AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Rania Samara (Traducteur)
EAN : 9782742795178
368 pages
Éditeur : Sindbad (01/01/2011)

Note moyenne : 2.92/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Une jeune syrienne d’Alep, élevée dans la pure tradition musulmane, croit trouver la liberté en rejoignant un mouvement fondamentaliste qui l’initie aux luttes jihadistes. L’auteur restitue l’affrontement qui a ravagé la Syrie au cours des années 1980, l’islamisme et le despotisme, à travers l’embrigadement volontaire puis la prise de conscience rédemptrice de son héroïne
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
zorazur
  31 janvier 2012
A aucun moment il ne m'a été possible de rentrer dans cette histoire. Cela commençait bien : une jeune fille élevée dans l'atmosphère étouffante que maintiennent trois tantes dans une maison de famille, au sein d'une Syrie qui commence à s'ouvrir au monde. Les trois tantes se positionnent de façon très éclatée par rapport au reste du monde et au reste de la famille. La jeune fille voit ses camarades de lycée évoluer dans des directions opposées, entre un résolu modernisme et la tentation de l'intégrisme. C'est cette voie qu'elle choisit, on ne comprend pas par quel cheminement intime elle fait ce choix ni comment du jour au lendemain elle se retrouve militante acharnée d'une cause qui la dépasse, mais on en sait pas quelle cause, entre l'appel de la religion ou les bouleversements qui secouent le pays. Ces bouleversements vont frapper toute la famille : parents, oncles et tantes, frères, serviteurs, vont se retrouver pris dans le mouvements sans que l'on comprenne comment ni pourquoi, d'autant plus qu'à aucun moment l'auteur ne donne le moindre élément de contexte ou le moindre repère historique qui permettrait de situer les évènements.
La seule chose que l'on comprend à peu près, c'est que l'héroïne déteste tout le monde, mais on ne sait pas pourquoi.
Dès lors ce ne sont plus, dans un style très dense et très confus, que descriptions de luttes, d'émeutes, d'actes de terrorisme où le lecteur ne perçoit même pas qui sont les méchants et qui sont les gentils - peut-être d'ailleurs n'y a-t-il ni l'un ni l'autre. Les gardiens de prisons, les militaires et les policiers sont tous plus cruels et sanglants les uns que les autres, hommes d'affaires et personnages vaguements politiques se croisent sans que l'on discerne qui fait quoi, et que devient la famille de l'héroïne.
L'héroïne d'ailleurs finit en prison elle aussi, mais le lecteur ne sait rien des actes qui lui sont réellement reprochés, de la peine à laquelle elle est condamnée, des conditions de sa libération. Pendant ce temps, elle continue à détester la terre entière et ne se prive pas de le dire.
Bref, beaucoup de peine à aller au bout de cette lecture frustrante où je n'ai trouvé que quelques descriptions mentholées de séances de hammam pour souffler un peu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
traversay
  28 août 2012
La révolte gronde aujourd'hui en Syrie. Qui se souvient, qu'il y a trois décennies, des événements dramatiques pendant les « années de braises » ont ensanglanté le pays, dans un affrontement sans merci entre les islamistes et le pouvoir militaire ? C'est cette période-là qu'évoque Khaled Khalifa dans Eloge de la haine, roman étouffant, exigeant, qui raconte par le menu cette lutte acharnée entre deux camps opposés, décidés l'un et l'autre à éliminer totalement, c'est à dire physiquement, la partie adverse. Pour un connaisseur moyen de l'histoire syrienne, manquant de références, le livre est parfois trop pointu dans son récit factuel et Khalifa complique encore notre perception en multipliant les personnages et les allusions aux ramifications islamistes au Yémen et en Arabie Saoudite, tout en évoquant la guerre en Afghanistan contre les soviétiques. Mais même perdu par endroits, le lecteur ne peut rester insensible à la puissance d'évocation du livre qui se recentre heureusement sur deux personnages principaux : la ville d'Alep, l'une des plus anciennes cités du monde, et la narratrice, jeune fille engagée dans le combat, complexe et fragile, qui purgera plusieurs années de prison. C'est lorsqu'il évoque son intimité, sa relation d'amitié avec l'aveugle Radwân, créateur de parfums, ses rapports conflictuels et passionnés avec ses tantes, cloîtrées dans leur maison, que Khaled Khalifa touche véritablement. Cela vaut la peine de faire un effort pour entrer dans ce roman dense et touffu qui décrit une Syrie loin des images convenues véhiculées par le flot de l'actualité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
chachourakchachourak   29 avril 2017
J'étais seule, les pieds posés sur la margelle du bassin, je savourais la douce brise de septembre. Je sirotais un jus de fruits tout en préparant la rentrée scolaire et ma vengeance sur celles qui me faisaient sentir que j'étais banale et inapte à profiter des plaisirs de la vie. Les gouttelettes d'eau qui giclaient de la fontaine chatouillaient mes orteils. J'avais besoin de la haine pour arriver à l'amour, pour laisser derrière moi toute la cendre, le brouillard des choses et des visages. (p.92)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
chachourakchachourak   26 avril 2017
Oui, ce lieu possédait une âme, que j'allais longtemps chercher à reconstituer, ballottée entre Mariam, de plus en plus austère et silencieuse, et Safâ' et Marwa, qui conspiraient pour me sauver et me ramener vers la lignée ds femmes qui assument joyeusement leur féminité. Moi, j'avais l'impression que mon corps était une cave obscure, humide, où les araignées tissaient leurs toiles dans des relents de putréfaction. J'attendais le jour du hammam avec impatience. (p.40)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Flodopas78Flodopas78   19 octobre 2015
Je lui avais dit alors que le takfirisme, sentence jetant l'anathème sur ceux qui ne pensent pas comme nous, de plus en plus répandu dans le monde musulman, était la cause de notre désastre.
Commenter  J’apprécie          20
chachourakchachourak   29 avril 2017
Comme il est dur de constater que tu es vide, que ton ombre pèse sur la terre, que l'air qui t'entoure est âcre et que tes rêves se noient. (p.121)
Commenter  J’apprécie          20
chachourakchachourak   29 avril 2017
Je considérais le fait d'être débarrassée de ceux que j'aimais comme un nécessaire dessèchement qui me rendrait plus forte. (p.104)
Commenter  J’apprécie          10

Video de Khaled Khalifa (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Khaled Khalifa
Payot - Marque Page - Khaled Khalifa - La mort est une corvée
autres livres classés : syrieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1355 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre