AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070368648
224 pages
Gallimard (04/02/1977)
3.87/5   347 notes
Résumé :
L'ombre d'un avion sur le sol vint détourner le cours de sa rêverie. Virense rentrait avec Michel. La douceur de l'atterrissage montra la science du pilote. Jean se dirigea vers l'appareil pour interroger les camarades. Mais aucun d'eux ne sortait des carlingues. Herbillon appela sans obtenir de réponse. Sourdement inquiet, il se hissa sur le marchepied du pilote et poussa un cri. Le gouvernail, les parois, le coussin de cuir étaient couverts de sang et Virense affa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
3,87

sur 347 notes
5
12 avis
4
19 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis

Nastie92
  12 septembre 2021
Ce roman est un hommage.
Au capitaine Thélis Vachon, chef de l'escadrille dans laquelle Joseph Kessel servit durant la Première Guerre mondiale, mais aussi à tous les aviateurs qui se sont battus lors de ce conflit.
L'auteur décrit merveilleusement bien et dans son habituel style élégant et si agréable à lire, la camaraderie, le souci de l'autre, l'amour fraternel qui lient ces hommes qui s'exposent lors de missions fort dangereuses.
Par cet aspect, cet ouvrage constitue un formidable témoignage historique.
Mais ce n'est pas tout : n'oublions pas qu'il s'agit d'un roman !
Joseph Kessel a créé des personnages aux caractères affirmés, et laisse une grande place à leur vie en dehors des vols.
La guerre offre aux aviateurs un temps de repos bienvenu entre les différentes missions, routinières ou périlleuses. Un temps précieux pour se ressourcer, mais aussi un temps qui permet aux problèmes banals du quotidien d'exister.
Oui, les as de l'aviation sont au-dessus de nous lorsqu'ils sont en vol, mais dès qu'ils touchent le sol, ces héros redeviennent banalement humains. Les heures libres leur donnent la possibilité de gamberger et de plonger d'une façon sans doute plus aiguë dans les tourments ordinaires.
Doutes, jalousie, trahisons et autres ne les épargnent pas, et les touchent d'autant plus durement qu'ils savent la fragilité de la vie.
Servi par une très belle écriture, riche et puissante, ce texte, bien que rédigé il y a près d'un siècle (il parut en 1923) et forcément un peu daté, est un régal à lire.
Pour achever de convaincre les accros à la lecture qui traînent par ici, j'ajoute que l'auteur a écrit une scène magnifique, dans laquelle deux hommes opposés lors d'une conversation un peu vive se retrouvent autour de l'amour des livres.
Ces lignes dans lesquelles deux aviateurs fraternisent autour de leur passion pour la littérature ne peuvent que vous toucher.
Je vous en dévoile un tout petit bout :
"Herbillon nourrissait pour les livres cette tendresse qui peuple la vie de compagnons éternels. Maury la devina dans les paroles que le jeune homme choisit pour le remercier. Alors, soudain apaisés et unis, ils examinèrent les volumes."
Pour savoir ce qui se passe avant et après, pour savoir tout ce qui se passe dans le roman, à vous de jouer !
À vous de lire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          455
oran
  09 août 2020
Amour, trahison, jalousie, gloriole, héroïsme sont les composantes de ce roman, mais ce qui fait vraiment la substance de ce récit ce sont les fêlures tellement humaines, c'est l'amitié, la fraternité, la solidarité de cette escadrille, dirigée par le jeune capitaine Gabriel Thélis, un patronyme choisi par Kessel pour rendre hommage au capitaine d'escadrille Thélis Vachon qui fut son chef durant la Première Guerre mondiale. C' est aussi un témoignage précieux , authentique sur l'histoire héroïque de l'aviation pendant ce terrible conflit, l'histoire de ces hommes, " les as" héros modernes qu'on admirait et qui faisaient rêver.
Commenter  J’apprécie          522
lecassin
  10 avril 2013
Joseph Kessel nous servira dans sa longue carrière d'écrivain, une belle brochette de romans-récits sur l'amitié virile entre deux hommes plongés en milieu inconnu, voire hostile. « L'équipage » est un de ceux là et même un des premiers dans la mesure où il s'agit du deuxième roman de l'auteur publié pour la première fois en 1923.
Amitié virile, disions- nous … Oui, celle de deux coéquipiers, Jean Herbillon et Claude Maury respectivement observateur et pilote d'un avion de reconnaissance durant la première guerre mondiale. Ils comprendront, malgré leur jeunesse et leur manque d'expérience, ce que signifie le mot « équipage » : deux hommes qui ne font finalement qu'un et dont la vie tient dans la main de l'autre ; deux homme « fusionnés »…
Viendra Hélène, comme un point commun entre les deux hommes…
Dans ce roman largement autobiographique, Joseph Kessel nous fait partager son expérience de pilote de la Grande Guerre ; un roman qui lui apportera la notoriété…
Certes le thème n'est pas neuf, mais il est magnifié par le style de Kessel, dans un texte qui « sent le vécu ». Certains commentateurs présentent ce roman comme un peu daté. C'est sans doute vrai… Néanmoins, pour l'avoir lu à quinze ans dans l'édition nouvellement crée « folio », j'en garde un très bon souvenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
latina
  16 décembre 2021
« Ils étaient une entité morale, une cellule à deux coeurs, deux instincts que gouvernait un rythme pareil. La cohésion ne cessait point hors des carlingues »
Qui ne rêverait d'une amitié pareille ?
Kessel l'a décrite, cette amitié, entre Maury et le jeune Herbillon, deux hommes très différents et pourtant complémentaires, qui dès lors qu'ils ont été désignés comme pilote et observateur d'un même avion, au début de la première guerre mondiale, forment un « équipage » au sens noble du terme.
Mais l'amour s'en mêle, comme toujours, et ici, il tisse ses fils de passion et de jalousie sur la toile de l'amitié …
Quelle finesse dans l'exposition des sentiments ! Compréhension, bienveillance, pitié, rancoeur, honte : tout est décortiqué. Et les acteurs de ce drame en connaissent beaucoup moins que nous, qui assistons au moindre élan du coeur. Eux s'approchent par le regard, par des paroles pudiques, par l'intuition, mais nous, nous fouillons par l'entremise géniale et poétique de Kessel leurs âmes passionnées et torturées.
Et puis, quelle description réaliste et exaltante à la fois de cette vie d'escadrille menée par un commandant charismatique !
Oui, vraiment, j'ai adoré relire ce classique, comme je l'ai adoré à quinze ans. Kessel m'enchante.
Après la relecture du « Lion », où je foulais la terre du Kenya, je n'ai pas regretté une seconde de m'être lancée dans le ciel aux côtés de cet équipage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3510
saphoo
  03 mai 2019
Un petit air de Saint-Exupéry (vol de nuit) avec ce roman de Kessel, la plume est à la hauteur et le récit transpire le vécu. Beaucoup de sentiments à travers les personnages que ça soit la franche camaraderie, la solidarité, la jalousie voire de l'hostilité tous les aléas d'un groupe qui vit H24 en permanence sans compter qu'ils mettent en péril leur vie. le récit est teinté d'une histoire d'amour et d'adultère, un hasard malheur à fait que les deux hommes font équipe. C'est tendu on se demande qui va faiblir le premier.
Les récits de vol sont impressionnants sans doute moins poétiques que chez St Saint-Exupéry, mais ils nous vont vibrer d'émotion.
Du grand Kessel sans doute pas le meilleur mais vaut le détour malgré tout.
Commenter  J’apprécie          380

Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
Nastie92Nastie92   12 septembre 2021
Claude et l'aspirant volaient beaucoup.
Ils connurent ensemble les départs de l'aube où la voix sauvage des appareils éveille le jour ; les retours au crépuscule quand, moteur calé, ils descendaient lentement avec la lumière ; les surveillances paisibles, simples promenades attentives ; les combats où la même inquiétude et la même espérance faisaient bruire leurs tempes. Ils partagèrent l'émotion physique des chutes brusques et la joie mathématique des acrobaties. Ils apprirent à sentir en même temps, sans la voir et par une singulière divination, l'approche de l'ennemi. Dans la furie de l'hélice et du vent qui étouffait la voix humaine, ils pouvaient se comprendre d'un signe et souvent Maury, se tournant vers son compagnon, trouvait en ses yeux la réplique de sa pensée.
Alors ils surent ce que les camarades entendaient par "équipage". Ils n'étaient pas simplement deux hommes accomplissant les mêmes missions, soumis aux mêmes dangers et recueillant les mêmes récompenses. Ils étaient une entité morale, une cellule à deux cœurs, deux instincts que gouvernait un rythme pareil. La cohésion ne cessait point hors des carlingues. Elle se prolongeait en subtiles antennes, par la vertu d’une accoutumance indélébile à se mieux observer et se mieux connaître. Ils n’avaient fait que s’aimer ; ils se complétèrent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
ivredelivresivredelivres   02 novembre 2010
Alors ils surent ce que les camarades entendaient par équipage. Ils n’étaient pas simplement deux hommes accomplissant les mêmes missions, soumis aux mêmes dangers et recueillant les mêmes récompenses. Ils étaient une entité morale, une cellule à deux cœurs, deux instincts que gouvernait un rythme pareil. La cohésion ne cessait point hors des carlingues. Elle se prolongeait en subtiles antennes, par la vertu d’une accoutumance indélébile à se mieux observer et se mieux connaître. Ils n’avaient fait que s’aimer ; ils se complétèren
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
lecassinlecassin   10 avril 2013
Il avait vingt ans. C’était son premier départ pour le front. Malgré les récits qu’il avait entendus au camp d’entraînement, malgré un sens aigu des réalités, sa jeunesse n’acceptait pas la guerre sans l’habiller d’une héroïque parure.

Commenter  J’apprécie          180
genougenou   20 septembre 2013
Et tous deux – âmes jumelles d’une cellule unique – liaient leur savoir et leur divination pour mener à bien la même tâche. Ils avaient beau souffrir l’un par l’autre, se haïr même, leurs sens, leurs nerfs, emmêlés aussi étroitement que les commandes de l’appareil, travaillaient à l’unisson. Rouages intelligents de la frêle et puissante machine qui les emportait, le même fluide circulait entre eux
Commenter  J’apprécie          100
genougenou   20 septembre 2013
Les questions qui lors de son premier départ semblaient essentielles n’existaient plus pour lui. Il savait maintenant que l’on n'étonnait personne à l’escadrille par le courage, car, brave ou non, chacun faisait honnêtement la même tâche périlleuse ; il savait que l’art de regarder valait plus que la témérité, que les fantaisies d’une balle folle faisaient un victorieux aussi bien qu’une victime et que la chance régissait les exploits. Le hasard dont il était le sujet passif lui inspirait une crainte dont il n’avait plus honte, sûr de ressaisir dans sa carlingue le sang-froid nécessaire et toute sa volonté de réussir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Joseph Kessel (53) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joseph Kessel
L'oeuvre de Patrick Deville s'étale à l'échelle du monde, parcourt tous les sentiers, toutes les mers ; dialogue avec des êtres aux identités plurielles, inspirés et formés par les espaces qu'ils occupent. Ce travail d'une vie a été récompensé par le Grand Prix de littérature de l'Académie française 2021 pour l'ensemble de son oeuvre et plus récemment encore, par le prix Joseph-Kessel du festival Étonnants Voyageurs 2022. Pour lui, "le moteur de tout cela c'est la curiosité insatiable". Rencontre.
#Litterature #EtonnantsVoyageurs #voyage
________________ Prenez place à La Grande Table pour rencontrer d'autres personnalités qui font l'actualité de la culture https://www.youtube.com/playlist?list=PLKpTasoeXDrpsBVAaqJ_sANguhpPukaiT ou sur le site https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-1ere-partie
Suivez France Culture sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : aviationVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Mais si, vous connaissez Joseph Kessel !

Avec son neveu, il est l'auteur des paroles d'un hymne à la révolte et à la résistance écrit à Londres dans les années 40 :

L'affiche rouge
Potemkine
Le chant des partisans

10 questions
160 lecteurs ont répondu
Thème : Joseph KesselCréer un quiz sur ce livre