AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2843375088
Éditeur : Anne Carrière (05/11/2008)

Note moyenne : 3.91/5 (sur 84 notes)
Résumé :
J'ai onze ans, et je vis dans une famille complètement tordue. Heureusement qu'il y a mon frère Maxence. Lui, c'est mon manuel de savoir-survivre. Le soir, on ferme nos oreilles à double tour, pour ne plus entendre les cris de nos parents qui se disputent. Croyez-moi sur parole, la vie, c'est pas pour les enfants. Maxence a préféré partir au Pays sans Adultes. Moi, j'ai voulu le rejoindre, mais je me suis trompé de chemin. Avec mes nouveaux amis, Valentine et Hugo, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (40) Voir plus Ajouter une critique
LiliGalipette
  03 juillet 2009
Roman d'Ondine Khayat.
Slimane a onze ans. Lui et son frère Maxence, treize ans, subissent la violence de leur père, qu'ils appellent le Démon. le Démon les frappe et frappe leur mère, une femme faible, amoureuse, incapable de sauver ses enfants de la folie d'un père meurtrier, incapable de se sauver elle-même. Les deux frères se soutiennent, s'inventent des mondes heureux, forgent des rêves pour survivre, existent l'un pour l'autre. Mais à force d'endurer jour après jour les coups, les cris, les disputes, à force de vivre dans la peur, dans l'attente effrayée et dans l'ombre, Maxence perd pied et décide de partir au Pays sans adultes. Slimane tente de le suivre, mais il se perd en chemin. Avec ses nouveaux amis, le Pitbull, Valentine, Hugo, Marguerite et Sidonie, Slimane décide de sauver les enfants malheureux, de les débarasser de tous les Démons, et de rendre le sourire à toutes les mamans.
Quelle prose sublime! J'ai frissonné souvent en tournant les pages. La détresse de cet enfant battu et affolé est poignante. Les questions innocentes qu'il pose sont riches d'une grande sagesse et d'une douceur magnifique. le style d'Ondine Khayat est superbe, délicat et sensible. Je recommande ce livre sans aucun doute. Je l'ai dévoré en deux soirées, avec une boîte de mouchoirs à mes côtés. Et je ne résiste pas au plaisir d'en livrer quelques extraits révélateurs du talent de l'auteure.
Page 18: "Les battements de nos coeurs, c'est rien d'autre que les murmures de tous ceux qui habitent dedans. Quand il n'y a plus personne, il s'arrête de battre. Il faut un grand coeur pour y mettre tous ceux qu'on aime, et laisser de la place à tous ceux qu'on va aimer, mais qu'on ne connaît pas encore."
Page 62: "Je me bouche les oreilles pour ne plus entendre tous ces mots blessants. le Démon, quand il parle, on dirait une marée noire. Comme celles qu'on voit à la télé. Les beaux oiseaux blancs sont recouverts de mazout. Ils meurent parce qu'on leur a mis tellement de saleté sur eux qu'ils ne peuvent plus voler. Moi aussi, j'ai du mazout partout, et des fois je peux même plus respirer. Quand je marche, on dirait qu'il y a du goudron sous mes pieds. Je reste collé. La vie est trop étroite pour moi. Qu'est-ce que je vais devenir? Il y a une pierre à l'intérieur de moi. Une pierre impossible à soulever. C'est l'intifada dans mon coeur, ça cogne, ça cogne... Il pèse une tonne. Des fois, quand je pose ma main dessus, je l'entends même plus battre. "
Page 155: "Je pleure parce que mon frère préféré était tellement triste qu'il est parti sans me prévenir. Je pleure parce qu'il ne m'a pas emmené avec lui alors qu'il avait juré craché. Je pleure parce que j'ai peur de ne plus jamais el revoir. Je pleure parce que je ne peux pas vivre sans lui."
Merci au site chezlesfilles et aux éditions Anne Carrière de m'avoir fait découvrir ce livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
KrisPy
  04 avril 2017
Attention, ce livre fait mal.
Deux jeunes frères et leur mère, aimante mais faible, vivent un enfer quotidien, aux prises avec un père et mari alcoolique et violent.
C'est le témoignage de Slimane, 11 ans, qui parle avec ses mots et sa poésie d'enfant désespéré. C'est la parole de Slimane et de son frère Maxence, plus âgé, moins innocent que Slimane, plus désespéré encore.
Tellement désespéré qu'un jour il commet l'irréparable : il part tout seul pour le pays sans adulte, en laissant là Slimane et sa peine, immense, infinie.
Slimane à son tour tente de le rejoindre, sans succès. du coup il se retrouve dans un autre pays sans adulte : le service psychiatrie de l'hôpital pour enfants.
Là-bas il va réapprendre à vivre, à avoir confiance dans les adultes. Mais ça ne va pas se faire tout seul, il va falloir l'aide d'une petite fille qui refuse de grandir et d'une mamie qui n'attend plus rien de la vie.
C'est dur, c'est sans concession, c'est un témoignage de ce que vivent des millions d'enfants tous les jours.
Livre audio interprété superbement par Véronique Groux de Miéri et Hervé Lavigne.
Je ne savais pas que je prenais un tel livre en choisissant ce livre audio à la médiathèque l'autre jour... je croyais que c'était un livre d'anticipation, genre mad max... d'où mon grand désarroi et mon envie de couper le cd plus d'une fois... Je ne suis pas très fan de ce genre de littérature. Mais finalement, après la première partie très sombre, limite caricaturale, la seconde partie devient plus poétique, plus positive aussi malgré le désespoir du propos, et les "liseurs" étant impeccables, j'ai continué jusqu'au bout. Un bon livre au final.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Candyceli
  14 juillet 2012
J'ai longtemps hésité à mettre une critique sur ce livre car je pourrais l'écrire en un seul mot : Magnifique; mais justement il mérite plus que ça donc : le pays sans adultes c'est l'histoire de Slimane 11 ans, son frère Maxence 13 ans, leur mère et le Démon. le Démon c'est celui que tout le monde appelle son père alors qu'il n'a même pas de coeur. Slimane nous raconte sa vie à double facettes; celle d'un ciel bleu où son frère Maxence fait tout pour qu'elle soit aussi douce qu'un nuage et celle d'un ciel d'orage où toute la famille vit dans l'ombre de l'alcoolisme et la maltraitance du Démon.
Lorsque la vie est trop dure; il suffit à Maxence et Slimane de fermer les yeux pour se retrouver à la mer, en Afrique où même au Pays sans Adultes. Un pays imaginaire où ne vivent que les enfants, où le ciel est toujours bleu et où les nuages de tristesse n'existent pas. Maxence se réfugie alors dans ce monde; car il ne veut plus vivre dans le monde avec le Démon. Seulement Maxence est toute la vie de Slimane qui perd alors tous ses rêves sans lui. Seul face à la souffrance de sa vie, Slimane va continuer à faire rêver tous les gens qu'il va rencontrer en offrant tout son amour d'enfant. Et en se liant d'amitié avec d'autres enfants délaissés par la vie, réapprendre à rêver et à croire en ses rêves.
Un livre bordé de rêves et dont l'émotion et la poésie ont coulés comme l'encre sur le papier. Des mots d'amour et d'espoir qui bouleversent et s'écrivent dans le coeur. Ondine Khayat laisse Slimane nous parler d'un monde qu'il essaye de comprendre et nous expliquer toute la tristesse qu'il l'entoure sans jamais exagéré et en toute simplicité. Une histoire merveilleuse telle un conte d'enfants qui berçe même les adultes et qui se lit avec légéreté et l'innoncence laissées par la plume de Slimane. Un conte auquel je décerne toutes les étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
summerday
  10 juin 2013
Le pays sans adultes est un très beau roman sur des sujets difficiles traités de façon poétique grâce à la narration d'un garçon de onze ans très sensible. le livre traite de la violence conjugale, de la mort, du deuil, de la peur, du pardon, de la maladie et de tant de choses en filigrane. L'auteur nous embarque dans le quotidien ultra violent de deux frères qui ne connaissent de la vie que sa noirceur et ne voient pas d'échappatoire à la situation. Malgré tout Maxence, l'aîné, essaie de les protéger en inventant un monde féerique afin de s'échapper du démon qui vit avec eux. Les scènes de violence et les sentiments dépeints sont réalistes et nous mettent la boule au ventre. le talent de l'auteur est de ne jamais tomber dans la facilité et les clichés sociaux. Ce qui est dit à travers toutes ces images est juste et sensible. Lorsque les détails les plus sombres sont évoqués on sent même une vraie pudeur. Il ne s'agit pas de cacher ou d'amoindrir le récite mais juste de lui éviter de tomber dans la lourdeur. À aucun moment on ne quitte la narration de Slimane, ce gamin à l'imagination débordante et à la langue bien pendue. le récit est souvent comique grâce aux bons mots du garçon et sa naïveté. Ce livre est aussi un très beau livre sur la fraternité. La relation de Maxence et Slimane est d'une complicité et d'une douceur absolue, c'est très beau. Ses amis Valentine et Hugo sont aussi attendrissants. Je ne peux que vous encourager à découvrir ce texte à la plume si inventive
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Sly
  17 août 2011
Un livre qui nous décrit la vie au travers des yeux d'un enfant battu, Slimane.
L'innocence, la simplicité des mots avec lequel il nous décrit ce qu'il ressent et endure en fait une oeuvre touchante. Cette façon de dialoguer directement avec le lecteur et de se confier à lui, nous oblige à nous impliquer émotionnellement. On ne peut pas rester simple spectateur.
Slimane n'est pas seul à subir les coups du Démon (leur père), son grand frère Maxence, son manuel de savoir-survivre comme il le dit si bien veille sur lui. Leur mère incapable de réagir face a la violence de son mari contre elles et ses enfants, m'a révolté. Comment comprendre le fait que cette femme reste avec un homme qui maltraite sa famille. Maxence, qui fini par ne plus supporter cette vie de souffrance et décide de partir au « Pays sans adultes » ne la fait pas changé d'avis et elle s'accroche a cette amour inconditionnel envers le Démon. Il faudra un acte de courage et de désespoir de la part de Slimane pour qu'enfin une lueur d'espoir apparaisse au bout de son tunnel. Quelques enfants abîmés eux aussi par la vie vont devenir ses amis. Ensemble ils vont se reconstruire.
Une idée proposée dans le livre m'a fait sourire et je me suis dit pas si bête. Organiser un loto humanitaire. On prélève un certain pourcentage sur l'argent que les gens jouent et on le redistribue à des associations humanitaires.
L'auteur Ondine KHAYAT, nous démontre avec ce livre que le courage des enfants dépasse souvent celui des adultes. J'ai trouvé la lecture agréable et j'ai souri quelquefois aux remarques sur la vie de ce jeune petit garçon.
L'histoire qui parle d'un sujet sensible est loin d'être larmoyante mais est émouvante.
Est-ce qu'un pays sans adulte ne serait-il pas mieux finalement ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
SlySly   15 août 2011
Les battements de nos coeurs, c'est rien d'autre que les murmures de tous ceux qui habitent dedans. Quand il n'y a plus personne, il s'arrête de battre. il faut un grand coeur pour y mettre tous les gens qu'on aime, et laisser de la place à tous ceux qu'on va aimer, mais qu'on ne connaît pas encore.
Commenter  J’apprécie          210
MariebibMariebib   11 octobre 2010
J'ai pleuré plusieurs fois.
Magnifique. Vraiment magnifique.
Je cite le passage qui m'a fait pleurer le plus:

"Maman est rentrée à 18h. Elle finit plus tôt, le jeudi. Le bruit de la clé dans la serrure m'a fait sursauter. Je l'ai entendu aller et venir d'un pas lourd dans l'appartement. Longtemps après, elle a ouvert la porte. Elle m'a regardé, assis avec mes ailes d'ange. Puis, elle a vu le corps de Maxence se balancer, et une experession folle est passée sur son visage. "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
SlySly   15 août 2011
On devrait vider nos coeurs comme on vide un grenier. Jeter les vieilles querelles qui l'encombrent, les tristesse qui prennent trop de place. On devrait teindre nos coeurs avec des couleurs vives, quand les années les ont rendus trop ternes.
Commenter  J’apprécie          200
WictorianeWictoriane   25 novembre 2008
Je voudrais que le chagrin soit effervescent, comme ça je verserais de l'eau dessus, et je le regarderais se dissoudre lentement.
Commenter  J’apprécie          280
SlySly   15 août 2011
Les adultes passent leur temps à nous dire de faire ci, ou ça d'être comme ci, ou comme ça, mais quand on voit dans quel état ils ont mis la planète, on se dit qu'ils feraient mieux de se taire et que ce sont les enfants qui devraient être au pouvoir.
Commenter  J’apprécie          130
Video de Ondine Khayat (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ondine Khayat

Le prince charmant est infidèle - Ondine Khayat - Éditions Michel Lafon
LE PRINCE CHARMANT EST INFIDÈLE ONDINE KHAYAT Il était une fois une magnifique princesse, prénommée Cathy, qui vivait un conte de fées avec son prince charmant, Ben, dans leur ravissant...
autres livres classés : maltraitanceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
1932 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre
.. ..