AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Nadine Gassie (Traducteur)
ISBN : 2226179690
Éditeur : Albin Michel (28/08/2007)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 307 notes)
Résumé :
Pendant vingt-cinq ans, Lisey a partagé les secrets et les angoisses de son mari. Romancier célèbre, Scott Landon était un homme extrêmement complexe et tourmenté. Il avait tenté de lui ouvrir la porte du lieu, à la fois terrifiant et salvateur, où il puisait son inspiration.

À sa mort, désemparée, Lisey s'immerge dans les papiers laissés par Scott, s'enfonçant toujours plus loin dans les ténèbres qu'il fréquentait...

Histoire de Lise... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (57) Voir plus Ajouter une critique
eco
19 février 2014
J'ai lu "Histoire de Lisey" il y a quelques mois déjà et c'est le souvenir encore vivace que j'en ai qui m'a poussé à enlever mes moufles pour tabuler ces quelques mots. J'ai mis pas mal de temps à me lancer dans cette lecture; certains échos parlaient d'un livre différent, plus axé sur une histoire d'amour et je dois bien l'avouer, en livre autant qu'en film, les histoires d'amour me font peur (pas au sens où les amateurs d'épouvante l'entendent, hein…), je trouve qu'on tombe facilement dans les mièvreries mais peut-être est-ce simplement cette carapace masculine qui nous fait parfois s'éloigner de sentiments que nous tentons vainement de fuir… Bon... Attendez…Je sors Mireille Dumas de mon corps (bruit de succion et de chair qui s'écartèle) Voilà… C'est fait et pardon les âmes sensibles. Bref, où en étais-je? Ah oui voilà, après un essai infructueux, je me suis dit que c'était quand même un livre de Stephen King et qu'il m'avait rarement déçu; j'ai donc pris mes yeux à 2 mains et je me suis relancé. Et c'est effectivement une histoire d'amour mais quelle histoire d'amour… C'est également une histoire horrible qui m'a fait dresser les cheveux sur la tête et j'ai encore un souvenir très clair de passages qui m'ont marqué. J'ai appris un peu plus tard que c'était le premier roman que SK avait écrit après avoir frôlé la mort à cause d'une voiture qui ne l'a pas juste frôlé. À ses yeux, c'est une déclaration d'amour à sa femme et cela rend son récit encore plus beau (même si c'est une déclaration qui fait particulièrement peur…).
Bref, un super livre dans lequel Stephen King nous emmène dans des endroits où il n'a pas l'habitude de se rendre sans pour autant perdre ce don qu'il a de nous faire (vachement) peur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Annabelle19
21 novembre 2015
J'ai mis un certain temps avant de me lancer dans la lecture de ce Stephen King, à cause de certaines critiques qui le disaient plus lent et centré sur une histoire d'amour. Moralité : ne jamais se laisser rebuter par des critiques, parce que j'ai été complètement embarquée par cette histoire. Comme toujours, on peut faire confiance à King pour nous faire plonger dans n'importe quelle histoire, ou presque, principalement grâce à une palette de personnages vivants et réalistes, réels, je dirai même.
Le roman est construit pour donner l'impression que le vrai héros, l'écrivain Scott Landon, est mort avant le début du roman, et que nous sommes forcés de suivre le personnage secondaire à la fois de l'histoire et de la vie de Landon : sa femme. Lisey Landon est en effet décrite comme transparente et ignorée aux côtés du célèbre écrivain qu'est son époux.
Stephen King parvient à nous faire ressentir le manque de ce personnage : au fil des pages, on apprend à le connaitre via les flash-back. On découvre un personnage plein de profondeur et de mystère, et l'on en vient à ressentir cette impression de deuil que l'on a parfois lorsqu'on termine un livre et que le héros meurt dans les dernières pages. Sauf que là, le héros en question est mort depuis le début.
Scott Landon apparaît comme le véritable intérêt de l'histoire : c'est un écrivain brillant, à l'imagination littéralement débordante, mais qui cache un passé très sombre, qui est atteint d'une sorte de folie douce et qui a un pied dans le surnaturel. Les scènes sur son passé, son enfance et toute la folie qui enveloppe sa famille, sont passionnantes et effrayantes.
Le personnage de Lisey semble, au début, n'avoir d'autre rôle que de nous entraîner dans les souvenirs qui la lient à son mari. Elle nous livre peu à peu les pièces du puzzle compliqué qui permettra de comprendre la vérité à son sujet. Un puzzle qu'elle peine elle-même à restituer, ayant refoulé beaucoup des souvenirs les plus bizarres qui concernent son époux.
L'intrigue est magistralement écrite, faite de récits enchâssés qui partent de Lisey nous racontant ses souvenirs de Landon, qui lui raconte lui-même ses propres souvenirs. Et à aucun moment on ne se perd.
En plus de cela, l'intrigue est mutliple : on meurt d'envie de connaître le secret de Scott Landon, qui l'a mené tout près de la folie, mais le présent de l'histoire recèle aussi ses péripéties : Lisey est en effet aux prises avec un homme dérangé qui veut récupérer les manuscrits inédits de Landon.
Au fil de l'histoire, on est impressionné par le courage que démontre Lisey, celle qui fut considérée tout sa vie uniquement en tant que "femme d'un écrivain célèbre" prend peu à peu le devant de la scène et fait face aux cauchemars de son mari. En effet, dans la dernière partie du roman, elle devient une héroïne à part entière, s'affranchit de la mémoire de son mari, en quelque sorte.
La métaphore de l'imaginaire d'un écrivain en tant qu'autre monde est à mon avis très juste : un monde à la fois fascinant et dangereux, qui peut créer des monstres, vous hypnotiser et vous perdre.
On décèle le message caché, derrière ce roman très dense, un double message et une sorte de mise en abime : l'entourage du héros d'un roman est aussi important que lui et rien ne serait possible sans lui, et on peut en dire exactement la même chose de l'entourage d'un auteur.
C'est dont un roman qui parle d'amour, d'accord, le genre touchant plutôt que larmoyant, mais c'est aussi un roman drôlement effrayant !
PS : à propos du titre... pourquoi avoir traduit "Lisey's story" par "Histoire de Lisey" et pas "L'histoire de Lisey" ? ça m'intrigue, j'avoue...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          197
verobleue
31 décembre 2016
Stephen King reste un de mes auteurs préférés. "Histoire de Lisey", est pour moi, un de ses romans les plus personnels. Une histoire qui parle du travail de deuil, du manque qui ronge celui qui reste, du langage secret du couple et la frontière ténue qui existe entre la folie et le génie.
En 2003, quand Stephen King sort de l'hôpital après une pneumonie, il retrouve son bureau repeint, ses affaires stockées dans des cartons. Il a pensé que ce serait à ça que la pièce ressemblerait à sa mort et a imaginé ce que son épouse, Tabitha, aurait à gérer après sa disparition.
"Histoire de Lisey" raconte l'histoire de la veuve de Scott Landon, un romancier tourmenté et angoissé. Lisey est son alliée précieuse qui reste dans l'ombre de sa gloire. À sa mort, perdue, Lisey se plonge dans ses papiers mais est sans cesse dérangée, par l'aggravation de la santé mentale de sa soeur et par les harcèlements de Jim Dooley, qui réclame les écrits inédits de Scott. Elle s'immerge dans ses souvenirs, les débuts de leur vie commune, comment elle lui a sauvé la vie lors d'une tentative d'assassinat, les circonstances de sa mort. Elle se souvient aussi des choses étranges chez lui : le don de se transporter dans un autre monde appelé « Na'ya Lune », un endroit merveilleux le jour mais terrifiant la nuit, avec un lac dont les eaux guérissent et où il l'avait emmenée une seule fois. Finalement , la raison pour laquelle ils n'ont pas eu d'enfants car la famille de Scott était marquée par une terrible maladie mentale : son frère, qu'il adorait, en avait été victime ainsi que son père.
A sa manière coutumière, King assemble les pièces du puzzle lentement avant de laisser le récit s'emballer. Et lorsque cela arrive, on plonge dans un univers magique. Il faut accepter de se laisser embarquer dans l'incroyable jusqu'à l'absurde. Ce livre résulte d'un travail de langage impressionnant," la mare aux mots", les codes de langage, comme « Cigarette-moi », « Tout idem » ou « Il est temps d'arrimer le barda ». Les accents, les expressions personnelles qui caractérisent les personnages et surtout les relations qui existent entre eux. C'est un hommage à ce qui permet à Stephen King de s'accrocher et de continuer à écrire, donc de vivre, à savoir sa femme, mais aussi au pouvoir de l'imagination, celle qui se trouve en chacun de nous, à un endroit que nous seuls connaissons.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Gwenaweb
16 janvier 2013
J'ai failli ne pas acheter ce livre. Je me revois le 15 août dernier, debout devant un stand de brocante, ce livre en main et me disant que 4€, c'est toufument cher pour un livre vendu en brocante. Telle Lisey, j'ai été poussée par je ne sais quelle force (je n'ai pas de mari défunt, moi) à acquérir ce livre. J'aurais trouvé ces 4€, j'aurais emprunté ces 4€ à un de mes chers amis, mais je sentais que je devais acheter ce livre. Pire : je le savais.
Quelle merveille. Quelle splendeur. Quelle délicieuse odeur de frangipanier. Je me suis retrouvée embarquée à bord d'un tapis-volant-sachet-de-farine au travers d'un roman que je n'arrive pas à cataloguer. On commence avec un roman qui a les pieds sur terre, on passe à une histoire de psychopathes, pour revenir à une biographie, le tout soupoudré d'une atmosphère qui nous conduit droit à la magie. J'ai pleuré, j'ai eu peur. J'aime sa dangerosité car les expressions créées sont vacht'ment hénauuurmément cultes. Je les utilise maintenant dans mon langage quotidien. Je ne mange pas de fruits frais à minuit et je ne regarde pas dans un miroir après la tombée de la nuit.
A tous ceux qui hésitent à lire "Histoire de Lisey" : MIRALBA. To de GO. Arrimez le barda, quand faut y aller faut y aller. Foncez et embarquez dans le "Lisey Airlines".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          194
LiliGalipette
01 février 2016
Deux ans après le décès de son cher époux, Scott Landon, un romancier à succès et à l'esprit complexe, Lisey trouve enfin le courage de vider son bureau et de trier ses papiers. « Elle reste longuement sur le lit, […] à songer – pas pour la première fois – qu'être seule après avoir été deux si longtemps était une bien étrange merde, en vérité. » (p. 30) Dans le même temps, elle doit surveiller sa soeur, Amanda, dont les tendances d'autodestruction semblent prendre le dessus. Lisey doit également échapper à Jim Dooley, un forcené qui veut obtenir les textes inédits de Scott. Peu à peu, elle retrouve des souvenirs qu'elle avait refoulés. Guidée par Scott, elle entre dans un monde parallèle qui est magnifique le jour et terrifiant la nuit. « Je crois que tous les gamins ont un endroit où ils s'en vont quand ils ont peur ou qu'ils se sentent seuls ou qu'ils s'ennuient à mourir […] La plupart oublient. Les rares talentueux, comme Scott, harnachent leurs rêves et les changent en chevaux. » (p. 580 & 581) C'est l'occasion pour elle de revisiter l'enfance traumatisée de son époux qui a porté toute sa vie le poids de la folie familiale. « Je suis fou. J'ai des délires et des visions. Je les écris, c'est tout. Je les écris et les gens me paient pour les lire. » (p. 337) Lisey réussira-t-elle à échapper à Jim Dooley et à achever son deuil ?
Les 150 premières pages de ce roman sont longues et un rien confuses, mais c'est sans aucun doute voulu : Stephen King balance en vrac des tonnes de pistes qui seront explorées plus précisément au cours du roman. Les souvenirs et les visions s'entrelacent et contaminent le fil narratif principal. le résultat est étonnamment fluide tout en déstabilisant sans cesse le lecteur. « Les souvenirs distordent la perspective, et les plus vivaces ont le pouvoir d'annihiler complètement le temps pendant qu'on est sous leur emprise. » (p. 482) le texte est dense et touffu et il aborde des sujets fondateurs de la mythologie personnelle de Stephen King : le deuil, le couple et son langage secret ou la création entre folie et génie. J'ai retrouvé ici des allusions à Sac d'os¸Bazaar et Rose Madder. Il y a beaucoup de Stephen King dans le personnage de Scott Landon. C'est probablement pour cela que, même si l'histoire ne m'a pas vraiment convaincue, j'ai terminé ce roman sans déplaisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Citations & extraits (60) Voir plus Ajouter une citation
OrpheaOrphea09 juin 2012
Elle ne croyait pas que Scott avait exactement prémédité tout ceci ; il ne préméditait même pas ses livres, si complexes qu'étaient certains d'entre eux. Monter l'intrigue de A à Z, disait-il, c'était se priver de tout l'amusement. Il affirmait que, pour lui, écrire un livre était comme trouver un fil de couleur vive dans l'herbe et le suivre pour voir où il pourrait bien conduire. Parfois le fil se rompt et te laisse les mains vides. Mais parfois -- si tu es chanceux, si tu as du courage, si tu persévères – il te conduit à un trésor. Et le trésor n'est jamais l'argent que tu touches pour le livre ; le trésor est le livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
verobleueverobleue31 décembre 2016
Pendant qu’elle attendait, elle tenta de se dire que Scott ne pouvait pas savoir qu’elle venait d’avoir la pire prise de bec de tous les temps avec sa connasse de grande sœur, mais à mesure que six heures se changeaient en sept qui se changeaient en huit, quelqu’un a dit neuf, j’ai entendu neuf, neuf une fois, neuf deux fois, adjugé pour neuf, à mesure qu’elle picorait un peu plus de cheesecake et finissait par le jeter à la poubelle parce qu’elle était trop toufement… non, trop foutrement furieuse pour le manger, neuf c’est fait, je veux entendre dix maintenant, ça y est j’ai dix heures ici et toujours pas de Ford 73 avec un phare qui tremblote freinant devant son appartement de North Main Street, elle devient de plus en plus furieuse, j’attends que quelqu’un dise folle furieuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
verobleueverobleue11 août 2016
Il y a quantité de choses qu'on ne te dit pas sur la mort, avait-elle découvert, et l'une des plus importantes, c'est le temps que prennent les êtres que tu aimes le plus pour mourir dans ton cœur. C'est un secret, pensa Lisey, et c'est tant mieux, car qui voudrait jamais s'attacher à un autre être en sachant comme c'est dur de lâcher prise ? Dans notre cœur, ils meurent tout doucement, un petit peu à la fois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
fanfan50fanfan5013 septembre 2014
Scott lit des auteurs comme Borges, Pynchon, Tyler et Atwood ; Lisey lit Maeve Binchy, Colleen McCullough, Jean Auel (encore que les hommes des cavernes en rut de Mme Auel commencent un peu à l'agacer), Joyce Carol Oates, et, tout récemment, Shirley Conran. Ce qu'elle a dans la chambre 319 c'est justement Sauvages, son dernier livre, et Lisey l'aime beaucoup. Elle en est au passage où les femmes perdues dans la jungle apprennent à faire des lance-pierres avec leurs soutiens-gorge. Tout ce Lycra. Lisey ne sait pas si les lecteurs et -trices américains de romans sentimentaux sont prêts pour ce dernier opus de Mme Conran, mais elle-même le trouve courageux et assez beau, à sa façon. Le courage n'est-il pas toujours beau en un sens ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
TheButterflyWhoKnitsTheButterflyWhoKnits02 novembre 2013
Monter l'intrigue de A à Z, disait-il, s'était se priver de tout l'amusement. Il affirmait que, pour lui, écrire un livre était comme trouver un fil de couleur vive dans l'herbe et le suivre pour voir où il pourrait bien conduire. Parfois le fil se rompt et te laisse les mains vides. Mais parfois - si tu es chanceux, si tu as du courage, si tu persévères - il te conduit à un trésor. Et le trésor n'est jamais l'argent que tu touches pour le livre; le trésor EST le livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Stephen King (115) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stephen King
Fin de ronde - Stephen King : le trailer .Dans la chambre 217 de l?hôpital Kiner Memorial, Brady Hartsfield, alias Mr Mercedes, gît dans un état végétatif depuis sept ans, soumis aux expérimentations du docteur Babineau. Mais derrière son rictus douloureux et son regard fixe, Brady est bien vivant. Et capable de commettre un nouveau carnage sans même quitter son lit. Sa première pensée est pour Bill Hodges, son plus vieil ennemi? http://www.albin-michel.fr/ouvrages/fin-de-ronde-9782226328717
autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Le quiz Stephen King !

Quel est le premier livre de King a avoir été publié ?

Shining
Dead Zone
Carrie
Le dôme

10 questions
1002 lecteurs ont répondu
Thème : Stephen KingCréer un quiz sur ce livre
. .