AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Anaïs Kerhoas (Autre)
EAN : 9782849907658
Éditeur : Editions des Equateurs (10/06/2020)

Note moyenne : 3.95/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Anaïs est née dans une famille pas comme les autres : entre une mère s'occupant de la mécanique et un père préférant repasser le linge. De son enfance, elle a conservé l'odeur du troène au printemps, le divorce des parents, le potager de son "pépé" , le "chemin du blé en herbe" , la plage des Dunes du Port. A 18 ans, elle part en Inde, seule, puise en elle un courage qu'elle ne soupçonnait pas et découvre le caractère sacré de la nature.
De ce premier voyage ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Bookycooky
  31 août 2020
C'est le titre et la photo de couverture toniques qui m'ont attirée d'emblée , sans rien savoir du sujet, ni connaître quoi que ce soit du tapage médiatique autour d'Anais, dont d'ailleurs j'en ai pris connaissance qu'une fois le livre entamé ( heureusement d'ailleurs sinon je ne l'aurais jamais abordé ) . Mon intuition s'est révélée juste, Anaïs est une fille spéciale, comme son histoire.
Elle débute son périple dans ce monde avec sa naissance accompagnée d'un frère jumeau. Une maman assistante sociale , un papa dont on ne connait pas trés bien l'occupation sinon qu'au début il travaille le soir dans une maison de retraite. Arrive bientôt un autre petit frère, et les parents se séparent.....La suite sera beaucoup plus dure,....oui et non, car Anaïs est née avec un très grand coeur couplé d'une intelligence émotionnelle hors paire qui lui permet d'insérer joie et malheur et continuer sa route sans baisser les bras.
J'ai été touchée par son histoire aux côtés tristes , mais aussi magnifiques, comme toute vie.
Sa sincérité,
Les scènes émouvantes de sa vie, comme celle dans un bus au Rajhastan alors qu'elle vient de quitter son ex-ami pour continuer seule son périple en Inde, alors qu'elle n'a même pas vingt ans.
Sa passion pour les voyages pour elle synonyme de liberté et d'envie d'ailleurs,
La générosité des personnes qui l'ont aidé à réaliser son rêve,
Sa participation à la réalisation d'un potager dans une prison de femmes,
Sa ténacité, sa patience , son côté bosseuse,
Et sa quête perpétuelle de l'essentiel de l'existence ,
m'ont éblouie.
Anaïs a choisi de vivre sa vie au lieu de la subir.
Un tout petit livre qui fait du bien.
“Je réalisai qu'être heureux était un état d'esprit, à la portée de tous, que bien peu de choses sont vraiment nécessaire à la vie.”
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          976
Ladybirdy
  15 septembre 2020
Un petit livre que voilà, parfait pour tous les amoureux de la nature.
Attirée par cette couverture dynamique et fraîche, j'ai voulu découvrir le parcours de guerre de cette jeune fille singulière. Enfant de mère nature, du vent et de l'air.
On suit ici très brièvement (le roman compte 177 pages) les grands tournants de la vie d'Anais, de sa naissance à son voyage en Inde qui sera révélateur de ses envies et besoins. Proche depuis toute petite des plantes, elle deviendra herboriste car Anais veut faire corps avec la nature ambiante. Oublier les médicaments et préférer les remèdes naturels. Fine observatrice, ce récit est aussi un réquisitoire sur l'absurdité de nos vies de surconsommateurs, de nos vies absorbées par trop de soucis alors que l'essentiel est à portée de nous. Elle se penche sur les questions climatiques, sur les femmes incarcérées, sur le sens de la vie en quelque sorte.
Anais bataillant un râteau dans une main, des pensées lucides et clairvoyantes dans l'autre, Anais s'en va en guerre est un peu comme un petit carnet de bord bourré d'oxygène redonnant sens à la vie, à la terre et ses multiples ablutions bienfaitrices.
Et parfois, se reconnecter à la terre quelques heures fait un bien fou. À trop s'évertuer dans la grisaille de nos problèmes, on en oublie que dehors la nature elle, s'évertue à rester belle, et reste la grande héroïne de notre société quelque peu aseptisée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          758
blandine5674
  03 octobre 2020
En découvrant Anaïs, j'ai pensé à Pierre Rabhi. Comme lui, elle est proche de la nature, se bat avec opiniâtreté pour un projet qui semble, aux yeux des autres, perdu d'avance. Comme lui, elle démarre dans des conditions précaires et défriche la terre. Elle parle même de 'Sobriété heureuse' bien que ce soit Thoreau son maître à penser. Elle nous emmène, en plus, dans ses nombreux voyages lointains qui forgeront sa personnalité. Engagement dans une prison de femmes près de chez elle, en fait un moment fort. Un style direct d'idées bien arrêtées qui donnent espoir. Une belle leçon de courage que devrait lire une nouvelle génération désabusée. Une herboriste malouine combattante qui fait du bien et pas seulement avec ses plantes. Relève assurée. Une lecture que m'a fortement recommandée ma chère Bookycooky et qui m'a permis de lire une belle personne.
Commenter  J’apprécie          422
Biblioroz
  02 juillet 2020
Couleur de l'espoir et gorgée de nature, la couverture apaisante de ce récit laisse parler le vert des plantes tonifiantes qui peuvent guérir de nombreux maux. Anaïs se fond dans cette verdure et ses pensées affleurent.
D'une écriture simple mais teintée d'une grande sincérité, elle tire les mots qui nous laissent entrevoir quelques étapes essentielles de sa vie. du partage du landau avec son frère jumeau à la rédaction de ce récit pour éloigner les doutes qui l'assaillent par intermittence, elle se dévoile, oscillant sans cesse entre force, détermination, fragilité et questionnements existentiels.
Le parfum prononcé du troène lui rappelle son enfance à Saint-Coulomb. le chemin qui mène à la plage de la Touesse restera son lieu de prédilection : elle nous parle de ses odeurs, de ses couleurs, de la roquette sauvage et sa saveur poivrée.
Petit à petit, son attirance va vers les plantes, leurs parfums et surtout leurs pouvoirs thérapeutiques. Anaïs en parle avec douceur et passion. Mais avant tout, elle a besoin de découverte, de se confronter à elle-même et s'envole dès sa majorité vers l'Inde où elle forgera sa confiance en elle, développera son amour pour la nature et réfléchira à la direction à donner à sa vie.
En revenant sur le sol breton, c‘est décidé, elle se lance dans des cours d'herboriste doublés d'une formation agricole et concrétise son rêve de faire éclore ces plantes aux mille vertus.
Instructif, ce récit aborde les difficultés humaines et administratives qu'un tel projet ne manque pas de rencontrer sur son chemin. L'endurance d'Anaïs est une force dont elle peut être fière même si les périodes de doutes sont inévitables. Au fil des pages, elle nous expose son parcours, ses conditions de vie, mais nous ouvre aussi son esprit bien souvent tiraillé entre travail et liberté.
J'ai d'ailleurs trouvé tout à fait surprenant son envie de découverte à travers les voyages et son besoin d'ancrage ! Sa vision de la liberté est double avec deux aspects difficilement conciliables : voyager et s'enraciner sur son lopin de terre pour aspirer à l'autonomie.
J'ai aimé sa façon de rendre hommage à la force familiale et amicale qui l'a portée dans son projet.
Ses besoins minimes, en opposition totale avec la course à la consommation actuelle sont une belle leçon de simplicité.
Je vous encourage à lire ses faits, gestes et pensées dans ce récit franc où elle n'embellit ni ne noircit les étapes de sa vie et de ses choix.
Je serais bien restée un peu plus longtemps à découvrir les différentes cueillettes d'aubépine, d'orties, de sureau et reine-des-prés et j'aurais aimé avoir plus de détails sur son travail quotidien mais il faut bien qu'elle retourne s'occuper de ses graines, ses plants et ses sachets de tisanes aux bienfaits ancestraux qui doivent perdurer. Alors je lui souhaite une belle continuation et qu'elle se forge une certitude : celle d'avoir fait le bon choix et de le vivre pleinement et sereinement.
Un grand merci aux Éditions des Équateurs et à Masse Critique pour l'envoi de ce beau récit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          313
gwendal
  01 juillet 2020
Anaïs Kerhoas, personnage central d'un documentaire qui a eu du succès en 2013, jeune femme au fort caractère, nous livre ici sa vision du monde et de la vie.
Ce livre est une suite de tranche de vie, sa vie et en partie celle de ses proches, qui tente d'expliquer le parcours qui l'a amené où elle en est aujourd'hui, de sa naissance à ce qui l'a poussé à écrire ce livre, en passant pas tout ce qu'elle a vécu pour essayer d'accomplir ses rêves. A la fois parcours de vie donc, mais aussi parcours de l'âme. On suit toutes ses luttes, ses doutes, contre les humains et leurs administrations, mais aussi contre elle même.
Elle a vécu tellement de choses dans sa vie, certaines traumatisantes qui l'ont longtemps entravées, d'autres plus joyeuses (souvent de belles rencontres). Toutes ces expériences nous amène, petit à petit, à la connaitre un peu mieux (surtout pour moi qui n'avait jamais entendu parlé d'elle avant cette lecture) et à comprendre son cheminement de pensée, de vie et de philosophie.
On découvre presque un double personnage, à la fois les pieds sur terre, les mains dans la terre, et ancrée dans le réel mais aussi mystique, sensible à l'esprit des choses et de la nature, à la fois sombre et dure, mais aussi quand elle nous parle des plantes tellement lumineuse et poétique.
L'écriture est simple et directe, pas de circonvolutions, ni de détours pour expliquer les choses, parfois juste des listes d'objets qui se suivent. Les moments de magie c'est je le répète quand elle parle de la nature, les arbres, les plantes, leurs odeurs, leurs goûts, leur aspect.
Elle arrive vraiment bien aussi à nous faire comprendre, pour ceux à qui cela avait échappé, la difficulté de créer et de faire perdurer une exploitation agricole, encore plus quand on est une femme, ne venant pas de ce monde et voulant développer une activité peu répandue (triple peine, dans tout les sens du terme). La quantité de travail que cela demande, jusqu'à parfois se mettre en danger physiquement et mentalement, elle l'avoue, elle à souvent été au bord du gouffre.
Elle nous livre aussi sa philosophie de vie, sa vision de ce qui devrait être, sur beaucoup de sujet, concernant la nature et les relations humaines (entre humains et vis à vie de la nature). C'est là où le bât a un peu blessé pour moi, pour quelqu'un d'aussi libre et semble t'il ouvert, elle met les êtres humains sans arrêt dans des petites cases, avec de bon gros raccourcis (moi même je vais un peu grossir le trait ici, mais pas tant que ça), les hommes globalement d'horribles bestiaux, les femmes des anges, les paysans conventionnels des veaux. J'aurais aimé un peu plus de mesure, mais en même temps est ce que cela aurait été vraiment elle ? Il faut bien le reconnaitre, elle ne se cache pas une seconde, elle se livre corps et âme dans ce livre.
Un livre donc qui peut redonner espoir à ceux qui veulent aller au bout de leurs rêves tout en leur rappelant ce que ça coute et les efforts à fournir (les pieds sur terre je vous dis). Un livre aussi qui donne à réfléchir sur nos rapports à la nature, à l'autre, à l'économie et à la vie tout simplement.
Merci à l'auteure pour ce récit sans fard et cette mise à nue. J'ai souvent été touché par cette franchise, ému mais aussi atteint d'un bonne droite en pleine face.
Merci aussi à Babelio et à Equateur édition pour m'avoir permis de lire ce livre dans le cadre de masse critique, n'étant pas un grand fan de bio je serai sans aucun doute passé à côté et cela aurait été dommage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
BookycookyBookycooky   31 août 2020
Le sable est fin et la mer limpide. Sa palette de couleurs est infinie comme les ciels de Bretagne. Durant l’été, grâce aux réverbérations du sable blanc, l’eau prend parfois une teinte turquoise comme en Corse ! Les herbes des dunes jaunissent sous les rayons du soleil et contrastent avec le vert vif des arbres alentour. Mais c’est à l’automne que les lumières sont les plus incroyables, comme des cartes postales colorisées. Sous le ciel gris sombre, voire bleu d’encre, la mer devient vert émeraude, les feuilles des arbres se parent de rouge et d’or.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
LadybirdyLadybirdy   13 septembre 2020
J’entends souvent les gens se plaindre du coût de la nourriture, hélas ce sont les mêmes qui préfèrent acheter des plats industriels et un nouveau smartphone plutôt que de s’alimenter correctement. Pourtant, le pouvoir d’achat est l’un des derniers leviers qui nous reste pour faire évoluer le monde dans lequel on vit.
Commenter  J’apprécie          382
LadybirdyLadybirdy   14 septembre 2020
Prenez un rhume. La plupart des gens avalent toutes sortes de médicaments pour soulager leurs sinus en encrassant au passage leur foie, usine de désintoxication du corps humain. C’est le cas du paracétamol responsable de cirrhoses médicamenteuses chaque année. Or, il suffit de prendre des infusions de plantes, comme la fleur de sureau, le thym ou l’eucalyptus et d’attendre quelques jours pour aller mieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          253
BibliorozBiblioroz   02 juillet 2020
Sur le marché, on parle beaucoup de la météo, un sujet qui nous rapproche des clients. Eux se réjouissent de l’absence de pluie, tandis que nous autres, travailleurs de la terre, nous comptons les jours secs avec inquiétude. L'eau, c'est la vie. Certains l'oublient. Je voudrais leur décrire les craquelures de la terre assoiffée quand elle n'a pas assez bu, l'odeur de la terre après la pluie, la course des gouttes le long des feuilles, les vers de terre et les limaces se trémoussant de joie à la surface, la saturation soudaine des couleurs, les ciels d'encre et les arcs-en-ciel, les rideaux de pluie comme des estampes japonaises. Je voudrais qu'ils retrouvent ce lien manquant à la terre, qu'ils écoutent sa plainte et sa colère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
blandine5674blandine5674   02 octobre 2020
J’ai humé toute la gamme des odeurs : les notes vertes et fraîches de la cardamome, les effluves anisés du basilic sacré, les notes enivrantes des feuilles de coriandre fraîche, les notes douces et fleuries de la rose, le parfum intense, raffiné, presque mystique du jasmin, les notes chaudes et citronnées du gingembre, les notes fruitées et hespéridées des agrumes, les odeurs musquées des animaux, les notes douces et sucrées de la coco, les notes épicées du poivre, de la cannelle et des clous de girofle, les notes boisées de l’encens émanant des temples et du santal utilisé pour les crémations.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110

Videos de Anaïs Kerhoas (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anaïs Kerhoas
Vidéo de Anais Kerhoas
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

L'écologiste mystère

Quel mot concerne à la fois le métro, le papier, les arbres et les galères ?

voile
branche
rame
bois

11 questions
125 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , developpement durable , Consommation durable , protection de la nature , protection animale , protection de l'environnement , pédagogie , mers et océansCréer un quiz sur ce livre