AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782330101213
209 pages
Éditeur : Actes Sud (11/04/2018)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Juste avant de rendre son dernier souffle, Abdellatif demande à ses enfants, deux hommes et une femme, de l'enterrer dans son village natal, à proximité de la tombe de sa s?ur. Testament des plus ordinaires, mais pas en Syrie où les routes sont disputées par des hommes en arme de toutes obédiences qui arrêtent, enlèvent, rançonnent ou tuent, selon leur humeur du moment, ceux qui n'appartiennent pas à leur communauté confessionnelle.  Dans le voyage de Damas à ?Annab... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
fanfanouche24
  04 juin 2018
Un grand choc que ce livre... qui curieusement, alors que le sujet est "abominablement" sombre, qui ne parle quasiment que de la mort, s'infiltrant partout... reste un texte combatif, d'une vitalité rare exprimée à travers un humour corrosif, mais aussi par des fulgurances poétiques, d'instants de répit [ si rares... qu'être en vie prend une valeur
démultipliée ..]
Dans mes dernières lectures,je me disperse aux 4 coins de la planète, entre la Chine, l'Inde, l'Algérie et cette fois, la Syrie !...
Je fais connaissance pour la première fois avec cet écrivain syrien, Khaled Khalifa.
Un humour acide...Une fratrie de 3 enfants doit enterrer leur père, selon ses dernières volontés, aux confins d'un pays, en guerre ! Et nous verrons, ce n'est pas une mince affaire !!
Une sorte de "MISSION IMPOSSIBLE" !...où les obstacles s'ajoutent sans fin, où la fratrie passe par tout un éventail d'émotions et de sentiments ambivalents, les uns envers les autres !
Des frères et des soeurs qui n'ont pas eu l'occasion de se retrouver réunis depuis une éternité...
Chacun , selon sa sensibilité réagit fort différemment à l'événement, et ne sont pas tous d'accord pour respecter les dernières volontés de leur père !
Une sorte de farce macabre, où le transport de la dépouille paternelle et son enterrement sont le prétexte d'une radioscopie du pays en guerre...où la vie et la mort n'ont plus la même valeur... Lorsque je caractérisais l'humour de cet écrivain d'acide, je pensais à sa manière de parler de LA MORT omniprésente....où rester en vie tient quotidiennement du miracle !
"Au cours des derniers mois, plus personne ne se posait de questions sur la mort et sur ce qui l'avait causée. Il était de notoriété publique qu'on pouvait mourir sous les bombardements, sous la torture dans les lieux de rétention, après un enlèvement pour exiger une rançon, ou victime de la balle d'un franc-tireur, sinon au combat. Mais mourir de tristesse ou mourir par défection du corps était devenu rare. La mort qui ne suscitait pas la colère était suspecte." (p. 49)
Cet ouvrage raconte avec une fausse neutralité la vie quotidienne dans un pays, en état de siège constant, depuis un grand nombre d'années...où la population survit comme elle peut, alors que les assassinats de la population civile sont légion, mourir de mort naturelle devient même suspect !!.

Un écrit des plus sobres, épuré pour dire l'horreur de la guerre, de la barbarie et de la mort omniprésente.....Même au milieu des bombardements, restent toujours l'espoir, les histoires d'amour....la poésie, le courage, la solidarité...
Sur la lancée de cette chronique, une envie d'établir une sélection personnelle de littérature syrienne...que je méconnais totalement. Je crois, sans hésitation, que c'est le premier écrivain syrien que je lis ! A la fois pour me familiariser un tant soit peu avec l'histoire de ce pays, et pour tenter de comprendre la tragédie qui perdure en Syrie, depuis de si longues années !
Un roman qui frappe droit au coeur, car il n'y a aucun pathos, aucune once de larmoiement, l'ensemble du récit s'en trouve renforcé dans son propos....
"Tu as besoin de bonté et de compassion pour ne pas être confronté à toi-même, et devoir reconnaître la dure vérité. Se préserver d'une mort absurde est un devoir autant sacré qu'égoïste." (...)
La mort en période de guerre est aveugle, elle ne prend pas le temps de regarder ses victimes. (p. 124)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
clodermer
  07 avril 2020
Nabil, surnommé Boulboul, assiste son père mourant et lui fait la promesse de l'enterrer dans son village natal. Mais ils sont à Damas, et il faut se rendre pour cela dans le nord de la Syrie, un pays en guerre. Boulboul a vite regretté sa promesse, mais il entraîne son frère et sa soeur dans cette épopée. Il faut y arriver coûte que coûte.
Khaled Khalifa nous raconte ce voyage avec beaucoup de talent. Il décrit ainsi la vie quotidienne de bien des Syriens, leurs choix douloureux, les petites lâchetés, le courage de certains, la place de la femme à travers les souvenirs de Boulboul et de son père.
Car le voyage est plus long que prévu : cela laisse le temps de se remémorer des souvenirs.
Le sujet de ce livre est grave mais j'ai pris plaisir à le lire parce qu'il décrit des relations entre êtres humains dans un contexte particulier. Il décrit des hommes qui se prennent pour des héros devant la femme qu'ils aiment, mais se retrouvent bien faibles confrontés à leurs propres peurs.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   03 juin 2018
Elle parcourait calmement les rues désertes, regardait les obus s'abattre sur le village, et se disait qu'ils ne pouvaient plus tuer que la peur, vu qu'il n'y avait plus personne au village. (...)
Une guerre longue porte en elle ses vents, qui se lèvent sur tous, n'épargnent rien, transforment les êtres, les idées et les rêves, et mettent à l'épreuve la capacité de résistance des hommes. (p. 108)
Commenter  J’apprécie          140
fanfanouche24fanfanouche24   02 juin 2018
Heureux ceux qui vieillissent avec leur amour. La vieillesse est une reconquête délibérée de l'enfance. Entre l'enfance et la vieillesse, il y a quelques années à occuper ou à perdre, qui sont néanmoins nécessaires pour arriver à saisir le véritable sens du temps. (p. 96)
Commenter  J’apprécie          200
fanfanouche24fanfanouche24   01 juin 2018
Très souvent Boulboul observait son père et sa mère qui passaient de longs moments dans leur jardin. Ils prenaient leur temps pour récolter les fruits des trois oliviers. Ils le faisaient à la façon des journaliers. Ils prenaient leur petit-déjeuner sous l'arbre et discutaient pour déterminer les quantités d'olives à offrir aux amis. Boulboul disait à Lamia que les fleurs de la maison étaient la clé de l'amour qui liait son père à sa mère. (p. 78)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
fanfanouche24fanfanouche24   31 mai 2018
Le pire dans la guerre, c'est la multiplication des comportements scandaleux et la transformation d'histoires tragiques en événements ordinaires. (p. 19)
Commenter  J’apprécie          281
fanfanouche24fanfanouche24   01 juin 2018
Au cours des derniers mois, plus personne ne se posait de questions sur la mort et sur ce qui l'avait causée. Il était de notoriété publique qu'on pouvait mourir sous les bombardements, sous la torture dans les lieux de rétention, après un enlèvement pour exiger une rançon, ou victime de la balle d'un franc-tireur, sinon au combat. Mais mourir de tristesse ou mourir par défection du corps était devenu rare. La mort qui ne suscitait pas la colère était suspecte. (p. 49)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Lire un extrait
Video de Khaled Khalifa (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Khaled Khalifa
Payot - Marque Page - Khaled Khalifa - La mort est une corvée
autres livres classés : barbarieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox