AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Yeong-hee Lim (Traducteur)Françoise Nagel (Traducteur)
EAN : 9782809700817
493 pages
Editions Philippe Picquier (22/01/2009)
4.1/5   24 notes
Résumé :
Fleur noire raconte l'histoire vraie de 1033 Coréens partis émigrer au Mexique au début du vingtième siècle. Paysans, chasseurs de baleines, soldats, chamans, eunuques, voleurs à la tire ou nobles de sang royal, tous fuient leur pays envahi par le Japon. Vendus à leur insu à des propriétaires terriens pour travailler sur des plantations de sisal, ils doivent s'adapter à des conditions de vie effroyables sur une terre hostile. Quarante-quatre d'entre eux s'enfoncent ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Osmanthe
  10 février 2019
Le titre énigmatique de ce roman fait référence à la floraison, très rare, du sisal, une plante dont l'exploitation a fait la fortune des propriétaires terriens du Mexique au début du siècle dernier. le livre retrace de manière romancée une histoire vraie qui a laissé peu de traces matérielles, et donc fort méconnue. Nous sommes en 1905, au départ d'une Corée envahie par les japonais et qui s'apprête, pour un temps, à disparaître. 1 033 coréens vont fuir le pays, pour une destination ultramarine lointaine, le Mexique, où ils pensent, mais sans trop savoir finalement, travailler dans des plantations contre une rémunération décente. Tout une société est reconstituée, il y a beaucoup de paysans, des militaires, des religieux, des nobles, des colporteurs et des voleurs ! Mais le voyage en bateau dure des semaines, dans des conditions d'hygiène déplorables, et dans la promiscuité. La hiérarchie sociale est abolie, au grand dam d'un membre de la famille impériale coréenne, dont justement la fille, Yeon-su, d'une grande beauté, va croiser le regard d'un jeune homme de rien, I-Jeon. C'est le coup de foudre et ils deviennent vite amants clandestins. Arrivés à destination, tous ces expatriés ne vont pas tarder à déchanter. Ils ont en fait été vendus pour travailler pendant quatre ans dans des haciendas à couper du sisal. La chaleur est étouffante, les feuilles de sisal sont coupantes, la rémunération est très maigre, ils sont battus. Répartis entre différentes haciendas, certains opportunistes cherchent à tirer leur épingle du jeu pour bénéficier de conditions avantageuses comme Kwon qui se fait interprète, Choi qui continue à voler ses compatriotes, pendant que le paksu, ce chamane bien dans la tradition ancestrale coréenne continuera à produire ses impressionnantes cérémonies. Les Mexicains catholiques n'apprécient pas, et ne croient même pas en la foi du prêtre catholique coréen Pak, trop proche du paksu pour ne pas être possédé par le démon. Mais les Coréens ont la peau dure, ils s'adaptent tant bien que mal, et mieux finalement que les Mayas eux aussi exploités. Des rébellions éclatent, matées dans la violence et plus rarement des négociations aboutissent avec des propriétaires qui sentent que les temps changent…C'est que la Révolution mexicaine zapatiste s'annonce…Au terme des quatre ans de contrat, les destins individuels sont très divers. Yeon-su a eu un enfant de I-Jeon, mais les deux amants ont été vite séparés. Pour tenter de s'en sortir dignement et protéger son fils, elle finira un temps par céder aux avances de Kwon, le roulera dans la farine, échouera à Véracruz, achetée par le tenancier d'un restaurant chinois, pendant qu'I-Jeon s'engage avec exaltation dans la fièvre révolutionnaire. Un autre coréen plus âgé, plus sage et plus aisé financièrement se rendra à Véracruz, et permettra à Yeon-su de récupérer son fils…
Au terme d'une sorte de rendez-vous manqué avec la femme qu'il n'a pas oublié, I-Jeon se lancera avec une poignée des coréens du début, dans une folle aventure jusqu'au boutiste, face à l'armée gouvernementale mexicaine, cherchant à créer un micro-état à Tikal, sur le site de la fameuse cité Maya.

Ce livre est un grand livre d'aventure, et comporte plusieurs personnages intéressants. Il y a du rythme, et beaucoup d'ingrédients de l'épopée historique sont là, on a l'histoire d'amour (avec interdits, séparations, rivaux…), dans un contexte de mutations économiques et sociales, puis de guerre. L'histoire, fondée sur des faits réels est passionnante, d'autant qu'elle m'était absolument inconnue. L'écriture est vive, et incontestablement de qualité, les dialogues sont réussis, il y a des retournements de situation et des surprises. L'auteur a procédé à un remarquable travail de recherches historiques, son érudition est impressionnante sur l'histoire du Mexique à cette époque, sur la compréhension des influences extérieures, anglaises, françaises, notamment. Il prend soin très régulièrement tout au long du roman de rappeler ce contexte historique. Peut-être trop. Car si c'est globalement précieux et salutaire, j'ai parfois trouvé quelques longueurs qui cassent un peu le rythme. Je me suis surpris à sauter quelques pages exposant les luttes entre les figures légitimistes et révolutionnaires du Mexique d'alors, qui auraient peut-être été mieux employées à nous dépeindre davantage les pensées et caractères de nos héros, très peu traités. D'un côté, cela aurait ralentit le rythme et cassé ce souffle épique.
C'est pour moi un très bon livre de cet auteur majeur de la littérature coréenne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          423
BidouilleB
  30 janvier 2014
Début XXè: la Corée étouffe sous le poids d'un Japon ambitieux et conquérant. Alors que le pouvoir s'étiole, la société semble se figer, laissant peu d'espoir quant à l'avancement économique et social auquel chacun aspire. Heureusement, la toute naissante mondialisation à besoin de bras! Les comptoirs promettent fortune et gloire aux volontaires pour un contrat de quatre ans au Mexique.
Ils sont 1033 à s'embarquer pour l'inconnu. Avec famille ou sans attache, par goût où par fuite... chacun à ses secrets, chacun porte le poids de sa culture et de son éducation.
Mais voilà, le pays de Cocagne est un enfer, entre la chaleur, le travail harassant et les privations, les émigrés coréens comprennent vite le jeu de dupes: jamais ils ne s'enrichiront, jamais ils ne rentreront chez eux.
Richement documenté, le texte de Kim Youn- Ha est une mine d'information. le thème choisi, l'émigration massive des populations asiatiques en tant que main d'oeuvre bon marché, lui permet d'aborder à la fois la culture coréenne (religion, hiérarchie, histoire...) et sa place dans l'échiquier mondial. le choc des cultures, les manoeuvres politiques, l'histoire du Mexique, ce roman brasse large mais jamais on ne s'y perd. Les personnages sont attachants. Ils sont le fil conducteur qui vous tient jusqu'à la dernière page. Kim Young-Ha réussit à faire d'un roman fleuve très riche, une promenade de santé entre Histoire et histoires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
blandine5674
  14 avril 2016
Début 1900. 1033 coréens partent émigrer au Mexique pour fuir leur pays envahit par le Japon. Nous les accompagnons durant leur traversée de trois mois en bateau en faisant leur connaissance. A leur débarquement leurs rêves deviendront vite un cauchemar, puisqu'ils devront travailler quatre ans dans les plantations selon le contrat. Nous suivons le destin de personnages attachants divers : nobles, paysans, voleurs. Il faut aimer le côté historique et ne pas se perdre dans tous ces noms qui nous résonnent pareil aux oreilles. Rien à voir avec Ma mémoire assassine qui m'avait subjugué par son originalité. Intéressant.
Commenter  J’apprécie          62
PierreWJ
  01 janvier 2008
Roman décrivant l'épopée de coréens venus au Mexique au début du XXe siècle, pour échapper à la déliquescence de leur pays sous l'invasion japonaise. Embauchés sous contrat dans des plantations de henequen du Yucatan, ils connaitront des destins différents, mais souvent tragiques, profondément liés aux vicissitudes de leur époque.
Un bel ouvrage épique.
Commenter  J’apprécie          40
Lybertaire
  22 juillet 2016
L'histoire vraie des 1033 Coréens qui sont partis cultiver le sisal au Mexique en 1904. Croyant faire fortune, ils sont réduits en esclavage.
[...] Fleur noire, roman polyphonique, historique et passionnant, raconte l'émigration de 1033 Coréens au Mexique, et plus précisément au Yucatan, le pays des mayas. Dans les exploitations de sisal où les conditions de vie sont pénibles, les Coréens réduits en esclavage s'adaptent au climat et mêlent leurs coutumes à celles des mayas. Les classes sociales coréennes et les valeurs confucéennes sont balayées ; les fanatiques propriétaires des haciendas forcent les émigrés à renoncer à leurs rites et à se convertir au christianisme.
[...] À travers un orphelin autodidacte, une jeune noble, un voleur cupide, d'anciens militaires de carrière et quelques autres personnages inspirés, Kim Young-ha montre la diversité des réactions face au changement, aux souffrances, au climat, aux coutumes, à la destinée. Il souligne combien l'être humain s'adapte à toutes les situations, et prend parti de son environnement. Voilà comment 1000 Coréens ont été pris dans l'histoire du Mexique et ont fait naître une diaspora pour le moins insolite. Et c'est passionnant !
L'article entier sur Bibliolingus.fr :
http://www.bibliolingus.fr/fleur-noire-kim-young-ha-a126448594
Lien : http://www.bibliolingus.fr/f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
OsmantheOsmanthe   09 février 2019
Alors que les grandes puissances du monde se disputaient férocement le destin de l'Asie de l'Est, les mille trente-trois Coréens embarqués sur l'Ilford, ignorant de la situation internationale, rêvaient au Mexique.
Un jour d'avril où un vent printanier venu du sud de la Chine soufflait sur le pont, l'Ilford leva l'ancre à grand bruit. On avait enfin délivré les mille trente-trois passeports. John Myers, après avoir échoué à obtenir la collaboration de M. Gordon, était allé voir Collin de Plancy, représentant officiel de la France, pour lui demander d'intervenir auprès du gouvernement impérial de Corée. A l'époque, la Corée n'avait encore établi aucune relation diplomatique avec le Mexique. Elle avait fondé le Suminwon, un organisme chargé de l'émigration à Hawaï, mais celui-ci, ayant interdit toute émigration avec contrat de travail forcé, considérait la requête de John Myers comme illégale et indigne. Néanmoins, grâce aux efforts de Collin de Plancy, les passeports furent octroyés et les mille trente-trois Coréens appareillèrent enfin pour le Mexique, où aucun diplomate ni résident coréen ne les accueillerait. C'était le 4 avril 1905.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
OsmantheOsmanthe   10 février 2019
Yeon-su hantait toujours l'esprit de I-jeong. Une nuit, il se décida enfin à écrire une lettre à Jeong-hun :
"Je me trouve maintenant, avec une trentaine de nos compatriotes, à Tikal au Guatemala. Nous avons fondé un petit pays que nous avons baptisé Sindaehan. Dans cette jungle, la nourriture et l'eau sont abondantes et nous ne manquons de rien. Il fait plus chaud au Yucatan, mais il pleut beaucoup. Ici, personne n'exploite personne. Nous dormons avec nos fusils dans les bras, mais notre coeur est en paix. Fais savoir à ta femme que je vais bien, que je suis en bonne santé. Que je souhaite de tout coeur qu'elle vive heureuse avec toi. N'oublie pas de le lui dire, je t'en prie."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
OsmantheOsmanthe   09 février 2019
Les Coréens s'armèrent de machettes et de pierres. En voyant leur air menaçant, les surveillants à cheval qui avançaient vers eux déguerpirent. Tous ensemble, hommes, femmes et enfants, se dirigèrent au pas de course vers l'entrepôt où le paksu était enfermé. Des pierres volèrent. Des fenêtres furent cassées. Les gardes, effrayés, décampèrent. Une poignée d'hommes se précipitèrent pour ouvrir la porte. Le chaman, enchaîna, s'était endormi. Lorsqu'on le réveilla, il regarda ses compatriotes, les yeux hagards, l'ai innocent de celui qui n'est au courant de rien. Son corps ni, couvert de zébrures sanguinolentes, ressemblait à celui d'un petit sanglier au pelage rayé pris au piège.
Leur premier objectif atteint, le moral des émeutiers remonta d'un cran. Les mauvais génies libérés de leur lampe se mirent alors en quête d'une victime.
- A bas les surveillants ! cria un homme.
Ils se ruèrent vers la maison en brique de Joaquin, située près de la résidence du planteur, et la bombardèrent de pierres. Plusieurs dizaines de projectiles brisèrent les fenêtres avec fracas. Le surveillant, connu pour sa cruauté, barricada toutes les ouvertures et résista à l'assaut. Il avait beau être le plus violent et le plus irascible des surveillants, ce n'était qu'un tout jeune homme d'à peine vingt ans. Comme les pierres continuaient à pleuvoir, il retint son souffle, paniqué.
- Il est peut-être armé ! lança quelqu'un.
La peur s'empara des hommes, renforçant encore leur agressivité. Pour masquer leur crainte, ils redoublèrent de violence jusqu'à en perdre toute raison. Deux ou trois jeunes se jetèrent sur la porte d'entrée et se mirent à donner des coups de pied en hurlant :
- Fumier ! Sors de là !
Mais l'épaisse porte ne céda pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
OsmantheOsmanthe   09 février 2019
Les contrats arrivèrent à échéance. Mais aucun Coréen ne retourna dans son pays. Tel était le sort de ceux qui ne possédaient pas de terre. Chacun avait ses raisons de ne pas rentrer. Certains n'avaient pas de quoi payer la traversée, d'autres s'étaient mariés avec des femmes mayas, d'autres encore pensaient qu'ils n'auraient aucun moyen de subsister une fois chez eux. Les uns après les autres, les Coréens s'installèrent définitivement au Yucatan.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
blandine5674blandine5674   13 avril 2016
Seuls les propriétaires se remplissent les poches. Le reste du peuple trime et crève de faim. Même les natifs du pays vivent mal. Alors nous, les étrangers… Nous n’avons aucune chance de nous en sortir. Nous avons débarqué dans un pays qui n’avait rien à voir avec nos rêves.
Commenter  J’apprécie          80

autres livres classés : coréeVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox