AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2267029383
Éditeur : Christian Bourgois Editeur (04/02/2016)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 15 notes)
Résumé :
En 1933, trois jeunes et brillants anthropologues se rencontrent sur les berges du fleuve Sepik, dans le Territoire de Nouvelle-Guinée, alors sous domination anglaise.
Inspiré par la vie de Margaret Mead, la célèbre anthropologue américaine qui sut donner du souffle à cette science encore si récente dans les années 30, Euphoria est un roman passionnant où il est question d’anthropologie, de tribus indigènes, d’ethnocentrisme et de guerres mondiales, mais auss... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
LePamplemousse
  23 avril 2016
Très librement inspiré de la vie de trois anthropologues ayant réellement existé, à savoir Margaret Mead, Reo Fortune et Gregory Bateson, ce roman pour permet de découvrir le travail de terrain d'un anthropologue, ou plutôt les différentes façons de concevoir cette profession selon les méthodes employées ou les sensibilités de chacun, à une époque où il restait encore des terres et des peuples à découvrir.
Nos trois personnages vivent depuis plusieurs mois dans des tribus différentes en Nouvelle Guinée, dans les années 30, quand ils vont finalement se rencontrer et passer quelque temps ensemble, à comparer leurs notes, à observer leurs façons d'analyser le monde et à s'interroger sur le sens de leur travail.
Le roman se lit un peu comme un récit de voyage, le climat, le paysage et l'environnement ayant tout autant d'importance que les individus rencontrés.
Le fait qu'une des anthropologues soit une femme apporte des éléments permettant d'appréhender ces tribus d'une façon autre, certains endroits et certaines activités étant réservés soit aux hommes, soit aux femmes.
L'admiration et la rivalité professionnelle qui naissent entre les anthropologues eux-mêmes les rend humains et vulnérables à la fois.
J'ai beaucoup aimé cette ambiance chaude, moite et humide, ces rencontres avec des personnages hors du commun et cette découverte d'une profession peu décrite en littérature.
Je vais maintenant me diriger vers les écrits de Margaret Mead elle-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
lecturesdamerique
  09 mars 2016
En route pour la Nouvelle-Guinée en compagnie de trois anthropologues de l'entre-deux-guerres. Pour ce roman, Lily King s'est inspirée de la vie de Margaret Mead, de son mari de l'époque, le néo-zélandais Reo Fortune et de l'anglais Gregory Bakeson.
Les personnages, tout comme les tribus qu'ils étudient, sont néanmoins fictifs et n'ont pas les mêmes trajectoires dans le livre que dans la vraie vie.
Mais l'ambiance du roman restitue bien l'euphorie que ces pionniers au carrefour de toutes les sciences sociales ont pu ressentir en réalisant leurs recherches sur le terrain.
A cette époque, l'anthropologie était en pleine transition et abandonnait progressivement l'idée que le modèle ultime de toute société ne pouvait être que le modèle occidental. Les études de terrain se multipliaient et Margaret Mead a beaucoup contribué à faire connaître cette science. Pour info, Levi Strauss a commencé ses premiers travaux de terrain entre 1935 et 1939 au Brésil.
Trois anthropologues, trois approches différentes :
Nell Stone est une bosseuse invétérée, toujours un carnet à la main et toujours dans une démarche méthodique et scientifique. Elle et son mari Fen s'installent pour plusieurs mois avec beaucoup de matériel au sein des tribus qu'ils étudient, s'attachent les services d'indigènes pour la cuisine et l'intendance et se consacrent uniquement à leur travail. Femme indépendante et libérée, elle est à la recherche d'une société qui offrirait aux individus l'espace nécessaire pour être eux-mêmes.
Son mari Fen, personnage sombre, s'immerge totalement dans la culture des indigènes mais ne prend pas de notes et ne partage pas ses informations avec sa femme, du fait de la rivalité qui existe entre eux. Nell est en effet déjà très connue du public et reçoit quantité de courrier, jusqu'au plus profond de la jungle.
Bankson ne supportait plus sa solitude et se réjouit de pouvoir côtoyer un couple de confrères. Il s'interroge énormément sur ses méthodes de travail et sur celles de se collègues et les échanges professionnels qu'il a avec Nell sont très fructueux pour tout les deux. Pour sa part, il ne s'installe pas au sein des communautés qu'il étudie. L'irruption des chercheurs au sein de la communauté ne perturbe-t-elle pas l'équilibre du pouvoir et par conséquent les résultats de leurs études ?
L'intérêt de ce livre est que ces trois anthropologues sont avides de découvertes mais questionnent également le sens de leurs recherches.
Leur histoire offre beaucoup de pistes de réflexion : sur la quête de sens, l'humanité, le relativisme culturel, l'éthique dans le domaine des sciences, la liberté ou encore la trahison.
Le triangle amoureux entre ces deux hommes et cette femme est bien traité avec une alternance entre le récit à la première personne de Bakeson, le journal de Nell Stone et une narration à la troisième personne.
Le style est plaisant sans être remarquable mais le sujet est passionnant. Ce roman n'est pas tout à fait euphorisant mais très stimulant !
Bonne lecture !


Lien : http://lectures-d-amerique.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
NathalieBC
  25 juin 2017
Effectivement, je rejoins les autres Babéliens: ce n'est pas le roman du siècle. Il ne se passe pas grand chose dans Euphoria. Nell, Fen et Bankson sont trois anthropologues du début des années trente, cette "science" naissante. Ils s'interrogent sur leur travail et leurs méthodes. L'action (l'inaction plutôt) se situe en Nouvelle Guinée.
Cependant, ce n'est pas inintéressant toutes ces questions sur l'anthropologie:
- comment rendre compte d'un mode de vie lorsque l'on participe soi-même à ce mode de vie. Les résultats ne sont-ils pas irrémédiablement faussés ?
- les indigènes sont-ils forcément "gentils" ?
- que faire lorsque nos méthodes et nos résultats sont dévoyés par une entité politique totalitaire (ici, les Nazis) ?
Non, finalement, c'était plutôt pas mal.
Commenter  J’apprécie          00
Elfika
  13 février 2017
Parfois, j'aime prendre un livre au hasard, sans en avoir entendu parler, afin pour ne pas être influencée.
Euphoria a été lu dans ce contexte. S'il fallait décrire ce livre en un mot, ce serait «ennui».
Je me suis forcée à aller jusqu'au bout, espérant qu'il se passe quelque chose.
La seule action du livre, on s'en doute dès les premières pages.
Bref à moins d'être anthropologue, passez votre chemin...
Commenter  J’apprécie          00
catcap
  16 février 2017
Un roman intéressant sur une époque où l'anthropologie balbutiait et n'était pas affaire de femmes ... Juste un peu trop de dialogues à mon goût ...
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   03 octobre 2017
Il glissa les mains dans la culotte en coton de Nell, lui attrapa les fesses et vint coller le pubis de sa femme contre le sien. Nell pensa aussitôt à la façon dont elle collait ses poupées de papier l’une contre l’autre à l’époque où elle avait grandi mais sans se décider à les jeter. Mais ça ne fut pas efficace, alors il lui prit la main et la fit descendre ; des qu’elle l’eut saisi, il posa sa propre main sur celle de Nell pour lui imprimer un mouvement de va-et-vient a un rythme qu’elle connaissait bien mais qu’il ne lui laissait jamais pratiquer de son propre chef. Très vite, la respiration de Fen s’accéléra en s’alourdissant, mais il fallut un long moment avant que le pénis ne montrât le moindre signe de raideur. Il ballotait sous leurs deux mains comme une méduse. De toute façon, ce n’était pas le bon moment. Elle était sur le point d’être indisposée.
« Merde, marmomma Fen. Putain de merde. »
La colère parut faire flamber quelque chose dans le bas de son corps et, brusquement, le sexe leur échappa, énorme, dur, violacé.
« Enfonce-le, ordonna Fen. Enfonce-le tout de suite. »
Il n’y avait pas à discuter avec lui, inutile de lui parler de sècheresse, de période, de fièvres récurrentes ou de lésions qui allaient se rouvrir en frottant contre les draps de lin. Ils allaient faire des taches de sang et les servantes tawai penseraient qu’il s’agissait de sang menstruel et seraient obligées de bruler des draps pour des raisons de superstition, ces magnifiques draps frais lavés.
Elle l’enfonça. Les rares endroits qui n’étaient pas douloureux étaient insensibles ou mêmes morts. Fen se mit à pomper contre elle.
Lorsque ce fut terminé, il dit : « Et voilà ton bébé.
- Au moins une jambe ou deux », rétorqua-t-elle dès qu’elle fut sure de sa voix.
Il se mit à rire. Les Mumbanyo croyaient qu’il fallait s’y prendre à plusieurs reprises pour faire un bébé. « On s’occupera des bras plus tard dans la soirée. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : Nouvelle-Guinée (île)Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle

Autres livres de Lily King (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
259 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre