AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782072576034
448 pages
Éditeur : Gallimard (01/12/2014)

Note moyenne : 4.33/5 (sur 162 notes)
Résumé :
Né dans l'Aisne à Aubenton le 9 décembre 1901 et disparu en 1936 à bord de l'hydravion Croix du Sud au large des côtes de Dakar, Mermoz a eu un destin unique : il fut le plus prestigieux et le plus aimé des pilotes à l'époque où l'aviation comptait encore des aventures qui tenaient de l'épopée et inspiraient au monde entier une admiration sans borne.
Kessel, son ami et son biographe dit de lui : " Archange glorieux, neurasthénique profond, mystique résigné, p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
pdemweb1
  14 octobre 2014
Joseph Kessel était un ami de Jean Mermoz. Ce témoignage d'un ami a pourtant assez de recul . Il ne montre pas que les épopées victorieuses du pilote mais aussi ses journées sans gloire. le contraste met en valeur la force virile de Mermoz.
Le témoignage est très bien documenté et précis.
Joseph Kessel, n'a pas pu s'empêcher , avec à propos, de laisser son talent de romancier s'exprimer afin de compléter le portrait de Jean Mermoz pour ceux qui ne l'ont pas connu.
Commenter  J’apprécie          510
Erveine
  29 janvier 2014
Merci Joseph KESSEL et merci Jean MERMOZ. Pour ainsi dire, je ne suis pas descendue de l'avion. le désert, la cordillère des Andes... Cachée comme un passager clandestin, j'ai tout entendu, j'ai tout vu. Des éléments, des hommes et des machines. le chaud, le froid, le vide, le merveilleux. Et, si je n'ai rien senti en mon enveloppe charnelle, c'est une énorme tristesse qui m'habite maintenant que je tourne la dernière page. Un chagrin et une sorte de hargne contre tous ceux qui contrarièrent les élans d'un tel homme. Que de cupidité, de déraison et de manquements qui furent opposés aux desseins de grandeur. La grandeur pour son pays et pour lui la simplicité. La jeunesse mais l'engagement. le respect mais ce sens inné des responsabilités et cette reconnaissance envers ses semblables. Ce don d'amitié et ce don tout court. Aimer la vie à tel point qu'on la vit sans compter. Cette passion et cette grande humanité qui constituèrent tout à la fois l'homme que fut Jean MERMOZ. On en viendrait à renier l'amour avec ses concessions, ses sacrifices qui condamnent dès leurs acceptations tout élan de spontanéité et donc de vérité. Cette amitié qui ne contient pas de nuance et de faux semblants, accessible à ceux qui cessent de jouer un rôle. Celui qu'on joue et dont on se joue du matin jusqu'au soir quand il en va de notre sociabilité, de nos automatismes. Mais si nous ne pouvons égaler de tels hommes et de telles passions. Si de tels défis ne se présentent pas ? Est-ce que nous ne pouvons pas aspirer vers un état qui lui ressemble ? Ne pouvons-nous égaler quelque héros chéri de nos livres juste pour nous sentir plus vrai que nature !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          434
thisou08
  09 septembre 2017
Hélas, je viens de terminer cette biographie magnifique.
J'ai pris mon temps. C'est ma façon de lire Kessel dont j'admire tant l'écriture.
Cette biographie, Kessel avait projeté de l'écrire avec son ami Mermoz. Hélas, le destin en a décidé autrement.
C'est donc seul que l'auteur retrace la vie de son ami, qu'il aima démesurément.
Il y a mis tout son coeur, tout son talent, il a fait des recherches, interrogé des proches, lu des écrits de Mermoz, il n'a rien laissé au hasard.
Vous souvenez-vous de ce film de 1965 « Ces merveilleux fous volants dans leurs drôles de machines » ?
Certes, la vie de Mermoz ne ressemble pas à ça...mais Mermoz était « un merveilleux fou volant » prêt à tout pour assouvir sa passion : l'aviation !
... Mais à l'époque, les avions étaient « de drôles de machines » rescapées de la guerre 14-18, tombant en panne, sans aucun moyen de communication, avec le pilote à la merci des éléments : le froid, le chaud, la tempête, les vents de sable etc.
Sa vie est une épopée dont l'auteur ne nous cache rien, le bon comme le moins bon. Mermoz était ivre de vie. C'était un explorateur, un génie de l'aviation, un passionné d'aventure, un homme qui croyait à l'amitié plus qu'à l'amour ( me semble-t-il ).
La naissance de l'Aéropostale fait partie de sa vie. Tous les grands aviateurs de l'époque font partie de sa vie. Le courrier passe avant tout, même si des hommes doivent y laisser leur vie.
Aujourd'hui, seulement 84,9 % des lettres prioritaires sont distribuées J+1 par La Poste. Qu'en penserait Mermoz ?
Certes, l'époque n'est plus la même me direz-vous. Certes. Et bien, je regrette celle qu'a connue Mermoz !
Je vous invite à participer à ce grand combat que fut l'ouverture des lignes postales aériennes à travers le monde, combat mené pour beaucoup par Mermoz.
Il y a laissé sa vie. Mais c'est ainsi qu'il voulait mourir...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Cathy74
  15 novembre 2020
De longue date, j'aime le style et les romans de Joseph Kessel. de longue date, je connais par les conversations familiales l'histoire des « faucheurs de marguerite » ainsi que les exploits des aviateurs durant les guerres modernes. J'ai lu très jeune avec beaucoup d'émotion Vol de nuit de Saint-Exupéry. Les exploits des aviatrices étaient moins connus, mais le métier d'hôtesse de l'air faisait battre le coeur des filles. Souvent la vocation naissait à Orly où il était alors possible de voir les avions décoller depuis la terrasse accessible au public et ouverte à tous vents. Gilbert Bécaud chantait le rêve dans Dimanche à Orly.
Aussi, lorsque, au hasard des chroniques de Babelio un lecteur m'indiqua le livre de Kessel sur Mermoz, je plaçai l'ouvrage dans ma pile à lire. Conquise d'emblée, j'ai retrouvé avec plaisir l'écriture échevelée de l'écrivain, son enthousiasme débordant, sa conviction sincère de journaliste. Kessel eut la chance de connaître le jeune pilote et éprouva pour lui une véritable adoration. En 1938, deux ans après la mort de l'aviateur, il écrit à la fin de son livre « Rien ne parvient à reproduire la vibration touffue de la vie. J'ai apporté à écrire toute mon honnêteté. Et tout mon amour pour toi. »
Sous sa plume, la vie de l' « Archange » vire à l'épopée, pour le plus grand bonheur du lecteur. Dans l'esprit de Kessel, le futur pilote est marqué très jeune par le sceau du destin : il n'a aucun goût pour l'aviation naissante qui enthousiasme les foules ! Ainsi sa réaction, alors qu'il assiste à un meeting aérien : « Il considéra [Mermoz] d'un regard curieux, mais très calme toutes les évolutions. Son cousin, qui était là aussi, criait qu'il serait aviateur. – Pas moi, dit Jean. J'aime mieux la mécanique et le dessin ». En effet, jeune garçon, adolescent, puis jeune homme, Mermoz va se chercher longtemps. Il pourrait même tourner voyou, sans la solide éducation reçue dans son enfance et l'amour dévoué de sa mère qui constituent des garde-fous puissants
Second signe du destin, il est prêt à s'engager dans l'Armée en 1919, lorsqu'il opte pour l'aviation sur les conseils d'un chanteur d'opérettes ami de sa famille. Il ne paraît toujours pas être un pilote-né : il échoue à deux reprises à son brevet de pilote, qu'il obtient en 1921. Dans le même temps le jeune homme introverti est devenu, sur le plan physique, un athlète, un géant à la chevelure de lion, un ogre débonnaire et puissant, un homme fait qui cueille les femmes comme des fleurs et qui suscite l'admiration et le dévouement de ses amis. La légende est en route.
Troisième signe, devenu pilote aguerri dans l'Armée, il est démobilisé en 1924 et se retrouve au chômage. A tel point qu'il en est réduit à la soupe populaire et aux asiles de nuits. Cette épreuve pourrait tourner mal elle aussi, mais justement, c'est l'époque où Latécoère lance sa ligne d'aviation civile. Mermoz postule, fait un vol d'essai, en fait trop. Daurat, directeur d'exploitation, lui dit sans détour qu'il a besoin de pilotes, pas d'acrobates. Qu'il fasse du cirque aérien. Mermoz tourne déjà les talons, Daurat lui propose un poste de mécano. Nouvelle épreuve acceptée de bon coeur par le futur pilote exceptionnel que sera Mermoz, qui accomplira enfin son destin, ce pour quoi il né.
Cette destinée humaine, conjonction de multiples facteurs, Kessel la magnifie. Il tombe sous le charme de l'aviateur, mélange de force et de vulnérabilité. Mermoz trouve son équilibre mental au sein de l'habitacle d'un avion, surtout lorsque le danger est présent. Cette ambiguïté entre l'amour de la vie et l'attrait de la mort, l'écrivain et journaliste la connaît mieux que personne.
Ce qui m'intéresse aussi dans cette lecture contemporaine, c'est la description des amitiés viriles. Elle évoque les relations fusionnelles mythiques. Les femmes sont des mères, des soeurs, des épouses, des filles de joie. Une apparaît comme une comète singulière dans l'histoire. Maryse Bastié, que Mermoz encourage dans sa vocation de pilote. Ils effectuent ensemble un trajet aller-retour sur l'Atlantique Sud. Peu après la disparition du pilote, elle traverse seule l'Atlantique de Dakar à Natal et réalisera un nouveau record féminin de vitesse sur ce trajet.
Livre généreux et émouvant, Mermoz est un moment de lecture dépaysant, qui parle d'une époque révolue, où après avoir labouré la mer durant des siècles, l'humanité tournait les yeux vers le ciel tandis qu'une poignée de « fous volants » découvraient en hauteur, une nature merveilleuse, très peu abîmée encore. La prochaine grande aventure humaine, spatiale, aura-t-elle la même aura ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
tagos25
  18 novembre 2016
Deuxième ouvrage de Kessel que je lis et encore une leçon magistrale de style, récit et émotions (Les Cavaliers est tout simplement un chef d'oeuvre). Dès la première page j'ai été porté par les péripéties de Mermoz. Ce livre nous fait voyager dans les airs mais aussi sur la terre et à travers les hommes. de Palmyre au Sahara, des Andes au Brésil, les émotions sont fortes, la survie de ces pionniers de l'aviation ne cesse de nous étonner. J'ai d'ailleurs commencé ce livre pendant un vol transatlantique et je ne pouvais qu'admirer d'autant plus Mermoz et ses compagnons. A notre époque il semblerait qu'aucun défi d'aventure de cette envergure ne reste à accomplir. le style de Kessel est beau, épuré, énergique et sobre. le seul petit hic et l'admiration parfois excessive pour Mermoz (les compliments sont parfois un peu répétifis) et surement une partie est fantasmée.A lire absolument
Commenter  J’apprécie          120

Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
dolly31dolly31   10 septembre 2018
Vol, périls, pureté, amitié, Mermoz avait appris à Palmyre tout ce qui lui était nécessaire pour vivre. Il avait subi le sortilège que connaissent les êtres de qualité dont une partie de l'existence a été donnée au désert. Dans sa substance souterraine s'était glissé le démon des sables et de la solitude. Ces longues journées de soleil accablant, cette nuit lunaire, inhumaine où près des barbelés il avait sangloté, faisant écho aux chiens de Palmyre, l'épais vent jaune qui déracinait les tentes, comptaient pour autant d'enchantements inexplicables. Sans le savoir il avait connu sa vérité. Il n'en mesura le privilège qu'à l'instant où il dut envisager l'heure du départ.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
pdemweb1pdemweb1   14 octobre 2014
J'ai demandé une fois à Mermoz s'il avait peur dans ses luttes avec la mort.
- Peur ?avait-il répété pensivement.Non ça ne peut pas s'appeler ainsi. Je ne peux pas te l'expliquer. Les camarades seuls pourraient comprendre. C'est une affaire entre nous.
Il réfléchit quelques secondes et ajouta :
- Vois tu la vraie peur, la sale peur, je l'ai éprouvé sur le pavé de Paris, quand j'étais clochard, à l'idée de ne plus pouvoir voler, c'est à dire vivre ma seule vie possible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
JcequejelisJcequejelis   23 septembre 2012
Mermoz fut attiré par ce nouveau camarade. Son originalité puissante le séduisit. Ils se lièrent sur un plan qui ne relevait pas de leur métier. Saint-Exupéry reconnut en Mermoz un être exceptionnel par la sève, la chaleur vitale, la sensibilité. Il lui parla comme il ne parlait à personne. Sa culture, son esprit aigu, ses préoccupations abstraites, toute l'étonnante machine à penser que contenait son front bombé, firent sur Mermoz une impression décisive. Mermoz a toujours admiré - avec une ferveur d'enfant ébloui - l'intelligence, le savoir, le talent. Ces biens immatériels, Saint-Exupéry en était prodigieusement riche. Les rapports qui s'établirent entre les deux jeunes hommes furent empreints d'une déférence mutuelle assez singulière dans ce milieu. Ils ne se tutoyèrent que dix années plus tard. Mais c'est à Juby que Saint-Exupéry mit Mermoz dans la confidence de ses travaux nocturnes : il écrivait un livre qui aurait pour titre : Courrier Sud.
Un soir, il vint lui en lire des passages.

549 - [Le Livre de poche n° 1001/1002, p. 194]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
liberligerliberliger   04 novembre 2012
Ce que je crois de toute mon âme c'est que, se voyant mourir comme il l'avait voulu, après avoir vécu comme il l'avait fait, libre de toute compromission, pur de toute souillure, n'ayant fait qu'aimer, combattre, rire et souffrir, [...]Jean Mermoz connut le sacre de la vérité. On ne peut être certain d'elle que sur le pas de la mort.
Commenter  J’apprécie          170
Jean-DanielJean-Daniel   14 juillet 2020
Chacun sur terre a son œuvre, son amour à enfanter et assouvir, et, alors qu'il les achève, il se sent le plus près des dieux.
Pour Madame Mermoz, c'était son fils. Pour son fils, c'était la conquête des éléments et des mondes. L'un est l'autre pendant quelques années ont atteint à la plénitude. Ils sont à envier.
Commenter  J’apprécie          140

Videos de Joseph Kessel (48) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joseph Kessel
Rencontre en direct avec Philippe Baudorre à l'occasion de la sortie exceptionnelle en pléiade de "Joseph Kessel - Romans et récits" aux éditions Gallimard.
Retrouvez les livres : https://www.mollat.com/livres/2428589/joseph-kessel-romans-et-recits-volume-1 https://www.mollat.com/livres/2428590/joseph-kessel-romans-et-recits-volume-2
Notes de Musique : © mollat
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : aéropostaleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Mais si, vous connaissez Joseph Kessel !

Avec son neveu, il est l'auteur des paroles d'un hymne à la révolte et à la résistance écrit à Londres dans les années 40 :

L'affiche rouge
Potemkine
Le chant des partisans

10 questions
148 lecteurs ont répondu
Thème : Joseph KesselCréer un quiz sur ce livre

.. ..