AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782848051130
394 pages
Éditeur : Sabine Wespieser (03/05/2012)
3.66/5   16 notes
Résumé :
Fiona Kidman, très active dans la vie littéraire de son pays, est un des écrivains néo-zélandais les plus importants. Romancière – Rescapée a été traduit en français en 2006 chez Sabine Wespieser éditeur –, elle est également une nouvelliste chevronnée. S’inscrivant dans la belle tradition anglo-saxonne du genre, elle excelle dans l’évocation de la vie quotidienne des gens ordinaires. De ces destins soumis à la fatalité de l’existence, elle révèle avec subtilité les... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Missbouquin
  16 juin 2012
J'ai découvert Fiona Kidman par son premier roman publié chez Sabine Wespieser, Rescapée, qui racontait l'histoire d'une jeune fille après un naufrage, se retrouvant prisonnière d'une tribu maori. Pour moi, ce livre représente la découverte de la littérature néo-zélandaise, à travers une de ses représentantes les plus reconnues. En décortiquant la société de l'intérieur et en établissant un parallèle avec les traditions maories, Fiona Kidman nous introduit dans son monde, cette région si éloignée de tout ce qu'on connaît. Et pourtant, j'avais été surprise par la grande similarité de moeurs et de comportement entre la Nouvelle-Zélande, l'Australie et l'Angleterre : des nations aux codes sociaux rigides, très traditionnels, et très britanniques !
Dans cette série de nouvelles, organisées autour d'un triptyque de nouvelles qui suit l'histoire d'une famille sur plusieurs générations, j'ai approfondi mes connaissances sur la Nouvelle-Zélande et sur la vie qu'on peut mener, principalement la vie rurale.
Mais finalement ce n'est pas l'objectif central de Fiona Kidman. La Nouvelle-Zélande n'est pour elle qu'un support puisque c'est son quotidien. Ce qu'elle s'attache à montrer et à décrire ce sont les gens et les histoires universelles dans lesquels ils sont embarqués : mariages, tromperies, morts mystérieuses, … Dans une belle tradition anglo-saxonne, elle excelle dans l'évocation du quotidien, des sentiments et des psychologies de chacun des personnages qu'elle met en scène. Même si, à part les nouvelles centrales, les autres n'ont pas de rapport entre elles, en refermant le livre j'ai eu l'impression que l'auteur avait tracé un large panorama de la société néo-zélandais contemporaine, parfois avec humour, souvent avec gravité et douleur.
Le seul regret que je peux avoir, mais c'est parce que j'ai lu ces nouvelles d'un point de vue très européen, c'est de voir le peu de places que Fiona Kidman a consacré aux autochtones, les maoris. On ne les aperçoit qu'à une ou deux reprises, et à part dans la dernière nouvelle, ils n'occupent pas de place centrale. J'aurai pourtant voulu en savoir un peu plus sur la cohabitation entre les deux sociétés, et finalement, on perçoit simplement qu'ils représentent la tranche la plus pauvre de la population, et qu'ils ne semblent pas participer à la vie citoyenne du pays. Ces nouvelles seraient donc à compléter par la lecture d'un autre auteur peut-être, qui écrirait du point de vue des autochtones, par exemple le roman de Witi Ihimaera s'intitulant Paï ou celui de l'écrivain Alan Duff, L'âme des guerriers, roman culte sur la déchéance maorie, qui connut un succès mondial à sa parution en 1990 et fut adapté au cinéma en 1994 par Lee Tamahori.
Cependant, grâce à un style aisé et fluide, Fiona Kidman s'impose comme étant une écrivaine de qualité, affirmée et qui nous offre de beaux instants de littérature.
Lien : http://missbouquinaix.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
SebastienFritsch
  22 août 2021
Passer entre mes mains après Kafka sur le rivage n'a pas aidé ce livre. Mais j'ai insisté et j'ai fini par tomber sous le charme. Ce recueil est en effet assez disparate : une 1ere partie regroupant 6 textes indépendants et situés à une époque récente ; une 2e partie divisée en 3, avec 3 visions différentes, mais toutes centrées sur une même famille et un même mystère, le tout débutant dans les années 1930 et s'égrenant sur 4 générations ; enfin, 2 textes brefs, l'un mettant en jeu un Premier ministre des années 1920, avec un aperçu de sa jeunesse, avant la première guerre mondiale, et l'autre nous emportant au milieu du XIXe siècle. Une fois lue la dernière page, cette vue d'ensemble donne un éclairage qui permet d'apprécier tout le livre. Très franchement, les trois premières nouvelles ne m'ont pas emballé, avec leurs amourettes adolescentes, leurs femmes mûres désabusées (l'adolescence est loin !) et leurs petits secrets. J'ai trouvé le style banal, les rebondissements assez plan-plan. Et c'est là que j'ai pensé que j'étais encore trop marqué par Murakami. Mais plus j'avançais dans ma lecture, plus je découvrais une plume fine, souvent cruelle, parfois drôle, et relevée de loin en loin d'un soupçon de poésie. Les personnages avaient plus de corps, les intrigues plus de solidité. Clairement, le premier et le dernier texte n'ont presque rien à voir : il m'a semblé passer d'une histoire fadasse vendue en hypermarché à une nouvelle victorienne élégante, subtile et riche en réflexion. Entre les deux, chacun des autres textes sembla alors être une marche d'un escalier reliant le sous-sol au ciel, le tout organisé de manière à remonter le temps.
Outre la dernière partie, j'ai vraiment aimé Soieries, Extrêmes et le Ciel se fige et j'ai trouvé la 2eme partie la plus touchante
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
maylibel
  09 février 2013
Deuxième ouvrage de Fiona Kidman paru en France après Rescapée, Gare au feu est un recueil de 11 nouvelles dont la dernière donne son titre à l'ouvrage. Ces textes égratignent les apparences, en s'intéressant aussi bien à des paysans qu'à un premier ministre. Ils montrent leurs contradictions, leurs compromis. Certaines histoires, bien que brèves, sont extrêmement touchantes. D'autres, plus obscures ou ordinaires, s'oublient peu après que l'on en ait tourné la dernière page. Les trois textes qui composent la deuxième partie du recueil sont particulièrement marquants, avec des personnages et des contextes variés, mais réunis par un fil conducteur fort, dont le mystère renouvelle l'intérêt à chaque page. Bien que les histoires soient situées en Nouvelle-Zélande, où elle vit, Fiona Kidman ne cherche pas l'exotisme mais bien les ombres dissimulées sous les apparences.
Un recueil fascinant et assez dérangeant, avec des passages difficiles à lire, qui n'explore pas l'histoire néo-zélandaise mais révèle avec talent les failles de la société actuelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
de
  11 novembre 2012
Nouvelle-Zélande, le puritanisme, la campagne, des blanch-e-s, des êtres au présent et confrontés au passé et à leurs rêves. Sourdement peu présent-e-s les Maoris.
Des relations entre des femmes et des hommes sous le poids de la moralité, de l'habitude ou de la religion. Mais des écarts, des espaces amoureux, des familles recomposées, des enfants désirés ou non.
L'auteure crée des ambiances prenantes et de beaux portraits de femmes.
Je souligne particulièrement la nouvelle « Extrêmes » et ce voyage en Australie, car l'avortement est interdit en Nouvelle-Zélande.
L'art de la nouvelle et des regards attendris sur la difficulté de vivre. Une peinture amère d'une société qui semble souffrir d'une forme sociale de formol comme la robe de « Préservation »
Commenter  J’apprécie          20
Aifelle
  07 janvier 2013
Onze nouvelles d'une auteure néo-zélandaise, mettant toutes en scène des femmes confrontées à l'adultère, à l'avortement, au deuil, au deshonneur, etc .. Presque toujours des évènements du passé viennent interférer dans la vie présente en ressurgissant de manière inopinée.

L'écriture est fluide , la psychologie des personnages finement vue, rien n'est appuyé, nous sommes plutôt dans l'impalpable et l'ellipse. Il n'y a pas forcément de chute, plutôt un pas de côté et l'on voit l'histoire d'un autre oeil, avec parfois un peu d'étrangeté.
Ma nouvelle préférée "Soieries" nous parle d'une femme, lectrice passionnée de Marguerite Duras, qui finit par réaliser son rêve et aller à Hanoï avec son mari, sur les pas de l'écrivain. le séjour tournera au cauchemar d'une manière imprévisible.

Lien : http://legoutdeslivres.canal..
Commenter  J’apprécie          50


critiques presse (2)
Lexpress   02 juillet 2012
D'un récit à l'autre, Fiona Kidman manie remarquablement l'ellipse. Elle a la délicatesse de suggérer, sans jamais souligner.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Liberation   04 juin 2012
Les nouvelles de Fiona Kidman sont imprévisibles, c’est leur qualité première.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
AifelleAifelle   07 janvier 2013
"Certains soirs quand elle allait se coucher, Rachel savait qu'on avait retourné son lit. Elle repérait la trace de leurs mains domestiques farineuses sur ses draps, croyait sentir les touffeurs acides de leurs aisselles. Rachel avait horreur du voisinage de ces femmes. Elles suggéraient qu'elle ne faisait pas assez d'efforts. Est-ce qu'elle se soumettait réellement à son mari ou était-elle indocile ? Peut-être était-il temps qu'elle cesse d'aller travailler chez ces païens. Si seulement vous saviez pensait tout bas Rachel."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
sophroniesophronie   24 décembre 2017
La campagne de ton enfance est comme la paume de ta main, une empreinte indélébile que tu emportes dans l'éternité.
Commenter  J’apprécie          20
foxinthesnowfoxinthesnow   17 octobre 2020
Tu n'oublies jamais, dit-elle. La campagne de ton enfance est comme la paume de ta main, une empreinte indélébile que tu emportes dans l'éternité.
Commenter  J’apprécie          10
foxinthesnowfoxinthesnow   17 octobre 2020
Tous ces peintres et tous ces écrivains - comment veux-tu que je me tienne à jour avec cinq enfants à élever ?
Commenter  J’apprécie          10
CFARECFARE   24 décembre 2019
Toues les vieilles coutures torturées et usées de l'amour qui s'étaient distendues sans jamais céder s'étalaient devant moi.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Fiona Kidman (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fiona Kidman
La romancière néo zélandaise Fiona Kidman s'est inspirée d'une histoire vraie pour ce livre. Elle raconte la destinée tragique d'un jeune Irlandais, victime à la fois de la solitude et d'un gouvernement qui utilise la peine de mort pour se débarrasser des immigrés. Un livre bouleversant
autres livres classés : littérature néo-zélandaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1223 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre

.. ..