AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782367270463
164 pages
Éditeur : DeCrescenzo (17/03/2016)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Voici l’histoire d’une immigrée chinoise arrivée illégalement en Corée pour bâtir une vie nouvelle (Chanson d’ailleurs) ; celle d’une employée de ménage à l’aéroport de Séoul qui voit toute la journée des avions décoller pour des destinations qu’elle ne connaît pas (l’Axe du jour) ; celle de deux étudiantes qui partent en Thaïlande avec leurs dernières économies pour oublier tracas financiers et ruptures amoureuses (Hôtel Naek-ta) ; ou encore celle d’une jeune trent... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
lessortilegesdesmots
  28 mai 2016
Merci à la maison d'édition Decrescenzo Editeurs et à Babelio pour ce livre.
C'est la première fois que je lisais un livre coréen. Il se compose de quatre nouvelles. J'ai été dérouté par le choix de l'auteur quand à la fin de chaque nouvelle. Néanmoins, ce n'est pas gênant. Bien au contraire, j'ai trouvé l'idée extraordinaire. le but de l'auteur n'aurait pas été atteint sans cela.
Le point commun de ces nouvelles est la vie quotidienne. On commence au moment présent pour découvrir un personnage et remonter ses souvenirs afin de comprendre pourquoi il en est arrivé là où il est. Les thèmes abordés sont également très intéressants et nous permettent de comprendre les traditions et la manière d'être et de penser en Corée du Sud (les apparences, le statut de la femme, la famille et son regard). J'ai eu le sentiment également de découvrir l'envers du décors de ce pays qui me passionne, de découvrir le quotidien de ces personnes qui ne correspondent pas ou trop à la norme Coréenne.
Concernant le style d'écriture, il est juste fabuleux et donne plus de sens et d'impact aux propos tenus. Je n'ai absolument rien à ajouter à ce sujet. Ce que j'ai le plus apprécié, c'est la capacité de Kim Ae-Ran à décrire de manière si vivante ses personnages, de les rendre si vivants. On ne peut que s'attacher à chacun d'entre eux et comprendre les difficultés qu'il traverse.
En bref, une magnifique découverte que ce soit l'auteur ou la maison d'édition que je ne connaissais pas. J'en lirais d'autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
RebelleReader
  14 juin 2016
Je ne souhaite pas vous en dire plus, j'ai moi-même préféré me plonger dans chaque nouvelle sans en connaître le résumé.
Malgré tout, les nouvelles sont diverses, je n'ai ressenti aucun lien évident entre elles si ce n'est la vision d'un personnage solitaire. J'ai eu cette vague impression de tomber sur un article "fait divers" dans le journal, puis à la page suivante d'être en train de lire le journal intime de la personne concernée par cet article.
Étrange sensation de sonder une vie, de sonder un paysage et des émotions.

Le chauffeur de taxi de la 1ère nouvelle et la femme de ménage de l'aéroport de Séoul semblent être attirés par le monde sans n'en connaître plus que les avis de leur entourage tandis que des étudiantes décident de faire le voyage pour se découvrir.
La dernière nouvelle est celle qui dégage le plus l'impression de journal intime: l'idée de dépendance à la société de consommation est clairement étudiée par Kim Ae-Ran avec son acheteuse compulsive dans Cuticules.

Kim-Ae Ran transmet dans chacune de ses lignes, chacune de ses courtes nouvelles, une idée précise qu'elle seule peut nous transmettre. L'idéal pour la lecture de ce recueil est d'abuser de la pause café. de prendre le temps d'un voyage aller-retour maison/boulot/lycée/université pour se poser dans la petite bulle où l'auteur nous pose.
Les descriptions peu longues qui encadrent le récit sont assez réalistes. Elles rendent compte du quotidien de ces acteurs de la vie commune en Corée. Cuticules par exemple est la seule nouvelle à la première personne, c'est une jeune femme qui nous parle, avec ses impressions, de ses tracas quotidiens à l'amertume qu'elle ressent quand elle n'achète pas le dernier produit à la mode. L'amitié franchit le cap de l'autodérision dans Hôtel Neak-ta pour apprendre au lecteur la nécessité d'une discussion dans les cas les plus durs.
L'auteur soutient l'idée de partager un propos venu d'ailleurs, du voisin peut-être, qui aurait envie de se confier à nous lecteurs, spectateur invisible pour eux.
Le seul bémol est la transition d'un point de vue neutre à l'histoire du personnage. C'est difficilement supportable selon moi de lire d'un paragraphe à un autre un récit puis un autre. La tonalité de témoignage est voilé par l'importation d'inconnus de façon subite. J'espère que les lecteurs ne ressentiront pas ce style d'écriture comme une gêne et je vous souhaite une agréable découverte!
Merci à Babelio et aux éditions Decrescenzo pour cette découverte!
Lien : http://aufillesdessaisons.ek..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
maripole
  26 juin 2016
Les férus de littérature, de fiction coréennes sauront apprécier ces quatre récits de KIM Ae-ran.
Quatre histoires différentes, semblables à des pastels tels ceux de Miyabe Sachi, nous relatent le quotidien d'un chauffeur de taxi, en butte à l'indifférence de sa famille alors que sa femme se meurt , d'une employée de ménage dans un aéroport qui s'épuise au travail pour subvenir aux besoins de son fils incarcéré…. pour n'en citer que deux.
Les éditeurs Decrescenzo se font le porte parole de la littérature coréenne en France.
Ils publient une revue sur internet, et depuis récemment en format papier, qui fait état des dernières nouveautés en la matière. KEULMADANG est le titre de cette revue qu'il faut à tout prix lire ou se procurer. C'est un ouvrage très complet, riche en entretiens et rencontres.
Du superbe travail par des passionnés qui mérite de trouver un public curieux et ami de cette Corée lointaine et proche à la fois par le regard qu'elle porte sur elle-même.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
RebelleReaderRebelleReader   14 juin 2016
Les narines frémissantes, j'aspirai cet air saturé d'énergie. Le gaz des voitures pénétra dans mes poumons. Mais mon cœur se gonfla comme un champ de printemps sous la caresse d'une onde moite et odorante.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : microfictionsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
156 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre