AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Meg Lukens Noonan (Collaborateur)Katia Holmes (Traducteur)
ISBN : 2859405445
Éditeur : Phébus (17/09/1998)

Note moyenne : 3.78/5 (sur 49 notes)
Résumé :
Cette histoire de viloence, de folie et de mort est la transcription fidèle d'une aventure réellement vécue : une histoire que Déborah Kiley aura mis plus de dix ans à se décider à écrire. On comprend cette hésitation, à la lire. Et le choc qu'en reçurent les lecteurs américains.
Un voilier de rêve. Cinq personnes à bord - trois hommes et deux femmes. Une croisière atlantique en direction des Caraïbes qui s'annonce de tout repos. Mais la météo est capricieuse... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Crazynath
  21 août 2015
Cinq jeunes gens, comptant parmi eux quatre navigateurs expérimentés, ont comme mission d'amener un petit voilier du Maine jusqu'en Floride. Cette croisière va se transformer en cauchemar du fait de conditions climatiques imprévues et de plusieurs facteurs humains.
Deborah Scaling Kiley a été un de ces navigateur et elle a utilisé l'écriture comme thérapie pour pouvoir continuer à avancer dans sa vie. Cette histoire qu'elle a vécu et qui la marquera à jamais nous emmène dans la tempête, avec un océan inamical peuplé de requins....Mais surtout aussi dans un environnement où les profondeurs de l'âme humaine se dévoilent, pour le meilleur, mais aussi le pire.....
Commenter  J’apprécie          90
Chtitepuce
  29 mai 2013
J'ai commencé à m'intéresser à ce livre à force de le relire pour les corrections en version numérique. On fait de belles découvertes en travaillant.
Ce roman est une histoire vraie, l'auteur Deborah Scaling Kiley est une grande navigatrice, l'eau, c'est son élément, jusqu'à ce jour du 28 octobre 1982 où tout bascule. Ils étaient partis à cinq en mer, Deborah, John, le skipper, sa copine Meg, Brad, un ami de Deborah et Mark, ami de Brad. Deborah est engagée par John qui cherche du personnel, ils écument quelques ports et trouvent Brad et Mark. Quant à Meg, elle n'aurait jamais du être là.
J'ai été happée par l'histoire, l'auteur nous raconte son histoire pour se débarrasser de ses vieux démons et elle finit par nous entrainer dans sa chute. On sent la tension à chaque page, les émotions qui traversent les personnages. Albatros est un livre court, mais les trois jours qu'ils passent perdu en mer sont les plus long que j'ai pu lire. On est dans l'attente des sauveteurs, on a peur de ce qu'il y a sous l'eau, on a froid, faim et soif… La folie nous emporte dans cette attente.
Deborah Scaling Kiley a tout quitté pour la mer, elle a quelque peu détruit les espérances de sa mère, mais on sent cet amour qu'elle a pour l'océan et la navigation. Tout du long, elle montre un sens des responsabilités et un courage à toute épreuve. C'est aussi grâce au soutien de Brad qu'elle arrive à tenir le coup. Il sait ce qu'il fait, il reste muet quand tout le monde craque, je pense que c'est le personnage qui arrive à garder la tête hors de l'eau et maintenir les autres à flot. Mark, c'est le personnage qu'on n'aime pas, il en fallait un, en plus ce n'est pas fait exprès. Il est arrogant et au bout du compte il n'a rien à faire sur ce bateau. Comme pour Meg, normalement, elle et John n'étaient plus autorisés à être sur le même bateau, leurs disputes ont apporté trop de problèmes lors des précédentes missions de John. Elle est un peu le chien dans un jeu de quilles, la pauvre.
Que dire du style ? Je ne sais pas si le traducteur a respecté celui de l'auteur réellement, comme elle n'est pas écrivain à la base, il y a peut-être eu quelques correction. En tout cas l'écriture nous transmet bien les évènements, on s'y croirait presque sur ce bateau. Les événements défilent nous noyant presque et l'attente des secours se profile à chaque page. J'ai été parfois déstabilisée par les thermes de navigation qui ne sont pas expliqués, mais cela n'empêche pas de suivre l'histoire.
Première lecture d'un roman aux éditions Phébus, j'en suis plutôt satisfaite. C'était une bonne découverte et cela change de mes lectures habituelles. En plus, moi qui aime la mer, j'ai été servie.
Lien : http://www.blog-de-puce.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ConfidencesLitteraires
  02 mars 2018
J'adore les histoires de survie, qu'il s'agisse de chasses à l'homme ou d'îles désertes. Comme j'aime aussi beaucoup les histoires vraies, ce récit avait tout pour me plaire - ce qui n'a pas manqué !
Dans ce livre de 200 pages, Deb nous raconte l'épisode traumatisant de sa vie : le naufrage d'un yacht dont elle faisait partie de l'équipage, dans les années 80.
Dès le début, elle le sentait mal : le skipper paraît bien mou, il ramène sa copine sur le bateau malgré l'interdit et le dernier coéquipier est infect, misogyne et escroc. Malgré tout, elle reste : elle veut de toute façon rejoindre la Floride...
Les quelques jours de navigation qui s'annonçaient simples deviennent un pur cauchemar quand le skipper prend les mauvaises décisions. Deb ne peut plus compter que sur Brad, le seul qui garde la tête froide à ses côtés quand tout bascule...
Cinq personnes dans un bateau de sauvetage. Les requins rôdent, les tensions montent, la fatigue, le froid et la soif deviennent insupportables... Debbie nous raconte ces quelques jours d'enfer avec acuité : chaque détail est analysé, à la fois avec les sensations du moment et avec le recul de la narration.
L'écriture n'est peut-être pas exceptionnelle, mais ce n'est pas ce qui m'importe en lisant une autobiographie : je recherche avant tout des émotions et des sensations que je sais bien réelles. de ce point de vue j'ai été servie et je ne peux que vous conseiller cette lecture, qui m'a fait penser à la fois à L'histoire de Pi de Yann Martel (
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
topocl
  13 janvier 2015
Ce livre est une thérapie personnelle de l'auteur suite à son naufrage en mer . .
Elle raconte dans une première partie les préparatifs du bateau et le recrutement de l'équipage, avec tout ce qui aurait dû attirer son attention quant à la précarité de l'expédition. On est assez vite lassé par la multiplication des termes de voile. Dans la deuxième partie, c'est 5 hommes dans un canot de sauvetage, avec les antipathies qui s'exacerbent, les petites et grandes mesquineries, la solidarité par moment. Les vagues, les requins, la faim la soif, l'épuisement, l'angoisse…
C'est un récit linéaire, sans vrai recul, où aucun détail n'est omis, dans un style qui n'est pas époustouflant. Ca se lit, mais sans passion, presque sans intérêt, même.
Commenter  J’apprécie          00
Loutre_des_Rivieres
  12 mai 2013
Un témoignage de naufrage en mer, une banale livraison de bateau ayant mal tournée : pendant quelques jours le jeune skipper et les matelots sont livrés a eux mêmes dans une mer dechainée, sans eau potable, ni nourriture et cernés par les requins.
L'auteure avec beaucoup de recul, de réalisme mais aussi de sensibilité évoque sa dépendance à la mer, ses sensations, ses peurs et ses souffrances lors du naufrage et ses angoisses après l'événement.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
CrazynathCrazynath   21 août 2015
je trempais la main dans l'eau : elle était chaude. Ah, si je pouvais m'y replonger une minute et sentir cette douce chaleur ! Mais je me souvins des requins.
Commenter  J’apprécie          100
CrazynathCrazynath   15 août 2015
De ma vie, je n'avais refusé un défi. Courage ou stupidité ? Quoi qu'il en soit, j'étais née avec une forte dose de la chose.
Commenter  J’apprécie          80
marlene28marlene28   31 août 2017
Le crépuscule tomba. Je regardai la lumière s’évanouir, et l’espoir avec elle. Dire que là-bas à l’ouest ; le soleil était encore haut dans le ciel, au-dessus d’une terre chaude et riche de parfums…. Il y avait de la vie là-bas, sur la Terre. Mais sur notre petite planète de caoutchouc régnait le malheur, la puanteur et le froid glacial. Jamais je n’avais vi si noire, ni éprouvé un tél désespoir.
Commenter  J’apprécie          10
CrazynathCrazynath   21 août 2015
Et voilà où nous en étions, jambes mêlées, vies mêlées dans un bateau pneumatique balloté par les vagues
Commenter  J’apprécie          60
marlene28marlene28   31 août 2017
Avec l’obscurité, le désespoir se fit plus palpable, la solitude plus grande. On savait qu’on allait rester invisibles pendant douze heures et qu’il faudrait se battre contre le froid perçant de la nuit. J’aurai voulu pouvoir retenir la lumière du jour, l’installer à nouveau sur le toit du monde.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : naufrageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Deborah Scaling Kiley (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
800 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre