AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
3,81

sur 203 notes
5
11 avis
4
21 avis
3
11 avis
2
2 avis
1
0 avis
thedoc
  17 octobre 2021
"Beauté, tome 1 : Désirs exaucés"" nous entraîne dans une époque moyenâgeuse, peuplée de fées et de preux chevaliers. Morue est une jeune paysanne sans grâce et sans beauté, dont l'apparence n'a d'égale que son odeur. Elle pue le poisson qu'elle écaille à longueur de journée. Morue est triste d'être rejetée et moquée à cause de sa laideur. Mais un jour, une fée lui accorde un voeu. Morue devient Beauté, une jeune femme à la beauté incroyable et affolante aux yeux de tous, sauf les siens. Est-ce le début du bonheur pour Morue devenue Beauté ? Pas si sûr...

Avec le tome 1 de "Beauté", je retrouve avec plaisir le scénariste Hubert, associé cette fois-ci aux illustrations du couple de dessinateurs Kerascoët. Comme pour ses autres oeuvres, Hubert change les codes des récits traditionnels - ici le conte - pour apporter une touche déjantée à ses histoires. Car Beauté, on l'aura deviné, n'est pas un joli conte rose bonbon. Sous des coups de crayon qui donnent un air naïf aux personnages, ceux-ci révèlent leur part d'égoïsme et de bassesse. L'humour noir D Hubert n'épargne personne, à commencer par Beauté, pas très futée, qui, du moment qu'elle trouve le grand amour, ne semble avoir aucun regret sur le carnage qu'a entraîné sa nouvelle apparence.
Un premier volume enlevé, original, bien écrit et bien dessiné où les thématiques pertinentes donnent un côté résolument moderne aux contes de notre enfance.
Un grand merci à ma collègue qui continue de me faire découvrir ses BD favorites !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          252
Foxfire
  09 juin 2021
Intriguée depuis un bail par la série « Beauté », j'ai fini par l'emprunter à la bibliothèque. Et je ne suis pas déçue. Voilà un 1er tome fort prometteur ! On est ici dans un conte de fées décalé qui s'amuse avec les archétypes du genre en les détournant ou en les poussant à leur extrême. le résultat est très amusant et très plaisant tout en ayant un propos sur les apparences. Les personnages sont caractérisés de façon subtile et intéressante. L'intrigue est bien menée et annonce des développements intéressants. Quant au dessin, sans être parfait, je l'ai trouvé agréable à l'oeil, notamment la colorisation qui est simple et franche.

Une belle surprise que ce « Désirs exaucés », j'ai hâte de découvrir la suite.
Commenter  J’apprécie          242
jamiK
  08 décembre 2017
Morue est une fille laide, pas très intelligente, elle se fait exploiter, maltraiter par sa marraine, une sorte de Cendrillon en moche. Et un jour, elle sauve la fée Mab d'un sort qui la rendait prisonnière d'un corps de crapaud, et celle ci en échange lui accorde la beauté, mais seulement une beauté irréelle, uniquement visible par les autres, une beauté irrésistible, si irrésistible qu'elle lui apportera un destin incroyable. C'est un conte de fée avec toutes les ficelles du genre, sauf que les personnages ne sont pas aussi lisses, c'est ce qui fait tout l'intérêt de la série. Ça joue des stéréotypes, le chevalier viril, le roi magnanime, la beauté effarouchée... le dessin est un peu inégal, parfois, de belles envolées lyriques, des ornementations, une gamme de couleur rétro, donnent à cet BD beaucoup de charme, mais parfois le trait est un peu grossier, maladroit et gâche un peu le plaisir. le premier tome raconte l'ascension de Morue et laisse envisager des choses bien plus terribles pour la suite. Un bon démarrage qui donne envie de connaître la suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
visages
  24 juin 2021
Après être tombée sous le charme du boiseleur et de peau d'homme, je suis déçue par ce premier tome de Beauté. J'espère que la suite dévoilera une histoire plus originale que ne le laisse présager ce premier album. L'histoire de Morue qui est le souffre douleur de son village tant elle est laide, parvient à changer son image grâce à un sortilège et devient reine. Sa beauté extérieur a cependant transformé sa beauté intérieure. Elle est devenue capricieuse,sans coeur et avide de richesse....bien banal comme scénario... j'attends de lire la suite en souhaitant une belle surprise !
Commenter  J’apprécie          140
Vexiana
  11 mars 2019
Morue n'est pas belle, n'est pas franchement intelligente et ne sent pas bon.
Elle est malheureuse et, dans son petit village, elle est la risée de tous. Un jour, elle aide une fée qui, en retour, lui donne la beauté aux yeux des autres.
Alors que le conte de fée classique s'arrêterait là, Hubert a ici la bonne idée de n'en faire que le point de départ de l'histoire en développant la dynamique humaine dans ses retranchements.
Dans cette histoire, les personnages sont tous très noirs et poussés par leurs bas-instincts ce qui donne à cette BD une dimension toute autre que celle à laquelle on s'attendait à la lecture des premières pages.
Les hommes ne se satisfont pas de regarder la jeune femme, ils la veulent.
Les femmes ne veulent pas la protéger, au contraire, elles veulent la détruire.
Le dessin de Kerascoët est assez volontairement assez inégal et je le trouve très réussi.
Le duo (enfin, trio en fait) Hubert-Kerascoët fonctionne aussi bien que pour Miss Pas-Touche et ce premier tome donne directement envie de connaitre la suite de l'histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
colimasson
  25 mars 2013
Avant qu'Einstein ne théorise sa loi de la relativité générale, les contes de fées étaient encore capables de transformer le pire laideron de ses personnages en beauté fatale, réelle et tangible.

Après qu'Einstein ait théorisé sa loi de la relativité générale, les contes de fées ont destitué leurs personnages de leur magie : le pire laideron restera objectivement laid, mais échappera aux humiliations et aux brimades imposées aux gens de pauvre apparence en incarnant l'image subjective de la beauté absolue.

Pas facile les contes de fées à l'ère de la relativité générale ! Kerascoët et Hubert ont eu la très bonne idée de s'inspirer d'un mythe ancien et connu pour l'adapter à des modes de pensées plus modernes. Dans Beauté, l'histoire se déroule toujours dans un Moyen Âge peu surprenant, avec villageois pauvres et rustres d'une part, et noblesse riche et distinguée d'autre part, mais cette notion moderne de relativité des goûts et des concepts introduit une sorte d'anachronisme qui fait toute l'originalité de l'album.


Morue, pauvre jeune fille laide et puant le poisson, lasse des brimades et humiliations qu'elle subit quotidiennement, rencontre un jour la fée Mab, cachée sous le déguisement d'un crapaud au-dessus duquel Morue a versé une larme de compassion. Lorsque la fée permet à Morue d'exercer un de ses voeux, la jeune fille choisit aussitôt d'obtenir la beauté. « Si Mab ne peut changer ta nature, elle peut en changer la perception ». Morue ne deviendra pas vraiment belle, mais elle sera « aux yeux des autres l'idée de beauté faite femme ». Mab s'éclipse. Morue contemple son reflet dans un point d'eau pour vérifier si son voeu a été correctement exécuté. Quel malheur ! Morue est toujours aussi laide ! Mais de retour chez elle, le charme agit : hommes comme femmes, adultes comme enfants, tous sont stupéfaits et comme enchantés par la beauté nouvelle de Morue. L'horreur semble avoir glissé de son apparence au comportement de ses semblables. Les hommes enchantés s'entretuent pour s'attirer les faveurs de Morue ; les femmes rendues folles de jalousie pourchassent la belle et la brûlent, et si Morue réussit à échapper in extremis à leur excitation meurtrière, ce n'est pas le cas de la mère qui périt de la beauté de la fille.


Véritable promotion sociale, la beauté de Morue lui permettra finalement de s'extraire de sa pauvreté en s'attirant les faveurs du prince local. Mais Morue peut-elle se contenter de cette modeste élévation sociale ? La jeune fille se laisse griser par les compliments. Si Hubert et Kerascoët choisissent par moments de nous la représenter à travers les yeux de ses congénères –personnage alors splendide-, aux yeux du lecteur, elle continue la plupart du temps à apparaître dans toute sa laideur. Et pourtant, nous finissons presque par croire à notre tour que Morue est réellement devenue belle, car son assurance et sa confiance nous éblouissent. Un peu trop peut-être ? Jusqu'où ira Morue dans ses prétentions à obtenir le meilleur ? le premier volume de la série se termine en nous laissant supposer que le sort risque de n'être pas toujours aussi favorable à notre pauvre Morue s'acharnant à s'extirper de sa vase…

Lien : http://colimasson.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          123
Henriette
  27 août 2011
La mention "conte de fée caustique" me faisait attendre quelque chose de très décalé, voire une parodie - en fait pas du tout, c'est un vrai conte de fées, au premier degré.
Seulement, il est plus sombre qu'un conte pour enfants (sauf évidemment Andersen ou les frères Grimm, mais bref).
L'héroïne - nommée Morue puis Beauté - n'a rien de classique. Elle est laide (à l'origine) et elle n'est ni pleine de bonté, ni pleine de sagesse - elle est plutôt niaise et égocentrique, et sa beauté est nettement plus sensuelle que la beauté pure et lumineuse qu'on prête traditionnellement aux princesses de conte de fées.
J'ai bien aimé le personnage de sa "bonne fée", Mab, en réalité une sorte de fée déchue rejetée par ses pairs et qui pousse Beauté/Morue vers le matérialisme le plus élémentaire, l'incitant à abandonner l'homme qui l'a sauvée et respectée, prêt à tout pour elle, au seul prétexte qu'il n'est pas assez riche. On est loin de la douce marraine qui incite sa protégée à la bonté et à la sagesse.
Autre personnage intéressant et lui aussi atypique, celui de la princesse Claudine, à qui une fée a attribué en représailles (!) les dons "habituellement [destinés] aux garçons: l'intelligence affutée, l'indépendance d'esprit, l'autorité naturelle".

Bref, une histoire qui conjugue le vrai conte de fées avec des préoccupations plus sombres et adultes (politiques notamment) et des personnages bien plus complexes que ne le veut la tradition.
Un récit rare et original, joliment mis en images avec un graphisme et des couleurs particulières, qui rappellent les enluminures. On a hâte de voir la suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Eky
  21 août 2012
Une BD que j'ai beaucoup apprécié. Une idée originale : un conte de fée qui joue avec les codes du genre, les utilise pour mieux les détourner.
Des personnages pleins de défauts, des amours qui ne durent pas, des situations caustiques et un scénario bourré de petites phrases percutantes.
Quant aux dessins de Kerascoët (le couple d'illustrateur) j'en raffole comme c'est le cas pour chacune de leur BD.

Commenter  J’apprécie          60
MissAllsunday
  23 janvier 2020
Morue, jeune fille laide mais gentille, rêve d'être belle. Son voeu va être exaucé grace à une fée qu'elle sauve.
Elle va soudain incarner "LA" beauté , au point de rendre tous les hommes fous de désir. Tous, y compris le roi , qui va même jusqu'à répudier la reine.

C'est un conte de fée un peu décalé . On comprend vite que tout ne se déroule pas comme espéré, mais ce n'est que le début.
Bien que les dessins ne me plaisent pas plus que ça, j'ai bien envie de lire les deux autres tomes.
Commenter  J’apprécie          50
popsybulle
  25 mars 2017
Une bonne bande dessinée qui fait réfléchir sur la beauté et l'attention que l'on porte à notre apparence physique.
Le scénario est très intéressant et me plait beaucoup. En revanche, je n'aime pas trop le style de dessin et le graphisme de cette bande dessinée.
Je lirai la suite car l'histoire m'a tout de même emporté dans l'univers de la magie, des contes de fées et des royaumes.
Commenter  J’apprécie          50


Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4216 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre