AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266279920
Éditeur : Pocket (18/01/2018)

Note moyenne : 2.95/5 (sur 28 notes)
Résumé :
Louise, Ethel, Caroline. Trois amies, joyeuses mais solitaires, partagent tout, leurs peines et leurs bonheurs, leur passion aussi pour les belles choses. Toutes trois sont des créatrices, des faiseuses de rêves, dans leurs ateliers qui se font face dans un passage parisien.

Louise, joaillière, crée des bijoux qui réjouissent le coeur et les yeux. Ethel, corsetière, réveille les sentiments et les sens des amoureuses éperdues (et des autres). Caroline... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
iris29
  20 décembre 2017
Cela devrait être interdit aux auteurs de finir leur roman de cette façon ! C'est à dire de botter en touche, de nous laisser le bec dans l'eau ...
Oh , je sais , c'est un jeu de mot facile car il est question d'un flamand rose , oiseau empaillé qu'achète Louise en vacances et qui n'est pas du tout au goût de son mari . Et ça tombe bien puisqu'il a l'intention de divorcer...
Louise partage donc la garde alternée de sa fille Rose avec son ex mari, et consacre tout son temps libre à son métier de créatrice en joaillerie et à ses copines / collègues de boulot , qui tiennent également leurs boutiques dans un célèbre passage parisien , ( Ethel est couturière spécialisée dans les corsets et Caroline est relieuse d'art ).
De leurs intéressants métiers , il sera question , un peu , [ pas assez à mon goût...].
D'ailleurs ce sera comme cela pour tout !
Anne de Kinkelin racontera leurs amours . Un peu .
Le personnage le plus fouillé sera celui de Louise, mais on sera hyper frustré à la fin, l'auteur nous laissant l' imaginer cette fin, dans un brouillard nébuleux ... J'ai rien compris !
C'est une plume qui tient à distance les émotions, les caractères, les descriptions... On en retirera une "impression" de Paris (ses restaus , ses métiers originaux ...), J'aurai aimé plus de dialogues, plus de tout !
A un moment , j'ai eu l'impression qu'on partait dans une direction farfelue,( le flamand rose empaillé, observe Louise ) mais là, encore , l'auteur botte en touche et fait machine arrière .
Un flamand rose séduisant et élégant, pas assez drôle et percutant ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
LucileMM
  25 février 2017
Le flamant rose du titre c'est une bestiole empaillée. Un oiseau passé entre les mains d'un taxidermiste doué, juché sur un patte, gracile et l'oeil expressif.
Lorsqu'il croise la route de Louise, c'est le coup de coeur, l'achat impulsif, contre toute logique et surtout contre l'avis de son mari. Presque un acte de rébellion.
Le roman s'ouvre sur cette scène, cette rencontre entre la jeune femme et « son » oiseau, rencontre dont on se doute qu'elle est un frémissement, le début de quelque chose, où la fin d'autre chose…
Louise, donc.
Créatrice de bijoux, quelque part entre la trentaine et la quarantaine, un mariage en bout de course, une adorable petite fille et un flamant rose flambant neuf.
Louise qui partage son quotidien avec ses amies de longue date dont les boutiques sont installées dans le même passage parisien que la sienne : Ethel, dessinatrice de lingerie sur-mesure inspirée des corsets du temps jadis et Caroline, restauratrice de livres anciens.
L'année du Flamant rose sera celle de tous les changements pour les trois amies, celles des grandes décisions.
Dis comme ça, ça pourrait faire un peu chick-lit, mais la plume de l'auteur a une tonalité bien particulière, très douce-amère, qui s'éloigne du genre.
Une lecture très agréable, avec de jolis passages sur les métiers de créateurs, un Paris qui fait rêver et une héroïne attachante.
Ma seule réserve (légère) concernera le style de l'auteur, qui par instant perd en fluidité à force d'originalité de la tournure. Cela-dit, ce qui m'a parfois gênée, pourra charmer au contraire d'autres lecteurs…
Alors, si vous croisez ce flamant rose, surtout n'hésitez pas .
Merci à Babelio et aux éditions Charleston pour cet envoi dans le cadre de la masse critique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Analire
  15 janvier 2017
Ce genre de romance, c'est une bouffée d'air frais dans un ciel ombragé, un médicament rose apportant gaieté et bonne humeur.
On suit trois protagonistes très attachantes. Ethel, corsetière, Caroline, relieuse et Louise, joaillière. Toutes trois sont amies et travaillent dans le même passage parisien. On va suivre leurs états d'âme, leurs peines de coeur, leurs joies et leurs tourments. Ethel va s'enorgueillir d'un mystérieux client riche du nom d'Oscar. Caroline va rapidement tomber enceinte d'Arthur, un jeune homme qu'elle ne connaît que depuis peu, mais dont elle est folle amoureuse. Quant à Louise, séparée de son mari, elle obtient la garde alternée de sa fille et tente de se reconstruire sentimentalement. Ce qui n'est pas une mince affaire, surtout avec Maël, le genre d'homme séduisant et séducteur, qui n'est pas du genre à débuter une relation durable.
J'ai vraiment adoré lire ce livre. C'est une lecture qui tombe au bon moment : quand le stress envahi votre quotidien, que le doute et l'incertitude s'insèrent dans votre vie, qu'il est bon de lire une petite romance légère comme L'année du flamant rose. le lecteur se laisse bercer par la douce écriture de Anne de Kinkelin.
Ce récit de femmes, met en avant trois femmes artisans aux pratiques méconnues. Dans un monde où l'industrialisation gouverne, j'ai trouvé que la valorisation de ces trois corps de métier était bien pensé. Des femmes qui vivent en toute autonomie, qui pratiquent le métier dont elles rêvaient et qui se suffisent de ce bonheur simple dont elles jouissent.
Quant au flamant rose, me direz-vous, que vient-il faire là ? Eh bien sachez que Louise a acquis un flamant rose empaillé, qu'elle arbore fièrement dans la vitrine de son magasin. Plus qu'un objet de décoration, ce flamant rose est devenu l'emblème de sa boutique, un être à part entière avec qui elle discute, qui veille sur les lieux et sur ses créations. D'ailleurs, le choix de cet animal n'est pas anodin, puisque le flamant rose est souvent associé au phoenix, qui renaît de ses cendres. Un symbolisme en accord avec la vie de Louise, qui va devoir se reconstruire après son divorce.
Néanmoins, j'ai trouvé dommage que l'auteure laisse un peu trop d'espace à l'imaginaire des lecteurs. le dénouement, par exemple, laisse voir trois jeunes femmes qui semblent avoir (re)trouvées le bonheur avec trois hommes ; mais l'incertitude est de mise, puisque l'histoire finie sans que l'on sache vraiment si elles ont trouvées le bonheur qu'elles souhaitaient. Cette fin ouverte est un pari osé, qui n'enlève rien au plaisir que j'ai éprouvé en lisant ce récit.
Un chick-lit comme je les aime : frais, léger, laissant passer des messages d'amour et de bonheur. Une écriture poétique, remplie d'émotions, qui m'a transportée aux côtés de ces trois fabuleuses héroïnes. J'ai tellement aimé ce récit, que la fin ouverte m'a frustrée et déçue. C'est pour cela que j'attends l'auteure au tournant : j'espère que son prochain roman proposera une aussi jolie histoire avec, cette fois, une boucle bouclée.
Lien : http://addictbooks.skyrock.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Strega
  12 février 2018
Sur un coup de tête et au grand dam de son mari qui le déteste d'emblée, Louise achète un flamant rose empaillé. Cette artiste un peu fantasque se sent inexplicablement liée à l'animal, mais prise par ses problèmes personnels elle l'oublie pendant un temps.
Alors qu'elle glisse vers la dépression face à la mort de son père et l'échec de son mariage, le retour du flamant rose dans sa vie va lui apporter la force de se reconstruire. Durant quatre saisons, on suit Louise la joaillère et ses amies : Caroline la relieuse, Ethel la corsetière ainsi que le petit monde qui gravite autour de ces trois femmes en quête de bonheur.
Étant particulièrement sensible à l'artisanat d'art, j'avais envie d'entrer dans l'univers de ces « faiseuses » et de les voir opérer. J'espérais un roman tendre, de la fantaisie et de l'amitié, une histoire dans laquelle on s'emmitoufle pour oublier que la vie est parfois difficile ou décevante. Je voulais rencontrer des personnages avec lesquels j'aurais pu être amie et dont je me serais souciée. Malheureusement, pour diverses raisons, je suis passée à côté de cette histoire. Sans doute mes attentes étaient-elles trop ciblées, néanmoins je pense sincèrement que L'année du flamant rose est le genre de roman pour lequel il n'y a pas de juste milieu : soit on y entre complètement et on l'adore, soit on se contente de rester sur le seuil en jetant à l'intérieur un regard poli mais vite désintéressé.
Le roman est constitué de chapitres courts, ce qui le rend très rapide et facile à lire, malgré le ton emphatique qu'affectionne l'autrice. On aime ou pas les envolées lyriques, question de goût et de caractère, je ne juge pas là-dessus même si cela m'ennuie vite. En outre, je dois reconnaître que la spontanéité de l'autrice transparaît dans son style malgré l'emphase, il sonne vrai et non sur-travaillé. Cela contribue à l'alléger un peu.
Force est de constater qu'au-delà des considérations stylistiques, j'ai surtout peiné à m'attacher à ces personnages à mille lieues de mon pragmatisme. La douce Ethel est sympathique, mais presque inexistante, le grain de folie de Louise est charmant et j'ai fini par l'aimer un peu, en revanche Caroline m'a tapé sur les nerfs du début à la fin. J'ai besoin de m'attacher pour aimer un récit, c'est comme ça. Les nanas qui montent tout en épingle et font des drames à partir de petits riens m'horripilent et, désolée, mais un premier rendez-vous qui ne comble pas vos attentes ou un homme qui ne répond pas à vos avances ne constituent pas de véritables drames.
Je ne me suis pas sentie à mon aise dans cet univers de bobo, que j'ai trouvé plutôt superficiel, mais je ne voudrais pas que vous méjugiez ce roman sous le prétexte qu'il n'était simplement pas pour moi. Il possède d'indéniables qualités.
L'autrice décrit des sentiments, des états d'esprit, plus que des actes. Ces personnages, qui s'écoutent tellement, peuvent sembler nombrilistes. Pour autant, il lui a fallu un certain talent pour permettre au lecteur d'entrer ainsi dans leur tête. Je lui reconnais de surcroît qu'elle ne fait pas de remplissage ni ne donne dans la complaisance, la fin très ouverte en est témoin et j'apprécie ce courage. Il en faut toujours pour ne pas céder à l'envie de satisfaire le plus grand nombre. Rares sont les lecteurs qui ne se sentiront pas frustrés par une telle fin, pourtant je la trouve raccord avec l'ensemble.
L'édition poche est agrémentée d'une nouvelle bonus. Ce texte court et lumineux est agréable à lire, mais il concerne la rencontre des trois amies et ne vous renseignera guère sur leur devenir.
Il est clair que L'année du flamant rose ne me laissera pas un souvenir impérissable. Je vous encourage toutefois à vous faire votre propre idée. Si vous êtes amateur de poésie, avez l'esprit romantique et croyez aux signes, cela pourrait vous enchanter.
Lien : https://livropathe.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Biancabiblio
  13 février 2018
Fin de l'été. Louise décide de rapporter de ses vacances un flamant rose empaillé au grand dam de son mari qui ne supporte pas cette idée. le couple qui traverse une très mauvaise passe prend fin à cet instant-là.
Hugo, qui entretient une liaison depuis quelques mois déjà, lui annonce qu'il s'en va immédiatement et demande le divorce et la garde alternée de leur fille Rose.
Louise, qui ne se remet pas de la mort de son père, est sous le choc et va trouver du réconfort auprès de ses amies artisanes : Ethel la corsetière et Caroline la relieuse qui la convainquent de reprendre son travail de créatrice en joaillerie.
Ensemble, dans le passage qui abrite leurs trois ateliers, on les voit vivre, créer, aimer tout au long de l'année…
Vous le savez, je ne boude pas les comédies romantiques, histoire de me détendre entre deux quelques lectures plus exigeantes. J'avais repéré L'année du flamant rose lors de sa parution, auréolé de son titre de finaliste du prix du livre romantique créé par les éditions Charleston qui éditent ce titre.
Je fais en général de belles lectures grâce à cette maison et lorsque je l'ai trouvé d'occasion, je n'ai pas hésité à le prendre mais bien mal m'en a pris car je n'ai pas du tout aimé cette lecture !
Sur le papier, il avait pourtant tout pour me plaire. Pour une fois, une romance qui sort un peu des sentiers battus avec des héroïnes proches de la quarantaine qui exercent des métiers d'art intéressants puisque l'héroïne est joaillière et ses deux meilleures amies sont corsetière et relieuse.
Les chapitres sont courts et la plume de Anne de Kinkelin qui signe ici son premier roman est fluide et très agréable, rien à redire de ce côté-là. Cependant je trouve que ce court récit (200 pages) n'est pas assez développé à mon goût, tant du point de vue des personnages que de l'intrigue.
Si Louise, qui est l'héroïne, est attachante et attendrissante en mère célibataire, ses amies ne le sont pas, sans doute faute d'épaisseur, il m'a manqué des éléments, qui m'auraient permis de pouvoir m'attacher à eux.
Et surtout elles se révèlent plutôt horripilantes : entre Ethel qui n'est jamais contente de rien et Caroline qui est folle amoureuse mais persuadée qu'elle va se faire jeter, j'en ai eu vite assez ! Quant aux protagonistes masculins, ils sont tout au plus esquissés.
L'intrigue en elle-même n'est pas assez développée comme je le disais plus haut, tout arrive trop vite : le divorce de Louise et de Hugo se règle comme par magie, sans colère ni dispute, Caroline tombe enceinte au bout de quelques semaines de relation et son partenaire, qui jusqu'ici enchaînait les liaisons, est enchanté par sa prochaine paternité…
Pas assez développée donc et absolument pas passionnante, plutôt déprimante même. J'ai trouvé aussi que les chapitres manquaient de liants entre eux et beaucoup trop de choses sont suggérées.
Vous l'aurez compris, je suis totalement passée à côté de l'histoire, l'auteure n'a pas réussi à me faire entrer dans son univers et dans son histoire et je ressors de ma lecture, profondément déçue !
Lien : https://deslivresdeslivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
Laurie_lucasLaurie_lucas   10 février 2018
Lui aussi sentait un lien se tisser tendrement entre eux. Quelque chose de doux et de vrai. Le genre de chose indescriptible dont on ne parle pas. Le genre de lien qui tient quand tout le reste fout le camp.
Commenter  J’apprécie          10
iris29iris29   19 décembre 2017
Pourquoi acheter-elle toujours des cabas XXL ? Parce qu'ils étaient jolis , fut la première réponse qu'elle se fit. Parce qu'elle promenait sa vie . (...) Mais où étaient ces foutues clés ?
Commenter  J’apprécie          160
iris29iris29   19 décembre 2017
Caroline se disait qu'elle avait un cœur d'homme, capable de compartimenter ses sentiments. Aimer, goûter, profiter, lâcher, recommencer.
Commenter  J’apprécie          130
AnalireAnalire   14 janvier 2017
- [...] Les hommes sont binaires, continua Ethel, jour/nuit, oui/non, je veux/je ne veux pas. Sois plus franche dans tes attentes et tu ne seras pas déçue.
Louise alluma une cigarette en dévisageant son amie.
- Conclusion, les hommes sont des interrupteurs.
Ethel éclata de rire.
- Voilà, tu commences à comprendre. Il ne te reste plus qu'à trouver la notice pour appuyer sur le bouton.
Commenter  J’apprécie          30
AnalireAnalire   10 janvier 2017
- Non, mais non, mon chat, ma poupette. Si l'amour des grands est changeant, il demeure toujours égal pour les petits.
Rose demeurait silencieuse. Décidément les adultes étaient bien étranges. Ils s'aimaient, ne s'aimaient plus mais gardaient un amour parfait pour leurs enfants. Mais jusqu'à quand ? Peut-être qu'un jour, son papa en aurait assez d'elle et qu'il lui demanderait de faire sa valise ? Comment savoir si cela pouvait arriver ? Comment savoir quand cela devait arriver ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Anne de Kinkelin (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne de Kinkelin
Anne de Kinkelin, Le Parisien
autres livres classés : divorceVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
2735 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
. .