AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782715244917
Le Mercure de France (06/04/2017)
3.75/5   6 notes
Résumé :
Je suis le livre errant, le livre sans auteur. J’écris avec l’aide du vent qui tourne mes pages, avec l’aide du sang pourpre des feuilles des arbres. Je suis l’errance, l’errance qui sait tout. En fait je n’écris pas, je me promène, mes deux cœurs en chaque main, comme des valises spirituelles. Les pays sont devenus si proches qu’il est plus difficile d’enjamber une flaque d’eau que de voyager jusqu’aux Indes.

Jean-Marie Kerwich est né à Paris en 1952... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
MurmuresNumeriques
  19 décembre 2020
On suit, de fragment en fragment, la vie de ces pages perdues dans la ville. Dans les rues un carnet se perd, quelques pages imprimées traînent dans les poubelles, aux pieds des murs.
Il y a quelque chose d'aérien dans tout ça, de planant. On ne sait pas vraiment où on est, mais on suit avec plaisir l'auteur dans son exploration. J'aime la poésie de ces lieux insignifiants.
La langue est directe et touchante, des mots du quotidien qui s'entremêlent joliment. On plonge avec plaisir dans ce monde de la rue, rude et inquiétant mais ponctué par les mots d'autres auteurs. Chaque fragment respire la vérité, le vécu.
La force de cette langue est assez incroyable, on sent un amour profond de la littérature. J'aime qu'elle soit vue comme seul luxe pouvant s‘enfuir et errer dans la rue.
Cet ouvrage est paru chez Mercure de France, avec une jolie couverture bleue ciel, l'ouvrage est vraiment agréable 🙂
Je serais curieuse de lire « l'évangile du gitan » du même auteur, j'aime son langage, j'ai envie de savoir comment il parle de son peuple…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LUKE59
  04 avril 2020
Jean- Marie Kerwich est souvent cité par Christian Bobin lors de ses rares interviews ou rencontres avec les lecteurs. Il a trouvé en lui son pendant sombre. Ils sont comme le yin et le yang. La noirceur de l'un équilibrant la luminosité de l'autre. Mais ils ont ceci en commun, outre la beauté de leur écriture : le goût prononcé pour la solitude, l'éloignement de ce monde.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
LadybirdyLadybirdy   14 septembre 2021
Le ciel est imprévisible. Le plus grand penseur un jour ne veut plus penser, et c’est là que le ciel lui offre des pensées inattendues. Jambes croisées sur le tapis persan de la misère, il ne lui reste plus qu’à prendre son envol.
Commenter  J’apprécie          270
OttoDidaktOttoDidakt   03 décembre 2019
Que l'encre de ma plume me crache au visage si je n'écris pas la vérité.
Commenter  J’apprécie          93
LUKE59LUKE59   04 avril 2020
Et si j'écrivais à la française, une page peuplée d'adjectifs, si je transformais mon âme en une dictée sans fautes, j'aurais peut-être droit à entrer dans l'académie des cloches, dans la pléiade des proscrits. ( p 66 )
Commenter  J’apprécie          20
OttoDidaktOttoDidakt   03 décembre 2019
Fais du feu pour réchauffer le feu, donne à boire à l'eau assoiffée.
Commenter  J’apprécie          70
LUKE59LUKE59   04 avril 2020
A quoi bon écrire pour devenir le nom d'une rue qui ignorera toujours qui tu es ? ( p 60 )
Commenter  J’apprécie          30

Lire un extrait
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
985 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre