AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Dans la lumière (44)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
latina
  04 août 2015
Dellarobia n'a pas une vie de rêve, ça non !
Coincée avec ses 2 enfants de 5 ans et 18 mois dans une ferme des Appalaches, dans une région pauvre, quasi sinistrée, avec un mari qu'elle n'aime plus, apathique - « Que fallait-il donc pour bouger un homme qui, lorsqu'il était à bout de souffle, et il n'en avait guère au départ, ressemblait à une montagne ? » - , qu'elle n'aurait jamais dû épouser, et à côté de beaux-parents indifférents...quel tableau, allez-vous me dire !
Et je continue : il pleut depuis des mois ; tout ce qu'elle possède, ce sont des objets « soit incassables soit cassés » ; le commerce de la laine de leurs moutons ne rapporte plus rien ; elle ne sort jamais de chez elle et ne voit quasi jamais d'adultes, à part ceux que je viens de citer, et heureusement, sa meilleure (et seule) amie Dovey, la délurée.
Je continue ? Non, car Dellarobia, malgré tout, est une femme de caractère, qui assume : « Les gens font des erreurs. Les erreurs fichent ta vie en l'air. Mais c'est à cause d'elles qu'on a ce qu'on a. Ca forme un tout. Un jour où on s'occupait des moutons, Hester a dit que ça sert à rien de se plaindre de son troupeau, parce qu'il représente la somme de tous les choix passés ».

Elle assume, donc. Enfin, presque...Car au début du roman, elle est prête à partir, elle s'en va, elle monte la colline...Et puis là, il lui arrive quelque chose d'extraordinaire :
« Une beauté surnaturelle lui était apparue, une vision de gloire qui l'avait clouée sur place. Pour elle seule ces branches orange se soulevaient, ces longues ombres se changeaient en une levée de lumière. On aurait dit l'intérieur de la joie » : des centaines de milliers de papillons ont élu domicile dans les arbres derrière chez elle.
Cette découverte déclenche chez elle un sursaut d'espoir : « J'étais tellement focalisée sur ma petite vie. Ma petite personne. Et j'étais face à quelque chose de tellement plus grand. J'étais forcée de revenir et de mener une vie différente. »

Et là, on peut dire qu'elle change, sa vie : des médias (ceux qui veulent faire à tout prix de l'audience, qui filment et coupent au montage, qui font semblant d'écouter mais qui ne veulent que du sensationnel) aux scientifiques (les vrais, ceux qui testent, qui apportent tout le matériel, qui sont payés par l'Université, qui squattent le bout de sa prairie pour faire leurs analyses au millimètre près), elle doit s'adapter. Elle doit changer. Et elle entraine sa famille dans son sillage, son amie, son village.

Barbara Kingsolver aborde sans ambages le thème de la science et du changement climatique, crucial, auquel les gens accordent encore si peu d'importance. Elle traite de la pauvreté, également, sans honte ni langage de bois. Mais elle reste malgré tout profondément humaine et proche de la sensibilité féminine de l'héroïne, ce qui nous la rend attachante.
Pas de morale, ici, rien que du concret. Face aux papillons, des actions, des explications. Et la remise en cause d'une femme, une toute petite femme.
Roman peut-être un brin bavard, mais quel engagement, quelle vérité !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          604
ssstella
  13 mars 2014
J'aime beaucoup Barbara Kingsolver, ses personnages sont consistants et leur psychologie n'est pas le fruit du hasard, ils ont toujours un passé qui explique ce qu'ils sont aujourd'hui. Ensuite, ses jolies histoires s'entremêlent avec des problèmes environnementaux pas fantaisiste (Etant biologiste de formation on peut compter sur elle pour ne pas dire de bêtises).

C'est à nouveau le cas ici, avec d'un coté, Dellarobia, une jeune mère de famille qui s'interroge sur le sens de sa vie, les événements plus ou moins dramatiques du passé l'ayant coincée dans une vie pas folichonne. D'un autre coté, les monarques, ces papillons qui s'installent dans leurs montagnes des Appalaches pour la première fois (fait fictionnel), alors qu'habituellement ils passent l'hiver au Mexique. le réchauffement climatique serait à l'origine de ce déplacement aussi merveilleux qu'inquiétant. Ils sont des millions, survivront-ils à l'hiver beaucoup plus rigoureux que celui du Mexique ? Toute l'espèce est menacée, il ne semble pas qu'il y ait une autre issue que la fin des monarques.
Le personnage de Dellarobia évolue en parallèle avec les phases de l'hivernation des papillons. Collaborant avec un scientifique venu étudier ce phénomène, elle se révèle et s'affirme. Aura-t-elle une vie plus consistante ? Ou, comme pour les papillons, est-il trop tard ?

On en apprend beaucoup sur les monarques et on prend conscience du fragile équilibre qui régit notre monde, combien il est menacé... tout ceci sans ennui, ni leçon de morale.

J'ai pris un très grand plaisir à cette lecture et peut-être, ai-je aussi récupéré une once de la sagesse de l'auteure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450
emi13
  26 mai 2014


Dans le sud des Etats-Unis ,dans une petite ville des Appalaches vit Dellarobia. Cette jeune personne s'est mariée très jeune suite à une grossesse non désirée ; finies les études la voilà femme au foyer avec deux enfants, la trentaine qui arrive et la voilà qui décide de tromper son mari .Le rendez-vous est pris sur la colline dans une petite cabane à l'abri des regards. Tout en se rendant à ce rendez-vous elle s' interroge si oui ou non elle va le faire , toute à ses pensée elle se rend compte qu 'elle voit des petits nuages oranges , une fois , deux fois , trois fois …… ce sont de minuscules choses qui volent autour d' elle , des milliers de papillons migrateurs .Les habitants découvrant ce phénomène la petite ville verra arriver des touristes..Cela va changer la vie de Dellarobia , elle va s' affirmer ,elle commence a tenir tête à sa belle-mère cette femme sans coeur qui lui mène la vie dure .Lorsque des scientifiques arrivent sur place pour étudier les papillons , elle va travailler avec eux au grand désarrois de sa belle-famille. Belle histoire racontée sans jugement et avec beaucoup de sagesse.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
Kittiwake
  09 novembre 2013
Coup de coeur! C'st magnifique. Un thème captivant, des personnages d'emblée sympathiques une écriture toujours aussi remarquable, tout est au rendez vous pour quelques heures de pur bonheur pour le lecteur.

Nous sommes en plein coeur de l'Amérique profonde, dans les Appalaches. C'est moins la crise que le climat devenu fou qui pèse sur les épaules de ces paysans. La pluie incessante pourrit tout. Il pleut aussi dans la vie de Dellarobia, mariée à 17 ans pour « réparer » la faute. Isolée au sein d'une belle famille hostile, affublée d'un benêt de mari soumis à ses parents, ce sont ses enfants, son amie de toujours et ses rêves lui évitent de perdre pied.

C'est un papillon qui va changer le cours de son existence, ou plutôt des millions de papillons : les monarques, cette année se sont arrêtés avant le Mexique, et leur couleur a embrasé la vallée. le trou perdu sort de l'anonymat. Médias, militants, gourous mais aussi scientifiques accourent. Et Dellarobia se retrouve au coeur de la farandole qui va bouleverser son destin.

J'ai frissonné sous les trombes d'eau, écarquillé les yeux devant la beauté des myriades de papillons, trépigné avec Dellarobia face à l'obstination de ses proches, rit aux réparties de son amie et admiré la précocité de son fils.


Le thème du dérèglement climatique n'est pas abordé à la légère. Barbara Kingsolver sait de quoi elle parle, le sujet n'est pas traité par une groupie de la dernière heure. de même qu'elle connait bien le terrain : diplômée en écologie et biologie, elle vit dans sa ferme des Appalaches. C'est certainement ce qui confère à ce roman son authenticité et sa crédibilité.

Un immense merci aux éditions Rivages et à Price Minister pour ce partenariat.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
pyrouette
  23 juin 2014
Pour vous parler correctement de ce livre je devrais me lâcher quitte à faire ressurgir des souvenirs désagréables. J'ai vécu dans une telle région, là où le climat est dur, là où les gens vivent de l'élevage des animaux et de l'environnement, là où les difficultés de la vie font jaillir une croyance solidement ancrée dans la religion et un Dieu.


C'est une histoire sur une région hostile où les hommes ne font pas attention à la diversité biologique, au climat qui se réchauffe mais se dégrade en même temps amenant des pluies diluviennes. Les forêts sont arrachées pour survivre et se chauffer, les animaux se débrouillent pratiquement seuls, de toute façon ils finissent à la casserole, alors pas de sentiments.

Et dans tous le chaos de cette histoire Della, orpheline, mariée par hasard ou mauvais choix, détestée par ses beaux parents, ignorée le plus souvent par les autres, va faire prendre conscience à la communauté que leur survie dépend du respect de la nature. Elle devra faire son chemin, avec des erreurs, des réussites. Elle apprendra la mauvaise interprétation de ses paroles, à ne pas argumenter sans nécessité. Et tout ça par l'arrivée intempestive de milliers de papillons qui ont changé le chemin de leur migration. Les moments bouleversants de la vie de Della et des membres de sa famille sont tempérés par les explications sur les papillons, le climat et la diversité. Un très beau livre à savourer sans se presser.
Lien : http://pyrouette.canalblog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
Ancolie
  01 avril 2014
Dans la lumière raconte l'histoire d'une femme dans une petite ville des Appalaches, dans le sud des Etats-Unis. Dellarobia s'est mariée jeune, suite à une grossesse non désirée. Elle a arrêté ses études, s'est installée dans la propriété agricole de ses beaux-parents, a eu deux enfants et est devenue femme au foyer. Quand commence le roman, elle est à l'aube de la trentaine. L'histoire débute le jour où elle décide pour la première fois de tromper son mari. Rendez-vous est pris dans une cabane sur la colline. Dellarobia grimpe jusque là-haut en s'interrogeant sur sa vie et sur l'acte qu'elle est prête à commettre. Puis une particule orange traverse son champ de vision, puis, une deuxième, une troisième,… Elle se rend compte que d'étranges petites choses volent autour d'elle par milliers. La forêt flamboie, les arbres semblent se changer en feu. Dellarobia est dans un état si intense qu'elle décide de rebrousser chemin. La couverture du roman ne nous cache pas ce que sont ces particules orange. Il s'agit de papillons migrateurs, de monarques plus précisément, qui de façon exceptionnelle et jamais vue, ont décidé de s'arrêter dans la propriété des beaux-parents de Dellarobia.

L'arrivée des papillons crée des réactions en chaîne. Surmédiatisation, afflux de touristes, récupération religieuse et débarquement d'une équipe de scientifiques en sont les principales conséquences. La présence des papillons a également un impact plus personnel chez Dellarobia. Elle commence à tenir tête à sa belle-mère, une femme sèche et sans compassion et surtout, elle se lie avec les scientifiques qui viennent analyser les papillons. Ce contact réveille beaucoup de choses en elle et renforce le sentiment que sa vie est particulièrement étriquée. le fil qui conduit tout le roman est justement là : aura-t-elle le courage d'aspirer à ce qui la rendrait plus heureuse ?

Fable écologique, critique de l'éducation aux Etats-Unis, réflexion sur la médiatisation, sur les problèmes liés à la crise économique, roman psychologique sur les choix de vie, sur les poids des secrets familiaux, … «Dans la lumière» est tout cela à la fois.
Passionnant et doux-amer, ce roman est remarquable. Nous sommes plongés dans le coeur d'une petite ville américaine, bousculée par des problèmes écologiques qui s'opposent aux intérêts économiques. Les personnages sont profondément humains, l'auteur réussit à leur insuffler une force et une justesse hors du commun. L'histoire est racontée avec beaucoup de nuances et sans aucun jugement. J'ai adoré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          361
Cacha
  14 septembre 2015
La vie dans une commune rurale et montagneuse des Etats-Unis (Appalaches) est bouleversée par la venue en masse de papillons monarques, chassés de leur lieu d'hibernation mexicain par un éboulement.
Ce livre est surtout axé sur une petite jeune femme (ses aventures, son mal-être) et sa famille (mari, enfants, beaux-parents), mais pas seulement, car il y a de nombreux personnages secondaires - ou pas, cf. le professeur d'université et son équipe qui viennent étudier les insectes.
C'est l'histoire d'une renaissance, à l'image de celle des papillons...
C'est un livre intéressant, bien documenté, le caractère des protagonistes est bien décrit, de même que la nature magnifique.
Commenter  J’apprécie          310
horline
  26 juin 2015
La vie dans les Appalaches décrite par Barbara Kingsolver est loin de ressembler à un désir de conquête du Nouveau Monde. Dans ce roman, on y découvre une vallée encaissée où les générations se succèdent avec une permanence jamais altérée et des montagnes rarement franchies. Une terre agricole abandonnée par les saisons où vivote une population pétrifiée par le destin qui se contente de régler sa boussole sur l’essentiel lorsqu’elle n’est pas à l’église ou au Wal-Mart. Les deux seules "attractions" du coin.


Comment vit-on à Feathertown lorsqu’on se sent à l’étroit avec des rêves qui se heurtent au flanc des montagnes ? Comme le dit Dellarobia, on traverse la vie en somnambule. On se réfugie dans ses pensées, la seule révolte à la portée de cette femme à l’humour désenchanté, enfermée dans un mariage qui a expiré il y a bien longtemps…jusqu’à la survenue d’un évènement inédit : la découverte d’une lumière de rare intensité embrasant la forêt qui domine les collines.
Une "flamme [qui] semblait jaillir de chaque arbre en une pluie d’étincelles oranges". Des millions de papillons inconnus dans cette région qui viennent se reproduire, et le récit s’engage dans une course d’attente face à une catastrophe à venir. On espère une histoire de métamorphose, mais rien à voir avec l’atmosphère de Kafka. Plutôt la grâce qui sommeille en attendant de pouvoir quitter sa chrysalide et de prendre son envol loin d’un monde qui chasse ces papillons ou qui étouffe Dellarobia.

Car au-delà du défi environnemental et des questions de société soulevés avec talent par l’auteur, j’ai perçu Dans la lumière avant tout comme le récit d’une narratrice obligée de devenir une héroïne malgré elle pour s’en sortir. Cette fille de menuisier peine à se frayer un chemin entre des personnages qui ont la force tellurique des montagnes, à l’image de la belle-mère, une figure écrasante taillée à la faux. Comme les papillons, elle doit résister pour exister et devenir elle-même.
En prêtant sa plume à Dellarobia que l’on voudrait courageuse et indépendante, B. Kingsolver met alors le lecteur à l’affût des signes d’espoir de changement dans un univers gagné par la capitulation.


Avec une écriture dépouillée mais nourrie d’une conscience éveillée, l’auteur a donc écrit un roman qui mêle les déflagrations de l’intime avec un désastre écologique en cours. Ça marche malgré la traduction parfois hasardeuse donnant lieu à des dialogues un peu bancals et de belles perles grammaticales.
Lecture captivante.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          315
LiliGalipette
  31 octobre 2013
Tout commence avec Dellarobia, une femme qui s'apprête à tromper son mari, ce qui devrait bouleverser sa vie. Mais c'est autre chose qui renverse son quotidien. « Elle était redescendue de cette montagne tellement sûre qu'il y avait quelque chose de nouveau à voir. » (p. 63) En un instant, la forêt s'est mise à flamboyer, envahie par des milliers de papillons qui ont perdu leur chemin. Au lieu d'atterrir au Mexique comme les autres années, c'est toute une génération de monarques qui s'accroche aux arbres de la forêt des Appalaches. « Ils sont beaux. […] Les choses terribles ont parfois de la beauté. » (p. 193) Cette bizarrerie naturelle, si merveilleusement belle, est annonciatrice de changements dangereux : en effet, si les papillons ont perdu leur chemin, c'est que quelque chose les a perturbés et rien ne dit que le reste de la nature n'est pas également profondément bouleversée. « Les hommes sont amoureux de l'idée que nous allons durer. Nous la fétichisons, en vérité. [..] Je suis un docteur des systèmes naturels. Et ce que je vois me paraît terminal. » (p. 364)

Du jour au lendemain, les yeux et les caméras du monde entier sont braqués sur une pauvre bourgade de l'Amérique rurale. Pour certains, l'arrivée des papillons est un signe divin, annonciateur de l'avènement d'un nouveau prophète. Pour d'autres, c'est un enjeu environnemental majeur qui relance les débats sur le changement climatique. D'autres encore y voient la possibilité de faire des profits et qu'importe si la consommation détruit le produit dont elle se nourrit.

Dellarobia est la flamboyante héroïne de ce roman. Elle n'est pas heureuse et son mariage avec Cub est depuis toujours un échec que rien ne justifie. Elle fait de son mieux pour bien élever ses deux enfants, mais ne cesse de se faire des reproches. « Elle se faisait l'effet d'une femme lapidée pour avoir commis le péché d'être mère. » (p. 167) Rudoyée par sa belle-mère Hester, une femme sèche et tyrannique, Dellarobia est comme un papillon emprisonné sous un verre renversé, se cognant sans cesse aux parois et s'épuisant dans sa volonté de fuir. Mais, à l'instar d'une chrysalide, Dellarobia va déployer ses ailes grâce à l'arrivée des monarques, d'abord en travaillant avec le Dr Ovid Byron, puis en affrontant enfin ses remords et ses peines. « Les affronts qu'elle avait toujours avalés comme une ration quotidienne de cailloux se mettaient à lui remonter dans la bouche et à en jaillir telles des grenouilles. » (p. 36) Dellarobia possède une vision plus large et plus profonde du monde et va enfin oser sortir de la vie étriquée dans laquelle elle n'a jamais eu sa place.

J'ai beaucoup aimé ce roman et la vision qu'il porte sur un monde où la consommation prétend être la voie du bonheur. Seul bémol, la longueur des discussions entre Dellarobia et d'autres personnages : sur la fin, le texte devenait bavard, pour ne pas dire verbeux. Mais j'ai été séduite par le style de Barbara Kingsolver, très fin et précis : l'auteure ne se trompe jamais de mot et sait parfaitement développer une idée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
myrtille81
  11 novembre 2013
Celui qui naît à Feathertown Tennessee, n'a qu'un seul rêve, en partir. Mais quitter Feathertown est hors de portée pour la plupart, trop pauvres et pas assez éduqués. Dellarobia, elle, s'est retrouvée coincée avec Cub à peine sortie de l'adolescence, à cause d'une grossesse non désirée. Aujourd'hui jeune mère de deux enfants et vivant sur la ferme de ses beaux-parents, Dellarobia n'a jamais quitté son coin rural des Appalaches et a mis ses rêves de jeune fille au placard. L'arrivée d'une colonie de papillons monarques sur son domaine va bouleverser cet équilibre fragile.
Car il est d'abord question d'équilibre dans ce roman. Tout d'abord d'équilibre écologique. Comment toute une population de monarques habitués à migrer au Mexique se retrouve à hiverner dans le Tennessee ? quelles seront les conséquences sur la survie de cette espèce ? Et, par analogie, du fragile équilibre de la vie.
A quel point peut-on choisir sa vie ? Ne sommes nous pas plutôt victimes de circonstances exterieures ? Peut-on facilement quitter son milieu ?

Dans la lumière m'a laissé un sentiment partagé.
J'ai beaucoup aimé son côté engagé. Barbara Kingsolver y parle d'écologie et dénonce l'aveuglement et le déni du réchauffement climatique. Ainsi que le gaspillage. Mais elle ne fait pas dans l'écologie de bonne conscience et n'oublie pas de dénoncer également les conditions sociales et les inégalités territoriales. Que ce soit dans l'éducation ou la répartition des richesses. Il y a un passage éloquent entre Dellarobia et un écologiste engagé, celui-ci sermonant qu'il faut manger moins de viande, moins consommer alors que Dellarobia ne peut se payer que des affaires d'occasion et a du mal à se payer le peu de viande qu'elle mange.
Ce roman aborde également la place de la religion dans la communauté. C'est l'Eglise qui fédère et qui maintient le lien social. D'ailleurs l'arrivée des papillons s'apparente à une vision biblique et certains membres de la communauté veulent y voir un miracle.

Barbara Kingsolver est généreuse avec ses personnages, on ressent tout l'amour qu'elle a pour eux malgré leurs défauts (même si, comme à son habitude, ce sont les personnages féminins les mieux mis en valeur). Dellarobia est une jeune femme énergique, combative qui aime la vie malgré son chemin difficile. Forte tête, elle déborde souvent et l'arrivée des papillons va littéralement bouleverser sa vie.

J'ai également été touchée par la relation des personnages avec les animaux qui amène des réflexions sur ce qu'est la vie et la mort.

Enfin, l'écriture est riche, poétiques et certains passages, tel le premier chapitre, sont portés par une force de vie incroyable.

Ce qui m'a déçu dans ce roman est sa construction et son côté bavard. Certains passages, même s'ils ont toute leur place dans le récit, sont vraiment trop longs. Et l'auteur s'est, à mon humble avis, laissé prendre à son propre piège de vouloir trop en dire, trop expliquer. Ceci donne un roman qui manque de rythme et qui peut procurer à certain moment de l'ennui. Ce qui est dommage vu toutes ses qualités.

On retrouve dans ce roman toute l'humanité et la générosité de Barbara Kingsolver. Malgré tout je ne conseillerais pas ce roman à ceux qui veulent découvrir l'auteur ; je pense qu'il vaut mieux commencer par l'arbre aux haricots, son premier roman.
Lien : http://mumuzbooks.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





.. ..