AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782846792219
357 pages
Éditeur : Ginkgo (07/05/2013)

Note moyenne : 4.23/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Un trentenaire, après des années de formation et de tentatives, trouve enfin un emploi auprès d'un laboratoire public. L'unique tâche qui lui est confiée étant de vérifier le matériel livré chaque matin…

Ses journées se passent ainsi, entre l'ennui et la contemplation du vide. Il s’aperçoit vite qu’il n’est pas le seul à ne rien faire : ses collègues, ses supérieurs, passent leur temps à bricoler des maquettes de navires dissimulées sous le bureau, à ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
nilebeh
  11 février 2015
Bienvenue en absurdie !
Que peut – on faire quand on n'a rien à faire ? Notre héros, Gong, jeune Coréen employé à une tâche subalterne dans un établissement de santé qui ne l'occupe qu'une demi-heure chaque matin, se pose cette question. Homme honnête et aux valeurs sûres, il ne comprend pas pourquoi on lui verserait un salaire à temps plein( 8h-18h, la pointeuse en atteste + quelques heures supplémentaires le samedi) pour à peine une demi-heure de travail quotidien.
«Qu'est-ce que je peux faire ? J'sais pas quoi faire » : lui aussi (comme Anna Karina dans Godard) pourrait le dire et pour s'occuper il va aux archives et passe une semaine à chercher le code du cadenas qui ferme le placard n°13. Et les textes qu'il y découvre sont ahurissants, compte-rendus d'entretiens avec des « symptomatiques » (interrogez votre médecin, cela n'existe pas) : les hibernautes qui s'endorment pour 172 jours (à ne pas confondre avec les animaux qui hibernent, graisse emmagasinée et réveil laborieux:non, eux se réveillent frais comme des gardons avec la ligne ad hoc), la demoiselle qui élève, en silence, un lézard- gecko sous sa langue, jusqu'à ce que l'animal remplace l'organe), le monsieur qui adore voir un ginkgo pousser au bout de son doigt (vous savez qu'il peut monter à plusieurs dizaines de mètres de haut?), un autre qui se rencontre et tombe follement amoureux de lui, un hermaphrodite d'un nouveau genre etc...
Mais notre héros a été filmé aux archives et le voilà convoqué par le redoutable docteur Kwon qui lui met marché en main : la prison ou le service de ménage de son labo. Progressivement, Gong remplace le docteur et se doit d'écouter des patients délirants. L'un veut devenir chat pour être aimé de sa dulcinée qui se passionne pour ses félins mais ne le regarde pas. L'autre est un « sauteur de temps » qui perd la conscience de temps plus ou moins longs de sa vie, un autre encore participe à un exercice d'évacuation en cas de bombardement et découvre, ahuri et horrifié, que son tour, en tant que soldat blessé, arrive après les matériels et les documents secrets : progressivement se dessine un futur où l'homme devient accessoire, plus seul et plus désespéré que jamais. Mutant aussi.
Cette vision sombre de notre société s'éclaire parfois d'un moment d'humour , noir en général.
La déshumanisation est en marche. Goya, au secours ! Rien n'a changé depuis tes Caprices .
Livre dérangeant, plein d'imagination, un peu long cependant. A vouloir trop dénoncer et démontrer, je crains qu'on n'affaiblisse le propos.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
chocobogirl
  10 novembre 2013
Le narrateur vient enfin de trouver un emploi. Il est désormais employé à l'Institut mais sa fonction consiste en bien peu de choses : vérifier quelques livraisons matinales. Un travail qui n'occupe notre homme que peu de temps et le laisse totalement désoeuvré. Ses collègues, aussi ennuyés que lui, s'occupent à quelque passe-temps et s'insurgent contre les desiderata de cet employé qui s'étonne d'être payé à ne rien faire.
A force de contempler le vide, il finit par déambuler dans les bureaux et se retrouve un jour devant le placard n°13 qui se trouve être le seul cadenassé. Intrigué et en mal d'occupation, l'employé va y revenir tous les jours essayer toutes les combinaisons. Quand le code est enfin trouvé, il découvre à l'intérieur des dossiers confidentiels sur des « symptomatiques », des personnes souffrant de mutations, de changement, de capacités inexpliqués. Il y a le cas d'un homme au doigt duquel pousse un ginkgo, il y a ceux qui se nourrissent d'acier, des sauteurs de temps, des narcoleptiques, …etc. le narrateur dévore les dossiers, jusqu'à ce qu'il soit surpris par le docteur Kwon, responsable du placard…
Le placard est un livre inclassable qui peine à se résumer. Entre absurde et fantastique, cette histoire mélange des situations surréalistes tout en ménageant des passerelles vers le réel et la société contemporaine.
Tout tourne autour de ce fameux placard 13 et des cas symptomatiques qu'elle contient. le Dr Kwon va désormais charger le narrateur d'être son assistant dans la gestion de ces dossiers. Bon gré, mal gré, ce dernier doit désormais apprendre toutes les spécificités de chaque patient et surtout assurer une permanence téléphonique à la fois professionnelle et psychologique, qui l'oblige à s'impliquer dans les vies de chacun. Au final, c'est un inventaire varié de cas non élucidés qui s'épanouit sous nos yeux et on se plaît à découvrir les idées farfelus de mutations qui touchent une poignée de personnes. Ces êtres prennent tantôt avec philosophie leur anomalie, tantôt s'en effraient. Hiberner plusieurs mois de l'année ou faire des sauts temporels qui fractionnent la mémoire ne sont pas des plus faciles à vivre et le narrateur est là pour les rassurer. Mais bientôt l'histoire se complique quand l'Entreprise cherche à lui extorquer ces dossiers. S'interrogeant sur les raisons de ces pressions, le narrateur en vient à la source de ces mutations : sont-elles naturelles ou issues d'expériences scientifiques ?
Voilà un roman qui ne manque pas d'imagination et d'originalité ! Pourtant derrière une apparence rocambolesque et absurde, l'auteur dresse un portrait doux-amère de la société coréenne. Il pointe du doigt tout d'abord l'administration et sa multitude d'employés inutiles coincés dans une hiérarchie rigide, obligés de suivre le groupe et une norme imposée bien que totalement absurde. Ensuite, il se penche de manière plus subtile mais profonde sur les dérèglements du monde. A travers les cas de ces symptomatiques qui sortent de la norme, il s'interroge sur l'avenir de l'humanité, son rapport à la nature ou à la science.
Le constat se fait plutôt désenchanté : difficulté à communiquer, déshumanisation, solitude, asservissement. le malaise transparaît. Pourquoi telle et telle mutations se sont faites jour ? Ne sont-elles pas les symptômes d'un mal-être, d'un dérèglement humain créé par la société même. Une aliénation qui, inconsciemment, développe chez certains humains d'étonnantes variétés. Niés par la société qui les a fait naître, sont-ils des anormaux à faire disparaître ou sont-ils les derniers représentants d'une humanité perdue ?
Un constat inquiétant donc mais que l'auteur réussit à mettre en scène avec une langue colorée, riche en ironie. Usant d'un franc-parler qui convie le lecteur à une certaine intimité, Kim Un-Su manie avec habileté les mots pour dénoncer tout en divertissant.
Roman décalé, le placard déconcertera certainement ses lecteurs dans un premier temps. N'hésitez pas à vous laisser entraîner dans cet univers loufoque qui en dit bien plus que ce qu'il laisse paraître.
Lien : http://grenieralivres.fr/201..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
keisha
  27 juin 2013
Le narrateur travaille dans un Institut de Séoul, enfin, quand on dit travaille, précisons : il n'a pas grand chose à faire, et s'ennuie mortellement. Jusqu'au jour où il se souvient qu'il est officiellement Assistant du Responsable de la Sécurité des placards d'archives, et découvre qu'un seul, le numéro 13, est muni d'un cadenas. Qu'il lui faut bien sûr ouvrir! Il y découvre des dossiers sur des "symptomatiques", à savoir des personnes souffrant de divers désordres ou mutations, précurseurs d'un homme futur, d'une nouvelle espèce? Ou fruit d'expériences?
La majeure partie du roman présente une grande variété de cas, de l'homme voulant devenir un chat, à ceux se nourrissant de verre, acier, papier, pétrole, ..., en passant par celui voyant un ginkgo pousser au bout de son doigt, des sauteurs de temps ou de torporers. L'imagination de l'auteur n'a guère de limites, et son style vivant doté d'un humour subtil fait passer ces histoires incroyables.
Parallèlement, la vie continue, avec ses collègues et supérieurs hiérarchiques, jusqu'au jour où son responsable direct tombe malade et désire lui léguer ce placard numéro 13. Une mystérieuse entreprise s'attaque alors au narrateur, pensant qu'il détient un document important. Là on bascule dans des scènes à vous donner le frisson.
Bizarre, bizarre, n'est-ce pas? L'absurde règne dans ce roman, qui se lit quasiment d'une traite, même si parfois on désirerait ne plus découvrir de nouveaux cas de symptomatiques. Mais c'est tellement bien raconté qu'on marche sans réfléchir! Tout de même, ce roman inclassable - qui n'oublie pas de présenter une société coréenne réelle et crédible- laisse une impression de malaise inquiétant. Une découverte!
Lien : http://enlisantenvoyageant.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
nathalie_MarketMarcel
  18 juin 2013
Un livre bien étrange, qui laisse un goût angoissant dans la bouche.
Le livre me laisse une drôle d'impression, due sans doute à sa maîtrise. L'auteur représente une société où chaque individu est isolé et ne peut communiquer avec les autres. Finalement, que l'on ait ou non une anomalie, il reste le Placard pour raconter sa vie. le climat angoissant est contrebalancé par un style assez humoristique, mettant en avant le côté loufoque et absurde de la tâche du narrateur. C'est donc très réussi, il faut dire que la plupart des personnages sont attachants avec leurs bizarreries les plus diverses.
Mon bémol concerne le fil narratif, qui me semble un peu faible. Bien sûr, on frôle le catalogue ou le défilé de personnages. le prétexte narratif final me paraît d'autant plus artificiel. Mais il s'agit d'une lecture aisée, les anecdotes absurdes alternent avec les réflexions. Cela tient aussi à la capacité du narrateur, pourtant ordinaire, à s'adapter à ses interlocuteurs et à être touché par leurs difficultés, à se désoler de ne pouvoir les aider. L'apparente froideur de l'écriture n'est pas dépourvu d'ironie, ou d'intonations critique sociale, et préfère les petites gens perdus à ceux qui affiche leur domination.
Un roman sur la solitude de l'individu dans le monde contemporain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MissMymoo
  05 juillet 2013
Une succession d'anecdotes plus délirantes les unes que les autres, qui nous poussent toutefois à nous interroger sur le sens de la vie et l'attention qu'on lui porte.
Lien : http://unjourunlivre.blogspo..
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel   18 juin 2013
À la cantine
L’homme doit dénoncer l’absurdité du monde et lutter contre, certes, mais quand on est un mâle, n’est-ce pas plus digne de lutter pour quelque chose de plus… valorisant ? Ça fait pas hypernoble de se révolter à cause des légumes servis à la cantine, c’est carrément mesquin, à la limite. Délicat d’en faire La Grande Cause. Donc, pour lutter contre quelque chose de valable, autant laisser passer courageusement ce genre de futilités et manger leurs plats les yeux fermés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel   18 juin 2013
« Il y a deux sortes de vie : celle avec un journal intime et celle sans. Cette différence est décisive pour toutes les choses de la vie, exactement comme la différence entre un pays qui possède une Histoire et un autre qui en est dépourvu. Dis-moi, Susan, quelle vie choisis-tu ? »
Susan Bring a pris la vie avec le journal plus option : la vie avec le journal et ses légères corrections.
Commenter  J’apprécie          10
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel   18 juin 2013
La pleine lune est assez copieuse mais elle a moins de goût. Si on veut vraiment découvrir le goût de la lune, rien ne vaut le croissant. Il n’y a pas grand-chose à manger, mais quand vous croquez dedans, vous pouvez savourer son véritable goût.
- Quand vous mangez du clair au lune, vous y ajoutez du sel ou du poivre ?
- C’est une super idée ! Je vais essayer cette nuit.
Commenter  J’apprécie          10
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel   18 juin 2013
J’ai tenu une semaine avec une carotte. Encore que c’était plutôt par curiosité, je m’étais demandé quelle différence il y avait entre une carotte et une gomme.
- Et vous préférez quoi ?
- La gomme, quelle question !
Commenter  J’apprécie          10
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel   18 juin 2013
Les malheurs n’arrivent pas en forme de remboursement mensuel. Ils arrivent toujours en somme brute. C’est pour ça que c’est difficile de les gérer.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Un-su Kim (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Un-su Kim
La Petite Librairie, c'est tous les quinze jours ! Vos libraires Gérard Collard et Thomas Raymond vous présentent leurs dernières pépites littéraires. Ils sont accompagnés de chroniqueurs : Jacqueline Pétroz, Didier Debroux, Mélanie Cheymol ou encore Jean-Edgar Casel ! Un programme qui vous réservera des surprises et des rencontres exclusives ! A NE PAS MANQUER !!!!!!! • • Journal intégral - 1815-1818 de Gaspard Gourgaud et Jacques Macé aux éditions Perrin https://www.lagriffenoire.com/1031168-encyclopedie-journal-integral---la-bibliotheque-de-sainte-helene.html • Les premières enquêtes de Lizzie Martin de Patricia Ann Granger et Delphine Rivet aux éditions 10-18 https://www.lagriffenoire.com/1019626-nouveautes-polar-les-premieres-enquetes-de-lizzie-martin.html • Sang chaud de Kim Un-Su aux éditions Matin Calme https://www.lagriffenoire.com/1030156-nouveautes-polar-sang-chaud.html • La femme révélée de Gaëlle Nohant aux éditions Grasset https://www.lagriffenoire.com/1029111-divers-litterature-la-femme-revelee.html • 18.3: Une année à la PJ de Pauline Guéna aux éditions Denoël https://www.lagriffenoire.com/1029494-livres-politiques-183-----une-annee-a-la-pj.html • Rituels de Philippe Charlier aux éditions du Cerf https://www.lagriffenoire.com/1032145-divers-voyage-rituels.html • Aldobrando de Cretonne & Gipi aux éditions Casterman https://www.lagriffenoire.com/1030784-achat-bd-aldobrando.html • Wild West - tome 1 - Calamity Jane de Thierry Gloris et Lamontagne Jacques aux éditions Dupuis https://www.lagriffenoire.com/1031949-achat-bd-wild-west-t1-----calamity-jane.html • La maison de l'abbaye de Jean d'Aillon aux éditions 10-18 https://www.lagriffenoire.com/1028948-nouveautes-polar-la-maison-de-l-abbaye.html • La Dictatrice de Diane Ducret aux éditions Flammarion https://www.lagriffenoire.com/1031487-divers-litterature-la-dictatrice.html • La Citadelle de Archibald Joseph Cronin aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/1017369-divers-litterature-la-citadelle.html • Les Magnolias de Florent Oiseau aux éditions Allary https://www.lagriffenoire.com/1028896-divers-litterature-les-magnolias.html • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #lapetitelibrairie #conseillecture #editionsmatincalme #editionsgrasset #editionsdenoel #editionsducerf #editionscasterman #editionsdupuis #editions1018 #editionsflammarion #editionslivredepoche #editionsallary
+ Lire la suite
autres livres classés : coréeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
179 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre