AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782876789579
202 pages
Éditeur : L'Aube (09/03/2004)
3.95/5   10 notes
Résumé :
C'est d'un " point de vue africain " que Joseph Ki-Zerbo, historien et homme politique burkinabé, aborde les problématiques de l'Afrique contemporaine : délitement de l'Etat, mondialisation, dette, conflits dits ethniques, interventionnisme du Nord… Il rappelle surtout que la force du continent repose sur des bases pré-coloniales solides - partage du pouvoir, cumul des appartenances, liens de solidarité informels, etc - qu'il serait judicieux de réactiver pour repen... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
meyeleb
  03 juillet 2013
Qui mieux que Joseph Ki-Zerbo, fameux historien auteur d'une magistrale Histoire générale de l'Afrique, pouvait nous parler de la situation de son continent à l'orée d'un nouveau siècle ? Interrogé par René Holenstein, lui-même chevronné en la matière, Joseph Ki-Zerbo tente de rendre compte de la complexité d'un continent longtemps étouffé dans ses traditions par l'imposante structure colonialiste, partagé entre son histoire propre et celle qu'on a voulu lui imposer. de nombreuses questions soulèvent le véritable imbroglio dans lequel se trouve aujourd'hui l'Afrique : désireuse de jouer un rôle international, celle-ci doit trouver sa place dans le processus de mondialisation sans accepter d'être une manne financière pour les pays du Nord au détriment de son économie interne. En quête d'identité multiples, peut-elle encore supporter le modèle occidental ? Comment résoudre les conflits ethniques qui minent certains pays ? Ne serait-il pas temps, pour l'Afrique, d'affirmer ses bases précoloniales comme seules valeurs aptes à répondre aux aspirations profondes des africains ? N'y aurait-il pas moyen de dépasser les modèles faussement démocratiques souvent désastreux ? Autant de questions développées et argumentées avec la conviction intime d'un burkinabé qui a oeuvré toute sa vie pour mieux faire connaître l'Afrique, ses méandres et ses richesses.
Une interview qui a valeur d'essai, incontournable pour qui veut mieux comprendre la problématique africaine.
Merci à Masse Critique et à l'éditeur, qui ont éveillé en moi, par cette lecture, un intérêt renouvelé pour mes frères africains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Galounette
  04 juillet 2013
A quand l'Afrique ? Entretien avec René Holenstein, - Joseph Ki-Zerbo est une découverte pour moi suite à masse critique.
Je ne suis pas spécialement une habituée de ce genre de lecture, mais l'histoire de l'Afrique m'intéresse, et je n'ai pas été déçue.
Le contenu est parfois complexe, mais amené par un homme passionné, avec des arguments d'une logique déconcertante, qui porte un regard honnête sur les difficultés de l'Afrique, mais qui ne perd pas espoir.
Je ne sors pas indemne de cette lecture et de cette rencontre avec Monsieur Ki-Zerbo, dans un livre engagé qui apporte un éclairage sur une Afrique qui se (re)cherche.
Merci à Joseph Ki-Zerbo et merci babelio
Commenter  J’apprécie          180
alicejo
  04 juillet 2013
A quand l'Afrique ? Voilà la question à laquelle tentait de répondre Joseph Ki-Zerbo, historien, politique et militant burkinabé dans cet entretien avec René Holenstein, docteur en histoire et spécialiste des questions du développement. Paru pour la première fois en 2003, il a obtenu le Prix RFI –Témoin du Monde.
Fragilisé par deux grandes périodes son histoire, l'esclavage et le colonialisme, le continent africain peine à se relever et à s'imposer sur la scène internationale.
Ingérence économique et culturelle des pays du Nord, négation des traditions, frontières artificielles (héritage de longues années de colonialisme )qui sont de véritables freins aux déplacements et aux langues vernaculaires... l'Afrique doit se réinventer et trouver son propre mode de fonctionnement (gouvernance, développement économique…) pour se démarquer d'un modèle que le Nord tente de lui imposer. Pour cela Joseph Ki-Zerbo développe plusieurs pistes de travail comme l'éducation et la recherche ou encore la réorganisation territoriale du continent et l'unité africaine via un modèle fédéral…
La lecture de ce livre exigeant et très bien documenté reste tout de même très agréable et facile à lire et l'analyse développée il y a maintenant 10 ans par Joseph Ki-Zerbo, que l'on sent vraiment habité par son sujet semble être, pour le peu que je connais de l'Afrique, toujours d'actualité.
Ma seule interrogation est de savoir le pourquoi de cette réédition 10 ans après et 6 ans après le décès de l'historien sans éclairage nouveau. Cette réédition aurait à mon avis mérité en annexe le regard d'un spécialiste sur les évolutions du continent au cours des 10 années écoulées en ce qui concerne les différentes questions soulevées dans ce livre.
Un grand merci à Babelio et à l'éditeur pour cette découverte de ce Prix RFI-Témoin du Monde 2003 qui m'avait échappée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
alicejoalicejo   20 juin 2013
Jusqu'ici la charge de tolérance contenue dans les cultures africaines a empêché l’Afrique au sud du Sahara de basculer dans de telles dérives culturalistes ou intégristes. Mais rien ne dit qu'un jour, quand les frustrations seront très graves et que la paupérisation se sera approfondie, il n'y ait pas de réactions de ce type.
Commenter  J’apprécie          1720
alicejoalicejo   17 juin 2013
On appelle nos pays des pays francophones, anglophones ou lusophones malgré le fait que 70 ou 80% des populations ne parlent pas ces langues. 80% de la population sénégalaise parle le wolof. Pourtant on ne dit pas que le Sénégal est wolofone mais francophone. a mon avis, c'est un abus de langage.
Commenter  J’apprécie          1430
alicejoalicejo   07 juin 2013
Vous savez que nous avons recherché de nouvelles sources de l'histoire africaine, y compris la tradition orale. J'ai prouvé que le mot "préhistoire" était un mot mal venu. Je ne vois pas pourquoi les premiers humains qui avaient inventé la position debout, la parole, l'art, la religion, le feu, les premiers outils, les premiers habitats, les premières cultures seraient hors de l'histoire !
Commenter  J’apprécie          900
HermessHermess   14 juillet 2016
On a dit que la guerre était une chose trop sérieuse pour la confier aux seuls généraux. Je crois que le développement des êtres humains est trop sérieux pour le laisser entres les mains des seuls économistes. Dans la mesure ou les « développeurs » ont réduit le développement à ses dimensions les plus étriqués, les plus matérielles, il faudra, d’une manière ou d’une autre, sortir de ce mensonge. Le néologisme « développementeur » que j’ai introduit n’est pas du tout mal placé, parce que l’être humain est multidimensionnel à l’infini. Le réduire aux dimensions arithmétiques de l’indicateur de croissance, du taux d’intérêt ou du cours de la Bourse est un réductionnisme presque criminel. C’est, en somme, réduire l’être humain pour le caser d’un jeu qui n’est plus le sien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
alicejoalicejo   17 juin 2013
Le pouvoir était comparé à un œuf : si tu le serres trop fort, il se casse entre tes mains ; si tu ne le tiens pas suffisamment ferme, il peut glisser de ta main et se casser aussi.
Commenter  J’apprécie          890

Video de Joseph Ki-Zerbo (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joseph Ki-Zerbo
Joseph Ki Zerbo – Forger une identité fédératrice au delà de la pluralité apparente.
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Histoire de l'Afrique>Histoire de l'Afrique Centrale (40)
autres livres classés : afriqueVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura