AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782072974830
Gallimard (24/03/2022)
3.71/5   36 notes
Résumé :
Bien avant de devenir célèbre avec la publication de Sur la route, avant même de publier The Town and the City (qui allait être son premier roman officiel), Jack Kerouac était marin. L'Océan est mon frère, resté jusqu'ici inédit, est le fruit de cette histoire d'amour avec l'océan.
C'est le récit des aventures et fortunes diverses de Wesley Martin, marin solitaire et taciturne, qui voue à l'océan « un amour unique et étrange », et de Bill Everhart, intellect... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,71

sur 36 notes
5
3 avis
4
6 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
1 avis

Didjmix
  15 juin 2022
Comme quoi ! Je vais avoir un point commun avec l'auteur, je ne vais pas être sympa (il a été sévère avec son propre texte, elle le laissant au grenier - où il aurait dû resté !). On croit lire le grand Jack Kerouac, et on découvre qu'il s'agit de son tout premier roman, inachevé en plus, sorte de brouillon de "Sur la route". Peut-être plus autobiographique ici : il a été cet universitaire, dans une vie rangée, qui décide de devenir marin (sur un navire marchand après avoir rencontré un autre marin amoureux de l'océan bien plus que de sa propre femme). On retrouve les thèmes chers à J. Kerouac et qui ont fait de cet auteur le symbole de la liberté et des grands espaces. En attendant, ici, à part quelques dialogues anti-conformistes, la globalité se concentre autour de bières : ça picole ! Bref, sans grand intérêt. Heureusement, il s'agit là du brouillon, préparant le chef d'oeuvre qu'on connait. Déçu donc vous l'aurez compris.
Commenter  J’apprécie          290
Corboland78
  04 avril 2022
D'origine canadienne, Jean-Louis Kérouac ou Jean-Louis Lebris de Kérouac dit Jack Kerouac (1922-1969), est un écrivain et poète américain. Les oeuvres les plus connues de Kerouac, Sur la route (considéré comme le manifeste de la Beat Generation), Les Clochards célestes, Big Sur ou le Vagabond solitaire, narrent de manière romancée ses voyages à travers les Etats-Unis. L'Océan est mon frère qui vient de paraître, est un roman inachevé (1942) et inédit de l'écrivain.
Wesley Martin, jeune marin a déjà beaucoup roulé sa bosse, que ce soit sur terre à travers les Etats-Unis ou sur mer aux quatre coins du monde depuis une dizaine d'années. Actuellement à New York, il profite de cette pause pour boire des bières et prendre du bon temps. Dans un bar il fait la connaissance d'un groupe d'amis et il va se lier avec Bill Everhart, enseignant à Columbia. Nuit bien arrosée, discussions passionnées et Bill de prendre conscience de sa condition, une petite vie étriquée entre son père impotent et le couple de sa soeur. Wesley lui semble une révélation, lui l'homme libre avec un esprit de pionnier. Sur un coup de tête il décide de quitter son job universitaire pour s'engager dans la marine marchande aux côtés de Wesley…
La première précision qui s'impose : oui, il s'agit d'un inédit, oui, il s'agit de plus du premier roman écrit par Kerouac et oui, encore, il est inachevé, mais contrairement à ce qu'on pourrait craindre et qu'on a pu constater dans d'autres cas similaires, c'est un très bon roman ! Même la notion d'inachevé ne prête pas à conséquence, le bouquin tient très bien ainsi et si ce n'était la ponctuation finale et ambigüe […] on peut très bien imaginer qu'il s'achève là.
Le roman n'a rien de maritime puisque tout se déroule avant le départ du navire. Il y est question de politique, la guerre est déclarée, certains des intervenants ont combattu en Espagne contre Franco, résolument antifascistes, d'autres prônent le communisme et voudraient aller en Russie, discussions dans les bars avec le groupe d'amis ou de rencontres. Quand Bill décide de s'engager, les deux compères vont rallier Boston en stop, où ils s'engageront sur un navire marchand participant à l'effort de guerre. Ce voyage « décoiffant » pour Bill jamais sorti de ses bouquins est l'occasion pour les deux hommes d'évoquer leur vie, deux vies bien opposées on s'en doute, ce qui ne fait qu'exciter Bill à muer vers cette fameuse liberté qui n'était qu'un concept intellectuel pour lui jusqu'alors.
Une très belle scène assez émouvante à Boston quand Wesley rencontre impromptu, sa femme Edna. Car notre héros est marié mais l'a larguée comme on largue les amarres, irrésistiblement attiré par l'océan. Edna qui l'aime encore et l'attend.
La fin du roman se passe sur le navire, chacun a un job bien précis à accomplir, puis c'est l'heure du départ, le navire marchand escorté par un destroyer s'élance sur les mers où dans les profondeurs guettent des sous-marins allemands… Des hommes jeunes, plein de vitalité et d'espoirs, affamés de vie, quel sera leur destin ? Honnêtement, je ne vois pas comment le roman aurait pu se terminer autrement.
Si on part du principe que dans un premier roman un écrivain met beaucoup de lui-même, si on compare ce texte avec sa biographie on y trouve de multiples détails qui abondent dans ce sens. On peut même avancer que Wesley et Bill sont deux facettes de Jack.
Vous lirez ce bouquin parce qu'il est bien écrit mais surtout parce qu'il est terriblement frais, il y règne une certaine naïveté et un genre d'optimisme qui font plaisir à rencontrer, une denrée qui semble épuisée de nos jours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
bdelhausse
  20 septembre 2022
L'océan est mon frère est clairement autobiographique. Sans doute à la recherche d'inspiration, Kerouac, 21 ans, a pris sa vie comme modèle... Cela dit, à l'instar de ses compagnons de la génération beatnik, il continuera à s'inspirer de sa vie durant toute sa vie... Ici il est donc question de biture, d'errances, de "no future", de poches vides, de vie au crochet des autres, de plaisir immédiat et de rejet de la société. On parle aussi de guerre civile espagnole, de communisme et de guerre.
Bill et Wesley se rencontrent dans un bar. Wesley est marin et il envisage de rempiler dans la marine marchande. Bill est prof assistant à l'université de Columbia (intello comme Kerouac). Il décide de tout plaquer et de s'engager à bord d'un bateau qui va livrer du matériel aux pays en guerre. Kerouac fera partie de la marine marchande de guerre en 1942 (année où il écrira ce roman). le roman va suivre leur progression vers l'océan, fascinant point de chute, attirant mais également synonyme de mort, car les sous-marins allemands rodent.
OK, ce roman est une oeuvre de jeunesse. Inachevée. Non publiée du vivant de Kerouac. Ebauche de ses meilleurs romans à venir. Mais il y a une beauté brute dans les destins qui s'entrecroisent, entre appel du large, rejet de la société et désoeuvrement. Il y a aussi et surtout l'amour de l'océan, de l'aventure, du départ vers l'ailleurs.
Plus largement, j'ai senti à quel point des écrivains contemporains comme Rash ou Carver, Udall, présentaient une filiation avec Kerouac, en ce sens qu'ils peignent l'Amérique que l'on voudrait cacher.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Darjeelingdo
  23 août 2022
Premier roman de Jack Kerouac, écrit en 1942 alors qu'il n'a que 21 ans. Mis de côté par son auteur, le livre est publié à titre posthume il y a dix ans aux États - Unis et sort maintenant en France à l'occasion du centenaire de sa naissance.
L'océan est mon frère , c'est la rencontre, dans un bar new-yorkais, entre Wesley Martin, marin solitaire, sans attache et peu loquace, et Bill Everhart, assistant de littérature anglaise à l'université Columbia, idéaliste et bavard. L' universitaire, coincé dans une vie un peu étriquée et qui rêve d'« une vie qui ait du sens, avec une impulsion », est fasciné par Wesley et la liberté qu'il incarne et, sur un coup de tête, décide d'embarquer avec lui sur un paquebot de marine marchande en partance pour le Groenland.
Ce récit est visiblement en partie autobiographique puisque Kerouac était étudiant à Columbia et s'est lui-même engagé dans la marine marchande à 20 ans en 1942. le personnage de Bill lui permet d'exposer sa vision sur un certain nombre de sujets, politiques ou sociétaux et celui de Wesley semble incarner ce besoin de liberté, cette envie de fuir et de tailler la route que l'on retrouvera ensuite dans son oeuvre.
J'ai eu un peu de mal à entrer dans le roman avant d'être touchée par ces personnages et l'ambiance assez fraternelle sur le bateau. Je connais très mal Kerouac et ce livre m'a donné envie de le découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Larpenteurk
  27 mars 2022
Roman de jeunesse de l'écrivain arpenteur de l'immensité bitumée, et fileur d'étoiles sous le dôme de l'inconnu, de la liberté, qui déjà a son jeune âge plein de maturité, signe une aventure dès plus humaine, fraternelle, le coeur chaud de son bouillon de vie qui attend, un basculement, une excitation vers les frémissements de l'existence, qui s'éveille, ce réveil.
Une histoire de marins pour l'un et qui le deviendra pour l'autre. Une histoire politique aussi et de guerre au loin..
Un livre nourrit de tous ce que nous pouvons aimer chez l'auteur. Dans ses lignes nous pouvons lire l'écrivain naître dans sa joie d'homme de mots.
J'ai beaucoup aimé cette lecture qui m'a rappelé combien j'ai apprécié l'oeuvre de cet écrivain mémorable, l'ayant lu avec l'abondance de l'appétit du lecteur qui se passionne pour le mot, celui qui sonne, qui ouvre tout un monde de phrases et de paragraphes.
Quel bonheur d'avoir été le passager d'un Jack Kerouac survolté, surabondant de verve et de jeunesse !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62


critiques presse (3)
LesInrocks   09 août 2022
Les écrivains, comme tous les artistes, ne sont pas toujours les meilleurs juges de leur propre travail. Parfois trop sévères envers eux-mêmes, ils laissent de côté des pans entiers de leur œuvre. C’est ce qui s’est passé avec L’océan est mon frère, premier roman de Jack Kerouac, écrit en 1942 et mis immédiatement de côté par son auteur.
Lire la critique sur le site : LesInrocks
LeMonde   03 mai 2022
Le jeune écrivain jugea sévèrement – à tort – ce premier roman inspiré par ce choix de vie et par ses tribulations en mer. Et en remisa le manuscrit. Qui fut publié outre-Atlantique à titre posthume, en 2011. Il aura donc fallu plus d’une décennie pour le voir traduit en français. Curieux délai s’agissant d’un auteur considéré comme l’un des plus importants du XXe siècle.
Lire la critique sur le site : LeMonde
LeFigaro   17 mars 2022
L’océan est mon frère, oeuvre inédite de l’écrivain américain, est un roman inachevé, mais parfaitement travaillé, réfléchi.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   01 avril 2022
Cigarette au bec et mains dans les poches de son pantalon, le jeune homme dévala les quelques marches de brique devant l’entrée d’un hôtel sur Broadway, dans le haut de la ville, et prit la direction de Riverside Drive, d’un pas nonchalant, curieusement ralenti. C’était le crépuscule. Les rues chaudes du mois de juillet, voilées par la touffeur qui brouillait les perspectives ordinairement nettes de Broadway, étaient envahies par un véritable spectacle de badauds, de bus, de taxis, de voitures étincelantes, d’étals de marchands des quatre-saisons riches en couleurs, d’épiceries kascher, de marquises de cinéma et des innombrables merveilles com posant l’atmosphère chatoyante de carnaval caractéristique de la rue new-yorkaise au milieu de l’été. Le jeune homme, vêtu simplement d’une chemise blanche, sans cravate, d’une veste en gabardine verte un peu élimée, d’un pantalon noir et de mocassins, s’arrêta devant l’étal d’un marchand des quatre-saisons pour jeter un coup d’œil à la marchandise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          22
Corboland78Corboland78   04 avril 2022
« - Tu as mené une vie plutôt insouciante, hein ? poursuivit Everhart. Débauche dans les ports et retour en mer. ET pendant ce temps… - Exact. – Tu ne t’es jamais soucié de planter des racines dans la société, je suppose. – Essayé une fois, essayer de planter des racines, comme tu le dis… J’avais une femme, un bébé en route, un boulot stable, on avait une maison. » Wesley s’interrompit et but une gorgée pour faire passer les pensées amères. Il continua : « Je me suis tiré après la naissance du bébé, mort-né, ce genre de conneries. Je suis parti sur la route, j’ai vagabondé dans tous les Etats-Unis et j’ai fini par m’embarquer. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DarjeelingdoDarjeelingdo   23 août 2022
Je ne pense pas avoir été aussi fou depuis bien longtemps, mais c’est drôle, c’est nouveau et, merde, c’est rafraîchissant.
Commenter  J’apprécie          70
DarjeelingdoDarjeelingdo   23 août 2022
Je sais à présent à quoi je ne croyais pas pendant toutes ces années [•••] La politique d’abord, la pure politique. Les hommes politiques ne survivent que s’ils font certaines concessions. S’ils n’en font pas, ils sont chassés du pouvoir. Par conséquent, idéaliste ou pas, un homme politique est toujours confronté à un choix épineux, tôt ou tard, entre la justice et la survie. Cela va inévitablement corrompre ses idéaux, non ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
DarjeelingdoDarjeelingdo   23 août 2022
De sa position en contrebas, Bill pouvait voir son regard dur, et comme les capitaines de navire dans les romans, ce petit homme aux manches couvertes de galons avait des yeux de la couleur de l’océan, ce bleu pâle brumeux avec une trace de vert, et la vague promesse d’un gris de tempête.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Jack Kerouac (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jack Kerouac
« Au beau milieu de la frénésie des années cinquante, Jack Kerouac (1922-1969) […] choisit l'errance. […]  […] Kerouac a lancé son écriture dans toutes les directions, a envisagé toutes les perspectives afin de, sinon trouver une réponse, au moins cerner l'enchaînement des maux de l'homme […]. L'errance kerouacienne fut favorisée par deux contextes différents. D'une part, un contexte d'après-guerre où prédominent le malaise social et l'impression d'une catastrophe imminente, et caractérisée sur le plan intellectuel et artistique par une inclination existentialiste et nihiliste. D'autre part, un contexte éducatif régenté par la mère et le souvenir du frère aîné (Gerard, mort à l'âge de neuf ans), et lié à une morale chrétienne sévère ainsi qu'aux croyances populaires qui nourrissent une conscience accrue du bien et du mal. À partir de ces deux pôles, s'opère une réflexion, à la fois sur les origines de la souffrance et sur la mort. Cette réflexion couvre, dans l'oeuvre, trois champs d'investigation à travers lesquels Kerouac tentera de trouver une sagesse, une sapience, en tant que connaissance du monde et de son ordre. […] le champ existentiel mène Kerouac à la fuite hors du temps. C'est l'expérience de Sur la route, symbolisée par la quête du « IT », et qui se révèle être une fuite devant la mort. […] La notion kerouacienne de l'existence est alors régie par le sentiment de la « perte » et de l'égarement dans l'ignorance de la parole divine. […] L'idée d'impermanence sur laquelle repose la perception bouddhiste conduira Kerouac à considérer l'existence comme « un rêve déjà terminé » (« a dream already ended »). À partir de cette notion, il prône le « Rest-and-Be-Kind » basé sur le wu-wei taoïste (non-action), détachement nécessaire à la libération. C'est dans le cadre de l'étude du bouddhisme que naîtra l'engouement de Kerouac pour la forme poétique épurée du haïku. […]  […] sans aucun doute le haïku fut-il pour Kerouac ce qui correspondait le plus étroitement à ses attentes de spontanéité, de fraîcheur et de simplicité dans le cadre de sa quête spirituelle. […] Kerouac donne à voir ce que l'on pourrait appeler le défi du haïku, c'est-à-dire réduire la réalité, « une longue histoire » en trois petits vers. […] […] […] il voyait la pratique du haïku comme une extension poétique de son expérience spirituelle. […] le haïku serait la forme poétique du non-agir. […] […] Kerouac était un voyageur tout comme Bashô (1644-1694) et les plus grands haïkistes japonais. Un pèlerin donc, pour qui l'errance dans son esprit inhérent d'ouverture était liée au non-agir taoïste […]. » (Bertrand Agostini)
« Beat Generation signifie une génération transmise dans l'éternité… le dernier tremblement d'une feuille qui tente de s'unir au temps, un rougeoiement brillant et soudain à l'automne.
… La Beat Generation sait tout du haïku… » (Jack Kerouac, La Beat Generation - 1958)
0:04 - 1er haïku 0:15 - 2e haïku 0:26 - 3e haïku 0:37 - 4e haïku 0:50 - 5e haïku 1:03 - 6e haïku 1:16 - 7e haïku 1:29 - 8e haïku 1:41 - 9e haïku 1:53 - 10e haïku 2:04 - 11e haïku 2:16 - 12e haïku 2:28 - 13e haïku 2:41 - 14e haïku 2:52 - 15e haïku 3:05 - 16e haïku 3:16 - 17e haïku 3:30 - 18e haïku 3:44 - 19e haïku 3:56 - 20e haïku 4:07 - 21e haïku 4:18 - 22e haïku 4:30 - 23e haïku 4:41 - 24e haïku 4:53 - 25e haïku 5:06 - 26e haïku 5:18 - 27e haïku 5:32 - 28e haïku 5:43 - 29e haïku 5:55 - 30e haïku 6:08 - Générique
Référence bibliographique : Jack Kerouac, le livre des haïku, traduction de Bertrand Agostini, Éditions de la Table Ronde, 2022.
Image d'illustration : https://www.tampabay.com/arts-entertainment/arts/books/2019/10/22/jack-kerouac-found-the-end-of-his-road-in-st-petersburg-50-years-ago/
Bande sonore originale : Gotama - Dissolving Dreams
Site : https://gotama-music.bandcamp.com/track/dissolving-dreams
#JackKerouac #LeLivreDesHaïku #PoésieAméricaine
+ Lire la suite
autres livres classés : mers et océansVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus






Quiz Voir plus

Jack Kerouac et ses avatars

Sous quel nom Jack Kerouac apparaît-il dans "Big Sur" ?

Jack Duluoz
Jack Sandoz
Jack Dulac
Japhy Rider

10 questions
109 lecteurs ont répondu
Thème : Jack KerouacCréer un quiz sur ce livre