AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Pierre Quijano (Traducteur)
EAN : 9782253151425
795 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (04/06/2003)

Note moyenne : 4.11/5 (sur 702 notes)
Résumé :
Il a suffi que l'ordinateur d'un laboratoire ultra-secret de l'armée américaine fasse une erreur d'une nanoseconde pour que la chaîne de la mort se mette en marche. Le Fléau, inexorablement, se répand sur l'Amérique et, de New York à Los Angeles, transforme un bel été en cauchemar. Avec un taux de contamination de 99,4 %. Dans ce monde d'apocalypse émerge alors une poignée de survivants hallucinés. Ils ne se connaissent pas, pourtant chacun veut rejoindre celle que,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
Phoenicia
  05 mai 2019
ENFIN fini! C'est la première pensée qui me vient à l'esprit lorsque je referme ce volume 2 du Fléau de Stephen King, et ce n'est guère positif.
Comprenons-nous bien, l'histoire est intéressante. Elle était même prometteuse. Pour autant, un certain nombre de bémols atténuent fortement l'enthousiasme.
Commençons par l'histoire dans un premier temps. On retrouve nos personnages principaux : Mère Abigaël, Nick Andros, Stu, Glen, Frannie, Harold, Larry Underwood, etc. Tous sont occupés à reconstruire la civilisation dans la petite ville de Boulder, Colorado. Pendant ce temps, l'Homme Noir s'organise à Las Vegas, Nevada et la menace plane sur nos héros qui savent qu'un affrontement est imminent.
Par moments, l'intrigue est passionnante, on veut réellement savoir ce qui va se passer. Et pourtant, j'ai eu du mal à rentrer dans l'histoire. C'est peut-être ma faute, j'ai mis plusieurs mois à me mettre dans ce volume 2. En tout cas, lorsque l'on voit la densité du livre, ce n'est pas très encourageant! Quant aux 100 dernières pages, elles sont très longues pour ce que c'est. On dirait un épilogue. Et un épilogue de 4 chapitres sur 100 pages, c'est longuet!

A côté de ça, King nous offre un scénario prometteur. Dérangeant par endroits, comme dans le tome 1. Alors qu'un scénario bien manichéen est annoncé, on s'aperçoit que les personnages ne le sont pas autant qu'on pourrait le croire. Beaucoup évoluent, à Boulder comme à Las Vegas. Les habitants de Boulder prennent des décisions moralement condamnables. Et on se surprend à avoir de la compassion pour certains. Personnellement, la personnalité de la Poubelle m'effraie autant qu'elle m'inspire de la pitié, au même titre qu'Harold ou Nadine. Certains passages sont également émouvants.
De même, on sait qu'un affrontement se profile, sans réellement savoir la forme qu'il peut entreprendre. Un mystère qui attise d'autant plus notre curiosité. On attend, on attend... Et là très clairement, l'Affrontement, c'est LA grande déception du livre. le gros bémol pour ma part.
Bref, je sors mitigée de cette oeuvre, qui me paraissait pleine de promesses et qui, si elle a su remplir certains points, est loin de les remplir pourtant toutes...
Challenge Multi-défis 2019
Challenge le tour du scrabble en 80 jours 4e édition
Challenge Trivial Reading IIe Edition
Challenge Séries
Challenge Mauvais Genres
Challenge Pavés 2019
Challenge XX e siècle
Challenge 50 objets 2019-2020
Challenge BBC
Challenge USA
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
Tinaju
  04 juin 2020
J'ai lu le 1er tome au début du confinement car l'analogie était facile entre le covid et le fléau. Déconfinement et me voilà partie avec les protagonistes du roman sur les routes.
J'avais bien aimé ma lecture du début de cette grande aventure et là, j'ai été déçue.
1erement car il y a beaucoup de longueurs. OK, les gens ne se déplacent que lentement sur les routes américaines mais j'ai eu l'impression de faire pareil. En fait, ça dépend de quel groupe on suit. Par moment, j'étais totalement immergée dans les aventures et j'avais vraiment envie de progresser avec eux. Je m'étais vraiment attachée aux personnages.
Mais avec d'autres groupes, c'était vraiment la misère. Notamment quand on suit les errements de "la poubelle". Là, j'avoue, j'ai sauté des pages.
Bref, un avis mitigé en sortant de cette lecture. Je lirai le 3e tome car c'est le dernier mais en espérant qu'il sera plus semblable au 1er qu'au 2e.
Pioche de juin 2020 choisie par Gwen21
Commenter  J’apprécie          120
Lenora
  07 août 2019
Ce second tome s'ouvre sur les traces du personnage appelé La Poubelle qu'on avait déjà pu entrapercevoir dans la premiere partie et ainsi zyeuter un peu du côté du Peuple, là où se trouve le camp de l'Homme noir, pour voir ce qui s'y passe et observer les résultats de leur évolution. La conclusion est assez simple : le Promeneur prepare sa conquête en instaurant parmi les siens une discipline et une autorité implacables. Vous êtes libres à la seule condition que vous obeissiez aveuglément à ses ordres et travaillez pour la commune. A vrai dire, beaucoup y trouve leur compte, mais surtout une certaine satisfaction si on omet la peur qui règne dès que Randall Flag est dans les parages.
Pendant ce temps, chez mère Abigaile on assiste à la renaissance timide de la société. Elle ressemble beaucoup à la notre d'ailleurs, avec ses bonnes intentions mais où la manipulation politique semble être le premier et plus important niveau. Dans le cas du "Fleau", un comité se forme avec les personnages principaux du premier tome et sont les décisionnaires de la vie quotidienne. Pourquoi ? Quelles raisons les rend éligibles ? Nul ne sait vraiment, parce qu'au final ils se choisissent eux même sans réellement se baser sur leurs aptitudes ou ce qu'ils ont pu ou peuvent apporter. Une facilité de l'histoire ou l'ombre d'une democratie totalitaire.. ? L'enfer est pavé de bons sentiments comme nous le rappelle Glen.
Apparaît alors des questions sociétales importantes et légitimes. Notamment sur l'abus de pouvoir, la désinformation, les dérives, l'importance ou non du regroupement, etc. L'homme peut-il finalement vivre sans structure sociale ?
Toutes ces questions et ces deux modèles de société sont vu a travers plusieurs personnages, donc plusieurs voix et par conséquent par plusieurs perceptions différentes. Ce qui permet d'enrichir le débat et ne pas se reposer sur quelques arguments frôlant l'habituel manichéisme qu'on retrouve souvent dans la fiction. Ici, le camp du mal et le camp du bien ont tous les deux de quoi être fier mais également de quoi avoir honte. Et c'est en particulier à travers Tom Cullen, cette innocence même, qu'on l'expérimente.
L'homme en noir est pour moi le second élément le plus attractif après cette reconstruction de la vie communautaire. Il est la parfaite représentation du mal : attractif et répulsif. Il possède beaucoup de charisme mais attise également beaucoup de crainte. Ce qui m'a donné envie d'en savoir et lire plus sur lui, donc je vais sans doute me plonger plus tard sur ' les yeux du dragon ' et le 'cycle de la tour sombre' pour tenter de connaître un peu mieux ce personnage malveillant mais si intéressant.
En parallèle, il n'y a pas que le côté sombre que peut offrir la société ou l'Homme. Il y a aussi de la beauté dans certains gestes. La conviction de l'entraide. La croyance. L'espoir. Et c'est en lisant cet opus que je me suis vraiment rendu compte que le " Fléau " n'était pas qu'une oeuvre fantastique et horrifique. Mais surtout une tres belle oeuvre sur l'Humanité en représentant parfaitement sa terrible dualité qui oscille entre le bon et le mauvais. Et que ce sont nos choix, notre foi, qui non seulement nous définissent mais peuvent tout changer. Et qu'il n'est jamais trop tard. Jamais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Accalia
  13 février 2017
Premier roman de l'année! Ou plutôt premières lectures de l'année 2017, soit deux énormes briques!
Cela faisait un moment que mon mari voulait me faire découvrir cette histoire. Mais la taille des deux tomes (après ça) me faisait un peu peur…Finalement, début janvier je me suis lancée dans cette grande aventure et je ne l'ai pas regretté du tout!
J'ai beaucoup aimé ma lecture.
Franchement, à chaque fois (pour le moment en tout cas) Stephen King arrive à me transporter dans une incroyable histoire et ça c,'est vraiment génial! Je n'ai pensé qu'à ce récit pendant quelques jours et il m'a hanté bien après ma lecture.
Il est considéré comme un roman d'horreur, même si je ne suis pas persuadée que cela soit franchement juste…j'avais plutôt l'impression d'une sorte de roman-fin-du-monde-aventure.
C'est un récit qui aborde énormément de thèmes, avec principalement le Bien et le Mal qui ne finissent jamais de se combattre. Mais on a l'amour, la peur, la jalousie, l'entraide,ou au contraire la cruauté. On découvre toutes les réactions possibles des êtres humains face à la fin d'un monde.
Ce qui est assez drôle, c'est que j'ai lu cette histoire bien enrhumée et mes enfants aussi…Comment devenir un peu paranoïaque il faut l'avouer!
Comme pour le roman « ça », ce sont deux énormes tomes. Stephen King est très très prolifique. Il s'agit d'ailleurs de son plus long roman. Il décrit tout avec minutie. C'est très intéressant, mais cela ralenti beaucoup le récit, forcément. Il faut donc le vouloir et être prêt à passer un certain temps avec ces romans.
Cela ne me dérange pas du tout. Je n'ai pas vu passer les pages et j'ai adoré lire et découvrir tous les détails de ce récit.
Je pense avoir préféré le tome 1 au 2.
J'ai adoré suivre l'évolution de l'épidémie, voir comment petit à petit l'Amérique entière se fait contaminer, comment les gens ont tenté de survivre, l'armée de « cacher » les preuves…et de voir comment les quelques survivants essayent de continuer et d'avancer. C'était assez impressionnant et je ne pouvais m'empêcher d'essayer d'imaginer comment je me débrouillerais si c'était moi. Il a bien réussi à transmettre un sentiment d'angoisse et de vide dans ce pays devenu quasi-désert.
Durant le deuxième tome, les survivants se sont rassemblés et ils essayent de se réorganiser un semblant de société. Même si j'ai beaucoup aimé cette suite et connaitre la fin, j'ai préféré la partie sur les routes et le début de l'épidémie.
Mais là encore, c'est crédible : ils se rassemblent, ils tentent de faire fonctionner l'électricité (ils ne redeviennent pas des sauvages quoi), ils enlèvent les cadavres…bref, ils s'organisent efficacement pour survivre. Et hélas, ils reproduisent finalement exactement les mêmes erreurs que l'humanité auparavant.
Il y avait des personnages dont je n'avais absolument rien à faire…les chapitres sur les « méchants » par exemple, ne me passionnaient pas des masses il faut le dire…
j'ai mis du temps à vraiment m'intéresser à Larry au début, qui me semblait être complètement stupide. Mais il s'améliore grandement au fil des pages. J'aimais beaucoup suivre les chapitres de Tom et Nick aussi, deux personnages hors du commun je trouve (un attardé mental et un sourd-muet) qui ont eu une destinée assez intéressante.
Le combat Bien/Mal m'a moins intéressé que le traitement de l'épidémie en lui-même et la manière dont les humains se sont débrouillés. Mais cela donne un fil conducteur au récit.
[Attention, je dévoile la fin]

———————————–
J'ai donc passé un excellent moment de lecture! Je l'ai lu aussi vite que possible, tellement je voulais connaitre la suite. Un bon roman, des personnages haut en couleur et une histoire assez passionnante, je ne peux que le conseiller, malgré mon petit bémol.
L'année 2017 commence en tout cas très bien.
Lien : https://writeifyouplease.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
charlitdeslivres
  04 mars 2016
Avant de commencer cette chronique je tenais à vous exprimer mon désespoir … Cette saga est en vérité une trilogie … Je m'en suis doutée là où une centaine de pages avant la fin, j'ai réalisé que le dénouement ne pouvait avoir lieu dans ces cent dernières pages … Donc je vais devoir attendre de recevoir le tome 3 pour pouvoir terminer cette fantastique trilogie !
On poursuit cette histoire de survivant. le virus a disséminé la plupart de la population et les seuls survivants vont se répartir en deux clans : les gentils et les méchants !
Les bons sont à la poursuite de la femme qui les appelle dans leur rêve ! Et les méchants sont à la poursuite de l'homme noir. Celui qui fait frémir tout le monde. Celui qui porte plusieurs noms : Satan, l'homme de la nuit et du désespoir, le maître…
Dans ce deuxième tome, on sent que l'on est en transition. Et comme dans tous ces tomes, je les trouve toujours un peu inférieurs en intensité. On se retrouve dans un moment où la première action est finie et on commence à apercevoir les prémices de la nouvelle action : le combat final !
On aime son style toujours aussi impeccable, mais j'ai ressenti des longueurs dans ma lecture. Après comme je vous l'exprimez un peu plus haut, cela m'arrive souvent dans le tome 2 d'une trilogie.
Chacun crée son armée. le combat va être violent, sanglant même. On connait Stephen King, on le sait déjà, il n'y aura pas ou peu de survivant … Mais on commence à envisager que le mal viendra peut être de l'intérieur de l'armée principale. Chacun veut sortir son aiguille du jeu et on se dit que parfois les cartes ont été mal mélangées. Les survivants ne sont peut être pas dans le bon camp. Seul l'avenir nous le dira !
Je suis tout de même impatiente de lire le Tome 3 pour connaître le dénouement final, j'espère qu'il sera à la hauteur de mes attentes … Et plus j'attends la réception de ce roman, plus mes attentes seront hautes !
Lien : https://charlitdeslivres.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
TinajuTinaju   31 mai 2020
Ils se sentaient déjà loin de chez eux, dans l'ombre de la mort.
Commenter  J’apprécie          30
SuzyBessSuzyBess   26 février 2018
La folie religieuse a ceci de merveilleux qu'elle peut tout expliquer. Dès lors qu'on accepte Dieu (ou Satan) comme cause première de tout ce qui survient dans le monde mortel, rien n'est plus laissé au hasard. Dès lors que l'on maîtrise des phrases incantatoires comme "et maintenant nous voyons dans la nuit" ou "les voies de Dieu sont insondables", rien n'empêche plus de jeter la logique aux orties. La folie religieuse est l'un des moyens infaillibles de faire face aux caprices du monde, car elle élimine totalement le simple accident. Pour le véritable maniaque religieux, tout avait été prévu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
pandarouxpandaroux   13 août 2016
Flagg sentit la terreur se couler dans les chambres secrètes de son coeur. La terreur de l'inconnu, de l'inattendu. Il avait tout prévu pourtant, même ce sot discours que Whitney avait décidé de faire sur un coup de tête. Il avait tout prévu, sauf ça. La foule - sa foule - s'ouvrait, reculait. On entendit un hurlement, très haut, très clair. Quelqu'un s'enfuit en courant. Puis un autre. Et la foule, à bout de nerfs se dispersa dans la bousculade.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
emidamemidam   21 mars 2016
Nous ne pouvons que gagner du temps, pensait Stu. La vie de Peter, la vie de ses enfants, peut-être la vie de mes arrière-petits-enfants. Jusqu'à l'an 2100 peut-être, sûrement pas plus longtemps. Peut-être moins. Suffisamment de temps pour que cette pauvre terre se recycle un peu. Une saison de repos.
Commenter  J’apprécie          10
SflaggSflagg   18 mars 2015
De l'autre côté de l'autoroute, des loups descendaient la pente, traversaient la bande médiane, des loups gris aux yeux rouges qui retroussaient leurs babines, découvrant des crocs menaçants. Ils étaient plus de deux douzaines. La Poubelle, perdu dans une extase de terreur, fit encore pipi dans son pantalon.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Stephen King (150) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stephen King
Si tu laisses la porte entrebâillée, les murmures viendront se glisser…
Un écrivain veuf, Tom, et son fils de 8 ans, Jake, emménagent dans une nouvelle ville.
Featherbank. Si charmante et calme en apparence.
Où vingt ans plus tôt, un serial killer a été arrêté après avoir tué plusieurs enfants.
On l'appelait l'Homme aux murmures.
Des murmures que Jake a entendus. A la porte de sa maison.
Et si tout recommençait ?
Alex North est né et vit à Leeds. "L'Homme aux murmures" est son premier roman.
« Brillant ! Pour tous les lecteurs de Thomas Harris et de Stephen King.» Booklist
« Poignant et terrifiant.» Entertainment Weekly
Traduit de l'anglais par Brigitte Remy-Hébert
Retrouvez les informations sur notre site internet : http://bit.ly/2whEiRK
Suivez-nous sur : Facebook : https://www.facebook.com/editions.seuil/ Twitter : https://twitter.com/EditionsduSeuil Instagram : https://www.instagram.com/editionsduseuil/
+ Lire la suite
autres livres classés : épidémieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le quiz Stephen King !

Quel est le premier livre de King a avoir été publié ?

Shining
Dead Zone
Carrie
Le dôme

10 questions
1265 lecteurs ont répondu
Thème : Stephen KingCréer un quiz sur ce livre