AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1021017299
Éditeur : Tallandier (03/09/2015)

Note moyenne : 2.92/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Élisabeth Vigée Le Brun (1755-1842) est un véritable prodige : à 13 ans, elle réalise son premier portrait. À 21 ans, elle est déjà célèbre. À 23 ans, elle est appelée à Versailles pour peindre Marie-Antoinette dont elle est, jusqu’en 1789, la portraitiste attitrée et à laquelle, ardente royaliste, elle voue une fidélité sans faille.
Jolie, courtisée, admirée, Élisabeth Vigée Le Brun reçoit toute la haute société qui se presse pour la voir peindre dans son at... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Brize
  26 octobre 2015
L'exposition actuellement consacrée au Grand Palais à Elisabeth Vigée le Brun (1755 – 1842) a trouvé un écho sur les tables des librairies, où l'on voit fleurir les ouvrages la concernant (c'est d'ailleurs eux que j'avais repérés avant d'avoir connaissance de l'événement justifiant ce soudain regain d'intérêt pour le peintre). Les éditions Tallandier, à cette occasion, rééditent la biographie d'Inès de Kertanguy, initialement publiée en 1994 par la Librairie Académique Perrin.
Rédigée d'une plume alerte, cette biographie agrémentée d'un encart de huit pages de reproductions des tableaux de l'artiste, a l'insigne mérite de se lire aisément car elle va à l'essentiel (en témoigne son nombre de pages limité, allié à une police de caractère confortable). Elle permet donc au néophyte d'en savoir un peu plus sur ce peintre réputé, sans se perdre dans un pavé indigeste et/ou trop érudit, fourmillant de détails dont il n'a que faire, ce que sont parfois (pour ne pas dire trop souvent) les biographies de ce genre. Les chapitres sont courts et portent des intitulés qui peuvent être triples et en annoncent précisément le contenu. L'auteur veille à intégrer le parcours du peintre dans son contexte historique, ce qui offre au lecteur la possibilité de survoler près de 87 ans d'une histoire de France fort troublée.
La Révolution n'y est pas présentée sous son meilleur jour, c'est le moins qu'on puisse dire, au point que je me suis demandée si l'auteur n'avait pas été contaminée par les convictions royalistes de son sujet d'étude ou bien si elle ne les partageait pas, tout simplement. Elle a, par ailleurs, une petite tendance au name-dropping, en nous fournissant de temps en temps une série de noms de personnages de la noblesse pas forcément célèbres et présents ici ou là, sans que cela apporte grand-chose au récit quand on ne les connaît pas.
Pour ce qui concerne l'artiste, Inès de Kertanguy semble ne lui trouver quasiment aucun défaut, au point que l'image qu'elle en offre en est presque trop lisse. J'ai guetté, en vain, l'apparition d'un ou de plusieurs amants, car après tout la dame n'était guère éprise de son mari et de toute façon il ne l'a pas accompagnée lorsqu'elle a émigré et séjourné hors de France pendant plus de dix ans. J'ai aussi eu la surprise, quand j'ai regardé ensuite le documentaire d'Arte sur le même sujet, de découvrir que la fille du peintre, Julie, était morte de la syphillis après être tombée dans la prostitution. de cela il n'est fait nulle mention dans l'ouvrage : la brouille entre Elisabeth et la jeune femme, survenue des années auparavant, y est pourtant clairement expliquée mais, au moment du décès de celle-ci (en 1819, à 39 ans), l'auteur évoque seulement une maladie qui l'avait rendue méconnaissable et le fait qu'elle était criblée de dettes.
Malgré tout, même si pour les raisons que je viens d'évoquer, j'ai parfois été un peu agacée en la lisant, j'ai apprécié cette biographie qui m'a permis de satisfaire ma curiosité. J'ai admiré la manière dont Elisabeth Vigée le Brun, très jeune, avait dû se mettre à gagner sa vie, suite à la mort de son père, et réussi à percer dans le milieu des portraitistes (de ce point de vue-là, j'aurais aimé que l'aspect peinture proprement dit soit davantage développé, il y a des précisions fournies dans le documentaire d'Arte qui ne l'étaient pas dans le livre). Je pense qu'effectivement elle était dotée d'une personnalité volontaire mais très affable, qui doit se refléter dans les Souvenirs qu'elle a rédigés à la fin de sa vie, où elle raconte les choses avec pas mal de diplomatie (l'auteur en cite des extraits, toujours bienvenus). Il reste que son parcours, impressionnant tant elle a vu d'années, de pays et de personnalités, m'est désormais un peu plus familier.
