AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782262038670
280 pages
Éditeur : Perrin (10/05/2012)
3.83/5   6 notes
Résumé :
L'ancien séminariste géorgien Joseph Djougachvili, devenu tour à tour conspirateur, révolutionnaire, apparatchik et despote sanguinaire, n'avait rien a priori d'un homme de guerre. Depuis les actions séditieuses au Caucase jusqu'aux grandes manoeuvres de la guerre civile, ses incursions dans le domaine militaire ont été généralement calamiteuses, et ses purges des années trente se sont avérées plus dévastatrices pour le commandement des forces armées que n'importe q... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
umezzu
  16 septembre 2017
Dans la collection Maîtres de guerre, François Kersaudy livre une biographie de Staline assez complète et illustrée de photos d'époque. le côté iconographique s'avère mineur par rapport au texte.
Les chapitres sur la jeunesse du futur dictateur, qui passe en quelques années d'apprenti séminariste à chef de gang collectant des fonds pour le parti bolchevik, résument ce que l'on peut lire dans l'excellent « le Jeune Staline » de Simon Sebag Montefiore. Staline y apparaît déjà comme impitoyable, sans scrupule et cherchant constamment un responsable à ses échecs.
La partie sur le rôle du géorgien dans la Révolution de 1917, puis dans les manoeuvres d'appareil qui ont précédé et suivi la mort de Lénine et ont mené à sa prise de pouvoir sont passionnantes. Les alliances entre chefs bolcheviks n'ont cessé de se faire et se défaire, au rythme d'une politique oscillant, après l'effort de guerre révolutionnaire, entre Nouvelle Politique Économique ou collectivisation forcée. le seul à avoir accru son importance à chaque changement de cap, en plaçant ses affidés dans tous les organes de direction, était Staline.
Les années de pouvoir avant la seconde guerre mondiale sont celles de purges incessantes, affectant tour à tour la population paysanne, le parti, puis l'armée. Toujours obsédé par d'imaginaires complots, entretenu dans ses lubies par le zèle de la Tchéka / du guépeou / du NKVD (les sigles changent, l'action continue), Staline détruit ce qui constituait de potentielles sources de résistance.
Le comble est atteint avec la destruction de tout l'appareil de commandement de l'armée : « Avant la fin de 1938, de l'aveu même de Vorochilov, 40 000 militaires vont être "purgés" : 3 maréchaux sur 5, tous les commandants de région militaire du pays, 15 généraux d'armée sur 16, 60 généraux de corps d'armée sur 67, 136 généraux de division sur 199, 221 généraux de brigade sur 397 seront fusillés - au total 90% des généraux, 80% des colonels, 30 000 officiers de rang inférieurs exécutés, suicidés, emprisonnés ou déportés au goulag, en compagnie de ceux qui le sont dénoncés ou arrêtés... ».
Au point que l'armée rouge en 1939 souffre d'une totale absence d'officier de carrière et que les quelques anciens restants sont ceux qui ont appris à suivre aveuglement toutes les décisions du maître du pays.
Face à Hitler, un poker menteur s'ouvre avec le pacte germano-soviétique. Staline croit réussi à reporter tout le poids de la guerre sur les puissances occidentales, et il ne parvient pas à croire à l'opération Barbarossa, lorsque celle-ci se déclenche le 22 juin 1941. Ses atermoiements, son incrédulité, coûtent à l'URSS la perte de l'Ukraine et l'arrivée aux portes de Moscou et de Léningrad des armées nazies. Évidemment les responsables ne peuvent en être que des militaires traîtres à la patrie, que le NKVD exécute immédiatement.
Kersaudy s'attarde sur la stratégie menée par l'URSS pendant la seconde guerre mondiale. Beaucoup de chapitres, qui se résument à une constatation : sans la qualité de ses chefs militaires, à commencer par Joukov, sans le nombre considérable des hommes se retrouvant sous les drapeaux, et sans aide matérielle américaine et anglaise, la partie aurait été perdue, comme Staline semble l'avoir d'ailleurs cru un temps en 1941.
Staline sort de la seconde guerre mondiale auréolé d'un statut de libérateur, mais un rideau de fer est tombé sur l'Europe. le dictateur a réussi à transformer son image.
Ce livre constitue une excellente biographie, rapide à lire, et éclairante sur de nombreux points.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
JADIN
  02 janvier 2015
sa fille s'est en allé aux Etats-unis
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
migdalmigdal   23 novembre 2020
Le général de Gaulle, qui préside depuis trois mois aux destinées de la France libérée, se rend également à Moscou au début de décembre (1944) pour y négocier la conclusion d'un pacte franco-soviétique, et il décrira Staline en termes nettement plus perspicaces : « Rompu par une vie de complots à masquer ses traits et son âme, à se passer d'illusions, de pitié, de sincérité, à voir en chaque homme un obstacle ou un danger, tout chez lui était manœuvre, méfiance et obstination. La révolution, le parti, l’État, la guerre lui avaient offert les occasions et les moyens de dominer. Il y était parvenu, usant à fond des détours de l’exégèse marxiste et des rigueurs totalitaires, mettant en jeu une audace et une astuce surhumaines, subjuguant ou liquidant les autres. [...] Communiste habillé en maréchal, dictateur tapi dans sa ruse, conquérant à l’air bonhomme, il s’appliquait à donner le change. [...] Tous les Russes, attentifs et contraints, ne cessaient de l’épier. De leur part une soumission et une crainte manifestes, de la sienne une autorité concentrée et vigilante. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          353
umezzuumezzu   16 septembre 2017
En vertu d'un principe démocratique énoncé par Staline lui même : "ce qui compte, ce ne sont pas les bulletins que l'ont met dans l'urne, mais les bulletins qui en sortent !".
Commenter  J’apprécie          130
umezzuumezzu   17 septembre 2017
Les archives révèlent que sur la seule période 1937-38, 681 692 personnes arrêtées ont été fusillées - soit une moyenne de 1 000 par jour.
Commenter  J’apprécie          100
umezzuumezzu   17 septembre 2017
Avant la fin de 1938, de l'aveu même de Vorochilov, 40 000 militaires vont être "purgés" : 3 maréchaux sur 5, tous les commandants de région militaire du pays, 15 généraux d'armée sur 16, 60 généraux de corps d'armée sur 67, 136 généraux de division sur 199, 221 généraux de brigade sur 397 seront fusillés - au total 90% des généraux, 80% des colonels, 30 000 officiers de rang inférieurs exécutés, suicidés, emprisonnés ou déportés au goulag, en compagnie de ceux qui le sont dénoncés ou arrêtés...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de François Kersaudy (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Kersaudy
Extrait de "Winston Churchill" de François Kersaudy lu par Vincent Schmitt. Editions Audiolib. Parution le 13 février 2019.
Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/winston-churchill-le-pouvoir-de-limagination-9782367628233
autres livres classés : georgieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1221 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre