AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2709635623
Éditeur : J.-C. Lattès (06/10/2010)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 172 notes)
Résumé :
Trois soeurs.
Marie, l'aînée, s'abrite dans son bonheur quotidien entre son mari pianiste, sa librairie de livres anciens et ses deux filles.
Anne, la cadette, vit en plein vent, au pied de son phare, à Port-Manech. Sculpteur qui n'a pas la chance d'être reconnue, elle dévore la vie, les hommes, et tente de joindre les deux bouts.
Lise, la benjamine, la plus solitaire, la plus fragile aussi, cherche désespérément une rampe à laquelle s'accroche... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (55) Voir plus Ajouter une critique
Annette55
  20 novembre 2015
Voici un récit choral: trois sœurs, trois personnalités différentes. Elles se retrouvent à la mort de leur pére, indifférent, glacial, froid et taciturne.
Qui était ce Charles?Cet homme silencieux? Quelle était son histoire?
Marie, l'aînée, libraire Parisienne, équilibrée, un peu rigide, bien dans sa vie et dans son couple.
Anne, la cadette, attachée à son indépendance, artiste bohème, vit en Bretagne, au pied de son phare, à Port- Manech et passe d'homme en homme.Lise, fragile, solitaire, alcoolique et dépressive cherche désespérément un fil auquel s'accrocher....
La mort du pére va les obliger à repenser leur passé, leurs existences respectives, leur relation.....
Un récit passionnant de lecture facile, une saga familiale vive et plaisante dans un chaos de non- dits et de secrets familiaux que je ne veux pas dévoiler....
Un petit roman attachant, optimiste et prenant qui fait du bien en ces temps tourmentés...
Il se lit d'une traite .... on passe du Paris cultivé et musical, aux embruns de la Bretagne qui décoiffent, à la pause du soleil de la Méditerranée.....la fin est abrupte ....surprenante....
Un ouvrage à lire un jour de pluie ou pendant les vacances....
Faut- il laisser les cactus dans le placard? Vivre son désir ou mourir?
À conseiller aux personnes qui n'ont pas le moral....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          522
gouelan
  24 juillet 2015
Trois soeurs dans la tourmente après le décès de leur père. Non qu'elles regrettent ce Père qui a toujours été indifférent, solitaire et taciturne. Mais parce que sa disparition fait apparaitre ce Père sous un nouveau jour. Une facette lumière et une facette ombre. Elles n'ont eu droit, elles et leur mère, qu'à la facette sombre, désagréable, agressive, violente. Leurs vies se sont construites sous l'influence de ce Père secret et glacial.
Quel va être l'impact de sa disparition sur leurs destinées ? Auront-elles la clé pour élucider les secrets que renferment Charles, ce Père énigmatique, cadenassé.
Ce roman m'a ému par moments, car j'y ai retrouvé en partie de mon histoire personnelle. Un père bancal, indifférent, secret. C'est troublant.
Lise, Anne et Marie sont attachantes. Elles ont beau être sœurs et avoir vécu la même enfance, chacune aura une façon de réagir différente par rapport aux évènements. Qu'il est difficile parfois de vivre avec le poids de l'héritage familial, le poids des secrets, les souvenirs ancrés depuis l'enfance et qui nous pourrissent la vie.
J'ai bien aimé l'écriture et l'analyse des personnages. L'histoire n'est pas trop pesante, grâce aux personnages d'Anne et de sa mère qui apportent un peu de frivolité, et grâce à la présence de la mer, si bien racontée. Le réveil de Lise me semble un peu miraculeux. Se relève -t-on si facilement ?
C'est un roman optimiste : "Il faut laisser les cactus dans le placard" si on veut avancer sans trop se faire mal. Pourtant, on ne peut s'empêcher d'y jeter un œil pour voir de quoi ils ont l'air, ces cactus, pour ne pas avancer en aveugle. Faire la lumière sur les ombres.
J'ai préféré le roman « Trois éclats toutes les vingt secondes ». La mer toujours présente là aussi, mais une histoire racontée avec peu un plus de subtilité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          431
jeunejane
  30 septembre 2016
Trois soeurs, Maire, Anne et Lise perdent leur père devenu vieux.
Jamais elles n'ont vu ce personnage leur témoigner de l'intérêt.
Leurs parents divorcent après une violente dispute.
La parole est laissée successivement aux trois filles qui ont eu une réaction tout à fait différente face à l'indifférence du père et cela a donné des personnalités très distinctes.
Anne est sculptrice en Bretagne, Marie est libraire à Paris et Lise est complètement abîmée.
Elles vont se retrouver chez le notaire en compagnie d'un jeune homme qui hérite avec elles des biens du père.
Marie va tenter de lever le voile sur le mystérieux Gabriel et sur la vie réelle du père.
La trame de l'histoire est attrayante, l'écriture est belle mais comporte beaucoup trop de longueurs pour moi.
Je n'avançais pas dans la lecture.
Sans cesse me venait en tête : venons-en aux faits.
Commenter  J’apprécie          390
pyrouette
  25 juillet 2015
L'annonce de la mort du père va changer pas mal de choses pour ces trois soeurs : Marie, Anne et Lise. Chacune à sa façon elles vont se raconter, nous raconter presque sur le ton de la confidence. Elles racontent leur vie actuelle mais aussi tous les souvenirs qui reviennent avec cette mort. Peut on dire que leur père ne les aimait pas ? Je pense mais c'est surtout un ressenti, peut être pas une vérité. Comme le reste d'ailleurs, car la vérité n'est jamais qu'un ressenti d'une personne qui va influencer une autre personne et ainsi de suite. Ce qui représente le combat d'une survie mentale va devenir un secret de famille. le leur prend vie lors de la succession chez le notaire en la présence de Gabriel, plus jeune qu'elles, qui hérite aussi de leur père. Si Anne l'artiste bohème qui ne se mêle pas de la vie des autres et Lise, dépressive, alcoolique qui se cherche encore, ne vont pas prêter plus d'attention à cet homme, Marie l'aînée, un peu rigide, calfeutrée dans le bien être de sa vie bourgeoise va se transformer en enquêtrice au nom de la vérité. Elle ne se doute pas de quel cataclysme va bouleverser la vie de ses soeurs et la sienne. Même Lise, avec son mal être venant de son enfance va trouver la sérénité ou plutôt une certaine plénitude, ce sont ses mots, sans cette vérité. Simplement avec une rencontre et quelle rencontre ! Alors, non il ne faut pas sortir les cactus du placard et retirer les épines une par une. Ce qui a l'apparence du lisse en dessous n'est qu'une bombe à retardement et il faut être très solide pour reprendre le chemin de sa vie après.
Lien : http://pyrouette.canalblog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
NolaTagada
  11 juillet 2013
A-T-T-A-C-H-A-N-T, c'est le maître mot de ce petit livre. Une découverte sympathique pour le premier roman de Françoise Kerymer, ancienne libraire (qui sait parler avec passion de son ancien métier, vous verrez…) à qui j'envoie toutes mes félicitations !

Trois soeurs, trois personnalités, trois perceptions de la vie différentes qui nous racontent une même histoire de trois façon différentes. Je crois que c'est un des gros points forts de ce bouquin pour moi. On s'attache à ces 3 petits bouts de femmes : la déglingue (enfin l'artiste), la coincée bourgeoise et la perturbée de la vie. J'ai mis un peu de temps pour me mettre dans l'histoire mais une fois installée, je l'ai beaucoup aimé.

Ce livre traite de la relation Père-Fille et des conséquences que celle-ci peut avoir à l'âge adulte surtout lorsqu'on découvre un 4ème élément lors de la lecture du testament et qu'on est une fouineuse…. enfin une curieuse. Qui était le beau gosse installé discrètement derrière le trio de soeurettes ? Comment se fait-il qu'il hérite de rien de moins que de l'entrepris paternelle ? Marie, la soeur aînée va mener son enquête et découvrir son père et sa vie sous un angle complètement différent de celui qu'elle a toujours connu.

Chacune à leur manière, elles reviennent sur les événements douloureux de leur passé. Bien qu'elles aient été marquées de manière différente, le décès de leur papa va poser des questions, soulever des doutes, donner des fausses réponses, multiplier les rebondissements et en même temps leur ouvrir de nouvelles portes. de cet héritage, chacune des soeurs va se voir transformé, grandir… Cet héritage va symboliser des réponses, un nouveau départ, une promesse qui se réalise enfin, un rêve qui prend forme, des secrets qui cessent d'en être.. bref il change le quotidien (un p'tit pactole ça change en général le quotidien de toute façon !)

Passer d'une soeur à une autre fluidifie le texte, lui donne du corps et du rythme. On sait d'emblée avec quelle soeur on aurait pu avoir des affinités, c'est rigolo. Je me suis vraiment attachée à chacune d'entre elle, on finit par avoir la sensation de faire parti de la famille, on vit donc les joies et les peines au fil des événements, on y est quoi !! Je crois que c'est vraiment cet aspect là qui m'a plu : la manière dont ce livre est écrit et la manière dont l'auteur arrive à nous plonger au coeur de la vie, des états d'âmes, des doutes, des joies.. et j'en passe de ces trois filles.

C'est vraiment comme ça que je l'analyse car entre nous, ce livre n'est pas une pépite littéraire mais il reste prenant et même quelques jours après avoir fini ma lecture, il m'arrivait de repenser à elles et de me demander ce qu'elles avaient pu devenir. Un p'tit bouquin vraiment attachant !
Lien : http://www.nola-tagada.fr/ca..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          252
Citations et extraits (65) Voir plus Ajouter une citation
CarosandCarosand   25 mars 2015
Quel bateau. Un vrai bateau de pêche. Il s'appelle Mor Glaz, "Mer Verte en breton, m'a dit Yann, c'est la couleur de la mer l'hiver, verte avec de l'écume blanche, c'est comme ça que je la préfère, elle est dure, mais elle est très belle".
Je ne savais pas trop où me mettre, alors Yann m'a installée devant la cabine de pilotage. Je me suis assise sagement et je n'ai plus bougé. La machine s'est mise à trembler, et on a filé vers l'horizon.
Là, j'ai eu le souffle coupé.
L'infini devant, l'infini au-dessus, l'insondable en dessous. L'immensité. Partout.
Enfin.
Je me suis sentie enfin là où je devais être.
Où j'avais toujours rêvé d''être, sans le savoir.
J'étais muette d'étonnement. Tout cet espace vide, sans limite, c'était pour moi. Rien n'arrêtait mon regard qui filait à toute vitesse au-dessus de l'océan.
C'était donc ça, la sensation de plénitude. Ce mot qui ne me disait rien, je l'ai compris d'un coup. Les cris de mouettes, le clapotis des vagues sur la coque du bateau qui sifflait sous le vent, le ronronnement régulier du moteur, tout ça paraissait en harmonie naturelle, évidente. Un concept marin, au milieu du silence. Un concert tout simple, mais je n'avais jamais rien entendu de plus beau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
CarosandCarosand   24 mars 2015
Voilà mon premier client. C'est mon vieil habitué au dos voûté qui me rend visite chaque semaine depuis des années. Je l'aime bien, cet homme, il a besoin des livres pour vivre, ça se voit. Comme toujours, il se faufile à petits pas au fond du magasin sans dire un mot ; il y reste un bon moment, regarde longuement les titres, en choisit quelques-uns. Une pile de livres se forme devant lui... et, finalement, il les remet soigneusement à leur place. Tous sauf un, qu'il me tend, pas très sûr de lui. Toujours de très jolis textes ; aujourd'hui il a choisi Le Piéton de Paris.
A la caisse, il fait le tour des poches de sa veste élimée en tweed gris ; la même veste, quelle que soit la saison, je ne lui en connais pas d'autre. Comme chaque fois, je glisse dans la pochette un livre d'occasion que je garde exprès pour lui, près du comptoir. Cette fois-ci, ce sont des poèmes d'Aragon. Un battement de paupières, discret remerciement. Ca suffit. Je sais que j'ai fait un heureux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
jeunejanejeunejane   30 septembre 2016
"Je le sais, je n'avais rien compris à la vie à deux, on n'épouse pas quelqu'un pour se guérir de quelqu'un d'autre, le mariage, ce n'est pas une cure de désintoxication." Je l'ai réalisé assez vite, mais je n'ai pas eu le courage de m'avouer que je m'étais trompée ; alors je me suis mise en roue libre.
Commenter  J’apprécie          243
pyrouettepyrouette   22 juillet 2015
Quand je me vois dans la glace, j'ai toujours le même choc, l'impression d'un énorme malentendu : cette femme-là, devant moi, est tellement plus vieille que dans ma tête. Vu de l'intérieur, j'ai dix ans de moins. Pas pour me rajeunir ou être plus belle. Tout simplement parce que je me sens comme ça.
Commenter  J’apprécie          200
gouelangouelan   22 juillet 2015
Mal comme je suis, je ne supporte pas l'idée de me retrouver au milieu de toute la famille. J'ai besoin de me cacher. De me faire oublier. De ne pas exister.
Aucune envie de sentir sur moi des regards qui me jugent. J'ai raté ma sortie...
Raccrocher, remonter la pente comme ils disent, c'est déjà assez dur comme cela, pas besoin de témoins.
Commenter  J’apprécie          150
Video de Françoise Kerymer (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Françoise Kerymer

Dialogues, 5 questions à Francoise Kerymer
www.librairiedialogues.fr 5 questions posées à Francoise Kerymer, à l'occasion de la parution du livre Seuls les poissons (éditions JC Lattès).
autres livres classés : bretagneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1019 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre
.. ..