AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9789973194862
135 pages
Éditeur : Ceres et Tarek éditions Tunis (01/01/2003)
5/5   2 notes
Résumé :
« Je suis un bougre qui ne tolère pas les autres. Né dans une histoire de fantoches et de généraux serviles, de savates pourries et de guêtres brûlantes, de femmes données toutes fraîches par un caricaturiste exemplaire, je n’ai pas encore assez de poids pour qualifier ce que je ne connais ni d’Eve ni d’Adam mais je me décrirai et je te fausserai compagnie quand il sera question de toi, de tes frères, de tes ersatz et des maquereaux habiles que tu paies pour faire... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Cularo
  27 avril 2013
Un livre magnifique d'un homme libre,révolté contre le roi,le père,la religion:des mots crus,la nausée,la conscience d'un homme qui ne se soumet pas une très belle lecture.
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   27 février 2017
Elle ne connaît de l’amour qu’un frôlement de jupe oublié depuis longtemps ou l’éclair persistant des yeux noirs entrevus dans un magazine de cinéma. Pour satisfaire ses besoins sexuels, elle se masturbe à l’aide d’un boyau de bœuf ou va à l’hôtel le plus proche. Quand elle est sans un, elle drague les touristes européens qui ne viennent souvent dans ce pays que pour donner libre cours à leur libido. Une grande fraction de la jeunesse se spécialise dans l’homosexualité, faute de trouver des débouchés honnêtes. Les adultes ne s’en servent qu’en vue de l’avilir en l’éliminant socialement et moralement. Les adultes la corrompent irrémédiablement. Tant que ses chairs sont encore fermes, ça va, mais dès qu’elle aura atteint l’âge de trente-cinq ans, les adultes se détourneront d’elle et si elle regimbe ils lui rappellent qu’elle est née pourrie et maudite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   27 février 2017
On me réveillait à quatre heures du matin, Au boulot, perds pas de temps ! Le travail me caparaçonnait, j’étais un meuble de bourgeois. Je suppose qu’en ce moment ceux qui gouvernent les pays industrialisés ont trouvé d’autres meubles pour me remplacer, disons des nègres ou des machines. Et des ordinateurs pour les surveiller ! Mineur, j’ai creusé, j’ai creusé ! Pénétré le sol du Nord, noir comme la foutaise. J’ai sorti de la terre des siècles de houille. Je bouffais très bien dans le Nord : poulet aux hormones, tagines de pommes de terre, jambon… et je buvais du vin rouge, de la bière et du calva. Ah ! le calva.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   27 février 2017
Jeune, je pouvais prétendre à la richesse, au bien-être, à tout ce que je voulais. J’étais berbère, je ne le suis plus. Quelle est la goutte de sperme qui pourrait jamais me déterminer ? Je suis né au milieu de fleurs de cactus. Les mêmes que vantent les prospectus du Club Méditerranée et les photographes officiels.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   27 février 2017
Chez nous la viande est sacrée, on ne l’approche pas facilement. On la vénère parce qu’elle est rare. Les villageois vont au souk une fois par semaine et ceux qui ont des parents commerçants dans les villes du Nord et qui reçoivent par conséquent un mandat peuvent seuls en acheter.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   27 février 2017
Le vieillissement des roches porte en soi une écriture purement formelle. On peut appeler cela le temps, mais les philosophes s’y égarent tels des moutons et en oublient l’essentiel, à savoir que l’acte compte bien plus que les pulsions qui le commandent.
Commenter  J’apprécie          00

Video de Mohammed Khair-Eddine (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mohammed Khair-Eddine
Testament d'un livre de Abdellah Baida (Maroc), Editions Marsam Enfermé dans la bibliothèque d'al Quaraouiyine à Fès, dans un abandon total, un livre sent la fin de sa vie approcher. Il prend la décision d'écrire son « testament » avant l'extinction de son espèce.
Abdellah Baïda, romancier, nouvelliste et essayiste marocain, décoré en 2012 des insignes de Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres et la République Française. Il a publié entre autres Les Voix de Khaïr-Eddine (essai, 2007), Au fil des livres, chroniques de littérature marocaine de langue française (essai, 2011), le dernier salto (roman, 2016). --------- Promouvoir les talents littéraires africains et l'édition locale : c'est aussi l'un des objectifs de la Fondation Orange qui a organisé cette année et pour la deuxième année consécutive, le Prix Orange du Livre en Afrique. Avec le soutien de l'Institut Français, ce prix récompense un roman écrit en langue française par un écrivain africain et publié au cours de l'année précédente par une maison d'édition basée sur le continent africain. Pour cette deuxième édition, trente-huit romans ont été proposés par vingt-huit maisons d'édition basées dans quatorze pays différents. Ces romans ont été lus par des comités de lecture basés en Tunisie, au Sénégal, en Guinée, au Cameroun, en Côte d'Ivoire et au Mali. Six finalistes ont été désignés le 27 février, qui représentent bien la diversité et la richesse de la littérature africaine francophone : découvrez-les ! Rendez-vous sur https://www.lecteurs.com/prix-orange-du-livre-afrique
+ Lire la suite
autres livres classés : marocVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox