AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Benoît Domis (Traducteur)
EAN : 9782352942689
328 pages
Bragelonne (15/02/2009)
4.03/5   86 notes
Résumé :
Lydia Danse croit avoir enfin trouvé le bonheur du foyer. Son mari semble le meilleur des hommes. Leur jeune fils est merveilleux. Pourtant le Mal se cache sous son propre toit.

Les années passant, la façade s'effrite, et son mari, sûr de sa toute-puissance, resserre son emprise sur sa famille. Tous les moyens de coercition sont bons, pourvu qu'ils lui procurent l'ivresse du pouvoir.

Prête à tous les sacrifices et à se mettre elle-mêm... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
4,03

sur 86 notes

Yggdrasila
  31 juillet 2020
Ce thriller est extrêmement dérangeant.
Si vous êtes sensibles aux descriptions de douleurs physiques et psychologiques, passez votre chemin.
Déjà, rien que le prologue en dit long sur la suite... vous pouvez toujours tester avec ces quelques pages.
Dans cette histoire, nous suivons principalement deux personnages : Lydia et Arthur, de leur enfance jusqu'à l'âge adulte.
Chacun d'eux a vécu des traumatismes violents pendant l'enfance.
Le destin va pourtant les réunir et leur présager une vie de couple heureuse. Mais c'est sans compter la perversité bien dissimulée de l'un d'entre eux.
Je ne veux pas en dire davantage sur l'histoire car c'est réellement captivant de découvrir les détails au fil des pages.
Cette histoire est inspirée de faits réels et c'est assez perturbant d'observer la tournure qu'elle peut prendre.
Dans la postface, l'auteur explique très bien ses motivations. On peut clairement y voir une critique du système judiciaire américain.
En effet, une grande partie de la seconde moitié du livre est consacrée à un procès que l'on suit dans les détails.
Même si l'on n'apprécie pas forcément l'aspect juridique et procédural dans les romans, ici on ne s'ennuie pas. le lecteur a vraiment l'impression d'assister au procès.
La plume de Jack Ketchum est fluide. Il sait construire son récit de manière efficace pour créer du suspense qui tient en haleine jusqu'au bout.
Certains passages sont glauques et violents, notamment au niveau sexuel.
Mais on comprend jusqu'où l'emprise et la menace peuvent conduire.
Malgré sa dureté, c'est un roman utile puisqu'il évoque une histoire vraie et dénonce une injustice.
Un livre à découvrir pour les amateurs de romans noirs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7111
diablotin0
  26 janvier 2019
Encore une histoire qui montre que le système judiciaire est défaillant et parfois même corrompu . Cela en devient presque malheureusement banal du fait de sa récurrence… Cela n'enlève en rien bien sûr le côté bouleversant de ce livre , je dirais même au contraire puisque l'incompréhension , la sidération se transforment en révolte.
A chaque fois dans ce genre de livre, je voudrais pouvoir lire beaucoup plus vite pour connaitre l'issue, je m'interroge et surtout m'énerve contre le système poussif, incompétent et corrompu.
Tout au long de ce roman , tiré d'une histoire vraie d'après l'auteur, une mère se bat pour protéger son fils des violences physiques et psychologiques de son père.
C'est un livre qui ne se lit pas tranquillement sur son canapé mais qui se lit avec une boule au ventre, un sentiment de dégoût, proche de la nausée. C'est un livre qui est classé dans les thrillers avec l'étiquette sérial killer mais c'est surtout un livre sur la non humanité, l'aspect le plus vil de l'humain.
La fin coupe le souffle …
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          509
Foxfire
  03 mars 2014
Il y a, à mon sens, deux façons d'écrire un récit centré sur l'ultra violence : faire un divertissement en donnant à la violence une intention récréative comme le ferait un film d'horreur ou bien faire un récit ultra-réaliste, ancré dans le quotidien avec un versant psychologique. Jack Ketchum a déjà oeuvré dans les deux : le divertissement avec le réussi Morte saison et le réaliste avec l'excellent Une fille comme les autres.
Fils unique se place dans seconde catégorie, il est donc inévitable de faire la comparaison avec Une fille comme les autres. Mais là où Une fille... faisait surgir des réflexions (sur le laisser-faire, sur le voyeurisme), Fils unique ne soulève aucun questionnement. Là où Une fille... parvenait à être subtil même dans l'horreur absolue, Fils unique se contente de n'être qu'un étalage gratuit et complaisant d'atrocités.
Les personnages sont sans épaisseur, creux. Ils ne se définissent que par rapport à l'affaire. Ils n'évoluent pas, ils n'ont aucun arc transformationnel. Ils sont enfermés dans leur fonctions stéréotypées, l'accusé, la victime... Ils ne sont que ce qu'ils sont dans le cadre de l'affaire, ils n'existent pas en dehors.
Par ailleurs, le récit use et abuse de facilités, de ficelles dans le seul but de provoquer l'indignation mais pas de faire réfléchir.
Je l'ai lu jusqu'au bout, par fascination malsaine sans doute, mais aussi dans l'attente d'un embryon de réflexion (qui n'est jamais venu). Un roman dont je suis sortie avec le désagréable sentiment d'avoir été prise pour une imbécile.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          184
Neneve
  03 janvier 2020
Ce qu'il y a de glaçant dans les écrits de Ketchum, c'est qu'il s'inspire toujours (ou presque) d'un fait divers pour bâtir l'histoire qu'il nous raconte... Il nous amène ici dans le New Hampshire, dans une famille tout ce qu'il y a de plus dysfonctionnelle... Arthur et Lydia se croisent lors du mariage de la soeur de cette dernière... Ils tombent vite sous le charme l'un de l'autre. S'engage alors une relation idyllique. Mariage, passion, complicité, maison et bébé. Mais voilà qu'un soir, dans une impulsion, Arthur frappe Lydia. Fort, très fort... S'engage alors la spirale infernale... Peur, crainte, contrôle, divorce... Pour ajouter à tout ça, Robert, le fils du couple, se met à avoir des comportements très bizarres. À neuf ans, il recommence à se lâcher dans la nuit, il devient maladroit, laconique... Il est terrifié, mal dans sa peau... Mais pourquoi ? le divorce ? Non, en fait, c'est bien pire que ça... Lydia a des soupçons ; et elle accuse formellement Arthur de sévices sexuelles sur son fils... Procès et verdict... et puis, la finale... l'irréparable... Bref, un récit qui donne froid dans le dos et il faut avoir le coeur bien accroché pour lire certains passages... Mais c'est du Ketchum, alors quiconque ouvre un de ses bouquins sait à quoi s'attendre...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
LeoLabs
  11 février 2020
Dénonce du système judiciaire qui montre que la balance de la justice est parfois faussée menant à des conséquences désastreuses irréparables. Entre roman noir et thriller juridique, d'une crédibilité indéniable, ce récit vous harponne dès les premières lignes. Les sujets traités, tels que la violence et la pédophilie entre autres, sont le centre de cette histoire. Âmes très sensibles, s'abstenir.
Commenter  J’apprécie          190

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
JoyceGJoyceG   21 janvier 2018
Il n’éprouvait pas de haine particulière à l’égard des ivrognes. Après tout, les alcooliques étaient des gens comme les autres. Des gens vulnérables. Voilà ce qu’il détestait. La vulnérabilité insouciante, presque désinvolte, de certaines personnes, capables de se fourrer dans les situations les plus invraisemblables avec de parfaits inconnus et de s’étonner après si les choses tournaient mal. A croire qu’ils pensaient que leur innocence suffirait à les protéger, comme si l’innocence et la vertu pouvaient protéger de quoi que ce soit en ce bas monde. Il était bien placé pour savoir qu’il n’en était rien. Il se savait né pour accomplir bon nombre de choses, mais une de ses missions consistait à leur faire prendre conscience de la vérité. A leur apprendre que le monde était un endroit sombre. Où il fallait échapper aux conséquences de ses actes. Tout le monde agissait ainsi toujours. Celui qui l’oubliait le faisait à ses risques et périls. Et devenait une victime.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
rkhettaouirkhettaoui   17 novembre 2019
Les putes sont juste bonnes à être baisées, affirma-t-il. En silence. Si tu ouvres encore une fois la bouche ou si tu me résistes d’une façon ou d’une autre, je te tue, connasse. Je t’ai assez entendue ! Tu m’as compris ?
Il resserra son étreinte pour s’en assurer.
Ce qui lui valut son attention pleine et entière.
Il lâcha la gorge d’Annie, saisit la fermeture à glissière de sa veste et tira. Elle pleurait et toussait à présent. Il déboutonna soigneusement son chemisier et constata qu’elle ne portait rien dessous. Puis il s’aventura plus bas, afin de défaire la fermeture Éclair de son jean qu’il fit glisser sur ses hanches, enlevant sa culotte par la même occasion. Elle voulut essayer de se lever, mais il la repoussa brutalement de son bras tendu et sa tête cogna contre le plancher. Reste où tu es, salope.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
KhiadKhiad   18 octobre 2015
Qu'est-ce qu'il pouvait répondre ?
Il savait qu'il devait dire quelque chose pour les aider. Ils faisaient ça uniquement pour lui, pour obliger son père à arrêter. Il voulait que son père arrête plus que tout au monde, mais il ne voulait pas qu'il fasse du mal à sa maman et il le ferait. Il connaissait son père mieux que personne. Il lui ferait très mal.
Et c'était à lui de la protéger.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   17 novembre 2019
Elle le trouvait beau. Un plaisir pour les yeux – et encore plus pour les mains. Il était fort, il avait la peau douce et chaude. Et s’il se montrait parfois un peu agressif, comme avec le revolver, et qu’il lui arrivait d’avoir la grosse tête, ce n’était pas grave, parce que tous les hommes étaient ainsi. La première fois qu’il l’avait fait jouir, sur la banquette arrière de la Cadillac de son père, elle avait eu le sentiment de recouvrer sa virginité et de la perdre de nouveau – elle ne pensait pas vraiment que les filles puissent atteindre l’orgasme, malgré ce que tout le monde prétendait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
PatrothPatroth   05 octobre 2020
Tout va bien pour Lydia dans son couple ; entre un mari génial et un fils qui à l'air heureux ...
Mais un jour elle se rend compte que son fils cache quelque chose et que son mari a changé ...

Elle va découvrir l'horreur ..
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jack Ketchum (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jack Ketchum
The Girl Next Door (2007) - Trailer
autres livres classés : pédophilieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2236 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..