AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Les Tommyknockers tome 1 sur 4

Dominique Dill (Traducteur)
EAN : 9782226039262
604 pages
Albin Michel (01/12/1989)
3.56/5   760 notes
Résumé :
Tard, la nuit dernière et celle d'avant
Toc! Toc! à la porte - les Tommyknockers
Les Tommyknockers, les esprits frappeurs...
Je voudrais sortir, mais je n'ose pas
Parce que j'ai trop peu
du Tommyknocker
Tout commence par les rythmes apaisants d'une berceuse ; et pourtant, sous la plume de Stephen King, les vers anodins se muent en une inoubliable parabole de l'épouvante, qui entraîne les habitants pourtant bien sages et terr... >Voir plus
Que lire après Les Tommyknockers, tome 1 Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (41) Voir plus Ajouter une critique
3,56

sur 760 notes
[Cette critique vaut pour l'ensemble des 3 tomes.]

Ce qu'il y a de bien avec Stephen King, c'est que même si on en a déjà lu un paquet, il en reste plein. King et moi ça a beau être une histoire qui dure depuis un bail et j'ai beau en avoir lu pas mal, il m'en reste plein à découvrir et certains parmi ses classiques. C'était le cas pour "les tommyknockers" qui s'avère un très bon cru.

Malgré un petit côté SF qu'on n'a pas l'habitude de voir chez King, on reste en terrain connu. C'est du King pur jus. On y retrouve ses thèmes récurrents : le mal qui prend possession d'une ville, l'alcoolisme, le héros écrivain... On retrouve aussi la construction narrative habituelle chez l'auteur avec une montée en puissance progressive et l'usage de certains gimmicks stylistiques que King affectionne (par exemple une phrase qui commence à la fin d'un chapitre et qui finit dans le suivant). Certains diront que King utilise toujours les mêmes recettes. Ce n'est pas faux. Mais quand le gâteau est bon, que la recette a fait ses preuves et est toujours aussi savoureuse, on ne fait pas la fine bouche.

La 1ère partie du roman, centrée sur les 2 personnages principaux, est brillante. le parallèle entre l'alcoolisme de Gardener et l'obsession de Bobbie est une idée astucieuse et pertinente qui fonctionne très bien.
Dans la 2ème partie, on fait connaissance avec la ville de Haven au fur et à mesure que la menace grandit. le roman pend alors l'allure d'un récit paranoïaque façon "Body snatchers". Ce côté parano inquiétant est bien maîtrisé et le thème du mal qui prend le visage des proches est quelque chose qui fonctionne bien sur moi. Dans cette 2ème partie, on voit une mécanique se mettre en place peu à peu. le crescendo est réussi mais tout de même moins implacable que dans "le bazar de l'épouvante" dans lequel tous les rouages semblaient s'assembler les uns aux autres avec une patiente et inéluctable cohérence parfaitement huilée. Dans "les tommyknockers" il y a tout de même quelques baisses de rythme, surtout dans le 2ème tome.
Le climax est bien stressant, le suspense vrille les nerfs du lecteur. King étire au maximum ce dénouement, peut-être un peu trop.

Mais ce que je retiendrais avant tout de ce roman, c'est le personnage de Gardener. Gard est un très beau personnage, parmi les plus attachants de King. Il va peu à peu se conduire héros, lui qui n'avait rien pour en devenir un, lui le pauvre type alcoolique. Tour à tour, Gard m'a émue, agacée, touchée, révoltée puis j'ai fini par l'admirer.

Cette histoire entre King et moi, qui dure depuis l'adolescence, n'est décidément pas prête de finir.
Commenter  J’apprécie          4814
Les soirs où la lune est rousse, vous pouvez voir quelques fourmis monter le long des troncs d'arbre.
Et si en plus c'est la pleine lune, alors quelques-unes de ces fourmis, une fois le sommet de l'arbre atteint, retombent… transformées en loup-garou.


Après avoir manqué son hirondelle, la chatte, toute mouillée, avait passé longtemps à se lécher pour refaire son poil. Mais c'était déjà le soir et elle était encore mouillée, alors Gégé, au moment de fermer la porte, lui dit « toi, ma belle, tu es bonne pour dormir à la belle étoile ce soir… ».

Seulement, cette nuit-là, la chatte croisa la route du loup-garou et eut à subir un accouplement tout à fait immonde, dont elle ressortit sur des pattes tremblantes et dépouillée d'une bonne partie de ses poils ainsi qu'un peu de chair ici ou là…

Et pourtant, ce n'était rien en comparaison de l'horreur de la mise bas qui eut lieu prématurément d'une semaine pour une chatte, donc exactement 56 jours plus tard.
En naissant, les petits êtres hybrides semblaient avoir emporté tout l'intérieur de la chatte, et le déchirement de sa peau et de ses chairs avait fait couler tellement de sang que l'on pouvait croire qu'elle était morte noyée dans son propre sang. Il ne restait donc plus de la chatte que sa peau vide sur le sol, une peau dépoilée et imbibée de sang, une sorte de costume de chatte qui aurait servi trop longtemps de paillasson à des hommes venant de tuer le cochon.
Les petits virent donc non pas le jour, mais la clarté rousse d'une nouvelle pleine lune, dès 20h le soir.

Depuis la nuit où elle fut prise si terriblement par un monstre, la chatte n'était pas retournée chez elle, mue par cet instinct animal qui dicte de cacher ses petits s'ils sont voués à être tués. Bien sûr, Gégé et son fils Peter avaient été tristes. Mais Gégé était plus inquiet pour son fils Peter, qu'il voyait changer au fil des jours.


Le soir de la venue dans ce monde des petits monstres, Peter ressortit voir ses copains, mais il ne rentra pas comme prévu à l'heure donnée par Gégé. Lui et ses copains, Brieuc, Maël, Enzo, Jicky, Romane, Leeloo, Emilie, Elsa et Zoé, s'étaient donné rendez-vous à 22h.

Là, ils étaient entrés en fraude dans le collège, parce qu'ils savaient que l'alarme était inopérante. Mais surtout, ils avaient donné rendez-vous à monsieur T. à minuit, lui envoyant anonymement des mails en lui disant qu'ils avaient des photos compromettantes de lui. Et à leur plus grande surprise, monsieur T. s'était montré tout à fait embêté et même effrayé de l'existence de ces photos. Toute la bande avait donc passé les deux heures d'attente de la venue de monsieur T. à spéculer sur la nature de ses éventuels péchés.

En quatre heures de vie, les sept petits monstres hybrides avaient atteint leur taille adulte. Ils se dirigèrent vers le collège de Peter et quand ils l'atteignirent, après n'avoir croisé personne dans cette petite bourgade, ils pénétrèrent sans difficulté à l'intérieur puisque des portes étaient restées ouvertes.

Il était dix minutes après minuit quand la porte de la salle de monsieur T. fut franchie par le plus grand d'entre eux, qui se trouvait être le chef. Les élèves étaient tous là, en train de rire autour de monsieur T., qui lui pleurait de honte. Mais à partir de ce moment, plus personne n'eut envie de rire, et plus personne n'eut même l'occasion de verser une larme, tant l'horreur du carnage laissa sans voix, sans réaction puis sans vie tous les êtres humains présents dans la salle.

Jicky, en se faisant dévorer par les pieds, avait agrippé un robinet de gaz et par réflexe, sa main était restée crispée dessus. Quand un des monstres avait voulu finir ce morceau-là, il avait tiré sur cette main et cela avait ouvert le gaz. Il sentit une drôle d'odeur et recula brutalement, ce faisant il bouscula la porte qui se referma violemment.

Il ne restait que les sept monstres hybrides dans la pièce et quelques fragments de personnes humaines en petites boulettes recrachées par les monstres qui n'avaient peut-être pas trouvé à leur goût certains morceaux.
Et les sept monstres étaient paniqués par le gaz qui continuait à s'échapper, paniqués car il n'y avait plus d'issue à cette pièce. Ils avaient beau observer autour d'eux, ils ne voyaient pas un seul trou par lequel s'échapper. En si peu de temps de vie, ils n'avaient pas appris l'utilité d'une porte.

Le lendemain matin, quand le gardien du collège se pencha sur le problème d'alarme, répara le système et fit un essai, la salle de SVT explosa et toute la partie du bâtiment où elle était située brûla longuement. Il n'y eut aucun reste ni humain, pour le peu qu'il en restait déjà, ni des monstres.

La disparition de dix élèves et du professeur de SVT resta à jamais inexpliqué, même si elle fit couler beaucoup d'encre.
Si certains se demandent ce qu'il advient des loups garous une fois qu'ils se sont accouplés, je n'ai pas la réponse.


Alors les Tommyknockers, c'est long… et ça se termine en queue de boudin…
Mais c'est pas mal, hein, quand même, parce que c'est Stephen King qui a écrit ça. Et Stephen King, il écrit bien lui quand même…



En musique, l'ambiance pour raconter n'importe quoi :

« La calandre est super enfoncée,
et la peinture a bien morflé,
Le moteur gauche s'est fait la malle.
On dirait un kart à pédales !
Comment j'vais dire ça à papa,
au centre ils voudront plus de moi,
Le rétro gauche est tout pété,
et les planitrons sont tombés.

Oh putain Goldorak est mort
Impossible de le r'démarrer
Alalah Goldorack est mort
C'est sûr mon père il va me tuer !
Il faut que j'arrive à joindre Alcor.
Je crois que le delco est pété
Allez, des couilles, j'suis le prince d'Euphor
Je vais quand même pas me mettre à chialer !

Je me revois bien sortir d'la boîte,
après sur la p'tite route je déboîte,
J'ai vu débouler le lapin,
j'ai lancé les fulguro-poings !
Pourtant c'était bien au Xenon,
Venusia était trop canon
Elle s'est cassée avec Bioman,
et maintenant j'me prend un platane !!
[...] »
(Extrait de « Goldorak est mort », Les Fatals Picards : http://www.youtube.com/watch?v=SYpOv5Rt3ro)
Commenter  J’apprécie          173
Peter, Brieuc, Maël, Enzo, Jicky, Romane, Leeloo, Emilie, Elsa, Zoé se rejoignaient au fur et à mesure de leur arrivée, souvent déposés en voiture par leurs parents, à quelques mètres de la grille du collège.

Leurs parents osaient encore, pour la plupart, échanger un bisou avec eux avant qu'ils ne sortent de la voiture. Puis ils les regardaient s'éloigner non sans quelque inquiétude. Ils étaient les mieux placés pour remarquer en eux un changement, mais ils se rendaient compte qu'ils ne pouvaient que l'imaginer et pas vraiment le constater, puisqu'ils ne pouvaient accéder au coeur du lieu qui initiait ce changement, le collège à n'en pas douter.


Peter se mettait à parler de manière tout à fait vulgaire, à faire toujours des blagues à deux balles mais la plupart, en plus, bien grasses.

Chose étrange, cet humour, plus que douteux, avait le plus grand effet sur Romane et Leeloo, pourtant petites filles sages à la maison, qui devant lui se mettaient à rire comme des dindes et derrière lui continuaient à rire comme des dindes.

Brieuc perdait son sourire et sa joie de vivre et devenait complètement passif, attendant que les heures passent, sauf quand en de rares occasions il se laissait aller à participer aux blagues des autres élèves.

Emilie choisissait toujours les jupes les plus courtes et se peinturlurait de maquillage alors que le week-end elle restait plutôt décontractée aimant les promenades dans la nature et les activités sportives.

Elsa était calme à la maison mais devenait un vrai moulin à paroles en classe, avec ses camarades, même isolée elle arrivait encore à bavarder.

Zoé, en général respectueuse des adultes, ne pouvait s'empêcher de leur répondre, la plupart du temps avec insolence, dès qu'elle était à l'intérieur du collège.

Maël et Enzo, pas vraiment téméraires dans la vie de tous les jours, ne ratait pas une occasion de faire des idioties, comme mettre des kleenex dans la capuche de leur voisin de devant, lancer des boulettes, quitte à se faire prendre.

Enfin, Jicky, garçon d'habitude intelligent et réfléchi, pouvait devenir complètement idiot en faisant une connerie comme se planter son compas dans la main en jouant avec.


Ce phénomène irradiait dans tout l'établissement mais il semblait parfois bien plus fort. le principal, qui menait son enquête par des observations poussées – écouter derrière les portes des salles de classe le niveau sonore – trouva rapidement ce qui semblait être le coeur du problème : monsieur T., professeur de SVT vieux mais débutant, avec qui les élèves semblaient bien au maximum de leur transformation.

Peter et Enzo, relayés au fond de la classe pour ne pas « perturber » leurs camarades, jouaient à la guerre des étoiles avec leurs règles.

Jicky, certes encouragé par ses camarades, était sorti par la fenêtre quand monsieur T. avait le dos tourné pour revenir frappé à la porte : rire général devant l'air ahuri de monsieur T. qui avait fait l'appel quelques minutes plus tôt.

Romane refusait de sortir ses affaires, refusait de répondre, refusait de changer de place et refusait de sortir de la classe, encouragée par ses camarades dont la plupart s'étaient levés, certains allant même jusqu'à se mettre debout sur leur chaise.

L'ensemble des élèves ou presque, à commencer par Zoé qui en avait eu l'idée, avait déroulé un rouleau de scotch tout autour des tables de la salle pour faire une barrière empêchant monsieur T. de s'approcher d'eux.

Leeloo avait introduit une vraie grenouille, bien vivante, le jour où ils devaient en disséquer, espérant faire une belle frayeur à monsieur T et se payer sa tête, ce qui fut réussi.

L'ensemble des élèves savait bien sûr communiquer par simple transmission de pensées, se mettre à tousser à tour de rôle dès que monsieur T. ouvrait la bouche, se mettre à « tipper » dès qu'ils étaient interrogés, se mettre à « bourdonner » dès qu'il y avait le silence…

Cette transformation est lente, mais est-elle inéluctable ? Est-elle inexorable ? Est-elle irrémédiable ? Et quel est l'avenir de monsieur T. ?


Que de suspense après ce tome 2, qui me confirme que je dois apprécier l'écriture de Stephen King, car j'ai bien aimé et je n'ai pas trouvé ça long… mais il est vrai que ce n'est pas fini. Chouette !



Quelques paroles en plus :
« Je veux vous parler de l'arme de demain
Enfantée du monde elle en sera la fin
Je veux vous parler… de moi… de vous
Je vois à l'intérieur des images, des couleurs
Qui ne sont pas à moi qui parfois me font peur
Sensations… qui peuvent me rendre fou
Nos sens sont nos fils, nous pauvres marionnettes
Nos sens sont le chemin qui mène droit a nos têtes

La bombe humaine
Tu la tiens dans ta main
Tu as l'détonateur
Juste a cote du coeur
La bombe humaine
C'est toi elle t'appartient
Si tu laisses quelqu'un
Prendre en main ton destin
C'est la fin, la fin […] »

(Extrait de « la bombe humaine », Téléphone)
Commenter  J’apprécie          162
Une chatte est tapie dans l'herbe, trois pattes ployées, une ne touche pas le sol, prête à bondir.


Gégé et son fils sortent dehors.

« Tu sais, dit Gégé à son fils, fais gaffe au côté obscur. »

- Qu'est-ce que tu racontes comme connerie ?

« Bah… t'as quinze ans, fais gaffe quoi. »

- Ah, oui, bien sûr… mais je vois pas pourquoi tu me dis ça, là, maintenant…

« Tu sais tu dois pas te laisser entraîner à faire des conneries, il faut apprendre à reconnaître ceux qui sont du côté obscur. Ah, nous on avait star wars… des bons films… qui t'embrouillaient pas l'esprit. Les méchants et les gentils. Tiens même le grand méchant ils l'avaient fait noir pour pas qu'on s'trompe. »

- Pff… N'importe quoi… Dans l'armée de Dark Vador, ils avaient tous des uniformes blancs en plus…

« Oui, tous le même uniforme, c'était une métaphore du communisme. »

- Et d'ailleurs le vrai grand méchant c'était l'empereur.

« Oui, avec sa capuche… comme les jeunes délinquants ! »

- Ah, tu crois que qu'en 1977 c'était déjà la mode ?

« Bah, en Amérique, oui… »

- …

« Regarde… les chasseurs stellaires ! qui font des piqués ! qui virent au dernier moment ! qui redressent ! accélèrent ! s'engouffrent dans un étroit couloir pour torpiller le réacteur de l'étoile noire !! Waouh ! »

- Pôpa… c'est que des hirondelles !

Comme son fils rentre, Gégé le suit.


Les hirondelles font en effet d'incessants va et vient pour nourrir leurs petits, entrant en trombe dans le garage par une petite ouverture laissée à leur intention.

Puisqu'il n'y a plus personne dans la cour, une d'elle se pose sur le bac de récupération d'eau de pluie qui se trouve sous la gouttière.
Jamais une hirondelle ne se pose normalement.

La chatte, qui n'a rien raté de la scène, ne rate pas non plus l'occasion et bondit à ce moment sur l'hirondelle ! qui n'a pas de mal à s'envoler pour l'éviter…

La chatte, par contre, ne peut plus retenir son élan et atterrit dans le bac plein d'eau.

Morale bien connue :
Plus les préliminaires sont longs, plus la chatte est mouillée.


Bon, maintenant que le tome 1 des Tommyknockers est terminé, l'histoire va pouvoir commencer, j'ai hâte…


Ben pas de paroles de chanson cette fois, du coup la musique de star wars s'impose…
http://www.youtube.com/watch?v=JG5OsfOuEy0
Commenter  J’apprécie          2210
Toc toc à ma porte ! Les Tommyknockers, les Tommyknockers, les esprits frappeurs ! le voici terminé ! Ce pavé de 600 pages taille d'écriture 6 ! Un King plutôt fantastico-sciencefiction que je voulais à tout prix lire, d'autant plus que ce n'est pas le plus aimé des livres du maître ! Qu'en ai-je pensé ?

Dès l'introduction, King me fascine. Il remercie mon second « Steve » favori à savoir Steven Jay Gould et fait référence à l'évolution muette. Je ne vais pas vous cacher que sur ce coup-là, j'étais excité comme une puce ! Je ne savais pas du tout de quoi parlait ce bouquin ! J'imaginais des petits lutins inventeurs fous qui allaient faire vivre un cauchemar à Haven, petite ville du Maine. Mais en fait… Rien à voir ! C'est une histoire !

Un peu comme dans « Dôme » où King nous contait l'histoire de Chester Mill, ici, c'est l'histoire de Haven que King nous fait découvrir. Une foule de personnage, un récit historique sur la ville des plus passionnants, une histoire tirée par les cheveux… Oui ok il faut s'accrocher, ne pas s'y perdre, entrer dans le réseau de pensée « Kingien » et bien s'y installer. C'est « l'évolution » qui commence et après tout cela, on peut profiter de ce merveilleux roman !

J'ai toujours adoré King pour son aptitude à conter l'histoire d'une ville. Ici on connait vraiment tout de Haven et de ses habitants. C'est juste fascinant. Et comme dans tout King, certains personnages ressortent du lot. Bien que n'ayant pas beaucoup apprécié Bobby j'ai adoré Jim Gardener ! Un personnage à peine engagé en pleine période de catastrophe de Tchernobyl… On sent le King remonté contre le nucléaire et la police de Dallas ! On sent d'ailleurs dans ce livre un King très « théorie du complot », Bref des personnages convainquant tout comme les personnages secondaires bien que ce livre soit une véritable boucherie (vive le renouvellement de personnage).

Les tommyknockers c'est aussi un des livres les plus effrayant et glauque de King (et pourtant j'en ai lu pas mal !). Sans trop en dévoiler, l'épisode des douches m'a filé la nausée… Sans oublier ces machines folles (Maximum Overdrive ?!)… Et puis Et l'épisode avec le petit David ! Ouh ! Rien qu'à y repenser, j'en ai des frissons ! Dès le départ, j'ai été frappé par la noirceur du roman. Vraiment j'ai rarement lu quelque chose d'aussi sombre chez King et pourtant on ne peut pas dire qu'il écrive des épisodes des Bisounours…

On peut également prendre un peu de recul sur l'oeuvre de King. Les tommyknockers est un livre bourré de référence. Pennywise (It) y fait une apparition, King fait son propre « caméo » comme auteur de la Tour Sombre et le projet « Under the Dome » n'est pas très loin ! Alors même si ce roman est un OLNI dans la bibliographie de King, on reconnait sans hésiter la patte de l'auteur. C'est juste un peu… déstabilisant. D'autant plus que le degré de folie doit déplaire à plus d'un lecteur. C'est d'ailleurs surement pour cette raison qu'il est si peu apprécié.

Moi j'ai adoré et je le recommande à tous les fans de King encore hésitant ! C'est… original bien que ce ne soit pas son meilleur !
Commenter  J’apprécie          150

Citations et extraits (52) Voir plus Ajouter une citation
Ce n’est pas moi qui vous dirai qu’il n’y a nulle part dans l’univers une planète qui flotte dans l’espace, transformée en gros nuage de cendres mortes à la suite d’une querelle explosive entre deux personnes s’accusant mutuellement de monopoliser le sèche-linge à la laverie automatique du coin, querelle qui a dégénéré en conflagration mondiale. On ne sait jamais vraiment comment les choses finiront ni si elles finiront.
[...]
Naturellement, il est possible que nous fassions un jour sauter notre monde sans aucune aide extérieure, et pour des raisons qui paraîtront tout aussi triviales considérées en termes d’années-lumière : si c’est d’une autre galaxie que l’on contemple le petit point où nous tournons dans la Voie lactée, au sein du Petit Nuage de Magellan, alors le fait que les Russes envahissent ou non les champs de pétrole d’Iran, ou bien que l’OTAN décide ou non d’installer des missiles de croisière américains en Allemagne de l’Ouest, cela peut sembler tout aussi futile que de savoir qui paiera les cinq cafés et les cinq croissants de la pause. Du point de vue de Sirius, ça revient peut-être au même.
Commenter  J’apprécie          140
Il y a cinquante ans, les gens considéraient que jamais on ne pourrait inventer quoi que ce soit qui ressemble à une bombe atomique, et ils auraient ri à l'idée d'une télévision, sans parler d'un magnétoscope. Les choses ne changent guère, Dugan. La plupart des gens ne voient pas plus loin que le bout de leur nez, c'est tout. Quand on dit qu'il se passe quelque chose qu'on ne connaît pas encore, les gens n'écoutent pas.
Commenter  J’apprécie          140
On lui avait appris que Dieu était amour mais il se demandait quel genre d’amour Il dispense quand Il fait l’homme et la femme assez intelligents pour aller sur la lune, mais assez stupides pour devoir apprendre, et réapprendre sans cesse, que l’éternité n’existe pas.
Commenter  J’apprécie          170
« C’était une soucoupe volante. La théorie des soucoupes volantes avait été complètement discréditée par l’armée de l’air, par les plus grands savants, par les psychologues. Aucun écrivain de science-fiction qui se respectait n’oserait plus en parler dans ses histoires, et s’il le faisait, aucun éditeur de science-fiction qui se respectait ne toucherait le manuscrit, même du bout d’un bâton de trois mètres. » (p. 244)
Commenter  J’apprécie          70
- "Quand un gosse se met à fumer, il a de la chance s'il arrive à la moitié de la cigarette sans vomir tripes et boyaux ou s'évanouir à moitié. Au bout de six mois, il peut finir cinq à dix clopes par jour. Donnez-lui trois ans, et vous aurez devant vous un candidat au cancer du poumon qui fume deux paquets et demi par jour.
Recommençons. Dites à un gosse qui vient juste de finir sa première cigarette et qui titube, le teint verdâtre, qu'il faudrait qu'il arrête de fumer, et il tombera à genoux pour vous baiser les pieds. Attrapez-le quand il en est à cinq ou dix clopes par jour, et il se moquera bien de ce que vous lui dites, même si ce gosse, qui a déjà une bonne habitude de la fumée, peut encore se rendre compte qu'il mange trop de bonbons et qu'il a envie de fumer quand il s'ennuie ou quand il est nerveux.
Quant au vétéran du tabac, si vous lui dites de laisser tomber ces clous de cercueil, il saisira sa poitrine à deux mains comme s'il avait une crise cardiaque... sauf qu'il protégera en fait par ce geste sa poche intérieure de veston où se trouve le précieux paquet."
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Stephen King (199) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stephen King
HOLLY - STEPHEN KING
autres livres classés : horreurVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (2185) Voir plus



Quiz Voir plus

Le quiz Stephen King !

Quel est le premier livre de King a avoir été publié ?

Shining
Dead Zone
Carrie
Le dôme

10 questions
1714 lecteurs ont répondu
Thème : Stephen KingCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..