AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2234074878
Éditeur : Stock (02/05/2013)

Note moyenne : 3.41/5 (sur 35 notes)
Résumé :
" J'ai toujours été moyenne en tout. Moyenne en cours, j'ai eu le bac avec la moyenne, j'étais moyenne à la fac, moyenne jolie, moyenne intelligente, moyenne intéressante.
Certains événements m'ont obligée à me dépasser.
Depuis je ne peux plus n'être que moyenne.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
Bazart
  24 juin 2014
Dans la famille Kiberlain, je connaissais- comme tout le monde je pense- la soeur cadette Sandrine, épatante comédienne, et un peu le père David, auteur notamment- sous un pseudonyme David Decca, d'une très belle pièce de théâtre que j'avais vu sur scène, "Le Roman de Lulu", un rôle en or pour sa fille , pièce écrite peu de temps avant sa mort en 2000 ( la même année que la mort de mon propre père, ca marque un peu :o).
Je n'avais pas encore entendu parler de la soeur ainée de la famille, Laurence, qui avant mai 2013 et la sortie chez Stock de son premier livre "Moyenne" était restée très secrète.
Une discrétion qu'elle a d'ailleurs conservé pendant la promo de ce livre, vu que pour ma part en tout cas, j''étais passé totalement à coté de la sortie de ce livre ( c'est rare mais ca peut m'arriver) et je me suis rattrapé avec sa sortie récente au Livre de Poche.
" Moyenne" faisait en effet partie de la sélection du mois de juin, et ayant fortement envie d'en savoir un peu plus sur la frangine d'une comédienne que j'aime tout autant, j'ai donc choisi ce livre, pas forcément pour des raisons très valables (notamment celles de glaner une ou deux infos sur la vie intime de Sandrine K, c'est mon vilain coté "people" qui parle) ....suite de la critique sur blog baz'art...
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Jackiedream
  16 février 2014
Le témoignage d'une femme qui s'est toujours sentie "Moyenne en tout" confrontée au handicap de ses enfants. Obligée de se dépasser, de se confronter à elle-même pour rester forte. Sa fille est impressionnante de courage, tout comme elle. C'est un très beau récit, sans prétention, qui me fait beaucoup penser à "Deux Petits pas sur le sable mouillé". Il y a l'essentiel, délivré simplement. La lecture est simple, rapide. Néanmoins je lui ai attribué une note... moyenne car le style est parfois assez maladroit, trop "brut". Je ne suis pas contre une écriture simple, mais parfois l'émotion est desservie. Je ne sais pas si c'est un choix de l'auteur, mais je le remarque.
C'est donc un beau roman, qui ne fait pas de détours pour frapper droit au coeur. L'histoire touche forcément, cette famille est très émouvante. J'ai apprécié le style sans fioritures de l'auteur, même si comme dit précédemment il est parfois maladroit. D'autres romans du même type m'ont plus émue mais il reste une très belle découverte. Aucun pathos, le ton est juste et c'est le point fort du livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Fuelyod
  13 juin 2013
Une édition très soignée pour un récit qui se lit très vite et sans déplaisir malgré un style un peu maladroit.
PARIS MATCH :
Sans prétention littéraire aucune, Laurence Kiberlain nous livre avec philosophie son témoignage de mère embringuée malgré elle dans une bataille qu'elle ne se savait pas capable de mener. un livre mélangeant mots et dessins naïfs qui esquissent un journal intime émouvant.
Commenter  J’apprécie          80
Sharon
  24 novembre 2013
J'ai commencé ce livre hier, je l'ai terminé ce matin, je le quitte à regret, je n'ai pas envie de le refermer, je prolonge donc ma lecture par l'écriture de cet avis.
A une époque où les reportages sur les maternités, les merveilles accomplies par la science, foisonnent, et se terminent immanquablement par la "victoire", c'est à dire le retour à la maison, l'auteur nous raconte la naissance de ses jumeaux, la mort de son petit garçon, à huit jours, puis son combat pour sa fille handicapée - combat qui dure depuis quinze ans. Elle en parle sans pathos, sans fioriture aussi, elle montre la réalité du corps souffrant, des parents qui vivent au jour le jour. Elle parle aussi du rôle des proches, et le récit sonne comme un hommage à son père, sa mère et sa soeur. Pas de prénoms, juste la force des liens qui unissent, ou des liens qui se dénouent.
Elle parle aussi de sa vie, de sa volonté de s'épanouir, d'être heureuse, enfin, dans sa vie de femme, malgré tout, ai-je envie de dire. Elle parle de la nécessité de se dépasser, de dépasser ce qui l'avait handicapée dans sa jeunesse - et sa fille de lui répondre "qu'elle ne sait pas ce que c'est d'être handicapée" - de dépasser aussi le regard et les préjugés des autres, toujours vivaces en 2013.
Moyenne est un beau récit, n'hésitez pas à le lire.
Lien : http://deslivresetsharon.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
_BNFA
  22 mai 2014
Jeune fille ordinaire, jeune femme ordinaire ; tout est « moyen » chez elle, sauf lorsqu'elle devient mère. Elle devient alors extraordinaire.
Avec sa soeur, sa famille, ses amis, elle s'est fait un petit cocon dans lequel elle se sent bien et qui s'agrandit au fil des rencontres. C'est une battante, d'abord pour devenir mère. Elle met au monde des jumeaux de 760 grammes : son garçon, Oscar, un tout petit bébé, s'éteint dans les bips de la réanimation, tandis que sa fille, qui a un lourd handicap moteur, lutte avec acharnement. Un parcours du combattant s'engage alors pour maintenir en vie ce bébé miniature. Sa vie toute entière devient une lutte acharnée : contre ceux qui ne comprennent pas, contre le corps médical, contre le corps enseignant, contre ceux qui n'acceptent pas son combat d'amour maternel. Il s'agit pourtant de sa fille, pas de n'importe quelle enfant handicapée.
La mort de son père, qui la soutenait, puis la maladie de sa soeur semblent la fragiliser. Elle baisse les bras un temps mais bien vite elle redevient forte. Une osmose mère-fille se crée ; sa fille grandit et, malgré son handicap, fait face à la vie, à celle des autres, normaux, moyens, avec toujours sa mère présente, fière de leurs réussites. Mais le temps passe, sa fille doit affronter par elle-même les dangers inhérents à son état, apprendre à vivre malgré la bêtise de certains, leurs a priori, leurs convictions, leurs regards sur son handicap. Et demain, plus tard, dans quelques années où en sera leur combat ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

critiques presse (1)
Culturebox   26 juin 2013
Elle y raconte son histoire de mère, marquée par la perte d’un enfant et le handicap moteur d’un autre, mais aussi sa vie de femme, et sa volonté de s’épanouir pleinement alors qu’elle se sentait « moyenne en tout ».
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
clochette09clochette09   15 septembre 2013

Je pense que quand j'étais petite j'étais plus handicapée que ma fille et beaucoup moins courageuse.Mes complexes me handicapaient, elle déteste que je le lui dise,elle me répond que je ne sais pas ce que c'est qu'etre handicapée. Elle doit avoir raison. Mais moi,sincèrement,je pense que je l'étais,je me sentais différente,et cela m'empèchait de tout!
Commenter  J’apprécie          70
BazartBazart   22 juin 2014
L'épreuve peut renforcer les liens d'un couple. Mais mon mari et moi n'avons pas vécu les choses de la même manière. J'avais besoin d'être heureuse malgré tout ; il avait besoin de vivre sa tristesse. Nous n'avons pas été présents l'un pour l'autre.
Commenter  J’apprécie          90
Stefinouch33Stefinouch33   10 juin 2014
Je m'étais promis de mieux profiter après, et puis, avec le temps, le rythme bête du quotidien, le stress idiot, l'angoisse de ce qui peut survenir du jour au lendemain, la mauvaise surprise, m'ont envahie peu à peu de nouveau.
Commenter  J’apprécie          40
Stefinouch33Stefinouch33   10 juin 2014
J'ai l'impression que plus les années passent, plus mon passé se rapproche.
Commenter  J’apprécie          50
Sophie_BazarSophie_Bazar   23 novembre 2016
A 45 ans, je me dis encore, pleine d'espoir : "Quand je serai grande..." Je pense qu'en fait, à force, je vais directement passer de "Quand je serai grande" à "Je suis vieille", et je n'aurai jamais été grande.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Laurence Kiberlain (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laurence Kiberlain
Interview de Laurence Kiberlain pour son livre 'Moyenne'.
autres livres classés : handicapVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
730 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..