AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Ferdinand Prior (Autre)Odette Prior (Autre)Marie-Henriette Guignot (Autre)Frithiof Brandt (Autre)
EAN : 9782070701070
627 pages
Gallimard (22/02/1984)
4.19/5   13 notes
Résumé :
Quatrième de couverture
Avec Ou bien... Ou bien..., publié en 1843, Kierkegaard inaugure sa production " pseudonyme ", c'est-à-dire sa longue explication avec les différents auteurs virtuels entre lesquels se décompose son identité littéraire. Ici Victor Eremita, figure policière de l'éditeur-voyeur, recueille, à travers la grille de l'écriture, la confession alternée de deux voix sans visage et sans nom : la première (A), tournant avec obstination autour d'u... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Zenification
  25 novembre 2019
Mettre à l'honneur l'ouvrage Enten - Eller. de Victor Eremita, c'est témoigner de la valeur de ces piles massives sur lesquelles reposera le pont d'une pensée qui ne cessera de se développer jusqu'à ce que la mort emporte son auteur. Il est question d'une philosophie originale qui s'appuie sur la critique musicale et littéraire, principalement dans la première partie de l'ouvrage. L'avant-propos nous apprend qu'un homme trouve deux liasses de papiers alors qu'il avait acheté un vieux secrétaire chez un brocanteur. La première liasse écrite par A fera l'objet de la première partie de l'ouvrage dans laquelle sera analyser le choix esthétique en tant que mode d'existence. La seconde liasse est écrite par B, aussi appelé Wilhem, et illustrera le choix éthique.

« Les filles ne me plaisent pas. Leur beauté s'évanouit comme un rêve et comme le jour d'hier une fois qu'il est passé. »

C'est ici que débute la lutte du fier chevalier romantique et égocentrique qu'est l'esthète. Cette citation extraite des « Diapsalmata », recueil d'aphorismes assez ludique par bien des aspects, illustre une difficulté qui semble inhérente à l'homme : celle de supporter sa conjointe sur la longue durée. Le temps fait son oeuvre et la rose du printemps annonce sa décrépitude à l'approche de l'automne.

Ce n'est qu'après avoir esquissé une telle difficulté que le stade esthétique est réellement envisagé dans le brillant essai « Les Stades immédiats de l'éros ou Érotique musicale ». Comment agir face à l'oppressante monotonie qui menace la réplétion de l'amour ? Sa réponse, il la trouvera dans l'expression du désir virevoltant, à la manière d'une abeille butinant la plus belle fleur du champs jusqu'à extraction complète du pollen, pour ainsi reproduire l'opération avec une autre plus jolie encore. L'individu doit désirer ardemment, vivre dans l'immédiat, faire de l'instant la ressource même de l'objet de son désir : la beauté.

La dernière sous-partie « Le Journal du séducteur » est probablement la composante de l'ouvrage qui a fait coulé le plus d'encre. Cette mise en perspective de la relation Johannes-Cordélia et celle de Kierkegaard-Olsen est d'autant plus troublante que l'on pourrait l'interpréter comme une réévaluation du propre vécu de l'auteur. Ce roman regorge de quelques jolis passages, mais certaines descriptions peuvent parfois témoigner d'un manque de beauté et d'intérêt pour un auteur qui se veut le chantre du Beau. Roman de séduction pour des jeunes gens obnubilées par l'amour ? Pas exactement, c'est davantage le récit d'une stratégie intellectuelle élaborée par le personnage Johannes, très machiavélique dans sa démarche, se servant d'un environnement résolument sélectionné. L'esthétique triomphe, l'esthète comparé à l'éthicien, a compris le sens réel de l'amour ; il sait le ressentir profondément, en a compris sa spécificité et sait qu'une fois l'ultime jouissance atteinte, le moment des séparations demeure inévitable. Cela renforce l'idée que « la jouissance ne se trouve pas dans ce dont je jouis, mais dans l'exécution de ma volonté ». Cet échec de la relation entre les deux personnages introduit donc la seconde partie de Enten - Eller.

« l'amour romantique se fonde sur une illusion [...] bien qu'il soit convaincu de sa constance absolue, le chevalier de l'amour romantique en a aucune certitudes. »

La seconde partie s'organisant sous forme de lettres que Wilhem semble adressé à son correspondant A, l'on peut y voir cette partie de l'ouvrage comme la continuité logique de la première ou, selon l'interprétation que l'on en fait, une partie succincte. Je penche pour la première option car il est plus question d'une remise en question du stade esthétique afin de l'amener à se dépasser dans ce qui semble être le stade éthique. Wilhem, en réfutant la partie trop idéale de l'approche esthétique, va néanmoins en retenir la beauté prodiguée par l'amour et surtout, le mariage.

« La Valeur esthétique du mariage » est le premier essai qui introduit la seconde partie de l'ouvrage. Wilhem, par de nombreux excès de lucidité morale, tente de démontrer que le mariage a valeur d'éternité. L'amour romantique est l'expression imparfaite de l'amour éternel puisqu'il repose sur la fondation éphémère d'une relation ; il ne verra sa grandeur et son aboutissement que dans le mariage. Pourtant, l'ombre de la monotonie dénoncée par Johannes plane toujours sur cet amour inscrit dans le mariage. Est-elle inévitable ? À moins d'être doté d'une véritable volonté découlant d'une vision exclusivement morale, oui. À la lecture de ce bel essai, l'on en déduit que « L'amour conjugal a donc son ennemi dans le temps, sa victoire dans le temps, son éternité dans le temps ». Que de plus, le mariage saisit l'amour absolu, non dans son immédiateté mais dans sa beauté historique. Il responsabilise, et permet d'aboutir à l'examen du second essai.

Le choix que fait un individu permet de déterminer sa personnalité tout en étant sincère avec lui-même et en renouant avec son moi. D'autre part choisir, c'est exprimer sa liberté dans la mesure où l'individu sait comment il souhaite se réaliser. C'est de cela que traite « L'Élaboration de la personnalité », pas moins pertinent que l'essai précédent. Mais quel éclaircissement pour le lecteur ! Après plus de cinq cents pages, l'on trouve finalement le trésor qui donne tout son sens au titre de l'ouvrage ! Envisager son choix d'existence sans omettre son rapport avec la réalité, voilà un coup décisif porté à l'existence de l'esthète qui repose sur la poièsis, concept basé sur une réconciliation artistique mais qui ne s'inscrit nullement dans la réalité. Considérer le mal et le bien comme des notions inhérentes à tout choix auquel l'individu sera confronté et ainsi devenir responsable, voilà ce qui semble caractériser la valeur du choix.

« L'Ultimatum » vient enfin clore l'ouvrage. D'inspiration nettement plus religieuse, cette composante de l'ouvrage nous enseigne, par l'intermédiaire d'un pasteur en Jutland et ami de Wilhem, que « Vis-à-vis de Dieu, nous avons toujours tort ». Cette conception largement inspirée du Livre de Job illustre le lien fort que peut unir l'individu à un choix d'existence lié au religieux. Partie à la fois décisive et annonciatrice des prémisses d'une philosophie de l'existence, c'est du moins ce que le leitmotiv de Kierkegaard semble exprimer en fin d'ouvrage : « seule, la vérité qui édifie est vérité pour toi ».

C'est donc après cette longue lecture que le lecteur ressortira, triomphant. Triomphant car témoignant d'une volonté impressionnante, il a traversé ces grands sentiers intelligibles faits de développements et d'argumentations tantôt poétiques tantôt indigestes. L'auteur dépassé par son sujet, semble avoir envisagé différentes manières d'exister. Son essai découle de son expérience et de sa vie menée avec Régine Olsen en poursuivant par leur fatale séparation ; c'est donc sûr, l'essai présente un intérêt philosophique très singulier d'autre part il est le miroir de ce qui semble être une réévaluation de l'expérience de son auteur, un tribunal intérieur quant à la portée des choix qu'il a pu faire. N'est-ce pas la plus grande force de l'ouvrage au final ? de traiter de sujets tout aussi intéressants que personnels, alternant différents genres : du recueil d'aphorismes aux essais, en passant par le roman puis la forme épistolaire. Important par sa densité, l'ouvrage accroche le lecteur en lui permettant de voyager entre différentes formes d'argumentation. Les concepts également abondent, certains présentent beaucoup d'intérêt, d'autres ne sont pas forcément utiles à la compréhension de l'idée générale dégagée par ce livre titanesque.

À la fois admiratif de la beauté de l’ouvrage traduit par le trop célèbre Régis Boyer, par l’intérêt philosophique qu’il porte, mais également par la diversité qu’un tel livre offre à son lecteur, il se pourrait bien que toute personne puisse être séduite. Mais également, la densité de l’ouvrage peut repousser aux premier abord le lecteur, trop fainéant pour s’enquiquiner avec des considérations argumentées sur plusieurs centaines de pages. Il s’agirait donc d’une première lecture très intéressante pour aborder Kierkegaard, non pas indispensable. Il n’empêche que Enten - Eller. demeure le berceau de l’existentialisme et d’une véritable critique originale de l’hégélianisme que l’auteur développera dans son Post-scriptum aux miettes philosophiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
NMTB
  19 décembre 2014
Kierkegaard a publié « Ou bien… ou bien » sous pseudonyme en prétendant avoir trouvé le manuscrit caché dans un vieux meuble et écrit par deux personnes différentes, deux amis aux noms inconnus, soit : « A » un séducteur et « B », un homme marié.
Il pourrait y avoir deux manières de lire ce livre. Ou bien discursivement : D'abord la première partie où s'exprime A et sa vision esthétique de la vie, ensuite la seconde (composée de deux longues lettres de B adressées à A), qui prend le contrepied en donnant une vision éthique. Ou bien en lisant alternativement les deux parties. Il me semble qu'on en viendrait à des conclusions différentes sur la pensée de Kierkegaard.
Si, à la manière habituelle d'aborder un livre, on le lit discursivement, et à moins d'être de mauvaise foi ou de parti-pris, on ne peut être que convaincu par l'argumentaire de B. Tout simplement parce que A ne fait que poser la thèse esthétique et s'il ne nie pas le côté éthique de la vie, il considère que la morale ne le concerne pas, donc il ne cherche pas à la nier, mais il affecte tout simplement de ne pas la prendre en compte. Il vit en esthète, c'est-à-dire que ses écrits sont en grande partie consacrés à l'art, à l'opéra, au théâtre. Ce ne sont pas des critiques à proprement parler, mais des divagations philosophiques sur des personnages caractéristiques. le Don Giovanni de Mozart, le séducteur invétéré, est la figure tutélaire de cette première partie, c'est en lui que se reconnait A. Mais, en bon séducteur, il ne s'intéresse pas tant à Don Juan, à lui-même, qu'aux femmes en général et aux jeunes filles séduites en particulier. L'une d'elle est Emmeline, le personnage féminin d'une comédie de Scribe : « Les premières amours ». Et c'est justement sur les premières amours que se fait le lien entre la première partie de A et la seconde partie de B.
A considère que le premier amour est le seul qui est vraiment beau et qu'au-delà de six mois la beauté de cet amour absolu disparait avec l'apparition du devoir et de la contrainte. B est en partie d'accord sur ce point, le premier amour est beau, mais il pense qu'il n'y a pas de premier amour, de deuxième amour, de troisième amour, etc. Il n'y a qu'un amour il faut l'entretenir et il convient à chacun d'en perpétuer la valeur esthétique dans le mariage. Il pense que le devoir dans le mariage ne tue pas l'amour mais qu'il est l'amour même.
Et c'est dans la deuxième lettre de B, intitulée « La formation de la personnalité », que l'on est confronté réellement au sujet philosophique de ce livre : le choix. le choix, ou autrement dit : éliminer des possibilités. le choix n'est pas une contrainte qu'on s'impose, un carcan, mais c'est au contraire l'affirmation de sa liberté, de sa volonté, c'est devenir soi-même. B prétend qu'il n'y a pas à choisir entre une vie esthétique hors mariage et une vie éthique d'homme marié car une vie esthétique est justement un non-choix. Et la vie éthique, qui est celle du choix et donc du devoir, est également la voie de la liberté et contient la beauté.
Kierkegaard a écrit « Ou bien… ou bien » alors que la dialectique hégélienne et l'art romantique se rependaient en Europe, ce qu'il considérait comme deux aspects de la vie esthétique ayant la prétention de se passer de l'éthique chrétienne. D'autre part, après avoir rompu ses fiançailles avec son premier amour Régine Olsen, il ne se maria jamais. Concrètement, il ne fut jamais un esthéticien ou un éthicien pur et dur et ce livre ressemble bien plus à un grave examen de conscience, sans concession, qu'à une réelle prise de position.
Pour résumer :
Ou bien l'esthétique, la séduction, l'extériorité, la multiplicité, le désir, le rire, la tragi-comédie, la nécessité, le doute, la contradiction.
Ou bien l'éthique, le mariage, l'intériorité, l'unité, la volonté, le sérieux, le drame, la liberté, la foi, la tautologie.
Ou bien l'amour, ou bien l'amour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
gaillard1gaillard1   26 septembre 2010
Une raison, somme toute, est chose étrange ; si je la regarde avec toute ma passion, elle se gonfle jusqu'à devenir une énorme nécessité, capable de remuer ciel et terre ; si je suis sans passion, je la juge avec dédain. - Longtemps j'ai médité sur la vraie raison qui m'a fait abandonner mon poste de professeur de lycée. Lorsque j'y réfléchis à présent, il me semble que cette situation me convenait tout à fait. Je commence aujourd'hui à voir clair : ma raison était justement que je me sentais entièrement apte à remplir ce poste. Si j'y étais resté, j'aurais eu tout à perdre, rien à gagner. C'est pourquoi j'ai jugé plus sage de me démettre de ma charge et de me faire engager par une troupe de comédiens ambulants - car, n'ayant aucun talent d'acteur, j'avais tout à gagner.

Tel que relevé pour "Les fils de la pensée" http://xn--rflchir-byac.net
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
gaillard1gaillard1   26 septembre 2010
Il arriva que le feu prit dans les coulisses d'un théâtre. Le bouffon vint en avertir le public. On pensa qu'il faisait de l'esprit et on applaudit ; il insista ; on rit de plus belle. C'est ainsi, je pense, que périra le monde : dans la joie générale des gens spirituels qui croiront à une farce.

Tel que relevé pour "Les fils de la pensée" http://xn--rflchir-byac.net
Commenter  J’apprécie          440
gaillard1gaillard1   26 septembre 2010
Que les gens sont absurdes ! Ils ne se servent jamais des libertés qu'ils possèdent, mais réclament celles qu'ils ne possèdent pas ; ils ont la liberté de pensée, ils exigent la liberté de parole.
Lien : HTTP://XN--RFLCHIR-BYAC.NET/..
Commenter  J’apprécie          510
NMTBNMTB   19 décembre 2014
Le bien est l’être-en-soi-et-pour-soi posé par l’être-en-soi-et-pour-soi, et c’est la liberté.
Se choisir soi-même absolument : cette formule peut sembler fâcheuse ; car elle implique, semble-t-il, que j’ai choisi d’une manière également absolue le bien et le mal, et qu’ils m’appartiennent l’un et l’autre d’une manière également essentielle. C’est pour prévenir cette erreur que je me suis servi de la formule : me repentir moi-même de toute la suite de la vie. Le repentir exprime en effet que le mal m’appartient essentiellement, et à la fois d’une manière non essentielle. Si le mal qui est en moi ne m’appartenait pas essentiellement, je ne pourrais pas le choisir, mais s’il y avait en moi quelque chose que je ne pusse choisir absolument, je ne me choisirais pas absolument ; je ne serais pas l’absolu, mais un simple produit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
gaillard1gaillard1   26 septembre 2010
La dignité humaine, en vérité, est reconnue dans la nature ; lorsqu'on veut éloigner les oiseaux des arbres, on dispose quelque chose qui ressemble à un homme et, même lointaine, cette ressemblance de l'épouvantail avec un homme suffit à inspirer le respect.
Commenter  J’apprécie          100

Video de Sören Kierkegaard (1) Voir plusAjouter une vidéo

Sören Kierkegaard, ou l'écharde dans la chair
Evocation biographique et littéraire du penseur danois Soeren KIERKEGAARD, composée d'entretiens avec des spécialistes de l'auteur, et de lectures de textes de KIERKEGAARD.
Sont ainsi abordés sa relation avec son père et son ancienne fiancée, Regine OLSEN; sa philosophie pessimiste et son conception de la vérité; l'influence de son enfance protestante; le personnage du séducteur; son...
>Philosophie et disciplines connexes>Epistémologie, causalité, genre humain>Epistémologie (Théorie de la connaissance) (74)
autres livres classés : existentialismeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
377 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre