AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2847345175
Éditeur : Tallandier (30/11/-1)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Un rêve biblique est devenu réalité, provoquant la résurrection d'un peuple et d'une langue dont seuls des versets de prière gardaient la trace.
Par trois fois, de 1926 à 1961, J. Kessel a pu suivre Israël dans son essor. Depuis les premières colonies dans le désert, jusqu'à l'âge de sa souveraineté, en passant par la guerre qui a accompagné sa naissance officielle.
Le témoignage irremplaçable d'un grand reporter doublé d'un poète; et le cri du coeur ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
gerardmuller
  06 mai 2016
Terre d'amour/Joseph Kessel
« le voyageur qui débarque en Palestine n'est jamais seul. Des souvenirs innombrables et tels que nulle autre terre ne peut en susciter d'équivalents lui font escorte. La Bible, l'Évangile, les Croisades…
Quel coin de l'univers, autant que celui-ci, a chacune de ses pierres marquée d'histoire, chacune de ses vallées couvertes de tombeaux et d'espérances ? Les royaumes s'y sont faits et défaits… »
Ainsi commence ce récit du voyage, publié en 1932, que Joseph Kessel fit en Palestine dans les années 1925/26. Israël n'existait pas encore en tant que nation et la Seconde Guerre Mondiale n'avait pas encore eut lieu. Ce récit a donc une valeur historique en dehors de ses qualités littéraires dues à un style merveilleux.
À l'époque, cette région était relativement un havre de paix. Les Arabes ne voyaient pas encore d'un mauvais oeil l'installation clairsemée de Juifs venus essentiellement de Russie.
Le sionisme, issu des théories de Théodore Herzl mises au clair dans son livre bien connu « L'État Juif » voyait peu à peu se concrétiser le retour à la Terre Promise. le rêve biblique devenait réalité provoquant la résurrection d'un peuple et d'une langue, l'hébreu, « cette langue qui est l'expression la plus profonde, la plus élémentaire, du génie d'une race… La langue, c'est le seul lien qui soit sans défaut… »
Cette résurrection de l'hébreu fut le fruit de l'oeuvre de Ben Yehuda, qui codifia cette langue morte pour en établir le dictionnaire. C'est avec ferveur que les colons juifs d'où qu'ils vinssent adoptèrent l'idiome ressuscité.
C'est en1917 que le gouvernement britannique, qui avait la main mise sur la région, publia la déclaration Balfour se disant favorable à l'établissement d'un foyer national juif en Palestine. Déclaration soutenue en 1918 par la France. Et ratification par les alliés en 1920. Puis le SDN nommait la Grande Bretagne mandataire pour l'administration de la Palestine.
Les premières colonies vont s'installer : c'est une époque idyllique et Kessel nous fait vivre cette découverte avec passion et lyrisme. de la vallée de l'Emek (Jezréel) à la Galilée, et de Haïfa (Caïffa) à la Judée, des petits groupes cultivent la terre abandonnée depuis des siècles au désert ou aux moustiques. Les ébauches des premiers kibboutz voient le jour et Kessel met bien en relief dans son récit la passion et l'ardeur, le courage et l'abnégation dont font preuve ces jeunes venus de Russie et d'Ukraine principalement.
De magnifiques pages sur l'édification de Tel-Aviv et sur la ville millénaire de Jérusalem ponctuent ce récit très intéressant. L'histoire des Juifs de Naplouse qui n'avaient jamais quitté la terre d'Abraham est une anecdote émouvante. Les biographies succinctes de héros comme Trumpeldor ou Rutenberg, ou d'un homme politique et scientifique comme Weizmann illustrent bien l'analyse que fait Kessel.
À noter qu'en 1961, Joseph Kessel a repris l'ouvrage en le complétant sous le titre « Terre d'amour et de feu ».
Pour mémoire, rappelons que c'est le 14 mai 1948 que sera proclamée l'indépendance d'Israël par un vote de l'ONU, après partage de la Palestine qui était sous mandat britannique.
Ce récit est un témoignage irremplaçable.
Il est d'autant plus intéressant d'un point de vue historique que par deux fois en 1963 et 1967 j'ai suivi l'itinéraire de Kessel lors de voyages en Israël avec cette lecture en tête. Relu aujourd'hui, 84 ans après sa parution, après une première lecture en 1962, ce texte prend toute sa valeur et on y découvre des phrases prémonitoires lourdes de signification. On connaît la suite et toutes ces guerres qui n'en finissent jamais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
DanR
  19 février 2019
L'Histoire vécue de l'intérieur ou quand un journaliste est également un très grand écrivain. Difficile de ne pas se passionner pour tous ces personnages et leur destinée. À replacer dans le contexte actuel de la montée de l'antisémitisme et difficultés - euphémisme - de l'état d'Israël avec ses voisins.
Commenter  J’apprécie          40
levanahbatiah
  10 juillet 2014
Kessel, écrivain et journaliste magnifique, descripteur des hommes et du monde, dépeint 3 phases de l'état d'Israël : la conception, la naissance et l'adolescence. A lire absolument !
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
levanahbatiahlevanahbatiah   31 août 2015
Rue des Parfums, rue des Epices, sombres couloirs, si grouillants de guenilles et d'oripeaux que le porteur d'eau les évite, d'où vient qu'elles aussi participent à la sainteté de la ville ? Est-ce d'avoir leurs dalles usées par des pieds nus, et d'appartenir à ce dédale sacré qui mène à la fois au Saint-Sépulcre, à la mosquée d'Omar, au Mur des Pleurs ?
Commenter  J’apprécie          50
levanahbatiahlevanahbatiah   31 août 2015
(en parlant du procès de Eichman)
Cela donnait l'impression d'un cours interminable que suivaient avec plus ou moins de patience 500 élèves, qui écouteurs accrochés aux oreilles, prenaient des notes, des notes, des notes.
Et quel était l'objet de ce cours ?
L'espèce d'araignée humaine exposée en vitrine, sur la gauche de l'estrade.
Commenter  J’apprécie          40
levanahbatiahlevanahbatiah   31 août 2015
La voix d'Eichmann .... Elle parlait, parlait, tandis que lui, derrière sa paroi vitrée, immobile, et ses étroites lèvres closes, suivait attentivement de ses yeux caves tourner le disque par où il s'exprimait. Incroyable, hallucinante confrontation.
Voix d'Eichmann ... qui pour ajouter au caractère fantastique de cette audience, ne correspondait en rien ni à son effroyable passé ni à l'aspect affreux du personnage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
levanahbatiahlevanahbatiah   11 juillet 2014
Alors, et en multipliant par millions, j'eus en cet instant le sentiment vrai, la pleine mesure - et encore est-ce possible ?- de toutes les terreurs, de toutes les larmes, de toutes les clameurs, de tous les silences désespérés et de tous les tourments dont Eichmann avait été l'ouvrier et portait la charge à la face des hommes.
Commenter  J’apprécie          10
levanahbatiahlevanahbatiah   11 juillet 2014
Un peuple peut exister, ou plutôt persister, sans gouvernement choisi par lui, sans institutions nées de son sein, à la rigueur sans terre qui lui appartienne. Mais s'il ne possède pas de langue qui lui soit propre, c'est un peuple mort.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Joseph Kessel (43) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joseph Kessel
Dialogue improvisé entre Jon Swain, journaliste, auteur de River of Time, et Olivier Weber, grand reporter et écrivain (Dictionnaire amoureux de Joseph Kessel)
En 1970, Jon Swain a 22 ans. Il couvre la guerre du Vietnam et il est l?un des rares journalistes présents à Phnom Penh lorsque la ville tombe aux mains des Khmers rouges. Capturé, il échappe de peu à l?exécution grâce à l?interprète cambodgien du New York Times, histoire qui a inspiré à Roland Joffé, le film Killing Fields (La Déchirure). À propos de River of Time, le journaliste Jean-Claude Guillebaud écrit : Jon Swain « décrit la guerre, les tueries, les saloperies de toutes sortes avec une émotion qui n?est pas de façade ».
Animatrice : Catherine ANDRÉ - Journaliste, cofondatrice et rédactrice en chef de VoxEurop
+ Lire la suite
autres livres classés : israëlVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Mais si, vous connaissez Joseph Kessel !

Avec son neveu, il est l'auteur des paroles d'un hymne à la révolte et à la résistance écrit à Londres dans les années 40 :

L'affiche rouge
Potemkine
Le chant des partisans

10 questions
134 lecteurs ont répondu
Thème : Joseph KesselCréer un quiz sur ce livre