AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782266067232
195 pages
Éditeur : Pocket (30/11/-1)

Note moyenne : 4.1/5 (sur 15 notes)
Résumé :
77 jours, 5 heures, 3 minutes, 5 secondes, c'est le temps que mettront Olivier de Kersauson et son équipage de "fous furieux fabuleux," à bord du trimaran "Lyonnaise des eaux-Dumez," pour réaliser une extraordianire course autour du monde.
Une expérience retranscrite en quelque deux cents pages de bonheur absolu pour tous les amoureux de la voile, et tous les fous d'aventure extrême. On entre dans ce récit pour ne plus le quitter, recevant de plein fouet tout... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
majero
  19 juin 2019
Récit à plusieurs voix à bord du catamaran tentant le Trophée Jules Vernes 1994.
On peut accuser le mauvais sort dans le pot au noir mais je suis peu convaincu par un Kersauson montrant peu d'empathie et de charisme, s'isolant derrière sa table à cartes, indifférent à la cohésion de son équipage.
J'ai été touché par Pradel, le toulonnais bordélique dont on se moque car barrant cheveux au vent dans tous les temps, mais tout en finesse, en harmonie avec les vagues et le vent.
Commenter  J’apprécie          300
MARINENKA
  28 septembre 2020
S'il est un home libre, on ne se trompe pas en parlant de Oivier de Kersauson, qui le démontre si bien dans son ouvrage « Homme libre... toujours tu chériras la mer ! »  d'autant plus que pour lui, la mer a été un passage très important dans sa vie. Kersau est un voileux, un taiseux ; mais sa plume nous enchante car c'est un écrivain si attachant, autant par sa personnalité que par ses aventures, soit en solitaire, soit avec un équipage pour le trophée Jules Verne.
« En mer, quand on dort, on ferme les yeux, mais on garde les oreilles ouvertes. Malgré le sommeil, le cerveau enregistre tous les bruits du bateau. Des signaux permanents, rassurants, mais parfois, aussi, inquiétants. Une gamme de sonorités diverses.. »
Ses équipiers (parmi lesquels Yves Pouillaude, entre autres), ont fait leurs preuves en mer.
Ils sont partis pour une aventure fabuleuse, faire le tour du monde sur un trimaran pour battre le record de Peter Blake et Robin Knox-Johnston. Ils ont un grand adversaire : ENZA-New-Zealand et Peter Blake leur avait recommandé : « Be careful », à quoi Oivier avait répondu : « Be careful too ! »
Pas du tout une croisière d'agrément : ça cogne, ça saute, on plonge dans des creux entre trois et quatre mètres, et c'est une bataille contre la mer. Cette mer est sans pitié car elle est très forte. le vent n'arrange pas les choses : c'est un vent est-nord-est. Les navigateurs se cramponnent comme ils peuvent, à la barre. Ils sont trempés et voilà déjà un gros pépin : « Je suis en train de capeler mon ciré lorsque la tête encapuchonnée de Ragot apparaît dans l'ouverture du roof - «la casquette». Après quelques jours de régate au large, le visage poupin et lisse de mon second porte déjà les stigmates de l'effort fourni depuis le départ. Ses bonnes joues se sont creusées. Son regard habituellement souriant et courtois, presque doux, est rougi par le sel, le vent, la fatigue. À cet instant, il est annonciateur de catastrophes. Passant la tête à l'intérieur, il me crie, pour couvrir le fracas du bateau et de l'eau: - Olivier! la têtière a lâché... » Alors on va bricoler comme on peut et avec ce que l'on a, pendant que les yeux et les mains sont brûlés par le sel de la mer.
Mais j'en ai assez dit sur cette folle aventure où de multiples événements vont avoir lieu, comme on l'imagine bien.
Avec ce livre « Homme libre... toujours tu chériras la mer !», on peut dire que « dans la déferlante et l'abrutissante monotonie de la calmasse, Olivier de Kersauson s'aperçoit qu'il ne court pas seulement après un record, ou un autre bateau… Par-delà le récit d'une folle entreprise et d'une navigation périlleuse, ce livre raconte la quête d'un homme qui a toujours voulu conserver la liberté de rêver. »
Ce sera ma conclusion pour cet ouvrage où l'on tangue nous aussi au fil de la lecture et notre coeur cogne à tout-va ….
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Cularo
  27 avril 2013
Voilà un livre qui m'a bouleversée;une incroyable aventure humaine au coeur des océans.Le style finement ciselé d'Olivier de Kersauson nous donne avec poésie tous les détails de cette course autour du monde.Les tempêtes,la souffrance,les conditions des hommes à bord,les caractères et les pensées de chacun,il nous transporte avec eux et c'est au final un livre et un voyage magnifiques.
Commenter  J’apprécie          90
Houbbabzh
  17 novembre 2017
Kersau, comme on dit dans le monde des voileux, nous fait vivre sa tentative de record certes, mais surtout il nous fait vivre à bord....sa manière de gérer le bateau, l'équipage (dont certains y vont de leur récit).et c'est cette gestion de l'ensemble qui fait tout l'intérêt de ce livre. Ce récit se lit avec autant d'aisance que Kersau manie la plume, et en plus il est moins grincheux !!!!
Commenter  J’apprécie          00
natycox21
  11 août 2014
Très beau livre, donnant envie de prendre de même chemin !
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
CularoCularo   29 avril 2013
Nous avons fait le tour du monde pour les rêveurs.Et moi,qui viens de terminer mon rêve,j'ai envie de rêver encore.Je suis content d'être de retour,mais triste d'arrêter de naviguer.
Commenter  J’apprécie          40
MARINENKAMARINENKA   28 septembre 2020
Le fantôme d’ENZA notre concurrent virtuel serait en vue…. S’il était visible, commente Kersauson.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Olivier de Kersauson (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Olivier de Kersauson
Entretien avec Olivier de Kersauson.
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1105 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre