AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Les enquêtes de Lady Hardcastle tome 2 sur 6
EAN : 9782824618524
320 pages
City Editions (21/04/2021)
3.61/5   57 notes
Résumé :
Les enquêtes de Lady Hardcastle 02

En ce printemps 1909, Lady Hardcastle, aristocrate excentrique et détective amateur, profite d’un repos bien mérité dans le coin de campagne anglaise où elle s’est installée. Un calme qui est de courte durée… Spencer Caradine, un fermier local, s’effondre raide mort à la taverne, la tête dans sa tourte.

Meurtre ou accident ? Inutile de compter sur les policiers locaux pas très futés pour lever le voile... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
3,61

sur 57 notes
5
7 avis
4
15 avis
3
2 avis
2
1 avis
1
0 avis

Entre deux lectures denses j'ai souvent plaisir à lire un roman plus léger.

Les « cosy mystery », ces petits romans policiers sans beaucoup de violence et avec des personnages atypiques et des pointes d'humour sont donc parfaits.

Celui-ci se passe au tout début du XXème siècle dans la campagne anglaise.

Lady Hardcastle et Florence, sa dame de compagnie, laquelle a de la répartie, sont les héroïnes de cette série dans laquelle elles aident la police à résoudre des affaires.

Nos deux protagonistes viennent d'emménager dans une demeure à la campagne après avoir vécu quelque temps en Asie, et elles sont pour le moins dégourdies, irrévérencieuses et même téméraires.

Faisant fi des convenances, elles prennent leurs repas à la même table, osent exprimer des opinions personnelles et même conduire une automobile !

Dans ce second opus, elles vont aider la police à découvrir qui a tué Spencer Caradine, un fermier unanimement détesté par tous ceux qui le connaissaient.

L'auteur décrit à merveille les moeurs d'un village anglais au début du siècle dernier.

J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman policier bourré d'humour et où les dialogues sont nombreux, ce qui rend la lecture encore plus fluide.

Commenter  J’apprécie          391

Le premier tome m'avait à moitié convaincue, mais j'ai décidé ( grace au ton parfois amusant) de donner une chance à cette série qui réunit tout ce que j'aime sur le papier : Un cosy mystery, l'Angleterre, le roman historique et de l'humour..

Et pourtant, je continue à trouver cette série fade.

Tout d'abord les histoires policières sont loin d'y être passionnantes. Les démonstrations logiques de lady Harcastle pour pointer du doigt le coupable, ne m'enchantent qu'à moitié.

Je crois que je n'aime pas le duo d'enquêtrices. Une vieille Lady au passé opaque (a-t-elle été dans le renseignement ? ), très farfelue pour son époque, très libérée, très féministe qui vit avec sa dame de compagnie, comme si ce n'était pas sa domestique, en se flattant des rapports d'égalité qu'elles ont entre elles, tout en lui donnant des ordres, l'air de ne pas y toucher , ça m'indispose...

Cette dame de compagnie qui est capable de faire une prise de karaté à n'importe quel malfrat, tout cela est très original mais ça ne passe toujours pas...

Cette façon qu'elles ont ( très classes supérieures, très aristocratique) d'en remontrer à tous les hommes, tous des benêts, à commencer par les policiers, ça m'exaspère.

C'est une série cosy mystery avec deux héroïnes féminines, écrite par un auteur masculin , un genre où les autrices excellent, mais où les hommes se font rares. Est-ce cela le problème ? J'ai tendance à trouver que les auteures sont meilleures dans ce genre-là que leurs collégues masculins, mais ce n'est que mon avis...

Commenter  J’apprécie          370

Dans un roman avec Agatha Raisin, une personne décédait après avoir mangé une quiche (♫ quiche me ♪)… Dans Lady Hardcastle, c'est une tourte qui tue. Oui, la tourte tue !

Imaginez le titre d'un thriller haletant « La tourte tueuse ». Bon, vu ce que les Anglais foutaient avant dans leurs tourtes, c'était déjà un crime culinaire. La police du mauvais goût est sur le coup.

Lady Hardcastle est un personnage féminin fascinant, qui ne s'en laisse pas compter, qui vit comme elle le souhaite et qui fait la nique aux bien-pensants.

Elle a eu une vie trépidante et aventureuse, avant de se retirer à la campagne, avec sa Florence, sa bonne qui n'est pas en reste non plus. La vie à la campagne est dangereuse, il y a toujours des crimes, des vols, des mystères, des fantômes, bref, pas moyen de s'emmerder !

Dans ce cosy-mystery amusant, nous avons une enquête principale, avec un empoisonnement "tourté", la disparition d'objets au club de rugby local et un fantôme qui accuse un homme d'avoir commis un crime. Qui a dit osé dire que la campagne était monotone ?

Ce que j'apprécie le plus, dans cette saga, ce sont les deux personnages principaux : Lady Hardcastle et Florence Armstrong. Leurs répliques ne sont pas dénuées d'humour, de taquineries, d'amitié et de profond respect. Ni l'une, ni l'autre n'a oublié d'être bête et elles savent résoudre les enquêtes, chacune apportant ses qualités, ses connaissances, à la chose.

Les suspects sont assez nombreux, lorsque l'assassiné était une sorte de Grincheux qui cherchait misère à tout le monde. Pas évident de trouver le coupable et si je n'avais pas eu la solution, apportée par Lady Hardcastle, je serais toujours en train de patauger, accusant les mauvaises personnes (c'est-à-dire tout le monde, sauf les vaches).

Ce polar n'est pas trépidant, malgré tout, pas d'ennui à craindre, pas d'endormissement à l'horizon. Sans avoir besoin de recourir aux rebondissements, l'auteur arrive à mener sa barque (ou sa Rover rouge) et à dépatouiller l'écheveau de laine, tout en faisant avancer ses pions, autrement dit, ses deux enquêtrices de choc (et chic) et en nous parlant de la vie dans un village en Angleterre, en 1909.

Je venais d'enchaîner quelques lectures foirées, qui ne m'avaient apportées que de l'ennui ou du cafouillis, cela m'a donc fait du bien de prendre une pause avec un cosy-mystery des plus agréables à lire et où je n'ai rien vu venir du modus operandi, malgré les indices disposés par l'auteur.

Oui, la victime était un chieur, oui sa mort ne fera pleurer personne, oui, elle fait même plaisir à plein de monde, mais bon, ce n'est pas pour autant qu'il ne faut pas chercher le coupable, ni lui décerner une médaille.

Un cosy-mystery intelligent, qui ne va pas se perdre dans des histoires d'amour compliquées (comme dans Agatha Raisin), où les femmes jouent un rôle important (même si la législation ne leur donne pas beaucoup de droits) et où le scénario est bien pensés, bien mené, avec des résolutions de crime pas si simplistes que ça.

Bref, une parenthèse très agréable entre plusieurs romans foirés et des lectures sombres.


Lien : https://thecanniballecteur.w..
Commenter  J’apprécie          202

Il va tout de même falloir lancer une alerte générale : tenez-vous éloigné le plus possible des quiches et des tourtes ! Elles sont dangereuses à un point qu'il est difficile d'imaginer ! Elles ont relégué aux oubliettes les armes à feu et les armes blanches. Avec elles, pas besoin de savoir tirer, pas besoin de savoir viser, elles ne nécessitent pas de force physique particulière. Elles ne nécessitent même pas de savoir cuisiner ! Si elles étaient comestibles, il n'y aurait pas de mort. Oui, manger une tourte ou une quiche dans un roman policier, c'est l'assurance de devenir LA victime dont il faudra élucider le meurtre rapidement.

Heureusement, lady Hardcastle s'est remise de ce qui lui est arrivé à la fin du tome 1. Non, je ne spoile pas : si elle n'avait pas survécu, elle ne serait pas l'héroïne enquêtrice du tome 2. Il n'y aurait peut-être même pas de tome 2, d'ailleurs. La police est débordée, la police a besoin d'elle, de ses talents, et des talents de Florence Armstrong, sa domestique/bras droit/meilleure amie. Puis, le meurtre n'est pas encore prouvé, il pourrait s'agir d'une mort naturelle. Les troubles digestifs sévères entraînant la mort existent et Spencer Caradine, qui avait acheté du bétail à lady Farley-Stroud la semaine précédente, aurait pu y succomber.

Les suspects ne manquent pas, c'est un souci. Ils sont même tellement nombreux que les voir chacun à leur tour prend du temps. Qu'à cela ne tienne ! Lady Emily Hardcastle a à coeur d'aider la police et d'apaiser son amie lady Farley-Stroud, qui a été témoin de la mort de Spencer Caradine. Marché aux bestiaux et match de rugby n'auront bientôt plus de secret pour elle, non plus que la conduite de voitures automobiles. Oui, lady Hardcastle apprécie tellement de se déplacer en voiture qu'elle en achète une – et pas question d'embaucher un chauffeur !

Comme pour le premier tome, le rythme est enlevé, l'humour est toujours caustique. Si Florence Armstrong admet croire au surnaturel, ce serait mal la connaître que de penser qu'elle ne sait pas qu'il existe plus d'escrocs que de vrais médiums. Les « trucs » existent et si, quand on regarde un spectacle de magie, on accepte d'être dupée, il n'en est pas de même quand des personnes abusent de la faiblesse, de la douleur des autres. Ce n'est pas parce que le ton est enlevé et que les deux héroïnes ne se ménagent pas qu'il faut oublier qu'un délit, un crime, entraînent toujours des conséquences. Ce n'est pas non plus parce que la victime n'était pas sympathique qu'il faut laisser son meurtre impuni, ce serait beaucoup trop facile, et amènerait certains à croire que certains crimes sont « autorisés ».

Un tome 3 devrait paraître début septembre, je le lirai, bien entendu.


Lien : https://deslivresetsharon.wo..
Commenter  J’apprécie          120

Si il devait une exister un exemple parfait du cosy-mystery, ce serait incontestablement la saga des Enquêtes de Lady Hardcastle. Bon okay, je ne suis peut-être pas complétement objective avec ma maigre expérience en la matière mais quand même. A mes yeux, tous les ingrédients sont réunis pour répondre aux exigences des plus férus de ce genre littéraire. Imaginez un village anglais au début du XXème siècle, une belle maison type cottage amélioré, une dame de la haute société tout aussi haute en couleurs et en caractère, un meurtre étrange, une détective amatrice accompagnée de sa domestique, du thé, du brandy et de l'humour so british et vous voilà avec un bel aperçu de ce qui vous attend si vous décidez de lire Meurtres dans un village anglais.

Tome 2 d'une saga qui promet de merveilleux moments de lecture, je me suis délectée en retrouvant la trépidante Lady Hardcastle et sa fidèle acolyte, Mademoiselle Flo Armstong. Un véritable plaisir à l'anglaise, avec cette étincelle d'humour et de répliques aussi amusantes que cocasses.

J'avais déjà été charmée par le 1er tome qui m'avait interpellé par le fait qu'il dressait un portrait de femmes fortes et indépendantes, ce qui pour le contexte historique, il faut l'avouer,est assez inédit. Dans une ambiance cocooning, on suit l'enquête ou plutôt les enquêtes des deux comparses avec fraicheur et bienveillance.

Une fois de plus, l'histoire est racontée par Florence, la dame de compagnie et son langage est tellement pince sans rire que je ne peux qu'approuver. Les personnages sont toujours aussi attachants et contribuent à eux seuls à une grande partie de l'enchantement que j'ai ressenti.

Le rythme est soutenu, ponctué d'événements parfois burlesques, qui laissent aux lecteurs un sourire aux lèvres. Malgré la chaleur ambiante, j'ai eu envie d'avaler des dizaines de tasses de thé pour me mettre davantage dans cette ambiance anglaise que j'affectionne tout particulièrement. Tout ce mystère, loin d'être insoutenable a été un véritable réconfort après une dernière lecture qui m'a laissée un goût amer. Je savais qu'en jetant mon dévolue sur ce cosy-mystery, je passerai forcément un très bon moment, je ne m'étais pas trompée.

De là à en faire une saga?

Le contraire serait un sacrilège. T.E. Kinsey sait parfaitement, à travers sa plume et ses intrigues rebondir et faire vivre ses personnages marquants. Je n'ai qu'une hâte, retrouver mes deux enquêtrices dans de nouvelles aventures. Bien loin de l'atmosphère oppressante de mes thrillers habituels, ici j'ai pris un bon bol d'air frais (et quelques averses bien anglaises) et ça fait grandement du bien. Quel plaisir de retrouver des personnages qu'on aime, aussi loufoques soient-ils. C'est donc devenu une évidence de vouloir les suivre au gré de leurs aventures.

Je peux même avouer sans rougir que j'ai davantage aimé ce deuxième opus, notamment grâce au fait que mon affection pour Lady Hardcastle et Florence n'était plus à conquérir. Je savais parfaitement à quoi m'attendre et une fois de plus j'ai imaginé chaque villageois comme étant le coupable. J'ai passé ce moment de lecture que j'attendais et dont j'avais besoin avec joie et réconfort.

Le mot de la fin

A tous les amateurs de cosy-mystery mais aussi à tout les autres, si vous n'êtes pas encore convaincus, j'ignore ce qu'il vous faut. Avec Meurtres dans un village anglais, je vous promets un moment de détente comme nous en avons tous besoin, une petite parenthèse d'enquête légère saupoudrée d'une bonne dose d'humour. Si vous aimez l'ambiance british d'antan, les personnages peu conventionnels, vous savez ce qu'il vous reste à faire. Foncez.

Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation

Mais par des journées telles qu'aujourd'hui, où la pluie fouettait carreaux et murs, j'étais contente d'habiter dans un lieu plus robuste qu'un vieux cottage désuet avec de la paille en guise de toiture. Je comprenais fort bien la sagesse du conte des Trois petits cochons, alors que le vent féroce de mars soufflait, soufflait tant et si bien qu'il menaçait d'emporter même notre maison de brique.

Commenter  J’apprécie          230

- Pff. On est samedi. Une dame doit bien avoir le droit de se reposer un samedi.

- Ce serai vrai, madame, si la dame en question ne se reposait pas aussi les six autres jours de la semaine.

Commenter  J’apprécie          130

Je fus contente comme tout, par cette superbe matinée de printemps, quand Lady Hardcastle me dit enfin :

- Bon alors, Flo, que diriez-vous d'une bonne petite promenade du mercredi ?

L'hiver avait été difficile. Elle avait d'abord paru se remettre rapidement de la fusillade de l'été précédent mais, après une autre dangereuse aventure à l'automne, elle avait souffert d'une sévère rechute.

Et cette fois, elle avait récupéré beaucoup plus lentement. Ce n'était qu'à présent, en ce printemps de 1909, que corps et esprit avaient suffisamment guéri pour qu'elle se sent en mesure de reprendre nos marches régulières à travers les champs, les chemins et bois autour de notre demeure du Gloucestershire.

- J'en serais ravie, madame, répondis-je en me mettant debout. Je vais chercher votre manteau.

- Ainsi que mes bottes, mon chapeau, mes gants et ma canne, s'il vous plait, ma chère ! cria-t-elle alors que je me dirigeais dans le vestibule. Et une flasque de brandy et...

Je revins avec les éléments requis.

- Et souhaitez-vous que je vous porte, aussi, madame ?

- Eh bien, que voilà une bonne idée. Seulement, le cas échéant, pourrions-nous passer par le village ? Et prendre quelques petites choses dans les boutique ?

C'était bon de la retrouver.

Commenter  J’apprécie          10

- C'est Lancelot Tribley, madame. Le propriétaire de Bottom Farm, la ferme d'en bas.

- En bas de la ferme d'en haut ? voulut-elle préciser.

- C'est ça, madame, dit-il en souriant.

Commenter  J’apprécie          110

La cause de la mort n’était pas claire, bien qu’il y ait des preuves d’insuffisance rénale et de dommages au foie. Il suggérait provisoirement le poison, mais se refusait à établir un diagnostic plus définitif, étant complètement incapable de déterminer de quelle sorte de poison il pourrait s’agir. De notre côté, il n’y avait plus rien à faire.

Nous nous abîmâmes alors dans la complexité déconcertante des deux nouveaux projets de Lady Hardcastle. À savoir l’installation d’un téléphone et l’achat d’une automobile.

La première entreprise allait prendre un certain temps, mais nous avions désormais la confirmation que le processus était enfin en marche. Une demande d’approbation avait été envoyée à différents organismes. Restait à prévoir l’installation d’une rangée de poteaux télégraphiques pour prolonger la ligne depuis le cœur du village jusqu’à la maison, le long de la route.

Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : cosy mysteryVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2503 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre