AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

William Olivier Desmond (Traducteur)
ISBN : 2226182357
Éditeur : Albin Michel (30/11/-1)

Note moyenne : 3.63/5 (sur 301 notes)
Résumé :
Colosse au cerveau ramolli par les raclées paternelles, Clay Blaisdell, dit Blaze, enchaîne les casses miteux. Son meilleur pote, George, lui, est un vrai pro, avec un plan d'enfer pour gagner des millions de dollars : kidnapper le dernier né des Gerard, riches à crever. Le seul problème, c'est qu'avant de commettre le "crime du siècle", George s'est fait descendre. Mort. Enfin, peut-être...

Un suspense mené en quatrième vitesse, un vrai roman noir qu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (62) Voir plus Ajouter une critique
LanaTurner
  04 juin 2017
« Blaze plia ce sourire, le rangea dans un coin et le conserva des années».
JE SUIS,, touchée par ce personnage.
Parce-que ce genre de sourire, les « vrais », il n'en a pas connu beaucoup.
Oublié d'un père qui lui a volé sa vie en lui ôtant ses facultés d'un lancé.
Utilisé des autres sans être aimé ni accepté pour autant.
Rien de joli dans sa vie, mais celui-ci n'a jamais été mauvais.
Titre accrocheur pour un Roman court, dont le sujet est poignant.
Originale, grave, touchant par moment, et stressant à d'autre,...
Investissez-vous dans cette lecture, et laissez-vous porter.
L'histoire de Blaze, est une aventure partagée avec un beau bébé de six mois. Celui-la même qui a été kidnappé au sein d'une famille riche dans l'espoir, (pour son kidnappeur), d'obtenir une rançon qui lui permettrait de couler des jours heureux. Ce plan il ne l'a pas conçu, il n'est pas assez intelligent pour cela. Pas depuis l'incident de son enfance. Mais son défunt ami, lui, avait déjà tout planifié: ne restait qu'à suivre le plan.
Sauf que Blaze... il oublit toujours des détails, des petites choses.
Cependant, coups de chance ou coups d(LG)u sort, il parvient à enlever le petit. Et ainsi commence pour le lecteur, la montée d'adrénaline. Car s'il n'a pas une once de méchanceté en lui, il est à peine responsable de lui-même et le voila en charge d'un bébé! Un bambin qui sera, bien souvent livré à lui-même, et qui bien malheureusement: devra parfois en subir les conséquences.
J'ai été touchée premièrement par l'enfance de Blaze, et l'accident fatal qui lui a coûté, à mes yeux, toute sa personnalité. Je n'arrêtais pas de me repasser cette scène, le coeur serré des conséquences connues. Un petit garçon qui autrefois s'intéressait à la lecture, ouvert à la vie, intelligent qui a eu le malheur de grandir aux cotés des mauvaises personnes. Et de perdre une partie de lui.
Secundo, ce roman donne beaucoup de montées de stress quand à l'avenir du nourrisson. Il m'est arrivée de cesser de respirer, les yeux suivants les lignes, en attente du dénouement. Ce serait comme confier la responsabilité d'un bébé à un enfant de 8- 9 ans. Rendez-vous compte...
J'aurais adoré quelque passages supplémentaires entre Blaze et le petit. Des moments de qualité et non de pure pratique sur « comment changer un lange », ou « comment chauffer un biberon ». Toutefois, le roman reste assez complet. Un garçon parfait m'a dit qu'en réalité, ce roman, est le premier écrit par King, avant Carrie et je peux vous assurer qu'il ne contient aucune lourdeur.
Je le recommande.
Bonne lecture
LG
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          916
torrac
  08 juillet 2016
Quand t'es bercé du mauvais coté du mur, c'est pas bon pour tes neurones, pourtant, Blaze t'étais un beau bébé, plus de 4 kilos à ta naissance et, au début de ta scolarité t'étais plutôt doué.
Mais ton papa t'as trop cogné, beaucoup trop cogné, alors maintenant, t'es un vrai colosse mais aussi un vrai crétin avec un gros trou au milieu du front.
On te comprends,Blaze, la vie t'as pas gaté, les orphelinats et les maisons de correction, on fait mieux comme précepteur. T'as eu un premier pote gringalet et souffreteux mais futé: vous étiez bien complémentaire; ton pote, il aurait eu besoin du beau decolleté d'une belle infirmière dans un bel hosto au lieu des coups de fouets d'un directeur frustré et il est mort... trop vite.
Alors, t'as continué comme t'as pu: t'as un peu cogné, t'as un peu volé, t'as fait un peu de taule puis t'as rencontré Georges. Lui, il était vraiment pas con, il en a monté des combines que t'éxécutais sans tout comprendre et vous en avez ramassez du blé. Et puis Georges a eu une superbe idée : kidnapper un bébé d'une famille de riche, c'est vrai que ç'est une chouette idéé: un bébé, il pourra pas te dénoncer aprés que t'auras pris la rançon.
Georges t'as tout explique et puis il s'est fait planté dans une partie de poker qui a mal tourné.
Enfin tu sais qu'il est mort mais tu le vois encore souvent dans ta baraque et il parle beaucoup dans ta tête ,ça t'aide pour rafler le bébé mais y'a quand même beaucoup de moment où t'es seul et tu sais plus comment faire , Blaze, et tu te retrouves vraiment dans la merde. T'es mal barré, Blaze, t'es vraiment mal barré.
Ce roman m'a été chaudement recommandé par Karine Giebel herself. A première vue , la ressemblance entre l'univers de ce roman noir mais désabusé, distancié, beaucoup plus proche de Thompson que du noir implacable et angoissant de notre romancière française n'est pas évidente. Mais la fatalité, les mauvaix choix, l'incapacité à prendre le "bon chemin" et l'ineclutabilité du destin les rapprochent.
Vraiment un très bon roman noir du "King"
Mais ce n'est que mon humble avis
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          693
mickaela
  28 août 2013
Cela faisait bien longtemps que je n'avais lu de Stephen King... bien longtemps et trop longtemps c'est certain.
Son talent ne fait aucun doute et ce livre est un pur produit "king". Soyons clair même si ce n'est pas son meilleur livre, c' est un bon livre tout de même. L'écriture clair, limpide rend la lecture légère. c'est parfait.
L'histoire est celle de Blaze un gars ni bon, ni mauvais, un gars qui n'a pas eu de chance dans la vie, vraiment pas de chance. et qui n'en aura jamais.
Stephen King a l'art de nous tenir en haleine sur plus de 300 pages avec peu de personnages, une intrigue simple et beaucoup de monologues. C'est talentueux , vraiment talentueux.
Bon allez j'entame maintenant "dôme" roman 1 et j'espère y retrouver tout ce j'aime dans l'écriture de S.king.
Commenter  J’apprécie          300
Allantvers
  21 octobre 2015
Pourquoi il nous présente ce "Blaze" en rougissant comme un ado dont on aurait découvert les poèmes écrits sous le manteau, Stephen King? Il est très bien ce roman de jeunesse!
A 25/26 ans, c'est déjà formidable d'avoir un talent de conteur aussi prometteur et d'avoir compris comment on tient le lecteur en haleine: je te l'alpague en surface (le suspens) et en profondeur (les sentiments), et ça fonctionne plutôt bien.
J'ai adoré la préface dans laquelle King justifie d'avoir fini par publier en 2007 ce "fonds de tiroir"comme il l'appelle, car elle m'a emmenée vers encore plus d'empathie vers cet auteur que je ne connais que peu - quelques Bachman (Marche ou crève, Running Man), rien des horror books qui ont construits son mythe - et que la récente lecture jubilatoire de 23/11/63 m'a donné envie de mieux connaître : pas de doute cette fois-ci, ce bonhomme de King mérite l'attention.
"Blaze" n'est pas un chef d'oeuvre certes, mais c'est un bon roman noir, ou polar, ou roman psychologique ou tout ce que vous voudrez dans lequel on s'immerge d'emblée en double mode compassionnel (pauvre grand gentil balourd de Blaze, on sent que ça va mal finir ton histoire) et rationnel (trop balourd le Blaze, on voit bien que ça va mal finir son histoire).
Une histoire rythmée et même haletante sur la fin qui donne le mauvais rôle à des faibles (en l'occurrence un demi-idiot, un bébé et un mort), ça marche à tous les coups.
Trois bonnes grosses étoiles gorgées de sympathie pour ma part.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
LiliGalipette
  21 décembre 2014
George est un arnaqueur futé, toujours à l'affut d'un bon coup. Blaze est un géant à l'esprit plutôt lent. Ces deux-là font la paire, vivant d'escroqueries et de combines rarement légales. Et ils rêvent de leur grand coup. Mais voilà, George se fait descendre avant la mise en oeuvre du plan qui doit leur rapporter gros. Qu'à cela ne tienne, Blaze fera le coup tout seul. Tout seul ? Pas vraiment. « Maintenant George était mort et Blaze reproduisait la voix de George dans sa tête, lui donnant les bonnes répliques. » (p. 27) le fameux plan est assez simple : enlever le nourrisson des Gerard, richissime famille du Maine, et exiger une rançon colossale pour ensuite partir vivre à l'aise au soleil. Sans l'aide de George, Blaze l'attardé ne peut pas tout prévoir, même en faisant de son mieux. Et ce qu'il n'avait pas prévu, c'est que le bébé l'intéresserait bien plus que l'argent.
Référence et hommage non dissimulés au roman de Jon Steinbeck, Des souris et des hommes, ce texte de Stephen King exploite une combinaison de personnages qui a fait son chemin dans la littérature et sur les écrans : entre le petit George et le grand Blaze, il y a connivence, complétude, complémentarité et une once de comique de situation. Mais Blaze est avant tout un héros tragique : alors qu'il aurait pu être brillant, les corrections répétées de son père en ont fait un attardé, à la fois doux et inconscient de sa force. S'il choisit le mauvais chemin, ce n'est pas par méchanceté, c'est plutôt l'effet d'un malheureux hasard. Face à bébé Joe, Blaze révèle finalement sa véritable nature, celle d'un innocent aux mains pleines. Mais hélas pleines d'une progéniture qui n'est pas la sienne. Mené à un rythme effréné, ce texte particulièrement émouvant aborde avec finesse le thème des choses qui passent, sans rien laisser derrière elles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Citations et extraits (48) Voir plus Ajouter une citation
incortomincortom   05 août 2015
« QUAND KING S'EN PREND AU HOLD UP ET AU KIDNAPPING, SA VISION »

Le suspense est très bien mené, comme dans des films d'actions ou policier. Ce livre – Blaze – (dont plus tard, je ferai une analyse des personnages) narre l'histoire d'un kidnapping d'enfant assez spécial. L'auteur nous donne beaucoup de caractéristiques du personnage principal. L'intrigue nous plonge dans un univers particulier, froid, glacial et plein de mystère. A lire pour les amateurs de Stephen King.

Le personnage principal, Blaze, doit kidnapper un bébé, sans son partenaire... Notons que le nom du héros fait penser à un valet car il est décrit comme étant « bête » mais intelligent. Tout au long du roman, le héros – et le kidnappeur – commet plusieurs erreurs car son passé est troublant, mais très intéressant. Je vous parle d'un valet car le nom rappelle celui de la pièce de théâtre Ruy Blas, « Blaze » étant peut-être une référence à V. Hugo. D'autre part, le nom rappelle un des protagonistes principaux dans la Folie des Grandeurs de Gérard Oury (1971) avec De Funès et Yves Montand (rôle de Blaze). Remarquons aussi que le héros doit tout à George étant donné que c'est lui qui a eu l'idée de monter le kidnapping, et qui est un des autres personnages principaux de l'histoire. Dans le roman, George et Blaze sont coéquipiers et l'un dit à l'autre ce qu'il doit faire. Rappelons que George peut être identifié au héros de La Folie des Grandeurs, Don Salluste, riche noble aimant à maltraiter son valet. Donc George et Blaze, du fait de leur complicité, rappellent les héros de la Folie des Grandeurs et l'auteur rend ainsi hommage à deux personnes importantes, l'une de la littérature, et l'autre du cinéma : Victor Hugo (pour sa pièce de théâtre Ruy Blas) et Gérard Oury (pour la Folie des Grandeurs). D'ailleurs, un des prénoms du bébé (le deuxième) est Gerard (référence inconsciente peut-être au cinéaste), le premier étant Joe ou Joseph.

Il est décrit comme un costaud, un « géant », un « colosse » aux allures douces, pas comme son acolyte, violent. L'auteur fait référence à plusieurs films dont la Ligne Verte (œuvre du même auteur), sauf que dans celle ci, il s'agit d'un géant aux allures douces et celui ci (La Ligne Verte) traite de la peine de mort tandis que dans « Blaze », le sujet diffère totalement - le kidnapping étant au cœur de cette histoire. Soulignons aussi que la taille du héros fait référence à Yves Montand, dans la Folie des Grandeurs.

Rappelons maintenant le prénom de son acolyte – George – mort lors d'une partie de dés, soupçonner d'avoir triché. Ce dernier fait référence au roman Des Souris et des Hommes de John Steinbeck. Notons que Blaze est l'ami de George, tout comme Lenny Small. La complicité du héros nous fait penser au héros du roman cité précédemment, tout comme son allure et son passé (bien que le passé de Lenny ne soit pas révélé). Tout au long de l'histoire, le héros se réfère à George pour lui demander conseil. Sa musculature et sa taille de « géant » nous font penser à deux acteurs : John Malkovich (Des Souris et des Hommes, 1991) et surtout à Michael Clarke Duncan (La Ligne Verte, 1999). Il faut savoir que le héros se nomme comme ceci car, en argot, le mot blaze up signifie s'énerver et il a un côté nerveux. Précisons que Blaze est le surnom du héros – son vrai nom étant Clay Blaisdell Jr – et que c'est pour cela qu'il nous fait penser à Ruy Blas. L'originalité du héros réside dans le fait qu'il est une référence à Lenny Small (sa taille, son âge mental d'un gamin d'une dizaine d'années...), et sa complicité avec George (conseils, ordres...) Nous voyons qu'il (George) est décrit comme un « loubard », du fait de son passé trouble, de son langage vulgaire (Ta gueule, Blaze... le mot « embrouille » et « branlette » revenant souvent dans le livre) et des années écopées en prison (organisation d'un « casse » lors de ses 13 ans...) Bien que le héros et son comparse soient en communication, le héros n'est pas toujours d'accord avec lui (ce qui lui fait faire de multiples erreurs).

Comme je vous l'ai dit précédemment, George est pourtant mort, ce qui n'empêche pas à Blaze de communiquer avec lui. On voit une référence historique – celle de Jeanne d'Arc, qui crut entendre la voix de Dieu et qui fut brûlée car on la croyait sorcière – son plan va se retourner contre lui. Donc nous voyons que Blaze a besoin, non seulement des conseils de son acolyte pour l'aider à s'en sortir, mais d'une présence externe. Sans George, Blaze n'existe pas. Parfois, on vient à se demander si notre héros n'a pas un double (George) qu'il refuse d'écouter. Néanmoins, il est très intelligent, malgré qu'il se fasse prendre, étant donné son comportement doux. Il réussit à kidnapper le bébé mais n'arrive pas (et ne veut pas) lui faire du mal car il a été dans des familles d'accueil (chez les Bowie) et en maison de redressement (Hetton House). Au fond, le bébé ne souligne-t-il pas l'enfant voulu ? Est-ce pour cette raison que Blaze refuse d'obéir à son double et qu'il ne fait pas de mal au bébé ? Nous percevons ironiquement une morale de J. De la Fontaine, le Lion et le Rat, nous avons toujours besoin d'un plus petit que soi. Parmi ce célèbre dicton, on trouve aussi la nuit porte conseil. Durant tout le roman, on a cette sensation qu'une voix intérieure – celle du héros ou de son double ou même de l'auteur ? - nous dit de continuer car on ne sait jamais ce qui peut arriver,...

Parlons un peu de la première de couverture. Elle représente la nuit et à l'extérieur, sur le devant d'une voiture (probablement volée), est inscrit le surnom du héros, en bleu, tracé avec des doigts sans doute pour nous mettre dans cette atmosphère mystérieuse. Nous voyons aussi une main sur le devant de la voiture – probablement celle du héros. Soulignons que le noir est une couleur relevant du mystère – parlant souvent de meurtres ou de mort – et que le bleu est une couleur froide – pour nous attirer dans cette ambiance glaciale – qu'est le livre. La couleur bleue a longtemps été prise pour représenter des saints, des martyres ou des rois (dans les églises, la couleur revenant le plus souvent est le bleu). Cela signifierait donc que Blaze a été martyrisé durant sa jeunesse mouvementée et qu'il est considéré comme le martyre de George. Est-ce à dire que Blaze se prendrait pour un personnage historique important genre Saint-Louis ou le Christ ? Ce roman vous surprendra et avec Stephen King, vous n'êtes jamais au bout de vos surprises,...

Je vous ai parlé de George – le double, en quelque sorte – de Blaze. Notons que S. King a signé son roman Richard Bachman (Stephen King alias Richard Bachman). Ne serait-ce pas le « double » de l'auteur qui aurait écrit le roman ? Ou R. Bachman ne se confondrait-il pas avec le personnage de George étant donné qu'il est le compère de Blaze et son double – et donc le double de S. King ?

Bref, un suspense mené en quatrième vitesse dont le style fait penser à James Cain ou à Jim Thompson. Le duo King/Bachman est très réussi. Si vous aimez les romans de kidnapping, lisez ce roman qui vous plongera dans une ambiance glaciale, mystérieuse et sans fin... Un conseil : lisez le jusqu'à la fin...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          32
LanaTurnerLanaTurner   27 mai 2017
"Certains jours, au printemps, il regardait le ciel et voyait un oiseau, ce qui pouvait le rendre heureux, mais tout aussi souvent il avait l’impression de quelque chose en lui qui devenait tout petit, prêt à se briser."
Commenter  J’apprécie          550
sebastienLsebastienL   10 décembre 2008
« George était une création de son esprit travaillant à un rythme frénétique dément sous la couche court-circuitée de sa stupidité. Pendant des années, il s’était considéré comme un crétin, il était venu à l’accepter en tant qu’élément de sa vie […] Il y avait cependant quelque chose qui continuait à fonctionner sous la couche court-circuitée […] La partie de lui qui n’oubliait rien. Chaque blessure, chaque cruauté, chaque mauvais coup que le monde lui avait réservé. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
AnalireAnalire   16 octobre 2012
La stupidité était une prison d'où on ne vous laissait jamais sortir, pas de remise de peine pour bonne conduite. C'était la perpète.
Commenter  J’apprécie          160
HeureuseHeureuse   28 mars 2012
la stupidité est une prison d'où on ne vous laissait jamais sortir, pas de remise de peine pour bonne conduite. C'était la perpète.
Commenter  J’apprécie          130
Videos de Stephen King (125) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stephen King
Maxime Chattam s?est imposé comme l?un des maîtres du thriller et il faut dire que son dernier roman vous colle de sacrés frissons ! « le Signal », qu?il publie aux éditions Albin Michel, part de ce vieux rêve que nous avons tous fait : changer de vie. Une famille désire fuir le bouillonnement de la grande ville pour retrouver calme et sérénité. Mais très vite, le havre de paix va se transformer en cauchemar... Captivant et terrifiant. Un hommage au grand Stephen King et au génial Howard Phillips Lovecraft.
autres livres classés : enlèvementVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Le quiz Stephen King !

Quel est le premier livre de King a avoir été publié ?

Shining
Dead Zone
Carrie
Le dôme

10 questions
1124 lecteurs ont répondu
Thème : Stephen KingCréer un quiz sur ce livre