Lien : https://surmesbrizees.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
mayartemis
  12 octobre 2015
Depuis le début de l'exposition au Grand Palais des oeuvres d'Elisabeth Vigée le Brun, on peut observer un regain d'intérêt pour cette portraitiste pourtant connue pour avoir fait de nombreux portraits de Marie-Antoinette. La biographie de cette portraitiste, reconstituée par Inès de Kertanguy, je vous la présente aujourd'hui grâce à Babelio et aux éditions Tallandier. Elle a été réédité récemment en vue de cette exposition.
Si le début de ce livre est très romancé (on commence bien entendu par la naissance de la petite Elisabeth), la suite est très inégale et plus ou moins intéressante. Inès de Kertanguy a en effet tendance a beaucoup trop user de citations à mon goût de sorte que l'aspect très universitaire de ses recherches est beaucoup trop présent. On sent qu'elle connaît son sujet, mais on a aussi l'impression qu'elle fait plus une démonstration de son habilité à faire des recherches et ne se concentre que très peu sur la forme de celles-ci.
La vie d'Elisabeth Vigée le Brun est cependant bien retranscrite. Sa psychologie se forme aussi de pages en pages, aspect que j'ai particulièrement aimé. Cependant, force est de constater qu'Inès de Kertanguy parle aussi beaucoup des figures illustres qu'Elisabeth croise en nombre durant sa vie comme Marie-Antoinette, le comte d'Artois, Mme du Barry et les Bonaparte pour ne citer qu'eux. S'il est bien entendu essentiel de retranscrire l'époque dans laquelle la portraitiste a vécu, j'ai trouvé, surtout au début, que l'on se perdait beaucoup et que l'on parlait vraiment peu de Mme Vigée le Brun.
Le style d'Inès de Kertanguy est plutôt froid car très détaché du récit. J'aurais aimé avoir un livre plus intime, plus proche de la portraitiste qui est, elle, si sensible. Comme dit plus haut les citations à tord et à travers m'ont beaucoup gênés car elles coupent le rythme du récit, pour très souvent dire des choses pas si essentielles que ça.
J'ai aimé pouvoir avoir quelques tableaux de la portraitiste sous la main, sous forme d'un petit portfolio au milieu du livre. Cependant, j'aurais beaucoup aimé qu'ils aillent jusqu'à nous mettre le tableau à côté du passage dont il est question.
Comme vous avez pu le constater, cette biographie m'a quelque peu déçue. Je vous conseillerai plutôt de lire les Souvenirs d'Elisabeth Vigée le Brun (aussi chez les éditions Tallandier) qu'a suivie de près Inès de Kertanguy pour ce livre. Vous rentrerez sans aucun doute encore plus dans la psychologie de cette femme brillante et la comprendrez mieux.
Et n'oubliez pas de passer au Grand Palais pour voir l'exposition Elisabeth Louise Vigée le Brun qui est en place jusqu'au 11 janvier 2016 à Paris.
Lien : http://bookshowl.blogspot.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Elianor
  17 novembre 2015
Une biographie d'Élisabeth Vigée Lebrun très documentée et agréable à lire, qui m'a permis d'en apprendre plus sur cette artiste, célèbre pour ses portraits de Marie-Antoinette, mais dont la vie est souvent mal connue.
L'écriture d'Inès de Kertanguy, simple, vive et accessible à tous, nous entraine directement en cette fin de XVIIIe et début de XIXe siècle. Chaque épisode de la vie d'Élisabeth Vigée Lebrun est présenté dans son contexte et on en apprend également beaucoup sur les évènements artistiques et politiques de cette époque, ainsi que sur ses contemporains. le récit est d'ailleurs émaillé de nombreuses citations de personnes ayant vécues à l'époque d' Élisabeth Vigée Lebrun, qui le rende plaisant par des détails amusants ou étonnants et lui apporte une dimension plus intime.
Les parcours artistique, personnel et géographique de cette artiste sont vraiment remarquables et l'on prend plaisir à parcourir avec elle toute l'Europe.
Cependant j'ai trouvé que l'image d'Elisabeth Vigée Lebrun donnée par cette biographie semble un peu trop parfaite et que l'auteur passe très vite sur certains éléments (je pense notamment aux évènements qui concernent sa fille Julie ou à la fin de la vie de l'artiste) et l'on reste de ce fait parfois un peu sur notre faim.
Un encart de quelques pages présente, en couleurs, quelques tableaux de l'artiste. J'ai regretté qu'il n'y en ait pas plus et qu'il n'y ait pas de renvoi systématique en note, lorsqu'il était question dans le corps du texte des tableaux présentés.
Merci aux éditions Tallandier et à Babelio Masse Critique pour cette découverte !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
mayartemismayartemis   05 octobre 2015
Elle n'aura pas sept ans que son père s'exclamera :
- Tu seras peintre, mon enfant, ou jamais il n'en sera !
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : biographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
877 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre