AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782809709124
111 pages
Éditeur : Editions Philippe Picquier (18/04/2013)
3.7/5   10 notes
Résumé :
Imaginez que vous teniez entre vos mains une boîte magique. Sur le couvercle est écrit : 'Le contenu de ce coffret exaucera votre souhait le plus cher'. Vous avez hâte de soulever le couvercle. Pourtant, ce serait trop facile. L'inscription contient également un avertissement : 'Mais malheur à vous si vous l'ouvrez !' Du coup, vous avez beaucoup moins envie de savoir ce qu'il y a dedans...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Shan_Ze
  21 septembre 2018
Et si vous aviez un objet capable d'exaucer vos souhaits ? Les habitants de ce village sont bien intéressés quand un magasin donne des objets réalisant les désirs les plus fous. Mais peut-on avoir ce qu'on veut sans rien en retour ?
Le narrateur de cette histoire est un jeune garçon, il voit ses parents perdre la tête, leur humanité... Ce conte est presque effrayant par son côté impitoyable mais sa morale est intéressante : mériter d'avoir ce qu'on possède, travailler pour cela. J'ai bien aimé les dessins qui renforcent le grotesque des situations mais n'empêche pas de réfléchir à ce qui nous fait grandir.
Commenter  J’apprécie          260
Lagagne
  10 décembre 2013
Un très bon petit roman. Ce livre est comme un conte philosophique qui nous invite à réfléchir sur notre cupidité, notre désir de toujours en vouloir plus tout en étant partisan du moindre effort.
C'est pas mal moralisateur il est vrai, mais l'écriture est simple et rapide. Certains passages sont drôles, et on est dans un imaginaire qui parle bien aux enfants.
Une lecture bien sympathique.
Commenter  J’apprécie          170
VanessaV
  30 avril 2013
"Au cochon porte-bonheur" de Kim JONG-RYEOL et illustré par Kim SUK-KYEONG est une belle petite fable satyrique.
Les habitants de la ville d'Azalée sont surexcités. Une nouvelle boutique va bientôt ouvrir. Elle a comme enseigne un cochon en redingote et tient des promesses dignes des meilleurs bonimenteurs. Tout le monde en parle et personne ne sait vraiment de quoi il s'agit... l'attente et le coup de pub créent une effervescence. A l'ouverture, une file de personnes attend tant bien que mal à la porte: seuls les dix premiers seront servis chaque jour.
Même pour aller à l'école, le garçon narrateur est obligé de faire un grand détour. La ville est près d'imploser. Et quand le magasin ouvre ses portes le premier matin, les referme sur les chanceux et les réouvre le soir, c'est encore pire. le bruit court que les clients ont été comblés dans leurs attentes: le fer à repasser magique du roi d'Arabie repassant un habit à jamais impeccable pour le teinturier, une casserole de la dynastie Ming pour ne préparer que des plats succulents etc....
Tous les habitants veulent aussi un objet magique, même les enfants. le vélo magique de Fifi Brindacier sans roue est tout de même bien tentant. La queue devant la boutique s'allonge, les habitants campent devant l'entrée, les voisins des villes alentour arrivent aussi. C'est la pagaille.
Mais bon, le mystérieux propriétaire du Cochon porte-bonheur semble honnête, ses clients repartent avec le sourire. Mais à bien y regarder, le narrateur se méfie... touts les chanceux attrapent, justement, un drôle de sourire. Sa mère, aussi influençable que les autres, est revenue avec un vase magique.
Et voilà, les chanceux se transforment progressivement en cochon... mais malgré une première impression, les autres habitants ne se rendent compte de rien. Et parmi les habitants cochons, un vrai cochon en redingote se promène dans une brume épaisse.
Le narrateur n'a pas d'autre choix que d'entrer dans la boutique pour parler au propriétaire... les habitants cochons ne sont plus que des cochons à amener dans une ferme.
Toute l'histoire parle de l'envie, de l'insatisfaction, de la convoitise en chaque homme. Loin de se raisonner, ils sont là tous perdus. Et pourtant la société change doucement mais aussi par épisodes de folie. Mais personne ne voit. Quelques enfants oui mais encore faut-il qu'ils aient des valeurs fortes et non matérialistes.
La rencontre entre le propriétaire du cochon porte-bonheur et du narrateur est magnifique. L'intérêt porté l'un à l'autre, le choix des portes-bonheurs et le postulat de costume d'un pays à un autre.
Et puis la question reste entière: peut-on aider des personnages aussi influençables?
Les illustrations de Kim SUK-KYEONG ponctuent le texte et apportent un malaise avec ce sourire énigmatique et les cochons qui prolifèrent.
Lien : http://1pageluechaquesoir.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Crocodyll
  18 avril 2013
Une nouvelle boutique s'est installée dans la ville d'Azalée : le cochon porte-bonheur. Chaque jour, 10 clients reçoivent un cadeau magique qui leur permet de réaliser leur souhait. Mais ces derniers se transforment petit à petit en cochons. Notre jeune héros dont les parents ont gagné un vase duplicateur va devoir affronter seul une horde de cochons gâtés...
Cette histoire est très surprenante : son déroulement original accentue l'épais mystère qui entoure la boutique et son propriétaire et les excellentes illustrations ne font que confirmer la terreur qui règne à Azalée.
De plus, cette histoire se finit aussi incroyablement qu'un cochon en costume. Un régal !
Commenter  J’apprécie          30
Bidib
  13 septembre 2013
Ce conte surréaliste nous amène à réfléchir sur le désir de possession et la cupidité de nos société moderne, où aveuglé par ce que nous désirons nous en oublions ce que nous avons. Loin des discours moralisateur, Kim Jong-ryeol nous fait passer le message grâce à une histoire étonnante et bien mené. Un véritable petit conte philososphique
Lien : http://mapetitemediatheque.o..
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
LagagneLagagne   10 décembre 2013
Tout le monde aimerait avoir de la chance. Ceux qui n'en ont pas se lamentent et envient les autres. Or, il ne sert à rien de compter sur la chance, car la bonne fortune d'hier peut se transformer en mauvaise fortune demain. Et vice versa.
Le plus important, c'est la peine qu'on se donne. [...]ce souhait que vous portez en vous, faites tout votre possible pour le réaliser vous-même. Même si la chance se refuse à vous, il restera toujours quelque chose de vos efforts, et c'est cela qui compte par-dessus tout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Shan_ZeShan_Ze   24 août 2018
Tous ceux qui ont reçu un cadeau magique affichent le même sourire énigmatique. Mais quoi de plus normal, après tout ? N'empêche ! Ce sourire m'intrigue.
Commenter  J’apprécie          30
BidibBidib   13 septembre 2013
"Chacun souhaite que la chance lui sourie. Mais la plupart des êtres humains ne savent pas se satisfaire du peu qu'ils ont. Et comme ils en réclament toujours plus, ils la font fuir."
Commenter  J’apprécie          20
bartholomewbartholomew   12 février 2016
Ma mère rentre des courses, les mains vides. Elle râle:
- Le magasin n'a toujours pas ouvert. A mon avis, toutes ces histoires de distribution gratuite de bonheur ne sont que des boniments !
Commenter  J’apprécie          10

Video de Suk-kyeong Kim (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Suk-kyeong Kim

L'ART ET L'ESTHÉTIQUE DU VIDE - Hyeon-Suk Kim
http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=43556 L'ART ET L'ESTHÉTIQUE DU VIDE Hyeon-Suk Kim C'est à un partage de méditation, où l'espace vide tout comme...
autres livres classés : littérature coréenneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1220 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre