AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782266128803
320 pages
Pocket (01/10/1996)
4.15/5   256 notes
Résumé :
C'est en 1931 que Kessel entreprit la rédaction de ce qui devait être un de ses plus beaux romans. L'idée de " Fortune carrée " lui vint sur le plateau volcanique de Sanaa en voyant " le Moscovite " caracoler sur l'étalon de l'imam du Yémen.


Cette histoire virile met en scène deux hommes violents et sans attaches : Hakimoff et Henri de Monfreid, dans un cadre époustouflant de beauté : le Yémen, la mer Rouge, l'Éthiopie-Somalie.

... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
4,15

sur 256 notes
5
15 avis
4
11 avis
3
2 avis
2
1 avis
1
0 avis

Pancrace
  09 décembre 2020
Je ne veux pas vous raconter d'histoires, je veux simplement que vous appréciiez les embruns piquants du sel de la Mer Rouge gifler votre visage. Je veux que vous ressentiez vos pieds s'enfoncer dans le sable meuble et brulant du désert. Je veux que vous observiez vos équipiers exténués, l'ombre de leurs pommettes avachies, rougies et rendues mobiles par les flammes vivantes d'un feu de camp qui crépite tout en écoutant les chants entêtants de vaillants guerriers.

Je veux, comme moi que vous vous laissiez emporter par l'aventure brute et virile où l'on se forge des amitiés loyales à la densité rare que l'on a autant de difficultés à clore qu'à couper le cordon ombilical de votre chair, de votre sang.
Bien sûr, vous allez penser que j'en fait des caisses mais c'est à la mesure du plaisir d'avoir renoué avec ce genre que j'ai tant adoré et pourtant délaissé depuis deux à trois années : Les romans d'aventures.
Et moi qui suis plus sérieux que cavalier, qui mieux que Joseph Kessel aurait pu me remettre le pied à l'étrier dans ce sujet où il excelle ? J'apprécie vraiment cette remise en selle.
Incontestablement, dans ce Kessel, il y a du Jules Verne et du Pierre Benoit.
De notre grandiose visionnaire, la beauté racontée des paysages, la douceur et la rudesse des climats et des mers, la hardiesse légendaire des animaux et la prodigieuse diversité de la botanique mais sans l'excès de précision monotone du romancier magnifique du 19ème siècle. de notre écrivain inoubliable de l'Atlantide, de Koenigsmark ou de la Chatelaine du Liban il y a toute la puissance et l'épaisseur des personnages confrontés à des situations inextricables où la valeur et l'honneur de l'homme font la différence. Cet écrivain controversé aimait tellement les femmes qu'il a élevé certains hommes au rang de chevalier…servant.
Lui, devait être plus cavalier que sérieux. (Hihihi)
Et puis, avec quelques notes de musique on embellit toujours la solitude de l'aventurier tel le Capitaine Nemo devant son orgue sur le Nautilus on écoute Mordhom et son clavecin sur le plateau Abyssin.
De toute évidence, ce roman fait la part belle aux castes, aux tribus, aux ethnies du Yémen, de Somalie et d'Abyssinie en général et à trois personnages en particulier : Igricheff, le bâtard kirghiz, Mordhom et Philippe Lozère, les aventuriers français.
La fortune carrée est en fait une voile de tempête qui soudera l'amitié sans voile de ce triangle d'hommes insolites.
Au-delà des faits d'armes, on croise la destinée de contrebandiers, de mercenaires, de pécheurs de perles, de guides, de matelots et de guerriers tous fiers de porter haut leur dessein avec un dévouement allant parfois jusqu'au sacrifice ultime.
"Vous savez, j'ai l'impression de sortir d'un songe, d'avoir rêvé que je vivais les histoires que je lisais dans mon enfance. Je le regrette déjà."
En définitive, je veux que vous partagiez mon émoi à faire revivre ces pages foisonnantes de péripéties, écrites à la suite d'authentiques voyages avec le cran, la frénésie et l'envie de la grande aventure « Kessel » de la vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5616
Ambages
  21 janvier 2019
Ah les étiquettes ! Ca vous colle à la peau… Littérature jeunesse pour celui-ci ? Oui pourquoi pas mais les adultes y verront peut être autre chose, un truc en plus. Alors j'ajoute amour aux étiquettes. Parce que c'est un grand livre d'amour : amour de la terre, des paysages, de l'aventure, des hommes, d'un homme. Un hymne à la beauté des paysages, des corps, des éléments de l'univers, la mer rouge déchaînée était splendide, tout comme le sable du désert ou les roches et forêts et Chaïtane, bien sûr ce fier destrier. Je me sentais prise dans un tourbillon élémentaire, une partie intrinsèque d'un environnement luxuriant même dans sa dureté. Quel régal que cette lecture !
Commenter  J’apprécie          480
gouelan
  22 juin 2017
Lire ce roman, avec ces trois hommes qui cherchent fortune, chacun à leur manière, c'est partir à l'aventure, s'émerveiller, avoir soif et souvent aussi mal au coeur. La fortune carrée, celle qui se gonfle lorsque vient la tempête, le souffle du danger, le refrain de l'aventure, le grain de folie, la recherche de l'absolu, de la beauté sauvage, dénuée de luxe et de truquage.
On a l'impression de suivre des "Théodore Monod", chercheur de cailloux dans le désert, d'une trace de vie sublime, d'instants magiques. La cruauté en plus pour certains.
Trois hommes. L'un guerrier qui ne sait être que sauvage avec à peine un sursaut d'humanité dans son regard, à part pour son cheval. L'autre presque aussi sauvage, mais encore rattaché par un fil à la civilisation, et cela lui fait mal, il voudrait s'en libérer, juste vivre l'essentiel, sans devenir une pierre. Et le dernier, jeune et plein d'élan, émerveillé face à ces deux grands hommes aguerris, dont il attend les leçons.
Un roman d'aventures qui éclate de vie sauvage, sous la chaleur du désert, avec la loi de la nature et des hommes fiers et cruels. Rencontre avec des tribus, qui ressemblent à leur territoire, âpres et beaux à la fois, beaux dans leur dépouillement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
saphoo
  10 mai 2019
Et voici une nouvelle lecture de Kessel, quelle aventure ! Bien que la première partie ne m'a tellement emballée, je me suis bien rattrapée à bord du bateau de Bruno et encore plus au sein de la caravane de Philippe.
C'est bien la 3ème partie la plus admirable par les descriptions, la vie d'une caravane, l'angoisse de trouver le point d'eau à temps, la peur de se faire attaquer, de se perdre tout simplement, mais aussi le beau chemin en soi.
"Il pensa que la lenteur même à laquelle elle l'astreignait était son plus sûr instrument de découverte, de révélation. Qu'aurai-il vu par les rapides moyens de voyage qu'il avait aimés jusque là ? Des images, des perspectives effleurées. Mais le long contact avec le grain de sol et de la lumière, cette notion des valeurs minérales, ce sens de la sécheresse et de l'approche de l'eau, ce dessin des vallées, des plateaux, des cirques et des monts qui, peu à peu entraient en lui, cette communication efficace, directe, brute avec la peau ardent de la terre, comment les eut-il pu connaître sans cette avance pas à pas, où le corps s'unissait à la route, sans le déroulement presque immobile des crevasses mystérieuses, des piliers et des rouges murailles ?"
Cette partie dans le désert est digne d'un récit de Théodore Monod, j'ai retrouvé toute cette splendeur, ce vaste monde qui émerveille tant, le néant est empli de découvertes.
J'ai aussi préféré cette partie pour le côté humain de Philippe et ses retrouvailles avec Bruno.
C'est un excellent récit d'aventures parfois un peu cruel mais tellement bien écrit qu'on a du mal à le quitter.
Un petit côté "Lion" et un autre "Cavaliers" pour ceux qui ont aimé ces deux romans, ils aimeront sans aucun doute celui ci.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          311
FranckB
  04 septembre 2021
De part et d'autre de la mer rouge. Dans les années 20. L'aventure à l'état pur
Nul n'est besoin de présenter Joseph Kessel, tour à tour militaire, journaliste, correspondant de guerre, résistant, romancier, … au destin extra ordinaire, et c'est bien une part de lui que l'on retrouve dans chacun des trois protagonistes de ce grand roman d'aventure.
Difficile pour autant de l'identifier à Igricheff, représentant bientôt déchu des soviétiques à Sanaa, batard kirghize, impitoyable, rompu à la solitude des steppes, qui sera le fil conducteur des trois épisodes de ce roman. Difficile aussi vis à vis de Mordhom, un breton aussi à l'aise sur mer que sur terre, dans lequel on reconnaitra assez facilement Henry de Monfreid (Les secrets de la mer Rouge), impénétrable, qui cache son humanité derrière un masque de pudeur. Difficile enfin vis à vis de Philippe, le plus jeune des trois, idéaliste dont on se demande ce qui a pu l'entrainer dans ces contrées aussi belles qu'inhospitalières et que Mordhom a pris sous son aile.
Kessel a écrit ce texte publié en 1930 à son retour d'un séjour dans la région alors qu'il n'est âgé que de trente-deux ans. Les mots du futur académicien n'ont pas pris une ride. Les paysages magnifiques succèdent aux scènes d'une violence inouïe pour nos yeux du vingt-et-unième siècle, mais violence naturelle, intemporelle, dans ce creuset de l'humanité, aux confins de l'Arabie, de l'Afrique noire et de l'Asie, contrées hostiles où se côtoient depuis la nuit des temps des peuplades qui luttent pour leur survie.
Un grand roman d'aventure initiatique où l'on peut lire en filigrane les contradictions qui habitent Joseph Kessel à l'aube de sa vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190

Citations et extraits (35) Voir plus Ajouter une citation
migdalmigdal   13 janvier 2021
Il n'est pas dans tout l’orient de grande cité qui puisse donner une idée de Sanaa. Ni le Caire, au bord du désert que surveille le sphinx. Ni Damas, reine de Syrie, molle et subtile, noyée dans son verger géant. Ni Jérusalem, bloc compact de voûtes, d'arceaux, de ruelles, d'exaltation, de haine et d'amour.

Sanaa, au milieu de la coupe prodigieuse de pierre et de lave que ferment les djébels yéménites, se dresse isolée du monde et près du ciel. Flanquée de donjons ronds et pesants, cernée par d'épaisses enceintes crénelées, elle est vaste, solide, bâtie en force et tranquillité. Elle semble issue du sol même, toute posée dans sa forme, sa fierté et sa sobre noblesse. Ainsi que le haut plateau qui la soutient, Sanaa porte le sceau de la fable et de la vie en même temps.

Elle est féodale sans vestige de mort, elle est orientale avec ordre, ampleur el fermeté, Elle bruit, elle respire alors qu'elle pourrait être vide et servir de témoin au passé, comme les vilîes fascinantes qu'on exhume des sables. On ne voit pas un Occidental dans ses larges rues et pourtant elle est organisée, elle est propre, elle est civilisée dans son dessin profond. Pareille à l𠆚rène héroïque qui l'a conçue, Sanaa s'élève comme un mythe animé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
FranckBFranckB   24 août 2021
Enclose dans une muraille circulaire, ramassée entre ses tours et ses pierres, Hadjira élevait, côte à côte, au-dessus de la brume et du vent, ses maisons prodigieuses de huit étages en morceaux de roc l’un à l’autre ajustés, ses maisons grises comme la lave, étroites comme des piliers dressés pour supporter les nuages, peintes de bandes de chaux vive comme des idoles barbares, percées de meurtrières comme autant de forteresses. Et à leur pied s’étalait, gradin rouge par gradin rouge, la plus pure et la plus vaste arène qu’eussent jamais conçue les génies et les dieux. Et plus loin, plus haut, plus bas, tandis que s’évasait le cirque fantastique, chaque piton, chaque cime, chaque aiguille haussait vers le ciel un village aigu et mystérieux. Et mieux regardait Igricheff, plus se multipliaient ces nids farouches, fabuleux. Ils semblaient les derniers, les plus incroyables. Mais il suffisait à Igricheff de tendre sa vue pour en apercevoir d’autres qui les dominaient encore, perdus dans la brume des sommets comme dans la brume du large, couronnant des arêtes plus effilées encore, refuges miraculeux. Et, ménagé avec une science et une audace infinies, chacun d’eux menait vers un nouveau cirque de gradins, creusé depuis des siècles dans le flanc des montagnes divines comme si, pour ces demeures titaniques, il eût fallu des escaliers de géants. Pics cyclopéens, formidables citadelles, gardiens de la pierre et du ciel, le soleil et les nuées et les aigles passaient sur eux tour à tour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
gouelangouelan   20 juin 2017
Seul ! dit-il à haute voix.
Fut-ce la sonorité de ce mot dans le silence absolu du désert et du ciel plus encore que sa signification qui fit passer un frisson dans les os de Philippe ? Il ne se le demanda point, car il se vit soudain au milieu de pierres noires, dans des gorges arides, monté sur son mulet aux réflexes lents, environné de sauvages beautés et d'embûches secrètes, n'ayant personne avec qui partager ses ravissements et ses craintes, limité par le truchement d'Omar aux explications, aux ordres les plus élémentaires et sans aucune communication, sans nulle ouverture, réduit désespérément à lui-même. C'était donc cela la solitude !
Un étincelant et tragique miroir qui réfractait toutes les émotions, tous les espoirs, tous les effrois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
gouelangouelan   22 juin 2017
- Vous êtes vraiment un curieux homme. Vous habitez le bout du monde, vous êtes entouré de guerriers nus quand ce n'est pas de pirates noirs. Vous avez bourlingué dans les îles les plus sauvages, battu les plus âpres déserts et chaque fois que je vous parle de chasser, vous faites le dégoûté. C'est un principe ? une morale ? une superstition ?
- Rien de tout cela. Pas même un sentiment. Ça ne m'amuse pas, voilà tout. Je ne suis pas un homme de luxe, peut-être parce qu'il m'a toujours manqué, peut-être parce qu'il fausse l'existence, la truque et change les hommes en singes auprès desquels Dakhata sont des seigneurs. Les gens qui, comme vous, s'en tirent indemnes, sont rares. Et vous êtes si jeune. Or, la chasse telle que vous l'entendez, c'est du luxe. Je tue les bêtes, les gens aussi, pour me défendre ou pour manger. Les chasseurs noirs font de même. Et quand ils vont à l'affût du fauve, c'est pour vendre des peaux de lion ou de léopard. Pas pour avoir un beau tableau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
AmbagesAmbages   18 janvier 2019
Sanaa, au milieu de la coupe prodigieuse de pierre et de lave que ferment les djebels yéménites, se dresse isolée du monde et près du ciel. Flanquée de donjons ronds et pesants, cernée par d’épaisses enceintes crénelées, elle est vaste, solide, bâtie en force et tranquillité. Elle semble issue du sol même, toute posée dans sa force, sa fierté et sa sobre noblesse. Ainsi que le haut plateau qui la soutient, Sanaa porte le sceau de la fable et de la vie en même temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170

Videos de Joseph Kessel (52) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joseph Kessel
À la plage, en terrasse, au pied d'un arbre ou juste tranquillement chez soi, l'été est sans nul doute une saison propice à la lecture... Dans cet épisode, nous vous proposons de prendre un peu d'avance, et de commencer dès maintenant à préparer vos valises ! Quelles sont les lectures que les libraires de Dialogues vous conseillent pour vos prochaines vacances? Voici un petit tour d'horizon de nos rayons littérature, sciences humaines, jeunesse et bande dessinée.
Bibliographie:
- Reine de coeur d'Akira Mizubayashi (Éd. Gallimard) https://www.librairiedialogues.fr/livre/20331151-reine-de-cur-akira-mizubayashi-gallimard
- Kessel, la naissance du lion de Cyrille Charpentier et Jorg Mailliet (Éd. Les Arènes) https://www.librairiedialogues.fr/livre/20434926-kessel-la-naissance-du-lion-cyrille-charpentier-les-arenes
- Roslend de Nathalie Somers (Éd. le Livre de poche jeunesse) https://www.librairiedialogues.fr/livre/20792509-roslend-tome-1-la-bataille-d-angleterre-nathalie-somers-le-livre-de-poche-jeunesse
- Nous, les enfants de l'archipel d'Astrid Lindgren (Éd. École des Loisirs) https://www.librairiedialogues.fr/livre/19675435-nous-les-enfants-de-l-archipel-astrid-lindgren-ecole-des-loisirs
- Les Voleurs de Carthage, l'intégrale d'Appollo et Tanquerelle (Éd. Dargaud) https://www.librairiedialogues.fr/livre/20752812-les-voleurs-de-carthage-integrale-appollo-dargaud
+ Lire la suite
autres livres classés : yémenVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Mais si, vous connaissez Joseph Kessel !

Avec son neveu, il est l'auteur des paroles d'un hymne à la révolte et à la résistance écrit à Londres dans les années 40 :

L'affiche rouge
Potemkine
Le chant des partisans

10 questions
159 lecteurs ont répondu
Thème : Joseph KesselCréer un quiz sur ce livre