 2016, malheureusement, des signes d'alerte lui font craindre le pire....Et le pire survient.....Il doit denouveau passer sur la table pour subir une nouvelle intervention à coeur ouvert.
Via des dessins, et des dialogues totalement ironiques mais également explicatifs, vous allez découvrir le quotidien mais également les émotions de l'auteur face à cet évènement difficile.
En refermant ce livre, vous serez incollable sur la maladie de l'auteur et son traitement très lourd.
Mais également les inconvénients, entre la sonde urinaire les différentes analyses et les espoirs quelquefois vains du malade (l'auteur), vous n'ignorerez plus rien de ce passage délicat entre les mains d'infirmières, de soignants ou autres médecins toujours plus expérimentés.
Et rien n'est laissé au hasard...car Nicolas n'est pas tout seul à subir tout cela; il y a Chloé, sa femme et ses deux enfants qui subissent de plein fouet la réalité des choses.
Le plus : l'histoire de la bille....Et ben oui comment dire à un enfant que la cicatrice qui lui traverse le torse est dûe à une maladie cardiaque au nom imprononçable ? Plus facile de lui parler d'une bille qu'il a avalée.
Et tout autour de ça, les anecdotes totalement hilarantes qui a permis à Nicolas enfant ou ados de se faire mousser : une bille avalée, une attaque de requins bref... tout était bon pour lui attirer la sympathie !
J'ai adoré et j'en redemande.....Alors non je ne réclame pas d'autres maladies à l'auteur mais pourquoi pas d'autres bd retraçant les difficultés de la vie.
Je verrais bien ce livre à mettre entre les mains de nos enfants et ados malades, afin que ces derniers puissent passer un bon moment entre les opérations, chimios et ou autres examens toujours plus douloureux les uns que les autres.
Un grand merci à l'auteur !!



Belle lecture !


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (3)
Bedeo   12 avril 2021
Nicolas Keramidas décrit en détail sa deuxième opération à cœur ouvert. Il en résulte un livre dense, riche en informations et tout en émotion contenue qui en fait sa force.
Lire la critique sur le site : Bedeo
Sceneario   02 février 2021
La production de Nicolas s'étoffe, il devient à présent un "auteur qui se dévoile", juste ce qu'il faut pour nous montrer un bout de sa vie, le monde de l'hôpital, sa famille et ses amis, ses sentiments et ses craintes. l'importance de la vie, et sa fragilité.
Lire la critique sur le site : Sceneario
LeParisienPresse   01 février 2021
En 1973, il était parmi les premiers bébés à être opérés à cœur ouvert. Trente-trois ans plus tard, il a dû subir la même intervention. Cette «aventure humaine», le dessinateur Keramidas la raconte dans un album qui sort ce vendredi.
Lire la critique sur le site : LeParisienPresse
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
PillyPilly   09 février 2021
Ce dont on n'a pas conscience en entrant à l'hôpital pour une opération lourde, c'est qu'on va passer son temps à changer de lit. Pour moi, chaque nouveau lit sera synonyme de victoire, chaque changement de lit me rapprochera de la sortie...
Commenter  J’apprécie          20
BdotakuBdotaku   25 mars 2021
Au final je passe une enfance tout ce qu’il y a de plus normal. Je vais même découvrir quelques avantages … Sur la plage, pour frimer devant les filles, j’exhibe mes cicatrices en expliquant à un auditoire captivé mon affrontement contre un ou deux requins dans les mers du Sud. Et même si personne n’y croit …il faut tout de même reconnaître que cette histoire en jette !Bien plus en tout cas … qu’une simple malformation cardiaque ! (p14-15)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
PillyPilly   09 février 2021
Le matin, inquiet, j'écris un mail à mon cardiologue et à mon généraliste. (...)
La réponse ne se fera pas attendre : mon cardiologue m'appelle dans la foulée. (...)
Mon généraliste m'appelle aussi : il veut me voir immédiatement !!!
Je suis partagé entre la fierté d'avoir réussi l'exploit d'obtenir deux rendez-vous chez deux toubibs pour le lendemain...
... et la stupéfaction de réaliser que ça ne sent pas bon du tout !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
PillyPilly   09 février 2021
Ça fait très longtemps que je sais qu'un jour je ferai un livre sur mon opération à cœur ouvert...
En fait, depuis le jour où ma mère m'a donné le compte-rendu de ma première opération, celle de 1973, quand j'avais un an...
Imaginer une telle chirurgie sur un bébé d'un an m'a tétanisé et je savais qu'un jour j'en parlerais.
Commenter  J’apprécie          00
PillyPilly   09 février 2021
Ce court séjour est assez humiliant, on se retrouve très diminué...
On oublie complètement la pudeur, on se contente de se laisser faire...
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Nicolas Keramidas (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicolas Keramidas
Nicolas Kéramidas : Comment dessiner "À cœur ouvert" ?
autres livres classés : opérationVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1106 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

.. ..