AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Daphné Bernard (Traducteur)
EAN : 9782266313605
480 pages
Pocket (03/06/2021)
3.77/5   124 notes
Résumé :
À 27 ans, la douce et discrète Fixie se retrouve à la tête de la Maison Farr, la boutique fondée par ses parents, nichée en bordure de Londres. Mais pas le temps pour la jeune femme de célébrer cette promotion, car la voilà qui doit gérer une lutte fratricide : Nicole, sa soeur fashionista, est bien décidée à faire du drugstore de quartier le centre de yoga le plus tendance de la capitale, quand Jack, leur frère so snob, y verrait plutôt une épicerie de luxe.
... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (53) Voir plus Ajouter une critique
3,77

sur 124 notes

iris29
  05 novembre 2020
Le confinement pouvait bien s'abattre sur moi avec Perte et fracas, je m'en foutais, j'avais le dernier Kinsella...
Depuis son tout premier roman , je la suis pas à pas, toujours fidèle, et (presque) toujours enthousiaste . Oui, mais ça fait depuis Poppy Wyatt est un sacré numéro, (si on excepte le roman pour ados, Audrey retrouvée) , que je peine à la retrouver...
Si je lis des romans de chick-lit (et pas de la romance), c'est pour l'humour, la fraîcheur, les situations impossibles, et là, aucun sourire, aucun fou-rire : les personnages de A charge de revanche, sont sérieux comme des papes ! Et si on enlève le petit grain de folie propre à toute comédie anglaise qui se respecte, il reste un roman un peu superficiel, pas très poussé au niveau analyse psychologique, à l'écriture un peu plate, et pas beaucoup de suspens...
On est bien à Londres, et Fixie Farr ( 27 ans) travaille dans la quincaillerie familiale, quand sa mère décide de prendre de grrrrandes vacances, elle se retrouve à diriger tout son petit monde , à commencer par son grand frère qui rêve de transformer la boutique en épicerie de luxe, et sa grande soeur en centre de yoga. Seule, à vouloir maintenir ce qui a fait le succès de la Maison Farr fondée depuis perpette par ses parents, elle peine à faire entendre sa voix, écrasée par la loyauté familiale et par d' énormes complexes vis à vis de l'aplomb et l'assurance de Jack et Nicole. Alors que la faillite approche, un ancien amour d'enfance réapparaît , ainsi qu'un bel et sombre inconnu qui contracte une dette envers elle . D'où le titre : A charge de revanche...
Fixie est un personnage un peu palot, avec lequel j'ai eu beaucoup de mal à tisser des liens, un peu trop "paillasson" pour moi, surtout à 27 ans... Les autres sont un peu trop caricaturaux: la soeur bobo-sublime et évaporée, le frère charmeur et risque tout, l'ex égoïste, la mère sur laquelle repose toute l'harmonie familiale, qui tire sa révérence au premier tiers du bouquin...
Visiblement, Sophie Kinsella peine à se renouveler, elle avait essayé dans son dernier roman en présentant un couple déjà constitué ( je n'avais pas aimé !). Au moins, dans celui-ci , elle se ré-oriente vers les trentenaires célibataires, dommage que celle-ci soit si raisonnable... On retrouve certaines caractéristiques d'Emma et ses petits secrets (une héroïne qui n'arrivant pas à contrôler un trait de caractère, commet bourde sur bourde ( ici, elle veut toujours tout arranger et possède un côté maniaque ) et une certaine loyauté familiale qui fait qu'elle s'écrase devant certains membres de sa famille.
Mais comme il manque la pincée jubilatoire du grain de folie, on est davantage dans la période Wickam que Kinsella.
Il s'en est fallu d'un chouïa pour que j'adhère, c'est presque ça. Presque la Grande Sophie ...Davantage d'humour, un petit plus de suspens, et ça passait...
Il me semble que toute la difficulté de Sophie Kinsella vient du fait qu'il y a une énorme différence entre sa nouvelle vie à la tête d'une famille nombreuse et ses jeunes héroïnes célibataires . A la différence d'une Helen Fielding qui a su faire évoluer sa Bridget vers le VEUVAGE (je ne m'en remet pas !;-)) et sa reconstruction, avec succès, Kinsella , elle , fait du sur place. D'où le manque de flamboyance ?
Mais il faut lui reconnaître qu'au moins, elle, elle continue à écrire de la chick-lit, au contraire de nombre de ses consoeurs dont on entend plus parler, à mon grand désespoir, les maisons d'édition préférant X Nuances de Grey...
Et donc comme elle a tellement apporté à la littérature pour filles,je lui pardonne tout, et je serais comme d'hhhabituuude, au rendez vous pour le prochain, pleine d'espoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          557
alexb27
  15 juin 2020
J'aime bien les romans de Sophie Kinsella, découverte avec l'accro du shopping. Je les lis systématiquement. Celui-ci est dans la veine de ce qu'elle fait habituellement (peut-être un peu trop !). J'ai eu l'impression de lire un copier coller de Poppy Wyatt est un sacré numéro (Mon préféré de l'autrice). Je suis donc un peu déçue par ma lecture (d'autant que j'ai trouvé l'héroïne plutôt agaçante). Si vous n'avez jamais lu Sophie Kinsella, allez-y les yeux fermés : l'histoire est plaisante et l'écriture fluide. Pour les autres, attendez-vous à lire une copie de ses romans précédents. Sympa mais sans plus.
Commenter  J’apprécie          270
Marie-Nel
  30 juillet 2020
Je connais Sophie Kinsella, qui ne connait pas son accro du shopping ! Je dois bien avouer que c'est tout ce que j'ai lu d'elle avec Surprends-moi en 2019. À chaque fois, j'aime beaucoup ses personnages féminins, tellement forts dans leurs imperfections, ils nous ressemblent, ils sont très proches de la réalité et c'est ce qui fait qu'on peut se reconnaître en eux.
Ce qui va être le cas avec le personnage féminin de cette nouvelle histoire, Fixie. C'est une jeune femme dynamique, enjouée, un peu naïve et incroyablement gentille. Elle aime tout ordonner, n'a pas sa langue dans la poche. Elle travaille dans le magasin créé par son père, décédé depuis. Cette droguerie a beaucoup de réussite auprès des clients. C'est sa mère qui la gère avec l'aide de Fixie et de ses autres enfants, Jake et Nicole. Quand sa mère décide de prendre du recul et de se rendre chez sa soeur en Espagne. Elle confie alors le magasin à ses enfants, sous l'oeil avisé de leur oncle Ned. Fixie va alors garder en tête un concept que son père prônait pour la gestion de son magasin, la priorité familiale. Pour lui, il fallait passer la famille avant tout. Et Fixie continue de faire de même, même si son frère ou sa soeur font n'importe quoi, elle va toujours les excuser sous prétexte de faire passer la famille avant tout le reste. Cependant, il va arriver un moment où les personnalités de chacun vont faire des étincelles. Fixie n'accepte pas que son frère transforme le magasin proche des clients en une épicerie de luxe. Elle n'accepte pas plus que sa soeur, elle, veuille le changer en un lieu de mode prisé par les réseaux sociaux. Ils ont certainement de bonnes idées mais sont beaucoup trop exclusifs. Un mélange savamment dosé de chaque idée serait plus efficace.
Ajouté à cette gestion familiale, Fixie voit revenir un ex, Ryan, dont elle était très attirée pendant ces jeunes années. Celui-là, je l'ai détesté dès le départ. Il profite de tout et de tout le monde, c'est un beau parleur qui fait de beaux discours et endort son auditoire avec sa prétendue expérience comme producteur à Hollywood. On va vite se rendre compte qu'en fait, il ne fait que profiter des autres, c'est un véritable parasite, il laisse tomber facilement les gens une fois qu'ils ne lui servent plus. Et malheureusement, Fixie va retomber dans le panneau et va faire les frais d'une nouvelle relation avec lui.
Mais c'est sans compter sur la vie qui met parfois sur notre chemin des personnes qui vont prendre de l'importance. Ce sera le cas pour Fixie qui va rencontrer fortuitement Seb. Elle a sauvé l'ordinateur du jeune homme d'un dégât des eaux dans un café. Seb se sent redevable vis-à-vis de Fixie et lui fait une sorte de reconnaissance de dette sur une serviette en papier. C'est un homme qui travaille dans la finance mais qui est très humain, on sent qu'il a des blessures du passé difficiles à cicatriser. Une relation amicale va s'engager entre lui et Fixie, même s'ils ressentent une attirance l'un pour l'autre. Seb va être d'un grand soutien pour Fixie, il va l'aider à s'affirmer et à dire ce qu'elle pense. Il faut dire aussi que Fixie l'aidera et le sauvera de situations difficiles plus d'une fois. La reconnaissance de dettes s'alourdit. Mais les blessures du passé de Seb vont mettre des bâtons dans les roues dans sa relation avec Fixie. J'ai parfois eu du mal à le suivre dans son comportement.
Je me suis attachée très vite à tous ces personnages, et surtout à Fixie. Je me suis reconnue beaucoup en elle, notamment son extrême gentillesse et sa tendance à se faire bouffer par les autres. Les personnages sont vraiment entiers, dans ce qu'ils ont de bon ou de moins bon. On aime, on déteste, on est énervé par les comportements de certain, bref, on vit pleinement cette histoire et on suit les personnages avec attention. J'ai aimé voir l'évolution de Fixie, qui prend sur elle au fur et à mesure, qui ose dire ce qu'elle pense sans le regretter. Elle va arriver petit à petit à imposer ses idées, gentiment, sans énervement. C'est un personnage très intéressant à suivre.
Il faut dire aussi que le choix narratif de l'auteure fait que l'on s'attache très vite à son personnage principal puisqu'elle utilise la première personne du singulier pour faire parler Fixie. Je suis toujours très sensible à ce « je » qui me permet de me mettre à la place de l'héroïne, de rentrer dans sa tête, de ressentir intimement la moindre de ses émotions, d'être au plus près d'elle. Je me suis sentie tellement proche d'elle que j'avais tendance à lui parler, à lui dire de ne pas prendre cette décision ou de tourner sa langue dans sa bouche avant de parler. Elle peut être tellement gaffeuse par moment… je me suis beaucoup attachée à elle, comme une petite soeur que j'avais envie de protéger ou de réconforter.
Sophie Kinsella a très bien travaillé chacun de ses personnages. Ceux qui m'énervaient au début ou que je trouvais qu'ils abusaient ont changé au fur et à mesure, on arrive à comprendre les raisons qui font ce qu'ils sont et surtout on les voit se transformer. Bon, bien sûr, je ne parle pas du cas Ryan qui restera tel qu'il est tout le long. L'évolution de Fixie est belle à voir. Elle arrive à gérer ses tocs, à s'affirmer tout en douceur. Ce que j'ai fortement apprécié ici, c'est que la romance ne prenne pas toute la place et prime sur le reste. Ce que je retiendrai de principal ici, c'est la famille, les valeurs qu'elle transporte et tout le bien qu'elle peut amener dans la vie de chacun de ses membres. L'auteure véhicule de très beaux messages au travers de ses personnages de papier. Elle parle d'amour inconditionnel pour les autres, mais aussi de celui qu'on doit se porter à soi-même pour pouvoir mieux aimer les autres. Des valeurs qui me sont chères.
Bien sûr, je n'ai rien à dire sur le style de Sophie Kinsella, toujours aussi fluide, aussi précis dans les descriptions sans pour autant alourdir le texte. Tout se passe à Londres, l'ambiance british est bien retranscrite. Les chapitres ne sont pas trop longs, les péripéties que vit Fixie se suivent et s'enchaînent pour mon plus grand plaisir. Beaucoup d'émotions m'ont traversée, j'ai souvent ri avec les maladresses de Fixie, j'ai souri mais aussi été émue plus d'une fois devant les situations.
J'ai lu ce roman au rythme du bookclub, c'est-à-dire coupé en trois parties. Chacune d'entre elles s'est laissée lire très vite et facilement, en un après-midi. La lecture est rendue addictive par ce que vit l'héroïne, j'avais tellement envie de savoir comment allait évoluer la situation ou si elle allait s'arranger que je me dépêchais de tourner les pages. le fait de ne pas l'avoir lu d'une traite mais fractionné en trois fois, m'a permis de déguster encore plus cette lecture.
Je pense que vous l'aurez compris, j'ai beaucoup aimé ce roman et je suis très contente d'avoir relu Sophie Kinsella. Je pense que je vais me procurer ses autres romans afin de combler mes lacunes. Ce livre n'est pas une pure romance, je le classerais plutôt en feel-good, avec de beaux messages sur la vie. J'ai passé un très bon moment en la compagnie de Fixie et sa famille. La fin est belle et ne dénote pas par rapport au reste, elle clôt bien le roman. Je dirais même que j'aimerais bien avoir une suite pour retrouver Fixie et en même temps, j'ai peur que cela crée des répétitions et des redondances. Surtout que l'auteure a plein d'autres romans avec d'autres personnages aussi drôles que Fixie… en tout cas, c'est une auteure à suivre toujours et encore.

Lien : http://marienel-lit.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Cath_perrin
  21 juin 2020
Fixie gère le magasin familial, du mieux qu'elle peut, sans pouvoir contrer les rêves de grandeur de son frère ou les idées farfelues de sa soeur. Jake veut transformer la Maison Farr, fondée en 1985 en boutique de luxe, Nicole cherche (et trouve) l'emplacement dans la boutique où elle donnera des cours de yoga.
Et voilà que Ryan, sur lequel Fixie fantasme depuis ses années de collège, revient des États-Unis.
Beaucoup de rebondissements et une question posée de façon légère, sans avoir l'air d'y toucher : que peut-on attendre d'une relation basée sur la gratitude ?
Une fin heureuse, c'est la loi du genre, rapide, mais l'auteur cherche à vous distraire, pas à vous pousser à la réflexion. Pari gagné.
L'écriture, au ton décalé, est parfaitement adaptée à l'intrigue.
De quoi passer un moment distrayant et refermer le livre en souriant.


Lien : https://dequoilire.com/a-cha..
Commenter  J’apprécie          190
leBoudoirdulivre
  27 juillet 2020
Merci aux éditions Belfond et à NetGalley pour m'avoir permis de découvrir la nouvelle comédie de Sophie Kinsella, un coup de coeur similaire à celui de son précédent roman « Ma vie (pas si) parfaite ». J'ai dévoré ce livre en très peu de temps, telle une gourmandise tant attendue. Sophie Kinsella est l'auteur à suivre, celle dont le style ne peut être égalé !
Fixie est perfectionniste, la reine du détail, ce qui dans l'entreprise familiale est un atout la plupart du temps. Une canette de soda laissée sur une étagère sûrement par Greg, vendeur qui est le roi du sans-gène et des sodas qui décorent la maison Farr tels les petits cailloux du Petit Poucet. Attendant des amis représentants de son frère Jake, Fixie ne laisse rien au hasard. Surtout face à Jake. Son frère et sa soeur lui font perdre ses moyens alors qu'elle dirige l'affaire familiale d'une main de maître depuis la mort de son père, il y a neuf ans. Après l'échec de son affaire de traiteur, Fixie ressent la suffisance de son frère comme l'échec, le mouton noir de la famille.
Et comme si ce n'était pas suffisant, Ryan est de retour.
Entre le retour de son amour de jeunesse et le départ de sa mère, Fixie ne sait où donner de la tête entre son frère qui veut faire de leur magasin accessible à tous, un empire du luxe, sa soeur qui veut le transformer en temple du bien-être et l'oncle Ned qui profite de la foi de sa mère en la famille.
Sans oublier son mystérieux et séduisant homme d'affaire dont elle a sauvé l'ordinateur et qui veut la dédommager.
Un homme, le seul après sa mère a apprécier ses qualités, son obsession de la perfection…
Fixie qui fait passer sa famille avant tout va en avoir marre de subir les reproches de son frère et sa soeur qui profitent de ses faiblesses.
Si elle ne reprend pas l'affaire familiale en main, elle peut dire adieu à son travail et à l'héritage laissé par son père.
Et si Fixie était la seule à représenter les valeurs si chères à ses parents ? La seule à pouvoir sauver l'entreprise des idées démesurées de son frère qui leur ferait faire faillite ?
Sophie Kinsella est la reine des comédies hilarantes avec ses héroïnes accessibles à toutes ses lectrices qui pourtant doivent faire face à des événements qui bouleversent leur vie entraînant des situations cocasses en tout genre. Dans celui-ci la romance passe au second plan pour laisser la place aux relations dans une famille et en effet, j'ai trouvé ça frais et qui change du registre d'une histoire d'amour qui finit en happy-end.
Fixie, c'est la bonne poire, toujours prête à rendre service, qui veut tout contrôler mais dont les échecs dans sa vie lui ont fait perdre sa confiance en elle.
Pour calmer les accès de colère incessants de son frère et de sa soeur envers elle, elle a arrêté le patinage et de retour dans le cocon familial, le harcèlement de sa fratrie recommence sans sa mère pour les tempérer.
Pour reprendre goût à la vie, Fixie va avoir besoin d'aide.
Et si, Seb, l'entrepreneur était son ange gardien, celui qui pourrait l'aider à résoudre ses problèmes ?
« A charge de revanche », la comédie de l'été à savourer sans modération !
On dévore la nouvelle comédie de Sophie Kinsella telle une gourmandise tant attendue !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   05 novembre 2020
Elle parle si facilement et calmement que mon noeud à l'estomac se défait déjà. Maman a ce pouvoir. Elle est comme une acuponctrice qui sait où se situent les points de pression. Il lui suffit d'une phrase par-ci, d'un baiser par-là, pour que tout s'aplanisse. En sa compagnie, juste maintenant, je sens les menaces disparaître.
Commenter  J’apprécie          170
iris29iris29   03 novembre 2020
Maman souhaiterait que ça gaze mieux entre ma soeur et moi. Elle aimerait qu'on soit comme les deux doigts de la main, à la manière des soeurs qu'on voit au cinéma, qui s'embrassent pour un rien et se confient tout.
J'ai essayé. Mais autant vouloir que l'eau se mélange à l'huile. Ça ne prend pas.
Commenter  J’apprécie          180
iris29iris29   05 novembre 2020
Bruits de pas dans l'entrée. J'attrape mon portable avec difficulté. Mes doigts refusent de m'obéir. Le moment est surréaliste. Je me suis toujours demandé quel effet ça faisait de composer le numéro d'urgence 999. Maintenant je sais. C'est la sensation la plus effrayante du monde.
Commenter  J’apprécie          140
iris29iris29   06 novembre 2020
...mais les filles comme ça sont superficielles. Elle s'en foutent, de qui tu es. Ce qui leur importe, c'est ce que tu peux leur apporter. Ce que tu peux dépenser. Le coup de pouce professionnel que tu peux leur donner.
Commenter  J’apprécie          110
iris29iris29   07 novembre 2020
Classer les yeux par couleur, c'est une de mes manies. Les miens sont double-expresso. Ceux de Ryan, d'un bleu qui rappelle le ciel de Californie. Le bleu des yeux de maman s'apparente aux profondeurs des océans. Et les prunelles de ce gars me font penser à des sous-bois.
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Sophie Kinsella (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sophie Kinsella
Sophie Kinsella : "Je suis de nouveau tombée amoureuse de Becky..."
autres livres classés : chick litVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les petits secrets d'Emma.

Comment s'appelle le petit ami d'Emma.

James
Connor
Franck
Paul

10 questions
148 lecteurs ont répondu
Thème : Les petits secrets d'Emma de Sophie KinsellaCréer un quiz sur ce livre

.. ..