AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782226445360
Albin Michel (02/10/2019)
3.58/5   131 notes
Résumé :
J'allais sur mes treize ans quand j'ai vu un mort pour la première fois. Parfois, il me semble que ce n'est pas si lointain. Surtout les nuits où je me réveille de ce rêve où la grêle tombe dans ses yeux ouverts.
Été 1962, quatre adolescents un peu fous s'élancent le long de la voie ferrée, à la recherche d'aventure, de frisson... de danger ?

Texte fondateur de l'univers de King, Le Corps est un roman d'initiation autant qu'un roman d'épouvan... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (37) Voir plus Ajouter une critique
3,58

sur 131 notes
5
8 avis
4
14 avis
3
8 avis
2
6 avis
1
0 avis

lyoko
  05 janvier 2020
Une petite nouvelle du maître de l'horreur. L'histoire est sympathique et prenante, idéale pour un jeune lecteur en quête de frisson.
Je l'ai trouvé très bien construite d'ailleurs cette quête initiatique et cette façon d'amener la peur.
Tout est dans le détail grâce à l'âge des personnages (12/13 ans). L'âge ou on n'est plus un enfant mais on l'on n'est pas encore un homme non plus. Un âge ou l'on pense n'avoir peur de rien ou l'on joue "au cacou" pour frimer et se faire passer pour ce que l'on est pas aux yeux des copains… alors qu'en fait on est en plein doute.
Stephen King joue avec l'imagination de ces gamins qui recherchent le frisson et la gloire. La petite histoire racontée au coin du feu, la violence des adultes, l'époque.. tout est fait pour faire frissonner le jeune lecteur.
Il ne faut pas oublier la part (importante à mon sens) tirée de sa propre expérience et de son existence qui ont inspiré à Stephen King cette nouvelle.
Un bon moment de lecture en ce qui me concerne , mais qui ne m'a pas fait frissonner , trop vieille pour ça.. mais une nouvelle a conseiller a un jeune ado
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          766
Dupuisalex
  16 octobre 2019
Le corps de stephen king
rééditée pour la collection Albin Michel Wiz.
Nouvelle d'horreur initiatique pour les 12-13 ans
Gordon revient sur ses souvenir d'antan, un surtout qui a suivie a beaucoup de changement dans sa vie.
Été 1960, Gordie et sa bande de pote se décide à un Road-trip, suite à la découverte d'un cadavre par une autre bande. Ils n'ont qu'une envie. Aller voir la mort de prêt.
Histoire plate.
personnages sans charisme, ni empathie.
Aucune ambiance
Nouvelle vendu comme roman
...vive le marketing
Commenter  J’apprécie          241
jrm30
  03 février 2020
Célèbre écrivain, Gordon Lachance, nous narre l'histoire qui lui est arrivé lors de son enfance à l'été 1962 avec trois autres de ses copains.
Lors de ces fins de vacances, l'un d'eux écoute caché son frère, disant à un pote qu'il y a un gamin de 12 ans mort près de la voie ferrée à 50km de là, et qu'il ne faut pas que ça se sache.
Premier truc que fait notre petit indiscret, est de rejoindre ses copains et de leur raconter.
Suite à ça, s'ennuyant et cherchant de l'aventure, ils décident d'aller jusqu'au corps.
On est sur du roman de King, partie de ce constat vous imaginez bien que tout ne va pas être facile et sans embûche
Histoire menée d'une main de maître, prenante, qui nous plonge dans nos propres souvenirs (du moins pour ceux qui ont eu la chance de pas habiter la ville et de ne pas être de la génération jeux vidéo)
Commenter  J’apprécie          171
LabiblideVal
  16 novembre 2019
« Plus jamais je n'ai eu d'amis comme à douze ans, et vous ? » Cette phrase résume à elle seule le « pitch » de cette nouvelle de Stephen King.
Gordon Lachance, le jeune héros de l'histoire semble en effet représenter le double de papier de l'auteur et nous raconter une aventure à caractère initiatique, tout en évoquant les débuts littéraires du maître du suspense.
Gordon et ses trois amis vont donc partir à la recherche du corps d'un garçon de leur âge à une dizaine de kilomètres de leur ville, Castle Rock (la ville imaginée par le King qui sert de cadre à plusieurs de ses récits). A cet âge, on ne se déplace qu'à pied et il va s'agir d'une véritable expédition, entre les trains à éviter le long des rails, le molosse qui garde la décharge à ne pas taquiner et les grands frères qui viennent toujours fouiner dans leurs affaires. Et puis, la nuit, il y a de drôles de bruits…
Gordon raconte des histoires pour leur changer les idées.
Mais tout de même, voir un cadavre à cet âge-là, ça laisse des traces.
J'ai lu cette nouvelle en attendant la touche de fantastique de Stephen King… mais elle n'est pas venue, et j'en suis déçue. Les images de l'adaptation cinématographique de cette histoire sous le titre « Stand by me » me sont nettement revenue en tête et avec plaisir. C'est d'ailleurs la seule raison qui m'a permis d'aller jusqu'au bout du livre…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          121
LisLou
  26 avril 2020
Mon second livre de Stephen King .
Très très chouette. j'ai A-DO-RE!
Surtout la première page. Ce qu'il y a de plus important c'est ce qui est le plus difficile à dire...
J'ai suivi ces gamins tout au long de leur périple avec le sourire aux lèvres. Pas que cela m'ait rappelé mon enfance, 1960 j'étais pas encore dans les pensées de mes géniteurs mais ces lignes sentaient la nostalgie à plein nez.
Gordon qui nous raconte les histoires qu'il écrit: j'adore!
Bref, King, je l'aime bien parce qu'il écrit tellement bien qu'on est avec lui à chaque ligne. Merci à ma Sis' qui m'a offert ces deux premières pépites. peut-être en lirai-je d'autres!
Commenter  J’apprécie          141

Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
PhilippeKadicPhilippeKadic   01 janvier 2020
« Ouais, c’est cool, alors qu’est-ce qui s’est passé ? » a demandé Teddy, impatient.
« Je ne sais pas.
— Qu’est-ce que tu veux dire, tu sais pas ?
— Je veux dire que c’est la fin. Quand on ne sait pas ce qui se passe après, c’est la fin.
— Quoiiii ? » s’est écrié Vern avec une expression inquiète, soupçonneuse, comme s’il venait de se faire racler au bingo de la foire de Topsham. « Qu’est-ce que c’est que ces conneries ? Comment ils s’en sont sortis ?
— Tu n’as qu’à te servir de ton imagination, a dit Chris, patient.
— Non, pas moi ! » Vern était en colère. « C’est lui qui est censé se servir de son imagination ! Lui qui a inventé cette foutue histoire !
— Ouais, qu’est-ce qui est arrivé au zèbre ? a insisté Teddy. Allons, Gordie, dis-nous.
— Je crois que son père était au mange-tartes et qu’à son retour il a flanqué une raclée à Gros Lard.
— Ouais, c’est juste, a dit Chris. Je parie que ça s’est passé comme ça.
— Ensuite, ai-je ajouté, les gosses ont continué à l’appeler Gros Lard. Sauf ceux, peut-être, qui l’ont appelé Tripes et Boyaux.
— La fin ne vaut rien, a tristement dit Teddy.
— C’est pour ça que je ne voulais pas la raconter.
— Tu aurais pu faire qu’il descende son père, s’enfuie et s’engage dans les Rangers du Texas, a proposé Teddy. Qu’est-ce que t’en penses ?
Chris et moi avons échangé un coup d’œil. Presque imperceptiblement, Chris a haussé les épaules.
[…]
« Désolé que vous n’ayez pas aimé celle-là.
— Non, c’est une bonne, a dit Teddy. Jusqu’à la fin c’est une bonne. Tout ce dégueulis était vraiment cool.
— Ouais, c’était cool, vraiment dégueu, a dit Vern. Mais Teddy a raison pour la fin. C’est une vacherie.
— Ouais. » J’ai soupiré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PhilippeKadicPhilippeKadic   08 janvier 2020
Je voulais encore dire quelque chose à Chris mais je ne savais pas comment.
[...]
Même si j’avais su ce qu’il fallait dire, je n’aurais peut-être rien dit. La parole détruit les fonctions de l’amour, me semble-t-il – qu’un écrivain dise ça peut paraître énorme, mais je crois que c’est vrai. Ouvrez la bouche pour dire à un cerf que vous ne lui voulez aucun mal et vous le voyez filer avec un bref coup de queue. Le mot fait mal. L’amour n’est pas ce que des trouducs de poètes comme McKuen veulent vous faire croire. L’amour a des dents et ses morsures ne guérissent jamais. Aucun mot, aucune combinaison de mots, ne peut refermer ces morsures d’amour. C’est l’inverse qui est vrai, ironiquement. Quand ces blessures cicatrisent, ce sont les mots qui meurent. Croyez-moi. J’ai fait ma vie avec des mots, et je sais que c’est vrai.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LibertyBojanglesLibertyBojangles   19 janvier 2022
Even if I’d known the right thing to say, I probably couldn’t have said it. Speech destroys the functions of love, I think that’s a hell of a thing for a writer to say, I guess, but I believe it to be true. If you speak to tell a deer you mean it no harm, it glides away with a single flip of its tail. The word is the harm. Love isn’t what these asshole poets like McKuen want you to think it is. Love has teeth; they bite; the wounds never close. No word, no combination of words, can close those lovebites. It’s the other way around, that’s the joke. If those wounds dry up, the words die with them. Take it from me. I’ve made my life from the words, and I know that is so.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
PhilippeKadicPhilippeKadic   01 janvier 2020
« Chris, ai-je dit, pourquoi tu ne suivrais pas les cours du collège ? Tu es assez intelligent.
— Ils décident tout ça dans leur bureau. Et dans leurs petites réunions distinguées. Les profs, ils sont tous assis en rond et putain tout ce qu’ils c’est : Ouais, Ouais, Juste, Juste. Ces enculés veulent juste savoir comment tu t’es conduit à l’école et ce que la ville pense de ta famille. Tout ce qu’ils décident c’est si tu vas ou non contaminer tous leurs petits galetteux à la fac. Mais j’essayerai peut-être de me préparer. Je ne sais pas si je pourrai y arriver, mais j’essayerai peut-être. Parce que je veux sortir de Castle Rock, aller à l’université et ne plus jamais voir de ma vie ni mon vieux ni mes frères. Je veux aller quelque part où personne ne me connaît et où je n’ai pas de mauvaises notes avant même de commencer. Mais je ne sais pas si je pourrai.
— Pourquoi pas ?
— À cause des autres. Les autres vous tirent vers le bas. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PhilippeKadicPhilippeKadic   01 janvier 2020
C’était le seul à ne jamais boire un verre, même pour montrer qu’il avait des couilles au cul. Il ne voulait pas devenir un sac à vin comme son vieux, disait-il. Et un jour, entre nous, il m’a dit – après que les jumeaux DeSpain eurent apporté un pack de bière piqué à leur père et que tout le monde s’était foutu de sa gueule parce qu’il n’avait même pas voulu y goûter – qu’il avait peur de boire. D’après lui son père ne dessoûlait plus du matin au soir, son frère aîné avait été ivre mort quand il avait violé cette fille, et Les Mirettes n’arrêtait pas de siffler du vin avec Ace Merrill, Charlie Hogan et Billy Tessio. Quelles chances tu crois que j’aurais d’en sortir, m’avait-il demandé, si je commence à picoler ? Vous trouvez peut-être drôle qu’un môme de douze ans craigne d’être un alcoolique en herbe, mais pour lui ce n’était pas drôle. Pas du tout. Il avait passé beaucoup de temps à y penser. Il en avait eu l’occasion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Stephen King (168) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stephen King
Sortez les cahiers et les stylos, il est l'heure de tester votre orthographe ! Au programme, un extrait d'"Écritures : Mémoires d'un métier", de Stephen King. Dans cet ouvrage, le maître du thriller propose une réflexion sur son travail d'écrivain, le comparant à la magie et à la télépathie.
Bonne chance à tous, n'oubliez pas de commenter vos difficultés et vos succès !
#Dictée #Orthographe #StephenKing ___________________
Suivez France Culture sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : nostalgieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura






Quiz Voir plus

Le quiz Stephen King !

Quel est le premier livre de King a avoir été publié ?

Shining
Dead Zone
Carrie
Le dôme

10 questions
1447 lecteurs ont répondu
Thème : Stephen KingCréer un quiz sur ce livre