AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782100836390
272 pages
Dunod (05/10/2022)
3.81/5   8 notes
Résumé :
Au cours des quinze dernières années, Guilaine Kinouani a nourri la réflexion sur la façon dont le racisme affecte la santé physique et mentale des personnes noires et racisées. Dans le cadre de ses recherches et travaux cliniques, elle a conçu des outils pour les aider dans leur prise de conscience et leur changement de posture. Pour appuyer ses propos, elle met en lumière des expériences des Noirs du monde entier et offre des conseils d’expert sur la manière de se... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
louneraia
  05 octobre 2022
Parce que je suis blanche je sors sans carte d'identité dans la rue, je ne me suis jamais fait fouillée par la police, ni arrêtée pour un contrôle. Je n'ai pas peur d'être tuée à cause de ma couleur de peau, je n'ai pas eu à apprendre à mon enfant comment se comporter quand on lui disait de retourner dans son pays parce que personne le lui dira. Elle est chez elle ici. Même si sa grand mère à une carte de séjour. C'est un privilège invisible que je n'ai pas choisi.
Parce que mon nom fait français je n'ai pas vécu de discrimination à l'emploi, ni au loisirs, je n'ai pas été refoulée d'une boite de nuit. C'est un privilège qui est devenu visible à 18 ans quand on a voulu fêter un anniversaire et que tout le monde est entré sauf un pote. le seul noir de la bande. Bien sur on est ressorti, bien sur j'ai écris un article publié dans trois journaux locaux pour dénoncer l'injustice. Mais j'ai gardé l'amertume de sa réaction à lui "allez vous amusez je reste dans la voiture" Il le savait lui que quand on est noir c'est des choses qui arrive et il ne voulait pas gâcher la fête.
Parce que j'ai toujours eu à manger ma faim, que j'ai toujours un un toit où dormir, des vêtements chauds et que je n'ai jamais eu peur de mourir la nuit parce qu'il gelait dehors, je suis privilégiée. Tellement que je considère ça comme un dû.
Parce que je passe pour une hétéro je n'ai pas peur des insultes homophobe, ni d'être molestée par des inconnus pour mon orientation.
Parce que je marche sans fauteuil le métro m'est accècible.
Ma dyslexie est légère. et si quelques un me jugent me conseillent "bienveillament" de lire plus pour la corriger je suis outillée pour leur répondre.
Parce que je passe pour être une femme j'ai du apprendre à réagir au harcellement de rue, à me defendre pour éviter d'être violée. Je fais avec. Comme les noirs, les handicapés, les LGBTQI+, les pauvres... et ceux qui cumulent.
Etre intersectionnelle ne fait pas de moi quelqu'un qui veut brûler le mâle blanc cis de plus de 50 ans, juste une personne qui voudrait bien qu'il se taise pour une fois et qu'il écoute les autres parler d'une réalité invisible pour lui... Juste ça se taire et écouter quand on ne peut pas savoir et faire en soi le travail de déconstruction nécéssaire non pas pour renoncer à ses privilèges mais pour que ces privilèges là s'étandent à tous.
Je ne sais pas ce que c'est d'être noire ici et maintenant, mais je veux bien apprendre et être une alliée.
Ce livre propose une piste de reflexions ainsi que des outils qu'on retrouve dans les livres de développement personnel (jounal, gratitude, médiation... et d'autres spécifiques danse musique, culture historique) ciselé pour les personnes noires.
Franchement "chers amis blancs" pour paraphraser la série tant que le monde sera aussi inégale peut-on leur laisser cet espace là pour penser leur spécificité... Tout le reste "le monde neutre" est un monde blanc taillé sur mesure pour nos nuances de peau que se soit concrêtement les pancements et les collants couleur chaire ou culturelement nos ancètres les gaulois, nos jours fériés...
Ne peut on pas juste accepter d'écouter ce qu'ils nous confient pour construire un monde un peu moins bancale?Un peu moins injuste?
Merci à Babelio et à la maison d'édition pour ce livre que j'ai aimé sur le fond comme sur la forme et la rencontre avec cette autrice.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          54
parisienne12
  04 octobre 2022
La vie en noir ce n'est donc pas la vie en rose et ce livre décrit tous les outrages observés par l'autrice dans divers pays où la couleur de peau fait, ou pas, pour certains, une différence. La lutte est longue, le vocabulaire s'étend pour qualifier les agressions ou les états. Ce livre décrit un état de faits dans divers domaines que sont les traumatismes ou les fantasmes du corps noir mais c'est toujours l'éducation qui montrera le chemin et les conduites vertueuses. Oui on peut excéder ses voisins à force de cris et cela ne devrait pas arriver ; ni les cris, ni les coups qui pourraient y mener, les deux relèvent de l'éducation, au "non" afin que moins de violence soit générée, mais cela relève moins du racisme que de la personnalité, car la personne excédée peut aussi être noire!...
Commenter  J’apprécie          41

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
louneraialouneraia   05 octobre 2022
Si on nous heurte, on nous rappelle qu'il faut être plus résilient, qu'il faut savoir encaisser, passer à autre chose, grandir."Ne dis rien, mais si tu dois dire quelque chose dis-le gentiment. Ne pleure pas, mais si tu dois pleurer, pleure en silence. N'écrit pas, mais si tu dois écrire, écrit sans t'impliquer. N'existe pas, mais si tu dois exister, existe le plus discrètement possible. Prends le moins de place possible. Qu'on ne te voie pas, qu'on ne t'entende pas, qu'on oublie que tu existes, car ton existence nous rappelle qui nous sommes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
louneraialouneraia   05 octobre 2022
le racisme subtile (...) les cibles noires se retrouvent, à les ruminer pendant des heures, à passer en revue toutes les hypothèses possibles, à rejouer, parfois seconde par seconde, ce qui a été dit ou fait dans l'espoir de pouvoir croire ce qu'ils savaient déjà.
Commenter  J’apprécie          20
jolliyayajolliyaya   04 octobre 2022
La plupart des Noirs ont appris qu'ils devaient être deux fois plus performants que leurs homologues blancs pour être considérés comme suffisamment bons pour se tenir au-dessous d'eux.
Commenter  J’apprécie          41
TetisheriTetisheri   02 octobre 2022
Vous entrer dans une piece.

Vous sentez comme un poids. Vous regardez autour de vous. Des yeux vous fixent comme s'ils allaient vous dévorer. Vous comprenez instantanément que vous êtes la seule personne de couleur de la pièce.

Une sorte de malaise s'empare de vous. Vous vous sentez un peu barbouillé. L'inconfort vous donne peut-être même le tournis. Ou la nausée. Dans tous les cas, votre corps réagit à quelque chose.

Très vite, ce quelque chose devient étouffant. Chacun de vos mouvements est fait avec une précision millimétrique. Vos attributs noirs sont scrutés au microscope. Vous n'avez qu'une envie, sortir de là. Vous savez que cet endroit est inhospitalier pour vous. Vous commencez peut-être à avoir du mal à respirer et cherchez une voie de secours, une raison pour vous en aller, discrètement.

Vous en trouvez une et disparaissez presque aussi vite que vous êtes entré. Votre départ a de grandes chances de passer inaperçu.

… Que s'est-il passé dans cette pièce ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          01

autres livres classés : racismeVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
681 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre