AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Mohammad Hassan Rezvanian (Éditeur scientifique)
EAN : 9782742778287
205 pages
Éditeur : Actes Sud (15/08/2008)
4.34/5   201 notes
Résumé :

Parmi une myriade de grands auteurs dont l'œuvre compose le patrimoine culturel de l'Iran, Omar Khayyâm est l'un des plus populaires, en tout cas le poète persan le plus lu à travers le monde. Cette large audience, le sage de Nichâpour la doit d'abord au poète irlando-britannique Edward Fitzgerald, qui le premier, en 1859, en adaptant ingénieusement les Robâiyât en vers anglais, fut à l'origine de sa cons&... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
4,34

sur 201 notes
5
14 avis
4
7 avis
3
3 avis
2
2 avis
1
0 avis

Fabinou7
  03 octobre 2020
Le grand poète et homme de science perse vécu au coeur du Moyen-âge iranien. de son oeuvre, on retient principalement les quatrains persans ou « rubaiyats » que j'ai lu (éditions de minuit). Enfin, lu… pas sûr. Plus que jamais, la guerre des traducteurs fait rage de sorte que je n'ai pas la certitude d'avoir lu Omar Khayyâm. Mais ce que j'ai lu est résolument fluide, agréable, métaphorique peut-être.
Ces réflexions sceptiques sur le monde social sont presque des avertissements de moraliste : « Souffre seul », « il vaut mieux que tu te fasses peu d'ami », « l'anxiété du lendemain est inutile » etc.
« Si la raison me tourmente encore, je lui cracherai au visage Une gorgée de vin... pour qu'elle dorme ! ». Mais le thème principal de ces vers m'as littéralement « saoulé ». Khayyâm fait les louanges du vin à longueur de strophe car « le vin est un rubis liquide, et la coupe en est la mine ». Aviné, le poète encourage son lecteur à boire, contre le coeur qui saigne de chagrin, contre l'assaut des doutes et du monde.
« Bois du vin... c'est lui la vie éternelle ». On comprend aisément le malaise, dans un Iran où même un panaché n'est pas au menu, d'assumer un héritage aussi provoquant, le scepticisme religieux de Khayyâm, la sensualité de ses poèmes et sa provocation à l'ébriété comme remède interpelle : dans quelle mesure est-il encore enseigné ? Ou est-ce une interprétation occidentale ? En effet, certains traducteurs s'insurgent, le vin est métaphorique, s'agirait-il d'une parabole théologique ?
Quoiqu'il en soit, et malgré la frustration de pas savoir très bien à quel point ce qu'on a lu est fidèle à ce qu'a écrit Khayyâm, l'expérience est agréable, simple et imagée. La récurrence du thème, qui jamais ne se dépasse ou ne s'approfondi véritablement, peut éventuellement lasser alors, c'est comme pour ce que vous savez…à lire avec modération.
Qu'en pensez-vous ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8316
Pasoa
  06 octobre 2021
Né en Perse dans la région du Khorasan vers 1050, fils d'artisan (son père était fabricant de tentes), Omar Khayyam, de son vrai nom Omar Iben Ibrahim el-Khaiami (littéralement Omar, fils d'Abraham, fabricant de tentes) est un des plus grands poètes célébrés encore aujourd'hui dans tout le Proche et le Moyen-Orient.
C'est tout d'abord en tant que mathématicien, géomètre et astronome qu'il acquière une grande renommée. Dès 1074, il publie de nombreux traités d'algèbre qui font autorité. C'est bien plus tard que le savant homme connaîtra une renommée littéraire, notamment en publiant les Robâiyât (Quatrains), textes courts composé de quatre vers. Oeuvre essentielle d'Omar Khayyam, les Quatrains seront découverts tardivement en Europe. La première traduction est faite en 1851.
Ces Quatrains n'ont pas été écrits dans le silence et la solitude que requiert le travail d'écriture mais composés lors de soirées de retrouvailles que l'auteur organisait dans sa demeure avec ses amis. Ces textes courts sont comme des sentences, des pensées douces mais toutes empruntes de scepticisme, de pessimisme voire de blasphème. En Perse, à une époque où les pouvoirs religieux et politique exerçaient une forte influence sur les esprits, les textes d'Omar Khayyam, circulaient en secret auprès de ses lecteurs.
Épicurien, goûtant aux plaisirs de l'éphémère mais rejetant toute forme de vie mondaine, penseur critique envers son époque et ses contemporains, contemplatif face au divin mais très méfiant à l'égard de tout dogme et du pouvoir religieux, Omar Khayyam apparait aujourd'hui encore comme un esprit libre, un penseur tout à fait à part.
Les thèmes de ses Quatrains sont toujours liés à l'impermanence de la vie, des êtres et du temps, à la nécessité de vivre pleinement les plaisirs et les saveurs de l'amour, de l'amitié et de tout ce que nous offre la nature (l'auteur fait dans ses textes une grande place au vin, symbole d'un attachement à la terre mais aussi rempart contre les vicissitudes de la vie).
La lecture d'Omar Khayyam agit comme un révélateur d'une époque, de consciences très attachées à leur condition, à leur quotidien, aux usages en cours dans une société dirigée par un pouvoir politique et religieux omniprésent.
Plusieurs siècles plus tard, les résonnances de la Perse du XIème siècle sont nombreuses qui viennent jusqu'à nous, lecteurs, témoins d'un monde actuel en quête de sens.
"Ô coeur, puisqu'en ce monde le vrai même est une hyperbole,
Pourquoi t'inquiéter à ce point de ce trouble et de cet abaissement ?
Livre ton corps au destin, et ton âme à la merci des heures ;
Ce que la plume a écrit ne sera pas raturé pour toi."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          284
lafilledepassage
  14 août 2019
Voilà une réédition récente des poèmes d'Omar Khayam, dans la collection bien nommée « Habiter le monde poétiquement ». Tout un programme. Un défi, même.
Khayam, je connaissais de nom. Comme tout le monde. Mais la lecture du très beau roman de Victoire de Changy, « l'ile longue », m'a incité à découvrir cet auteur au-delà de tout ce qu'on peut en lire ici ou là. Car la poésie d'Omar Khayam ne laisse pas indifférent …
Et quelle excellente idée, car la poésie de Khayam est un véritable vent de fraîcheur, d'originalité et liberté, en ces temps empesés d'opinions à deux balles, de majorité faisant loi, de diktats de vie saine et de jeunesse éternelle, de détournement de la foi à des fins politiques ou privées … Et j'en pense bien sûr.
Cela fait du bien de recevoir cette invitation à boire le vin auprès de jolies jeunes tulipes ou roses (euh j'ai transposé bien sûr, j'opte pour ma part les jeunes acrobates, bergers ou poètes, mes préférés …) et à s'enivrer tant qu'il en est encore temps, avant qu'on ne retourne à la poussière.
À lire et à relire sans modération, en savourant un verre de vin … Ou de bière, bien sûr.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          329
aouatef79
  25 novembre 2016
Omar Khayem est un grand savant su Moyen-Age .Il est à la fois poète, mathématicien , astronome et philosophe .
En tant que mathématicien, il est le premier qui traita systématiquement des équations cubiques .
En tant qu' astronome , il mesura avec une grande précision la durée de l' année .
Sa notoriété , il la doit surtout à ses beaux et célèbres poèmes "Robâiyate"ou " Les Quatrains ".
le poète Khayem est poète mystique ou soufi .Il a été frappé par la petitesse de l' homme comparée à
l' immensité de l' Univers !
Pour le poète ce qui compte c' est l' amour de la créature pour son créateur !
Pour le soufi ou le mystique, il doit arriver à un état où la créature se confond avec son créateur c' est à dire arriver à l' extase ! le poète Khayem est un adepte de Bacchus, la divinité du , car la boisson du vin le mène vite à l' état qu' il veut atteindre .
En lisant ce poète, il ne faut être réducteur et voir en lui un alcoolique loin de là car ce poète est un philosophe et un sage .
Les " Robâiyates" de Khayem est un merveilleux poème et sa lecture est toute plaisir et sagesse .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          293
Luniver
  09 mars 2013
Grand mathématicien du Moyen-Âge, astronome, Omar Khayyam est aussi poète et philosophe. Dans ses quatrains, il prend ses distances avec la recherche scientifique qui l'a motivé dans sa jeunesse pour se plonger dans une contemplation toute épicurienne, se contentant de prendre la vie comme elle vient et de picorer les petits moments de bonheur qui se présentent.
Les seuls plaisirs qui trouvent grâce à ses yeux sont l'amour d'une femme et le vin, breuvage qui fait souvent son apparition dans ses poèmes.
« Je bois du vin comme la racine du saule boit l'onde claire du torrent.
Allah seul est Allah. Allah seul sait tout, dis-tu ?
Quand il m'a créé, il savait que je croirais au vin.
Si je m'abstenais de boire, la science d'Allah serait en défaut. »
Pas sûr que les théologiens soient parfaitement en accord avec ce raisonnement !
Poèmes à déguster sans modération, à l'ombre d'un arbre, un verre de vin à la main.
Commenter  J’apprécie          270

Citations et extraits (143) Voir plus Ajouter une citation
batlambbatlamb   25 novembre 2021
Khayyam, bien que ce pavillon royal tout teint de bleu
Raidisse ses cordes d’or contre toute entrée,
Un Saki immortel fait jaillir des Khayyam par milliers
Comme des bulles de vin de la coupe de la Création.
Commenter  J’apprécie          910
LuniverLuniver   09 mars 2013
J'entends dire que les amants du vin seront damnés.
Il n'y a pas de vérités, mais il y a des mensonges évidents.
Si les amants du vin et de l'amour vont en Enfer,
alors, le Paradis est nécessairement vide.
Commenter  J’apprécie          2840
patatipatatapatatipatata   23 juillet 2012
LXXVIII
Le vin est défendu, car tout dépend de qui le boit, - Et aussi de sa qualité et de la compagnie du buveur. - Ces trois conditions réalisées, tu peux dire: - Qui donc boit du vin, si ce n'est le sage?
Commenter  J’apprécie          1960
LuniverLuniver   09 mars 2013
Aussi rapides que l'eau du fleuve ou le vent du désert,
nos jours s'enfuient.
Deux jours, cependant, me laissent indifférent :
celui qui est parti hier et celui qui arrivera demain.
Commenter  J’apprécie          1580
krzysvancokrzysvanco   23 août 2014
L'amour qui n'est pas sincère est sans valeur;
Comme un feu presque éteint, il ne réchauffe pas.
Le véritable amant, pendant des années, des mois, des nuits, des jours;
Ne goûte ni repos, ni paix, ni nourriture, ni sommeil.
Commenter  J’apprécie          1270

Videos de Omar Khayyâm (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Omar Khayyâm
[RARE] Omar KHAYYÂM – Une Vie, une Œuvre : 1048-1131 (France Culture, 2002) Émission "Une Vie, une Œuvre" par Simone Douek, diffusée le 6 janvier 2002 sur France Culture. Invités : Gilbert Lazare, Darioush Shayegan, Nasser Pagdaman, Marthe Bernus-Taylor, Ahmed Hasnaoui et Roshdi Rached.
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
975 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre

.. ..