AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Natalie Zimmermann (Traducteur)
EAN : 9782253151562
442 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (22/02/2006)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 1549 notes)
Résumé :
"La chaleur tuera cet été! Ça va être terrible"; avait prédit Evvie Chalmers, la doyenne de Castle Rock. Elle ne se trompait pas: l'été 1980 fut effectivement le plus chaud que Castle Rock eût jamais connu. Ce fut aussi un été sanglant.

En fait, tout commença le matin du 16 juin, lorsque Cujo, un saint-bernard aussi impressionnant que débonnaire, se fit mordre par une chauve-souris. Mais au fond, cela avait peut-être commencé dès le mois de mai, lorsq... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (142) Voir plus Ajouter une critique
cascasimir
  23 juin 2019
Je suis en pleine forme, pour mon poids, près de 100 kilos.
Je suis doux, gentil, dévoué mais têtu. J'aime jouer avec les enfants. Ma devise est:
Noblesse, dévouement et sacrifice! Mon job est sauveteur ou gardien.
J'adore courir...
Ce n'est pas ma faute, pas de ma faute...
Non, non, non!

J'ai été mordu par une vilaine bête, en pourchassant un lapin.
Et depuis, j'ai mal...

J'ai mal, et je ne peux plus réfléchir. Les cris, les bruits, et les odeurs me dérangent maintenant, surtout celle de la Peur!

Un voisin de Joe Camber le garagiste, avec qui je cohabite, est venu me déranger et j'ai essayé de lui dire de partir...
Mais ensuite, j'ai oublié ce qui s'est passé, comme pour Joe.
J'ignore ce qu'est devenu Joe...
Il est venu me voir aussi, enfin je crois.

Je me souviens que je lui ai sauté dessus pour jouer, mais après, que s'est-il passé ?
Bannerman le policier, voulait me questionner !
Encore du bruit!
Une vieille Pinto, avec une problème de batterie, pourvu que cette voiture se taise!
Que je puisse aller voir Tad et Donna, sa mère.
Je les aime bien...

- Maman, regarde! Il est bizarre Cujo, aujourd'hui ? Fit Tad, 4 ans, en se réfugiant derrière sa maman...
Le monstre du placard ! Balbutia l'enfant.
Le monstre!

En 1977, Stephen King fut impressionné par un énorme Saint Bernard, en allant faire réparer une moto, dans un coin perdu...
On employa 7 chiens, pour le film Cujo, et 3 têtes mécaniques, pour les gros plans...
Le shérif Bannerman était déjà dans "Dead zone", ainsi que...Frank Dodd, dans son imperméable noir et luisant!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          609
Crossroads
  16 novembre 2010
Aaaaaahhh , Cujo , que d'emotion jean-mimi....Mon premier emoi Kingesque , precurseur d'un long cheminement avec l'auteur..
le pitch est ultra simple , comme souvent avec King , mais diablement efficace.D'un coté un gentil toutou repondant au doux nom de Cujo (au pied mon chien-chien , nan j'ai dit au pied , pas a la gorge...) , qui suite a la morsure de Batman , nan , d'une chauve-souris , au temps pour moi , la lecture ne date pas d'hier , va se transformer en impitoyable machine a tuer..
Face a cette mort sur patte avoisinant le double quintal , une maman et son fils voues a finir leurs jours dans les 2 metres carres que constitue leur voiture devenue forcement recalcitrante...
Les cinq etoiles sont peut-etre excessives mais caracterisent l'oeuvre lue par un ado boutonneux attendant sa mue en gracile lepidoptere (j'attends , j'attends..) et se rejouissant chaque soir de fremir a cette lecture sous la couette..
Vous l'aurez compris , Cujo ne sera surement pas l'ami de BB mais ravira tous les fans avides de frissons!!merci m'sieur King...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5712
Stelphique
  22 septembre 2015
Ce que j'ai ressenti…Une furieuse envie de mordre…
Comme vous le savez surement, les fées sont très proches des animaux. J'ai du peut être m'en approcher de trop près, car Cujo a bien du me mordre, mais pas forcement de la manière que vous croyez. La rage a dû passer….Ce n'est pas possible sans ça, si je prends carrément au livre du King. Une fée enragée, vient de déferler sur la toile….
Mon défi personnel: lire tous les livres de Stephen King (et les lire avec ma binôme, ça rajoute un certain cachet!!!). J'adooooooooooooooooooore vraiment cet auteur qui sait me faire frissonner dans ses pages, m'envoler vers d'autres contrées, me faire voir les « qualités » du Maine.
Oui mais voilà, sur celui ci, ça n'a pas fonctionné. Voyons donc le pourquoi du comment:
•Déjà, je n'ai pas peur des chiens. L'angoisse ne pouvait pas m'asphyxier. Sachant que le King aime nous faire ressortir toutes nos peurs les plus profondes et les mettre ainsi en lumière, il ne pouvait pas me toucher avec ce thème là.
•Ensuite, tout c'est beaucoup tenu à ses personnages. Je n'ai pas du tout accroché à ses familles et leurs relations. J'ai du mal avec l'infidélité et la violence conjugale, mais alors les suivre et vivre leurs petites vies minables et leurs petits soucis pathétiques, et bien j'avais du mal à garder mon intérêt éveillé.
Après bien sur, l'écriture du King est toujours aussi efficace, j'ai eu droit à mon « petit frisson » sur la dernière scène. Cet enfermement, on le ressent, il nous parle, il nous submerge. Deux êtres démunis dans une voiture, condamnés, coincés dans un espace réduit, c'était flippant et délicieusement bien mené!!!!!
Là, ou j'ai senti une certaine connexion, c'était avec Tad, cet enfant de 4 ans tiraillé par ses peurs infantiles. Ma fille ayant le même âge, on sent que Stephen King s'inspire de son rôle de père soumis à ce problème récurrent, et j'étais curieuse de voir comment il gère cette phase. Sa « Formule contre les Monstres » va peut être me souffler LA solution dans ma vie quotidienne. C'est vraiment la partie qui m'a le plus plue en fait: ce placard et cette porte mystérieuse qui s'ouvre. La peur irrationnelle, les bruits nocturnes et l'imagination fertile. J'aurai aimé que ça soit plus accentué sur ça que sur ce pauvre chien, ou même le tueur qui frappa le Maine (d'ailleurs lui, j'ai pas compris ce qu'il foutait dans l'histoire!!!)……
En bref ce n'est pas la première fois que les histoires du King ne fonctionne pas avec moi,( j'ai abandonné Plein Gaz et Mr Mercedes) , mais là, bien que je sois arrivée à la fin, je ne me suis pas autant éclatée que d'habitude en ouvrant un livre du Maitre. L'horreur n'a pas été au rendez vous, ni l'émotion fulgurante. Une prochaine fois, sans doute, je n'en doute pas….
Lecture faite en binôme avec Belette2911, passez voir sur le blog ;)

Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          523
LanaTurner
  20 août 2016

Oh oui! Viens jouer avec le bon gros lapin!
Il est dodu, il est touffu!
Attrape-le!
COURS!
Pars...
Cujo... que dire de ce roman qui reste et restera sans nul doute dans mon top dix, des romans favoris du King?
L'histoire, le décors, les personnages sont parfaitement implantés. La mère de famille qui se meurs de solitude, le papa qui se tue au boulot avec tout le stress que ça implique... le gentil petit garçon né de leurs unions.
Ouai, ça pourrait être vous, moi, eux... N'importe qui.
Et puis il y a parallèlement la famille du bon vieux Cujo! le toutou et ses maîtres. le jeune, le vieux, ... la mère, la femme. Et ce bon gros chien.
Je porte un intérêt particulier à ce roman, car il m'a fait passer par toute sortes d'émotions. La peur, la colère, le dégoût, l'adrénaline qui gonflais en moi, mes doigts qui se serraient sur les pages, les grognements qui sortaient de ma gorges ( rejoignant peut-être ceux du chien)....
La fin,... je n'ai pas adoré... mais je pense que c'est ce qui fait de King... King justement. Surtout à l'époque où est sortis le roman. Peu aurait osé, lui l'a fait. Je respecte et admire ça.
En ce qui concerne la maman coincé dans la voiture, à mes yeux elle est une aussi bonne épouse qu'une mère :D
BREF! à lire...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          505
bilodoh
  24 mai 2014
Un gentil chien ne peut pas vraiment devenir un monstre, non ? Comme le monsieur qui offre des bonbons aux enfants, il est gentil, n'est-ce pas ? Et si les choses qui nous entourent pouvaient se transformer en monstres ?

Pour les cinéphiles Cujo, le gros saint-bernard qui a la rage, c'est classique des « films de peur » qui mettent en scène des animaux (qu'on pense à Jaws, par exemple). En ce sens là, on peut trouver l'histoire un peu trop ordinaire et prévisible et comme avec le cinéma d'horreur, il faut parfois y mettre du sien pour y croire.

Par contre, la plume de King fait tout ce qu'il faut pour créer le suspense et nous émouvoir. Pour bien représenter la peur, il met en scène un enfant, un gosse terrifié par l'obscurité et les monstres qui se cachent dans le placard… mais peut-être aussi un enfant angoissé par les problèmes conjugaux de ses parents.
Autre sentiment extrêmement puissant : l'anxiété maternelle, la mère qui est prête à tout pour sauver son enfant, mais qui se sent toujours potentiellement coupable dans une situation où toutes les solutions sont mauvaises.

Finalement, il y a le chien, une bête déchainée, avec la gueule énorme dégoulinante de bave, son odeur, ses yeux fous, ses aboiements enragés. Un animal excité par l'odeur de votre peur…

Un roman qui ravira les cynophobes, ainsi que les lecteurs et lectrices qui pourront partager les peurs de l'enfant ou les angoisses de sa mère…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          480
Citations et extraits (37) Voir plus Ajouter une citation
Impression-de-lecteurImpression-de-lecteur   25 mai 2020
"Assieds-toi. Ton diner va refroidir".
Commenter  J’apprécie          30
cascasimircascasimir   20 juin 2019
Cujo ne paraissait pas en meilleur état. L'énorme bête semblait s'être ratatinée dans sa fourrure hirsute et couverte de sang. Ses yeux étaient brumeux, presque vides, un regard de vieillard atteint de la cataracte.

Telle une machine de destruction usée, qui s'autodétruisait peu à peu mais restait encore terriblement dangereuse, Cujo montait la garde. Il ne bavait plus; son museau n'était plus qu'une horrible plaie séchée. On eut dit un morceau de roche ignée recraché par le cratère d'un vieux volcan.

Le vieux monstre, songea Donna, monte vaillamment la garde.

Était-elle surveillée ainsi depuis quelques heures à peine, ou bien l'avait-elle été toute sa vie? Tout ce qui s'était passé auparavant ne devait être qu'une illusion, juste le temps de se préparer avant d'entrer en scène.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          222
LuniverLuniver   28 décembre 2011
/!\ spoil /!\

Peu après les évènements tragiques qui s'étaient déroulés dans le jardin des Camber, on brûla les restes de Cujo. Les cendres partirent avec les ordures à l'usine de traitement des déchets, à Augusta. Il ne serait peut-être pas mal à propos de rappeler que Cujo avait toujours essayé d'être un bon chien. Il avait toute sa vie tenté de faire ce que L'HOMME, LA FEMME et surtout LE GARÇON attendaient de lui. Il serait mort pour eux s'il l'avait fallu. Il n'avait jamais voulu tuer personne. Il avait été simplement été manipulé par quelque chose, le sort, le destin ou peut-être une maladie détruisant les nerfs et qu'on nomme la rage. Le chien n'était pas responsable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
SiabelleSiabelle   14 décembre 2019
Juste avant d'aller se coucher, Tad s'assit avec Vic sur le perron qui donnait sur le jardin. Vic sirotait une bière et Tad, du lait.
- Papa ?
- Quoi ?
- Je voudrais tant que tu ne partes pas, la semaine prochaine.
- Je vais revenir.
- Oui, mais...
Tad baissait la tête, luttant contre les larmes. Vic lui posait la main sur le cou.
- Mais quoi, mon grand ?
- Qui est-ce qui va dire la formule qui chasse le monstre du placard ? Maman ne le sait pas. Il n'y a que toi qui la sais !
Les larmes jaillirent et coulèrent le long des joues du petit garçon.
- C'est tout ? demanda Vic.
La Formule pour le Monstre (Vic l'avait d'abord baptisée les Injonctions au Monstre, mais Tad n'arrivait pas à le dire) était née à la fin du printemps, quand l'enfant avait commencé à faire des cauchemars, et avoir peur du noir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
SiabelleSiabelle   20 décembre 2019
- Vous avez probablement raison. Nous finirons par trouver une explication très simple et dirons : Oh ! comment avons-nous pu être aussi bêtes? Mais ça m'intrigue curieusement... c'était la soupape, vous disiez ? Vous en êtes sûr ?
- Tout à fait.
Masen secoua la tête.
- Et pourquoi se serait-elle compliqué la vie avec ces histoires de prêt ou de location ? Réparer une soupape ne prend pas plus d'un quart d'heure à quelqu'un qui a les outils et qui s'y connaît. Le temps d'arriver et de repartir. Alors où est...
- ... donc cette satanée bagnole ? termina Vic d'un ton las. La réalité ne lui parvenait plus que par vagues, maintenant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Videos de Stephen King (150) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stephen King
Si tu laisses la porte entrebâillée, les murmures viendront se glisser…
Un écrivain veuf, Tom, et son fils de 8 ans, Jake, emménagent dans une nouvelle ville.
Featherbank. Si charmante et calme en apparence.
Où vingt ans plus tôt, un serial killer a été arrêté après avoir tué plusieurs enfants.
On l'appelait l'Homme aux murmures.
Des murmures que Jake a entendus. A la porte de sa maison.
Et si tout recommençait ?
Alex North est né et vit à Leeds. "L'Homme aux murmures" est son premier roman.
« Brillant ! Pour tous les lecteurs de Thomas Harris et de Stephen King.» Booklist
« Poignant et terrifiant.» Entertainment Weekly
Traduit de l'anglais par Brigitte Remy-Hébert
Retrouvez les informations sur notre site internet : http://bit.ly/2whEiRK
Suivez-nous sur : Facebook : https://www.facebook.com/editions.seuil/ Twitter : https://twitter.com/EditionsduSeuil Instagram : https://www.instagram.com/editionsduseuil/
+ Lire la suite
autres livres classés : horreurVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le quiz Stephen King !

Quel est le premier livre de King a avoir été publié ?

Shining
Dead Zone
Carrie
Le dôme

10 questions
1265 lecteurs ont répondu
Thème : Stephen KingCréer un quiz sur ce livre