AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Jean Esch (Traducteur)
EAN : 9782021439670
304 pages
Éditeur : Seuil (05/11/2020)
3.94/5   160 notes
Résumé :
Berlin, 1928. Les corps de quatre prostituées sont retrouvés massacrés dans le même quartier. Bernie Gunther, jeune flic idéaliste à la brigade des mœurs est invité à rejoindre le chef de la Kripo pour enquêter sur cette sinistre affaire.

Alors que ces meurtres laissent la population indifférente, le père de l’une des victimes, un chef de la pègre très influent, est prêt à tout pour se venger de l’assassin de sa fille.

Dès lors qu’une n... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (65) Voir plus Ajouter une critique
3,94

sur 160 notes
5
31 avis
4
20 avis
3
8 avis
2
3 avis
1
0 avis

kielosa
  07 novembre 2020

Je remercie les Éditions du Seuil et Babelio pour l'envoi, dans le cadre d'une opération masse critique spéciale, de ce beau cadeau que constitue l'ultime enquête de Bernie Gunther par le regretté Philip Kerr.
Avant de me plonger dans une nouvelle aventure du policier Gunther, je réfléchis très fort si je n'ai rien oublié d'important ou urgent qui risque de venir perturber ma lecture et si mon gang de félins a assez de nourriture, de lait et de friandises pour ne pas venir quémander dans les quelques heures qui vont suivre.
Cette quatorzième enquête de Bernie Gunther est sortie l'année dernière en Angleterre, un an après la mort de Philip Kerr d'un cancer en mars 2018 à l'âge de 62 ans seulement.
Pour cette dernière enquête l'auteur nous ramène à l'Allemagne de Weimar qui a succédé à l'empire des Hohenzollern après la défaite de la Première Guerre mondiale et la fuite de l'empereur Guillaume II (1859-1941) aux Pays-Bas.
Nous sommes en 1928 et notre héros est nommé inspecteur de police à la Kripo ("Kriminalpolizei" - police criminelle) de Berlin par le grand chef Bernhard Weiss (1880-1951), avocat et Juif, qui sera bientôt obligé par les nazis de s'exiler en Angleterre.
Berlin avec plus de 4 millions d'habitants est surpeuplée et une inflation historique a en 1923 condamné une bonne partie de cette population à la misère. Ce sont comme souvent les femmes qui trinquent le plus. Réduites au chômage après la perte de leur emploi dans l'armement pendant la guerre et fréquemment supposées prendre soin d'un mari rentré du front invalide ou estropié. Fatalement, un bon nombre de femmes et filles se feront, pour simplement survivre, prostituée occasionnelle ou trouveront le chemin des cabarets qui polluent dans la capitale allemande. Et des cabarets plus sinistres et vulgaires que celui que l'inoubliable Liza Minnelli nous a présenté dans le film célèbre de 1972, inspiré par les best-sellers de Christopher Isherwood "Adieu Berlin" et "Berlin Stories".
Et notre Bernie est chargé d'un dossier type pour l'époque et l'endroit officiellement et inoffensivement nommé "l'affaire Station Porte de Silésie". Une horrible histoire de jeunes prostituées assassinées et scalpées. Sur le lieu du crime aucune trace exploitable ni de scalp !
En épluchant le dossier, l'inspecteur fait la connaissance des pauvres victimes qui sont ainsi présentées au lecteur.
Il y a :
- Mathilde Luz, 27 ans, trouvée dans sa robe de C&A avec son eau de Cologne 4711, qui s'est faite "shontes" (putain en Yiddish) pour payer son loyer. D'après le rapport d'autopsie, elle était enceinte.
- Helen Strauch, 24 ans, dont les parents avaient divorcé et la mère s'était jetée, même pas 9 ans avant, dans le Landwehrkanal. C'est en perdant son boulot dans une brasserie que la jeune Helen a décidé de tapiner.
- Louise Pabst, un travesti prénommé à la naissance Fritz, qui travaillait chez Wertheim (une grande surface) le jour et qui fréquentait la nuit des cabarets. Comme les autres, il/elle a été frappé d'un coup de marteau qui lui a brisé la nuque, mais Pabst a survécu et se trouve à l'hôpital, sans avoir, comme porteur de perruque, été scalpé.
- Eva Angerstein, 27 ans aussi, sténographe chez Siemens et prostituée de fin de mois, lorsqu'il lui manquait des sous juste avant de recevoir sa paie. Mode opératoire de l'assassin pareil et aucun témoin.
J'arrête ici ma petite présentation en soulignant que pour Bernie Gunther l'enquête ne sera nullement une sinécure, compte tenu du peu d'indices dont dispose la police : que l'assassin fume des cigares, porte des boutons de manchette de franc-maçon, et a probablement des devises étrangères dans sa poche.
Pabst, à l'hôpital, ne se souvient de rien, mais un passant a entendu quelqu'un dans les parages siffloter une mélodie de "L'apprenti sorcier" du compositeur français, Paul Dukas.
Cette intrigue policière, qui comporte de sacrées surprises, est située dans une Sodome et Gomorrhe moderne et européenne, comme toujours très bien recherché et documenté par l'auteur.
Le décès de cet auteur est une perte importante pour la littérature policière de qualité. Peu avant sa mort un éditeur anglais avait qualifié Philip Kerr comme "le Graham Greene de notre temps". C'est exact qu'ils avaient tous les 2 le don de l'observation minutieuse et de la formulation originale et élégante. Tous les 2 ils ont eu la même aversion d'injustice et de corruption, comme Greene de ce maire connu du Midi de la France.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          9211
Roggy
  18 novembre 2020
Je remercie les Editions du Seuil et Masse critique pour ce magnifique cadeau !
Metropolis est un polar historique à l'humour et à l'analyse acerbes et qui possède une cadence parfaitement rythmée.
Roman posthume qui vient boucler la boucle des zigzags temporels dans lesquels nous ont entraîné Philip Kerr, couvrant presque trois décennies ;
la toute première enquête de Bernie Gunther nous arrive après toutes les autres et cela ne fait que rajouter une meilleure compréhension de son parcours et d'insuffler encore de l'épaisseur au personnage qu'on a côtoyé sur tant d'aventures.
Le jeune Bernie Gunther qui débute à la Kripo en a déjà vu passablement d'horreurs mais il est encore optimiste et croit encore à l'ordre et à la justice.
L'auteur écossais fait un joli parallèle entre Berlin et Babylone. Berlin en 1928 est absurde et laide, gangrenée par des excès de violence, de décadence et infectée par des stigmates de la guerre, qui continue à distiller des criminels organisés en gangs, des fous et des déviés. Néanmoins elle demeure paradoxalement une ville merveilleusement stimulante.
Bernie Gunther est parti avec Philip Kerr.
Ses aphorismes ne nous arracheront plus de sourires et les valeurs humaines qu'il défend et qui transcendent toutes les horreurs qu'il a pu traverser demeureront intactes.
Ses quatorze enquêtes nous auront tant appris et passionné !
Son cynisme mâtiné d'idéalisme survivra et fera encore le bonheur de beaucoup de lecteurs !!
Pour ceux qui n'ont pas encore fait connaissance avec l'oeuvre passionnante de Philip Kerr et qui désirent suivre l'ordre chronologique de ses aventures, désormais, le feuilleton peut se lire en suivant le fil historique (les tomes 14-1-2-12-8-9-10-3-4-5-6-7-11-13).
Je conclus mon humble hommage à ce grand auteur avec ce texte paru dans le Monde :
« Avec son héros avançant sur une ligne de crête, d'une viscérale ambivalence, Philip Kerr a tracé une nouvelle voie dans le polar comme dans le roman historique. Résultat : une fresque réaliste et terrifiante, véritable morceau de philosophie morale et politique ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          783
Eve-Yeshe
  25 novembre 2020
Il y a très longtemps que je voulais découvrir l'univers de Bernie Gunther, dont la « Trilogie berlinoise » me nargue effrontément sur une étagère de ma bibliothèque (quelle idée aussi d'avoir opté pour le modèle poche qui fait mille pages et pèse plus de cinq cents grammes, quand on n'a plus beaucoup de force dans les mains…
Quand on me l'a gentiment proposé au cours d'une masse critique spéciale de Babelio, je n'ai pas hésité plus d'une demi-seconde, car il s'agissait de sa première enquête donc cela me permettait de faire la connaissance de Bernie.
L'action se situe en 1928, à Berlin, sous la République de Weimar, alors que frémissent déjà la moustache d'Hitler, ses Sections d'Assaut tristement célèbres, les violences perpétrées contre tout ce qui les dérangent…
Trois prostituées sont retrouvées assassinées et scalpées par un mystérieux tueur que l'on surnommé Winnetou, l'une d'entre elle étant la fille d'un mafieux.
Le tueur nargue la police et joue avec elle, en laissant des indices trompeurs pour les envoyer sur de fausses pistes. Brusquement, il change de victimes et s'en prend aux hommes qui ont été blessés pendant la guerre et se retrouvent à mendier, dans leurs petits charriots roulants, aux sorties du métro. Il écrit un texte à un journal justifiant ses crimes par la nécessité de nettoyer Berlin de tous les inutiles… il se fait appeler « Gnadenschuss », coup de grâce.
J'ai beaucoup aimé découvrir le Berlin de 1928, aux côtés de Bernie, la société allemande de la métropole de l'époque, les références à l'Histoire, la faim, la chute de la monnaie, la montée du Nazisme, le racisme ambiant, mais aussi la culture car on croise Fritz Lang et sa compagne de l'époque Thea von Harbou, le milieu du théâtre…
J'ai lu beaucoup de livres sur la période du Nazisme, la seconde guerre mondiale, mais je connais moins bien la République de Weimar et la manière dont Philip Kerr mêle ses héros avec des personnages ayant existé, aussi bien dans la police qu'au gouvernement, aux acteurs, entre autres m'a beaucoup plu.
Bernie Gunther est un héros intéressant et sympathique, dont j'ai aimé découvrir l'univers, la manière de vivre, les cauchemars liés aux souffrances passées dans les tranchées, qu'il tente d'oublier dans l'alcool, les méthodes d'investigation ainsi que ses relations avec les autres, qu'il s'agisse de ses collègues ou des femmes et que j'ai hâte de retrouver…
Un grand merci à Babelio et aux éditions Seuil qui m'ont permis de découvrir ce roman ainsi que son auteur.
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          614
mcd30
  30 novembre 2020
Berlin des années vingt,
Quel est le devin
Qui aurait prédit
Ce que tu devins ?
Putain frigide
Couleur suicide
Tu faisais ton lit
Sur un manteau vert-de-gris
Berlin des années vingt (Marie-Paule Belle)
Si Bernie Gunther est orphelin de son papa, je me sens moi-même privée trop tôt de Philip Kerr que j'avais découvert il y a peu grâce à Babelio et pour qui ce fut le coup de foudre avec « Les ombres de Katyn ».
Dans Metropolis, Berlin, son climat délétère, ses victimes de guerre, sa pègre, ses prostituées. Une ville minée par la défaite, la montée du nazisme et l'antisémitisme. Une ville sans espoir, à l'agonie partage la vedette avec Bernie.
On y découvre un être blessé moralement par la guerre, les tranchées qui s'oublie dans l'alcool mais qui va ouvrir les yeux grâce à son enquête qui le mène dans les bas-fonds.
On y découvre une sorte de poudrière où personne n'est en sécurité que ce soit pour sa race, son métier, le plus vieux du monde où parce qu'il symbolise la défaite avec membres amputés et malheureusement ces victimes de la société sont aussi les proies d'un tueur machiavélique.
Une histoire où Bernie Gunther va se retrouver associé à un chef de la pègre mais c'est un flic intègre comme il y en a peu et malgré de petites incartades, la justice sera respectée. Et voilà je viens de finir une autre aventure de ce flic, peu ordinaire, honnête, philosophe, humaniste, plein d'humour, sans illusions mais pas désespéré. Un héros comme je les aime.
Philip Kerr, de par son écriture, son immense travail de documentation, ses descriptions très détaillées et ses énigmes policières était un auteur qui avait le don de me plonger dans l'époque et le lieux, talent très rare dont je lui suis reconnaissante.
Merci aux éditions Seuil et à Babelio pour ce très beau cadeau.
Challenge à travers l'histoire 2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          568
Frederic524
  27 novembre 2020
Je remercie chaleureusement les Éditions le Seuil ainsi que Babelio pour cette lecture et leur confiance !
En mars 2018, l'auteur de roman policier historique de renommée mondiale Philip Kerr disparaissait des suites d'une longue maladie. Il nous laissait orphelin d'un personnage culte, un certain Bernie Gunther inspecteur allemand de la police de Berlin durant la République de Weimar puis sous le nazisme et même après 1945 à la fin de la Seconde guerre mondiale, jusqu'aux prémices de la guerre froide, qui allait installer une chape de plomb sur l'Europe, pour les cinquante prochaines années, jusqu'à la chute du mur de Berlin en 1989. Peu de personnages de roman policier marquent ainsi plusieurs générations de lecteurs. Philip Kerr est à rapprocher de l'autre immense auteur britannique qu'est John le Carré.
« Metropolis » paru début novembre 2020 aux éditions le Seuil est le dernier des quatorze volumes mettant en scène Bernie Gunther. Il relate les débuts de la carrière dans la police de ce personnage emblématique. Bernie Gunther était policier, en 1928, au quartier général de la police berlinoise sur Alexander Platz. Son supérieur hiérarchique est Bernhard Weiss, chef de la police criminelle de Berlin. Ce dernier est juif et subi les foudres des nazis, pas encore au pouvoir, mais faisant tout pour y accéder au prix de la violence, du mépris des droits de l'homme et de la démocratie mise en place par la fragile République de Weimar. C'est à Bernhard Weiss que l'on devait la réorganisation de la police berlinoise devenue ainsi une des plus modernes d'Europe. Gunther avait fait la guerre 1914-1918 comme engagé volontaire. En 1928, on le nomme inspecteur. Après l'inflation de 1923, presque tout le monde, dont un grand nombre de policiers, vendaient de la drogue, de l'alcool de contrebande, etc. Sous la République de Weimar, drogue et prostitution masculine ou féminine sont omniprésentes à Berlin.
Philip Kerr avait ce talent inouï pour tisser une ambiance de malaise entre montée en puissance des nazis et désordres aux multiples raisons dans la République de Weimar. L'enquête concerne des prostituées retrouvées assassinées et scalpées. C'est là encore un prétexte pour nous immerger dans cette atmosphère d'antisémitisme et de haine, de lutte pour le pouvoir entre différentes factions dont les plus virulents sont les nazis. Accusée de tous les maux, la République de Weimar vacille tandis qu'un certain Adolf Hitler jure de nettoyer l'Allemagne de ceux, coupables selon lui, du coup de poignard dans le dos ayant causé la défaite de 1918 qui accoucha du Traité de Versailles en 1919. Un Traité que les nazis veulent voir fouler aux pieds et qui est ouvertement remis en cause par eux. le célèbre réalisateur Fritz Lang décide de faire un film « Métropolis », titre du livre, sur la criminalité à Berlin. Il souhaite s'inspirer d'un certain « Winnetou », l'assassin des prostituées scalpées.. Mais bientôt la police se tourne vers une autre priorité : l'arrestation du « Dr Gnadenschuss » ou « coup de grâce » donné par ce criminel qui tue d'une balle dans la tête des victimes, toutes des anciens combattants estropiés. Gunther a des problèmes d'alcool car il est hanté par les souvenirs de ses compagnons de fortune, ces soldats morts dans les tranchées de 1914-1918.
Gunther est un personnage tourmenté, en proie à des démons intérieurs, pleins d'aspérités. C'est l'archétype du personnage complexe qui ne se laisse happer par aucun modèle, aucune case. Il doit faire des compromissions comme dans la réalité. Il y a ce qu'il veut et ce qu'il peut faire. Il n'est pas comme ces héros en marbre mais sa personnalité est lézardée par tout ce qui constitue la densité de son être. Un roman qui nous replonge dans cette période on ne peut plus tourmentée avec le plaisir toujours intact de suivre Bernie Gunther dans ces enquêtes. Une réussite et un cadeau idéal pour noël. « Metropolis » de Philip Kerr vient de paraître aux éditions le Seuil.
Lien : https://thedude524.com/2020/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          456


critiques presse (1)
Liberation   27 novembre 2020
Dans ce roman posthume, l'auteur britannique met en scène les débuts de Bernie Gunther, son personnage de prédilection, dans l'Allemagne pré-nazie.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (89) Voir plus Ajouter une citation
RoggyRoggy   19 novembre 2020
Et au cas où vous croiriez que je ne pense qu’à vous, chef, dites-vous bien que si vous ébruitez cette affaire, vous ne figurerez plus toute seul sur la liste des personnes à abattre. J’y serai aussi. Peut-être que vous avez l’habitude, étant donné que vous êtes juif et tout ça. Mais moi, j’ai déjà de quoi faire avec les serpents que l’alcool me fait voir dans mes bottes. Je n’ai aucune envie d’être obligé de regarder par-dessus mon épaule en permanence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
mcd30mcd30   28 novembre 2020
Elle avait le genre de voix qui vous lèche l'oreille lentement, de fond en comble, comme si elle contenait le plus délicieux des miels : grave, sexy et pleine d'assurance, avec un soupçon de chuchotement sur les bords, comme la dentelle d'un oreiller. Sa voix me plaisait, et elle aussi. Comment ne pas aimer une femme qui vous invite à dîner au Adlon.
Commenter  J’apprécie          180
Eve-YesheEve-Yeshe   25 novembre 2020
Comme toute personne ayant lu la Bible, je connaissais Babylone, cette ville synonyme d’iniquité et symbole de toutes les abominations terrestres, quelles qu’elles puissent être. Et, comme toute personne ayant vécu à Berlin à l’époque de la République de Weimar, je savais également que l’on comparait souvent ces deux villes…
Commenter  J’apprécie          192
kielosakielosa   02 novembre 2020
Comme toute personne ayant lu la Bible, je connaissais Babylone, cette ville synonyme d'iniquité et symbole de toutes les abominations terrestres, quelles qu'elles puissent être. Et comme toute personne ayant vécu à Berlin à l'époque de Weimar, je savais également que l'on comparait souvent ces deux villes.

(Prologue).
Commenter  J’apprécie          180
mcd30mcd30   03 novembre 2020
Autrefois, avant la guerre, Berlin était une ville respectable. La vie humaine a cessé d'avoir de la valeur après 1914. C'était déjà terrible, mais à cause de l'inflation de 1923, notre monnaie ne vaut plus rien elle non plus. Quand vous avez tout perdu, la vie a moins d'importance. De plus, tout le monde voit bien que cette ville est devenue trop grande. Quatre millions d'habitants s'entassent les uns sur les autres. Ce n'est pas naturel. Certains vivent comme des bêtes. Surtout à l'est d'Alexanderplatz. Alors comment peut-on s'étonner qu'ils se comportent comme des bêtes ? Il n'y a plus aucune morale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Philip Kerr (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philip Kerr
Emmanuel Couly reçoit Anne Martinetti pour son livre, "Mortels Cocktails" aux Editions du Masque, au Duke's bar de l'Hôtel Westminster, 13 rue de la Paix, 75002, Paris. « le vrai crime, c?est de ne pas savoir préparer un martini. » Francisco G. Haghenbeck, L?affaire tequila de Philip Kerr à Patricia Cornwell en passant par Ian Rankin, Stephen King, Fred Vargas ou l?éternelle Agatha Christie, les maîtres du genre vous servent leurs meilleurs cocktails et vous invitent à replonger dans leur univers? le temps d?un verre. 50 recettes de cocktails pétillants et dangereusement exquis à savourer comme un bon polar !
+ Lire la suite
autres livres classés : berlinVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Bernie Gunther, un privé chez les nazis...

"Je ne suis pas un nazi. Je suis un Allemand. Ce n'est pas la même chose. Un Allemand est un homme qui arrive à surmonter ses pires préjugés. Un nazi, quelqu'un qui les change en lois" On m'a viré de la Kripo en 1934, et comme il faut bien vivre, je me suis retrouvé déguisé en privé dans l'établissement le plus select de Berlin :

Hôtel Savoy
Hôtel Berlin
Hôtel Regent
Hôtel Adlon
Hôtel Otto

10 questions
98 lecteurs ont répondu
Thème : Philip KerrCréer un quiz sur ce livre

.. ..