AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070125524
128 pages
Éditeur : Gallimard (30/11/-1)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 7 notes)
Résumé :
«Attends, écoute-moi trente secondes, je vais te montrer un truc, tu vois, mec, Jésus, il descend sur terre, et son karma, c’est de savoir qu’il est fils de Dieu, et qu’il va falloir mourir sur la croix pour assurer la sécurité, la sécurité éternelle du genre humain, c’était tout prévu à l’avance, même Judas…»
Beat Generation : une pièce au sujet de l’amitié, de l’angoisse et, aussi, du Karma. Elle débute par un beau matin d'automne clair et frais, alors que ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
ATOS
  09 septembre 2012
La génération perdue d'avant guerre engendra la génération béate. Les Beats marchent en contemplant les étoiles. Des anges non pas déchus mais seulement tombés du ciel, un peu trop vite, d'un peu trop haut.. Ils savent qu'ils doivent rejoindre le ciel mais ne se souviennent plus du chemin. Alors ensemble, en amitié il lisent une carte qu'ils décryptent en utilisant certains philtres : alcool, sexe et drogue, certaines clés : musique, poésie, l'art dans tout ses états
Les états unis des années 50 étaient " vendus" comme un rêve, mais en réalité ce monde "celluloïd" était épouvantable. L'enfer n'est pas une demeure, on ne peut que vouloir s'en échapper. Les personnages de cette pièce sont ceux qu'ils sont, vivent comme ils sont. Et c'est de cette façon que Kerouac a décidé de faire tourner sa plume autour d'eux. On aimera ou pas. Et cela n'a pas d'importance. puisqu'avec ou... sans nous : "Ils sont".
Astrid SHRIQUI GARAIN
Commenter  J’apprécie          110
Marti94
  23 septembre 2017
Je termine la lecture de cette pièce de théâtre un peu perplexe. Certes j'ai acheté ce livre quand je suis allée voir l'exposition sur la "Beat génération" à Beaubourg, motivée par un texte homonyme inédit de Jack Kerouac.
Nous sommes aux États-Unis en 1955 et Kerouac fait le portrait d'hommes plus ou moins à la dérive, portés sur l'alcool, liés par l'amitié et l'envie d'être riches. Ils sont un peu philosophes malgré eux. Ils se retrouvent pour jouer aux échecs ou aux courses. Milo, le cheminot, fait un plan sur la comète en proposant à ses copains un réseau de turf pour gagner de l'argent, avoir un capital, mais aussi aider ceux qui en ont besoin.
Il y a sans doute du vécu dans cette histoire où la religion est présente avec le passage d'un prêcheur de la nouvelle église araméenne (je ne sais même pas si elle existe).
J'avoue que je n'y ai pas été très sensible d'autant plus que les femmes n'ont pas le beau rôle. Elles sont serveuses, poules ou bigotes et manquent de considération.
Cela reste un texte qui a un intérêt historique car il témoigne de l'émergence de ce mouvement littéraire et artistique, la "Beat génération", qui scandalisa l'Amérique puritaine et préfigura la libération culturelle, sexuelle et le mode de vie de la jeunesse des années 1960.
D'abord perçus par la culture dominante comme des rebelles subversifs, les beats apparaissent aujourd'hui comme les acteurs d'un mouvement culturel parmi les plus importants du 20ème siècle.
Lu en septembre 2017
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
polarjazz
  20 juin 2019
Dans un élan mystique, avec le timbre rauque rendu par les opiacées, Jack Kerouac disloque l'Amérique du rêve américain. Ses personnages - Milo et Buck en tête, sont le monde des laissés pour compte. Grâce à des propos tue-mouche, l'auteur met à l'épreuve la langue.
Des amis fauchés se rendent aux champs de courses pour dépenser leur maigre fortune. Comme tous les joueurs addictifs, Milo a une astuce pour gagner. Une combine qu'il ne respecte pas.
Avec une ironie jouisseuse, Jack Kerouac exhibe la réalité désolante d'une société contemporaine globale. Même la religion ne semble pas avoir de réponse.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
polarjazzpolarjazz   20 juin 2019
MILO : C'est des esprits, à tous les coups, des esprits qui attendent, pleins d'espoir, de reprendre forme humaine, pour pouvoir retrouver cette précieuse occasion, tu vois, et tu me l'as dit toi-même, combien les chances sont minces de renaître sous la forme d'un être humain, cette tortue qui nage vers l'infini des mers, qui traverse l'éternité, qui remonte à la surface de temps en temps, pour redresser la tête...
BUCK : Ouais, la nasse flottante...
(P. 66-67)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Marti94Marti94   24 septembre 2017
Paul
Je sais pas, je… Je crois que tout le monde devrait aimer tout le monde, je crois que c’est le seul message… C’est le seul message, et personne n’y croit.
Commenter  J’apprécie          30
Marti94Marti94   24 septembre 2017
Buck
C’est des mots… je le répète, Milo, et je suis sincère, j’essaie de te faire dire que Dieu, c’est des mots… Mais ça encore, c’est que des mots, hein ?
Commenter  J’apprécie          10
ATOSATOS   09 septembre 2012
Y a pas de patience dans l'éternité !
Commenter  J’apprécie          50
Marti94Marti94   24 septembre 2017
Manuel
Moi je mise sur le neuf ! Il m’inspire ce neuf, j’ai une vision ! C’est le chiffre mystique de Dante !
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jack Kerouac (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jack Kerouac
“Kerouac, l'obsession bretonne” : Un documentaire d'Arnaud Contreras et Vincent Abouchar diffusé sur France Culture le 25 avril 2011 (émission “Sur les docks”). © Photographie de la plaque de la rue Jack Kerouac à Lanmeur : Arnaud Contreras. Le site de ce dernier : http://arnaudcontreras.com. Ce documentaire porte un éclairage sur l’obsession bretonne de l’écrivain américain Jack Kerouac, et sur la découverte récente par la Bretagne de l’un de ses fils égarés. Au travers de toute son œuvre littéraire et dans sa vie privée, le chef de file de la Beat Generation ne cesse de faire référence à la terre de ses aïeux, se présente comme Jean-Louis Lebris de Kerouac, parfois prince, parfois baron, de Bretagne. En 1965, il se rend à Brest, chez Monsieur Lebris pour y rencontrer un présumé cousin. Élevé dans le mythe familial d’un ancêtre noble et de son trésor spolié, « Ti Jean » ne trouve rien et publie à son retour en Floride “Satori à Paris”, récit de son errance géographique et identitaire. Grâce aux travaux de Patricia Dagier et Hervé Quéméner, nous savons maintenant qu’il suivait de mauvaises pistes, que le premier Kerouac, parti aux Amériques pour d’obscures raisons au XVIIIème siècle, se nommait Le Bihan, que leur trésor se résume à quelques champs… à Kervoac (« prononcez Kerouac »). Pour les organisateurs et invités du festival organisé en son honneur à Lanmeur, petit village finistérien, comme pour Frank Darcel, écrivain et ex guitariste du groupe Marquis de Sade, ce qui importe c’est de transmettre le message de Jack : « Dépasser ses limites », trait de caractère qui leur paraît tout naturellement… breton.
Avec : Pierre Lebris, ancien libraire qui a reçu Jack Kerouac à Brest en 1965 Patricia Dagier, généalogiste, auteur de Kerouac, Breton d’Amérique Frank Darcel, écrivain et ex guitariste du groupe Marquis de Sade Jon Nix, du Beat Museum de San Francisco Valérie Derrien-Remeur, organisatrice du Festival Jack Kerouac de Lanmeur Louis Bertholom, poète
Production: Arnaud Contreras Réalisation : Vincent Abouchar
Thèmes : Documentaire| Littérature Etrangère| Bretagne| Héritage| Beat Generation| Racines| Jack Kerouac
Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : karmaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jack Kerouac et ses avatars

Sous quel nom Jack Kerouac apparaît-il dans "Big Sur" ?

Jack Duluoz
Jack Sandoz
Jack Dulac
Japhy Rider

10 questions
93 lecteurs ont répondu
Thème : Jack KerouacCréer un quiz sur ce livre