AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Frédéric Kinder (Autre) Borris (Autre)
EAN : 9782749309323
104 pages
Glénat (11/05/2022)
3.79/5   49 notes
Résumé :
Le secret de son dernier reportage.

Quand, en décembre 1931, Albert Londres embarque pour la Chine, nul ne sait vraiment ce qu’il part y faire. Aucun journal ne l’y a envoyé et ses concurrents se demandent ce qu’il va bien pouvoir rapporter comme scoop alors que Shanghai est au cœur du conflit sino-japonais. Après ses reportages qui ont fait grand bruit sur le bagne de Cayenne, sur la traite des Blanches en Argentine ou sur le traitement indigne des i... >Voir plus
Que lire après Albert Londres doit disparaîtreVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
3,79

sur 49 notes
5
5 avis
4
9 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis
Le métier de reporter n'est sans doute pas le boulot le plus facile au monde. On peut mourir quand on informe bien les gens. C'est ce qui est malheureusement arrivé à l'un des plus grands reporters français à savoir Albert Londres dans les années 30. Voici une BD qui lui rend hommage tout en nous présentant les enjeux géopolitiques du moment ce que j'ai bien apprécié.

Depuis 1914, ce reporter d'exception a couvert les principaux événements de ce début de siècle un peu agité. Il a été par exemple le premier français au coeur de la Russie des soviets. C'est surtout son article sur le bagne de Cayenne qui a eu le plus d'impact puisque cela a abouti à sa fermeture. Il a également dénoncé le traitement indigne des malades dans les hôpitaux psychiatriques. Par ailleurs, il est devenu également un spécialiste de la Chine.

C'est justement en Chine que le conduit sa dernière enquête en décembre 1931 qui va lui révéler un des plus grand scandale de toute la République. En effet, des politiciens corrompus ainsi que des hauts militaires se servent du trafic d'opium pour livrer des armes aux factions communistes qui luttent contre le Général Tchang Kaï-Check qui a déjà fort à faire avec l'occupant japonais. On connaît son destin puisqu'il sera contraint de s'exiler à Taïwan qui bénéficie encore aujourd'hui d'un statut très particulier.

Cette BD nous retrace les derniers moments de ce reporter qui va payer sa découverte du scandale au prix de sa vie, assassiné dans des conditions assez mystérieuses qui donnent lieu à toutes les interprétations possibles d'où cette version un peu romancée. Sa disparition en mer lors d'un retour en Chine a, en effet, beaucoup interrogé. Les écrits de son reportage brûlent également dans l'incendie du navire provoqué par un sabotage.

Il faut savoir qu'Albert Londres a donné son nom au prix récompensant chaque année en France un reportage de qualité et qui reste une véritable référence dans le journalisme d'investigation. J'ai bien aimé cette BD qui lui rend vraiment hommage et qui inspire des vocations à travers le monde pour que la vérité soit découverte même au dépend des puissants.
Commenter  J’apprécie          591
A partir du 21 septembre 1914, Albert Londres se fait une solide réputation avec son article sur la cathédrale de Reims brûlée par les Allemands. Il va mener des enquêtes qui vont faire date un peu partout dans le monde, mais aussi en France.
Au cours de son séjour en Chine en 1923, il fait la connaissance de monsieur Pou qui est son interprète sur place.

Décembre 1931.
Albert Londres reçoit un télégramme bien inquiétant envoyé par monsieur Pou qui laisse entendre qu'une affaire très grave se déroule en Chine… Et il n'entend pas par là le conflit sino-japonais… Sa curiosité étant piquée au vif et voulant terminer sa carrière par un dernier reportage sensationnel, Albert s'embarque sur un bateau. Un journaliste politique d'un journal au bord de la faillite est chargé de le suivre à la trace et de découvrir ce qui le conduit dans cette Chine en guerre contre le Japon. Connaissant la réputation d'honnête homme d'Albert Londres y aurait-en France des gens très bien placés qui craindraient de se trouver empêtrés dans un scandale pas joli-joli ?

Critique :

Ce roman graphique repose en grande partie sur le livre de Pierre Assouline « Albert Londres, vie et mort d'un grand reporter 1884-1932 ». L'histoire de cette dernière enquête d'Albert Londres se prête à merveille aux thèses d'un grand complot car pas une bribe des articles du grand journaliste ne nous est parvenue. Albert Londres va périr dans le naufrage du paquebot Georges Philippar, un paquebot moderne et luxueux (pour ceux qui étaient en Première Classe). La thèse officielle fut celle d'un court-circuit électrique qui provoqua l'incendie du bateau qui était construit en grande partie en bois. Albert Londres ne fera pas partie des survivants… Plus étonnant, il avait confié à un couple d'amis, Alfred et Suzanne Lang-Willar des parties entières de ses articles, et… Ne divulgâchons point l'histoire !
Si la thèse de l'accident est tout-à-fait vraisemblable, les événements se prêtent parfaitement à une disparition orchestrée d'un journaliste parti en Chine sans en avoir donné le motif à personne, pas même à sa fille, et sans y avoir été envoyé par aucun journal. Comme la Chine en 1932 était au centre d'un tas de trafics qui rapportaient des fortunes à ceux qui les organisaient, il est tout-à-fait possible qu'on ait voulu faire disparaître le trop curieux journaliste qui a passé plusieurs mois sur place, voyageant un peu partout et disparaissant même pendant un mois.

Voilà une bande dessinée historique où les auteurs prennent clairement position pour susciter l'intérêt du lecteur, alors que d'autres auteurs ont défendu la thèse de l'accident. Allez savoir !
Il nous reste une bande dessinée très bien construite et pleine de suspense.
Commenter  J’apprécie          374
Albert Londres, ce nom te dit forcément quelque chose. Il y a 90 ans tout juste, ce journaliste disparaissait dans d'étranges circonstances… L'occasion de se plonger dans ce très bel album qui vient tout juste de sortir chez Glénat.

Frédéric Kinder propose un scénario qui relate le dernier voyage d'Albert Londres vers la Chine. Un voyage dont les motivations restent mystérieuses… le récit nous donne des réponses, le parti-pris est intéressant, il est le fruit de recherches sérieuses appuyées par un cahier documentaire riche en fin d'album.

Borris propose un trait que l'on reconnait immédiatement si on a lu « Charogne » son précédent album primé à Cognac et à Lyon. Personnellement je suis fan. le dessin semi-réaliste est très réussi, le trait est précis et on comprend que le travail de recherches a été immense. Les personnages sont très réussis, en particulier Albert Londres auquel on s'attache immédiatement. Mention aussi pour les splendides couleurs de Brice Follet. Des ambiances chaudes et vintages qui conviennent à merveille au récit et au dessin de Borris.

Un one-shot formidable à ne pas manquer, un personnage méconnu, un contexte et un mystère que j'ai pris plaisir à découvrir… Et une interview de Borris à lire sur ma page instagram pour en savoir plus sur cet album !
Commenter  J’apprécie          180
Sous le très joli trait de Borris, Frédéric Kinder s'empare du mystère de la disparition d'Albert Londres. Il faut dire que toutes les conditions sont réunies pour imaginer un complot visant à faire disparaître le brillant journaliste, visionnaire et lanceur d'alerte, dirait-on aujourd'hui : le fait qu'il ait voulu retourner en Chine sans dire pourquoi, le fait que son paquebot ait coulé à la suite d'un incident électrique (?) et qu'il ait fait partie des victimes alors que la majorité des passagers fut sauvée, la rumeur qu'il rapportait avec lui des documents "explosifs", et surtout, surtout... la tragique disparition dans un accident d'avion du couple d'amis qui l'accompagnait sur le Georges Philippar, et qu'un journal français voulait faire revenir en urgence d'Italie en affrétant un avion spécial. Avouons que cela fait pour le moins beaucoup de coïncidences et que tout bon auteur de fiction historique a immanquablement envie de s'y engouffrer !
L'ambiance écrasante qui règne à Shanghaï à cette époque, qui m'a rappelé Tintin et le Lotus bleu, avec l'occupation japonaise, la concession internationale, etc., est assez bien rendue.
Le scénario imaginé, assez tarabiscoté et improbable, ne m'a cependant pas entièrement convaincu, au contraire du style graphique de Borris.
Commenter  J’apprécie          110
J'ai entendu parler d'Albert Londres par le prix qui porte son nom. Ce nom qui a plus ou moins disparu dans mon "inconscient collectif". Un journaliste de la belle époque, et puis voilà !

C'est un peu court, jeune homme, s'écrierait Cyrano.

Et il aurait raison.

Kinder (sans surprise) et Borris vont faire vivre et revivre le mythe autour de la mort d'Albert Londres, mort dans l'incendie du paquebot Georges Philippar, alors qu'il revenait en France suite à un reportage en Chine. Cette Chine dans laquelle s'affrontait Chinois et Japonais, mais aussi Mao et Tchang Kaï-Check. Pour celles et ceux qui ont lu La Condition Humaine... cela rappellera quelque chose. Pour les autres, résumons: Mao unifie les forces communistes et Tchang s'oppose au Grand Timonier. C'est la grande marche. Les thèses habituellement défendues font état d'un soutien français à Mao, armes contre opium et vice versa.

Du pain béni pour Londres, journaliste d'investigation. C'est pourquoi la mort d'Albert Londres puis des personnes dépositaires de ses notes, peut prendre la dimension de mythe.

C'est haletant, rythmé, documenté et puissamment dessiné. Vraiment bien foutu, avec le carnet historique qui "va bien avec" en fin de BD.
Commenter  J’apprécie          72


critiques presse (4)
LigneClaire
31 août 2022
Une belle élégance graphique qui enlève l’action, la suite on sait au moins la fin mais pas la cause. Inédite et plausible. Un cahier documentaire conclue cet album bien tourné.
Lire la critique sur le site : LigneClaire
LeSoir
10 août 2022
«Albert Londres doit disparaître» met en scène les derniers jours de la vie du célèbre reporter français. Kinder et Borris en ont fait une intrigue sombre et passionnante.
Lire la critique sur le site : LeSoir
BDGest
27 juillet 2022
Prenant, mené tambour battant, Albert Londres doit disparaître offre une vision fictionnelle et romanesque de la fin d'une légende du journalisme. Les auteurs livrent ainsi une histoire crédible à défaut d'être véridique, mais l'essentiel est bien là : un album qui se lit d'une traite et donne envie de redécouvrir un homme hors norme
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario
09 mai 2022
Frédéric Kinder prend comme postulat de départ à son scénario les doutes qui planent encore aujourd’hui sur la mort du grand reporter Albert Londres, en 1932, dans le paquebot qui le ramenait de Chine en France, suivie de celles du couple Lang-Willar dans un accident d’avion, alors qu’ils ramenaient ses feuilles à Paris pour être publiées dans le quotidien Le journal, et contenaient potentiellement des révélations sur ce que le journaliste avait découvert en Chine.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Il est plus facile de se voir à l'autre bout du monde qu'à Paris.
Commenter  J’apprécie          210
Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort, il est de porter la plume dans la plaie
Commenter  J’apprécie          40
Notre métier n'est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort, il est de porter la plume dans la plaie.
Commenter  J’apprécie          30

Lire un extrait
autres livres classés : opiumVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus

Autres livres de Frédéric Kinder (1) Voir plus

Lecteurs (88) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2858 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..