AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782290261873
96 pages
Éditeur : Librio (09/06/2021)
3.34/5   275 notes
Résumé :
Foutu singe au sourire grimaçant ! Tout en dents ! L’œil vitreux. Un diable qui sort d'une boîte...

Hal l'avait l'avait précipité au fond d'un puits. Et voilà qui resurgit vingt ans plus tard. Le même. Avec ces ailes noires. Et comme un écho venu de l'enfer, ces horribles cymbales qui s'entrechoquent, signant à chaque fois un arrêt de mort.

Partout, l'ombre de la mort plane. Quand elle ne s'incarne pas dans le jouet le plus innocent, el... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (41) Voir plus Ajouter une critique
3,34

sur 275 notes
5
6 avis
4
12 avis
3
15 avis
2
5 avis
1
0 avis

palamede
  17 juillet 2016
C'est un petit singe en peluche brune et douce, rapée par endroits. Son sourire tout en dents fait froid dans le dos. Hal Selburn sait ce qu'il arrive quand on tourne la clé fichée dans son dos, que ses lèvres et ses cymbales se meuvent. Mais il pensait ne plus avoir à faire avec l'horrible jouet, après s'en être débarrassé, il y a vingt ans à la mort brutale de sa mère. Malheureusement il est réapparu, tout est à recommencer s'il ne veut pas de nouveau voir tomber les victimes comme des mouches. Effrayante, terrifiante, et diaboliquement bien construite cette nouvelle fait renaître toutes les craintes et les angoisses de l'enfance.
Stella, au seuil de la mort, décide de quitter son île pour un unique et dernier voyage. Son défunt mari, tous les îliens disparus qu'elle a connus l'accompagnent. Entre rêve et réalité, avec la vieille femme, Stephen King nous fait franchir le passage de la vie au trépas. C'est tendre, rassurant, c'est le prolongement de la vie quand elle cesse et que l'on retrouve enfin ceux qu'on a aimés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
Nastie92
  09 février 2020
Ce livre contient deux nouvelles : "Le singe" et "Le chenal".

Si je vous dis "un petit singe mécanique en peluche", à quoi pensez-vous ?
Probablement à quelque chose de mignon, un gentil petit jouet pour enfant.
Si j'ajoute que ce singe tient dans ses mains une paire de cymbales et que celles-ci entrent en action dès que l'on remonte la clé dans le dos de l'animal, que pensez-vous ?
Sans doute que ce singe doit être adorable.
Mais si je vous rappelle que c'est Stephen King qui l'a créé, pensez-vous toujours la même chose ?
Probablement pas... et vous aurez raison ! L'auteur n'est pas du genre à écrire quelques lignes fades sur un banal petit joujou.
"Objets inanimés, avez-vous donc une âme..." s'interroge Lamartine dans son poème "Milly ou la terre natale".
Une âme, le singe de Stephen King en a une, assurément. Mais ce n'est pas une belle âme.
C'est une âme pleine de noirceur, une âme diabolique.
Stephen King joue sur nos peurs et nos superstitions à travers ce singe démoniaque.
C'est bien fait, et j'ai apprécié ce récit, même si je ne suis pas le bon public pour ce genre de texte : même pas peur !
J'ai beaucoup aimé la seconde nouvelle, douce et poétique. On suit le dernier voyage d'une vieille femme, celui qui sera sans retour.
Rien de triste, bien au contraire. Stephen King a créé un univers onirique bien différent de celui du singe.
La traversée du chenal, symbole du passage dans l'autre monde, apporte son lot de surprises qui font de ce franchissement une expérience que le lecteur a envie de vivre lui aussi.
La nouvelle n'est pas mon genre préféré, mais en voici deux que j'ai lues avec plaisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
joedi
  06 avril 2014
Deux nouvelles, la seconde plus courte.
Le singe est un jouet qui, lorsqu'on remonte la clé dans son dos, se met à jouer des cymbales. le hic, il décide seul d'en jouer et lorsqu'il le fait, quelqu'un meurt ! C'est un singe maléfique dont son propriétaire fera tout pour s'en débarrasser !
Le chenal sépare les lieux-dits La Chèvre de la Tête-du-Raton-Laveur, lorsqu'il est pris dans les glaces, on peut le traverser à pied ; c'est ce que fera Stella, la seule vieille qui n'a jamais quitté son village ... son dernier et seul voyage fait pendant une tempête de neige.
Commenter  J’apprécie          230
Livresque78
  06 décembre 2020
Nostalgie quand tu tiens… Cette nouvelle publiée aux éditions Librio me rappelle mes 19 ans et mon premier job. Mon frère ce héros, oui toujours celui qui m'a fait découvrir le King et qui m'a grondée quand je salissais ses précieux romans, qui me prêtait également la ligne verte en épisodes, que je dévorais dans le RER ou durant mes pauses repas, c'est ainsi que les éditions Librio sont entrées dans ma vie!
C'est donc avec un plaisir non dissimulé que je vous parle aujourd'hui de cette petite réception cadeau, j'ai en effet commandé Rose Madder qui manquait à ma collection et la charmante vendeuse a joint à mon colis cette nouvelle que je ne connaissais pas du tout.

Alors bien entendu, c'est une nouvelle et le talent du King est souvent dans les détails et les descriptions, mais l'idée est bonne, elle touche à l'enfance et aux peurs qui nous poursuivent. Ces peurs qui s'incarnent parfois dans des objets, des lieux, c'est sur ce tableau que joue l'auteur avec le singe. Les plus sceptiques critiqueront mais à titre personnel je les défie d'en faire autant, d'avoir cette capacité d'emporter le lecteur dans une de ces craintes, au coeur de l'un de ses cauchemars à chaque fois qu'il prend la plume. Je trouve qu'il est extrêmement difficile de faire rire ou de faire peur, surtout en littérature.
Stephen King le fait ici encore et je remercie cette adorable vendeuse pour cette découverte inattendue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
lilyrose87
  04 avril 2014
Dans la série "Choses dont j'ai peur en ayant lu un roman de Stephen King", après les araignées, les clowns et les infirmières, je peux désormais rajouter le singe mécanique tenant une paire de cymbale.
Sérieusement, la nouvelle le Singe est incroyablement terrifiante pour un si petit nombre de pages. Voyez plutôt : un père de famille retrouve le jouet de son enfance, un singe mécanique tenant une paire de cymbale. Alors que ses fils se disputent pour savoir lequel aura la chance de le posséder, le père lui est terrifié...pourquoi? Parce que ce jouet n'est pas ordinaire...loin s'en faut. Alors qu'on s'y attend le moins, il peut se mettre à jouer tout seul...et alors...qui sait ce qu'il peut se passer lorsqu'il frappe ses cymbales.
Le père de famille a tout tenté pour s'en débarrasser, sans succès. le singe revient toujours vers lui. Finira-t-il par réussir, lorsque son plus jeune fils est menacé?
Cette nouvelle m'a rappelé une histoire (je suis incapable de vous dire l'auteur) où un chewing-gum était doté d'une volonté propre. le héros avait beau essayé de s'en débarrasser, il n'y arrivait pas. Et ce chewing-gum voulait tuer le héros.
Je vous promets, je ne l'ai pas inventée, je l'ai même étudiée en classe.
Si le Singe est une nouvelle absolument géniale, j'ai en revanche été très déçue par le Chenal. Je n'ai absolument pas compris où Stephen King voulait en venir. Tout ce qu'il fait, c'est raconter l'histoire d'une vieille femme qui, sur le point de mourir, revoit les fantômes de son passé.
Franchement, il n'y a pas de quoi casser trois pattes à un canard. Quelque chose a dû m'échapper mais j'ignore quoi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          155

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
mamangel1mamangel1   23 février 2015
Il l'avait en horreur, cette peluche brune et douce, râpée par endroits. Il détestait son sourire - ce singe a un vrai sourire de nègre, avait dit une fois oncle Will, mais il ne souriait pas comme un nègre ou qui que ce soit d'humain. Son sourire était tout en dents et si on tournait la clé ses lèvres se mettaient à bouger, ses dents semblaient plus grandes, comme des dents de vampire, ses lèvres se tordaient et les cymbales se mettaient en branle -singe odieux, odieux singe mécanique, odieux, odieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
BrehvBrehv   05 avril 2021
Dzing-dzing-dzing-dzing...
Le corps de celui-ci se balançait et s'arquait sur l'étagère. Ses lèvres s'ouvraient et se fermaient sur une joie hideuse révélant de monstrueuses dents carnivores.
- Arrête, avait murmuré Hal.
Son frère s'était retourné dans son lit et avait grogné bruyamment. Tout le reste était silencieux... sauf le singe. Les cymbales claquaient et résonnaient ; il allait sûrement réveiller son frère, sa mère, le monde entier. Il allait réveiller les morts.
Dzing-dzing-dzing-dzing...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
cicou45cicou45   18 novembre 2011
"_Tels sont vos noms, les enfants : vous êtes des Godlin-Flanders-Wakefiels-Perrault. Votre sang vient des pierres de cette île et je reste ici parce que le continent est trop loin à atteindre. Oui, j'aime ; j'ai aimé, en tout cas, ou du moins ai-je essayé d'aimer, mais le souvenir est si large et si profond que je ne peux pas traverser."
Commenter  J’apprécie          80
ErrantErrant   30 août 2016
Comme elle atteignait la porte de la maison, où le moineau gelé était tombé, Bill lui parla - mais le can-cer avait emporté Bill depuis douze ans. ” Stella “, dit Bill et elle vit son ombre à lui à côté de la sienne, plus longue et tout aussi nettement découpée, la visière d’ombre de sa casquette d’ombre inclinée sur le côté avec sa désinvolture coutumière, Stella sentit dans sa gorge un cri se bloquer, trop vaste pour franchir ses lèvres. ” Stella, répéta-t-il, quand viendras-tu de l’autre côté sur le continent ? On prendra la vieille Ford à Norm Jolley et on descendra chez Bean à Freeport juste histoire de rigoler. Qu’en dis-tu ? “
Elle pivota, manquant laisser échapper le bois et il n’y avait personne. Rien que l’arrière-cour en pente douce sur la colline, puis les herbes folles et au-delà, en bordure de tout, nettement découpé et d’une certaine manière agrandi, le Chenal… et le continent au-delà.
 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
TrepanBouBTrepanBouB   17 mai 2011
Il l'avait retourné, avait empoigné la clé et, des années après, il devait se rappeler cette fascination morbide qu'il avait ressentie, celle d'un homme qui place contre sa paupière fermée et tressaillante un pistolet à six coups chargé d'une balle et presse sur la gâchette.
Commenter  J’apprécie          91

Videos de Stephen King (158) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stephen King
À l'occasion de sa venue en rencontre au Café de la librairie Dialogues pour nous parler de son puissant roman "Les Enfants sont rois" paru aux éditions Gallimard, Delphine de Vigan nous a confié 3 conseils de lecture...
Plongez dans l'oeuvre de Stephen King, un écrivain qu'elle apprécie tout particulièrement, et découvrez le parcours de "Dolores Claiborne" au le Livre de Poche https://www.librairiedialogues.fr/livre/15976592-dolores-claiborne-stephen-king-le-livre-de-poche "De mon plein gré" de Mathilde Forget aux Editions Grasset et Fasquelle, un second roman qui emporte autant que le premier https://www.librairiedialogues.fr/livre/18463743-de-mon-plein-gre-roman-mathilde-forget-grasset "On était des poissons" de Nathalie Kuperman chez Flammarion, un roman sur la relation mère/fille... https://www.librairiedialogues.fr/livre/17914260-on-etait-des-poissons-nathalie-kuperman-flammarion
À bientôt, pour de nouveaux conseils de lecture !
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Le quiz Stephen King !

Quel est le premier livre de King a avoir été publié ?

Shining
Dead Zone
Carrie
Le dôme

10 questions
1367 lecteurs ont répondu
Thème : Stephen KingCréer un quiz sur ce livre

.. ..