AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Louis Le Touzet (Collaborateur)
ISBN : 2749106923
Éditeur : Le Cherche midi (23/10/2008)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 104 notes)
Résumé :
« Prendre la mer, c'est tout sauf une fuite, c'est au contraire une discipline et une contrainte. Décider d'aller chevaucher les vagues, c'est une conquête et, pour conquérir, il faut partir. C'est l'extraordinaire tentation de l'immensité. La mer, c'est le cœur du monde. Vouloir visiter les océans, c'est aller se frotter aux couleurs de l'absolu. Il m'a toujours semblé indécent de ne pas aller voir partout dans le monde. Il me fallait partir sur tous les océans, dé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Krout
  30 août 2017
Je ne m'autoriserai pas à parler de l'Océan. Je n'en n'ai acquis les droits. Ce serait de ma part une usurpation, un vol manifeste. Rien à partager, de ce qui m'est étranger et n'ai été chercher. Du fond de mes Ardennes, je n'ai pu capter son appel. L'on est plus marqué par le lieu de sa naissance qu'on ne veut l'admettre.
Par deux fois, la Bretagne m'a rejeté. Par deux fois déjà. Rudement, violemment. Probablement je ne la méritais pas. Aussi quelle arrogance : prétendre découvrir la Bretagne en ayant dédaigné l'Océan. "Au bout du compte, je me dis que nous ne nous sommes pas compris mutuellement, qu'il y a eu vingt-cinq ans de rendez-vous loupés avec l'autre. J'ai l'impression que l'échange a été un peu raté." p.185 (à propos des Antilles). Je prépare finalement une nouvelle tentative. J'ai demandé à un ami d'enfance qui affectionne la Bretagne de me prêter quelques livres, nous en avions jadis feuilleté un très beau sur les phares bretons, c'est à celui-là que je pensais. Je me retrouve avec deux guides Michelin. Mais ce n'est pas à ce genre de rencontre que j'aspire.
Quels meilleurs ambassadeurs pourrais-je trouver que des Bretons ? D'où cet emprunt Ocean's Songs. de toute façon, il y a deux ou trois ans que j'ai décidé de lire Mr de Kersauson après un passage à On n'est pas couché pour présenter un de ses livres. Celui-ci, un autre ? Peu importe, j'ai écouté ses silences et comment ne pas être marqué par ce regard vif où transparaissent une brillante intelligence et une profonde émotion. Bien sûr quelques flèches pour se défendre, quelques bons mots pour se détendre, quelques convictions pour s'identifier, une ou l'autre réflexion par l'occasion, la moitié d'une confidence par la connivence d'un autre Breton. Mais ces silences éloquents. Qui me hurlaient : j'ai tout écrit ; qui leur hurlaient : c'est bientôt fini toutes ces questions à la con.
Alors j'ai lu : "Voyager, c'est rechercher toujours les lumières, les instants de grâce promis. De ce point de vue, les femmes possèdent souvent les clés du voyage. Ce sont les plus grands peintres de mes lieux visités." p.91 Je serais mufle de ne pas remercier ces Bretonnes qui m'aident dans ma préparation, elles se reconnaitront:-) Oui, Mr de Kersauson, j'ai tout lu de ces belles pages couvertes de votre prose vraie, délicate car toute en retenue. Je me suis attardé dans les interlignes, cette intériorité des grands écrivains comme le sont les silences des grands hommes.
Aussi je partirai me perdre pour me trouver. Et comme toujours, dans cette chronique et ce proche voyage, je ne vole rien mais je garde tout. du reste si vous vous tâtez, je vous renvois vers les belles critiques bretonnes qui vous parlent d'Ocean's Songs en toute légitimité. Pour ma part je me prépare :
https://www.youtube.com/watch?v=JgvKMnrig74
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4517
Moovanse
  19 août 2014
Je referme le livre, relève la tête, regarde les objets qui m'entourent, j'hésite …
Mes yeux s'abaissent, croisent une fois de plus la couverture du livre, ce visage buriné, fouetté d'intempéries,
ces yeux ivres de bleus … J'y plonge.
Tour à tour incisif, tranchant comme une lame, passionné, rude, irritant, dérangeant,
puis subrepticement nostalgique, émouvant et si souvent poétique dans sa façon de « me » conter les houles, les vents et les couleurs des différents océans, Kersauson me bouscule, me chahute , m' illumine ou m'attendrit.
Sa pertinence me claque aux joues, je bouillonne … m'abandonne.
Surprenante description que ces « portraits de mers » ciselés comme un orfèvre,
dont je retiendrai celui qui sans doute me tient le plus à coeur, celui de la mer d'Iroise :
« Ouessant, Sein, Molène, l'une des zones du monde où il y a le plus de bouées et de balises, de phares et de feux.
Entre l'île de Sein, le Four, Ouessant, la pointe Saint-Mathieu, le cap de la Chèvre, la pointe du Raz,
tout n'est qu'un jardin d'épines sur une mer médiévale qui se défendrait contre les intrus.
Au couchant on dirait un orchestre des ténèbres où brille l'éclat des cuivres. Un accordéon de récifs sur lesquels
viennent culbuter les forts courants. C'est la mer des grandes nefs et des grandes orgues …
L'Iroise est une mer sanguine qui plante ses couverts dans la table … Une mer habitée par le vent …
Une mer de souffrance … qui meurtrit, blesse et mord jusqu'au sang.
C'est le royaume de la peinture à l'huile. Quatre saisons dans la même journée …
L'Iroise c'est ma tapisserie d'Aubusson. »

Mu par un déterminisme et une volonté qui me saisit, Kersauson me semble taillé dans la roche,
inébranlable, imperturbable, parfois presque intouchable.
En lui depuis l'enfance cette irrépressible envie de « partir », voyager, courir le monde ... Je l'envie.
C'est l'Océan son miroir d'immensité, de liberté, de dépouillement et d'absolu,
c'est dans ses teintes qu'il se retrouve, c'est dans son souffle qu'il se ressource … Je le suis.
« Je fais confiance au voyage pour qu'il me conduise dans le tourbillon émotionnel du monde …
C'est toujours comme ça que j'ai vécu le voyage. Cette infinité de bleus, de lumières
et ces arrivées de nuit ouvrent mon coeur en deux. »
« Pour moi, là où il n'y a pas de mer, le monde est gras, il sent l'humus, la glaise ou la ville ;
sans la mer, ça ne peut pas être joli ! La terre ne m'intéresse pas du tout,
sauf quand elle est frangée de mer, alors elle est belle … »
« Prendre la mer … C'est l'extraordinaire tentation de l'immensité.
La mer c'est le coeur du monde. Vouloir visiter les océans, c'est aller se frotter aux couleurs de l'absolu »

A peine trois pages sur Eric Tabarly, à peine trois mots, mais tout est dit, fort :
« C'était mon maître.»
Et puis cette brume aux yeux quand dans « l'à peine » surgit la peine, un sombre soir de juin 98 …
Je larme, touchée par ce passage où « l'intouchable » est vulnérable.

J'avale « sa » Polynésie, les Antilles, l'Asie ou l'Angleterre … anecdotes, aquarelles …
J'avale tout, avide jusqu'à la fin …
Je reviens sur Tabarly
C''est là que je m'arrête, émerveillée et proche,
C'est là que je m'arrête, au ras de l'eau, au milieu d'un silence, au bord d'une solitude, pleine.

Je referme le livre, relève la tête, regarde les objets qui m'entourent, les quitte
Je prends mon rien de rêve, mon tout de vie, monte sur le « tapis volant »
Ivre de bleus … j'y plonge.
Je vais, moi aussi, rejoindre « les griffures de la mer ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          336
Crossroads
  21 novembre 2013
Olivier de Kersauson et l'océan , une belle histoire qui dure .
Quel plaisir de retrouver ce mec que l'on sait pudique mais aussi capable de vous étendre pour le compte au détour d'une répartie cinglante dont lui seul a le secret . S'il est un sujet qu'il maîtrise parfaitement , c'est bien celui qui le passionne depuis tout gamin , l'appel du grand large . Il suffit , pour s'en convaincre , de parcourir son foisonnant relevé de navigation s'échelonnant de 1967 à 2008 ( date de parution du bouquin ) .
Bien loin du vide abyssal habituellement côtoyé par un Ribery , voir un Benzema des grands jours , le bonhomme , en plus d'être gouailleur , semble réellement érudit , ce qui ne gâche rien .
OdK se propose de vous embarquer sur tous les océans , vous faire part de son ressenti quant aux autochtones fréquentés et ce , en quelques 250 pages , tout en se livrant à dose homéopathique , l' étalage n'ayant jamais été son fort .
Le bouquin est calibré comme un véritable petit lexique maritime . Chapitré judicieusement , il survole les océans et les continents puis vous sèche sans en avoir l'air au détour d'une petite anecdote bien sentie .
Son rapport au père spirituel et mentor qu'était Tabarly traduit parfaitement la retenue touchante du bonhomme . OdK consent à se raconter , avec parcimonie , dissimulant régulièrement sa réserve naturelle derrière le masque d'une causticité cinglante .
Ce vieux loup de mer fait partie de cette race de taiseux solitaires que l'on écoute attentivement histoire de faire mentir l'adage : la parole est d'argent...
Ocean's Songs , vous n'en reviendrez pas , dixit Costa Croisières !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3615
hewson
  01 juin 2010
j'ai lu ce livre uniquement par curiosité.Nous avons tous en tête le de kersauzon des grosses têtes.Fort des bons mots et cultivant allégrement son coté misogyne.Et bien j'ai été agréablement surpris, ce livre est superbement écrit.Il fait l'apologie de l'errance, et nous donnent les clefs d'un voyage réussi.Ne pas agir comme le touriste de base qui visite chrono en main, et passe à coté des choses essentielles.Il vaut mieux s'asseoir et attendre que les gens viennent à vous.Franchement une philosophie de vie qui me convient.
Commenter  J’apprécie          110
Pchabannes
  10 avril 2009
Quel beau livre que voilà.
Dans la tradition des récits de voyage du 19ème, avant les déplacements en masse de populations occidentales stressées et névrosées. Avec l'Amiral, chacune des mers a sa propre identité anthropomorphique. Sournoise, délicate, violente les portraits de mers dévoilent les grands océans du globe avec amour et intimité.
Tout autour du monde, Olivier nous promène et nous conte, nous décrit, se dévoile, nous fait pénétrer dans son monde avec pudeur, retenue et passion.
Les voyages, ‘'on ne voyage plus. On se déplace comme des représentants en cravate et bonnets de bains.''
Et la lenteur'' Toujours se souvenir que le voyageur est venu pour voir. Que la seule richesse qui s'achète avec du courage, c'est la lenteur.''
La Polynésie, ‘'un amour de jeunesse qui n'a pas pris une ride''. Les récifs polynésiens comme les murailles de Carcassonne avec des passes à peine plus larges qu'une porte de salle de bain ! En Bretagne, tu es en panne au vent du récif, tu peux encore mouiller. Mais là-bas, impossible : il y a mille mètres de fond…''.
Rappelons que Olivier de Kersauson est un de nos plus grands navigateurs aux cotés d'Eric Tabarly pendant dix ans, devenu le plus grand chasseur de record océanique.
250 pages, moins de 20€, voilà un voyage de 4 ou 5 heures, plus pour ceux qui ouvriront l'Atlas à la suite de l'Amiral.
Bonne voyage, Pikkendorff
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
CrossroadsCrossroads   27 août 2013
La terre ne m'intéresse pas du tout . Sauf quand elle est frangée par la mer , alors elle est belle : un champ de blé agité par les brises marines où se mêlent l'odeur du blé qui est en train de mûrir et l'air frais qui vient de la mer , ça , c'est extraordinaire .
Commenter  J’apprécie          482
WyomingWyoming   22 octobre 2018
Durant la nuit du 12 au 13 juin 1998, je suis à bord d'un ferry entre l'Angleterre et la France. La nuit est noir, il ne fait pas beau, vent de sud-ouest assez fort. A l'intérieur, il y a un relent de graisse qui monte des machines, des lueurs de néons atroces dans le bateau... Je suis un peu somnolent près d'une vitre, je tente de voir dans cette nuit noire. Il y a un marin qui vient me chercher et me dit que le commandant désire me voir. Je monte et, là, le commandant (un visage rond, très doux, un peu triste) me dit : "J'ai une mauvaise pour vous et pour nous tous: Tabarly a disparu en mer." Je suis séché! Je tente, avec mon portable, de joindre Gérard Petitpas ou Jacqueline Tabarly mais ça ne marche pas. Le commandant me donne les moyens de communication. Je parviens à les joindre. Et ils confirment. Je sors de là abattu. Pour moi, Tabarly, il est aussi éternel que le courage, la force, la droiture. Il représente tellement ces valeurs que l'homme qui les incarne ne peut avoir disparu . Ensuite, je monte sur le pont, il pleut, il y a trente-cinq à quarante noeuds de vent, et le commandant et un matelot viennent me voir. Ils me disent: "Si vous voulez, on va prier." Je ne suis pas très à l'aise et, dans le même temps, je suis très touché. J'arrive à peine à prononcer les mots du Notre-Père. C'est le commandant et le matelot qui récitent. On est sur l'eau, c'est la nuit, et, à mon sens, on est entrain de prendre la dépression qui a mis Tabarly au tas... J'entends la voix du commandant qui prie... J'imagine Eric jeté à l'eau... Et là, il y a quelque chose de paisible qui tombe... Surtout, sentir à ce moment-là que je ne suis pas seul à avoir du chagrin. On est trois, sur le pont, dans la nuit noire, tout est noir. Tout d'un coup, j'ai un peu de paix, je ne suis pas tout seul...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
CrossroadsCrossroads   02 octobre 2013
(...) toujours se souvenir que le voyageur est un peu comme un type qui attendrait l'autobus . Il ne doit jamais rien imposer à l'autre , ni son verbe , ni ses idées . Les choses sont très différentes aujourd'hui puisque le voyageur est un consommateur . Il choisit , compare et parfois assigne devant les tribunaux si les frites sont molles .
Commenter  J’apprécie          343
MahaDeeMahaDee   23 mars 2017
J'ai sept ans et la perception aiguë de la fin d'une souffrance qui a marqué nos pères. Mon frère Yves et moi étions très liés et avions compris très petits les nuances de l'horrible. Mes parents étaient tous deux orphelins de la Grande Guerre. On ne disait mot à la maison de ces deuils mais les silences, les centaines d'illustrations d'époque dans les malles du grenier, les clichés sur tous les guéridons de la maison, les photos jaunies des grands-parents et oncles disparus parlaient pour eux. La guerre n'était pas une fiction.
C'est étrange mais depuis mes huit ans, je pensais que j'irais faire la guerre et que je ne pouvais déroger à cette règle qui conduisait à sacrifier une génération d'hommes entre dix-huit et vingt-cinq ans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
PchabannesPchabannes   10 avril 2009
La Bretagne avec l’Île de Sein.

‘’Tout est grandiose sur l’Ile de Sein : simplement un mètre cinquante au-dessus de la mer. A cinq miles à l’ouest, Ar-men, qui éclaire la chaussée de Sein. La phare le plus éloigné de nos côtes : près de quarante mètres et presque 40 ans pour l’ériger sur un rocher gros comme une tête d’épingle. Mais Sein c’est l’appel du 18 Juin. 125 Sénans qui rejoignent De Gaulle :’’L’Ile de Sein, c’est un quart de la France’’, avait dit le grand homme. Cette ile est extraordinaire et d’une beauté ravageuse. Pas d’âme au rabais là-bas. Une ile de grand caractère. Population insoumise et muette, mais fidèle jusqu’à la mort. Il y a un quant-à-soi chez ces iliens. Ce ne sont pas des gens prompts à prêter l’oreille aux enchanteurs de passage. Ils sont chez eux. Ils sont dans leur ile, dans leur histoire, dans leur monde. Les iliens sont dignes et denses comme le marbre. Mais c’est vrai que sur ces îles en hiver, la vie est d’une grande rudesse. A Ouessant, lors des tempêtes de Noroit, les embruns montent à vingt mètres. Les vagues sont énormes. L’île est agressée, entourée d’un monde féroce. Sein a subi de telle tempête que l’île fut recouverte par la mer.

Ce monde insulaire est un monde clos : la nuit, le feu d’un bateau lointain, les gens réunis autour d’un poêle en fonte et le tic-tac de la pendule, les casquettes en toiles accrochées aux patèresalors que, dehors, la pluie ramollit la terre.’’
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Olivier de Kersauson (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Olivier de Kersauson
Entretien avec Olivier de Kersauson.
autres livres classés : mers et océansVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
787 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..