AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Achillevi


Achillevi
  17 juin 2017
Une lecture plaisante où l'on retrouve les personnages pour lesquels Walt Disney a imprimé dans notre inconscient une seconde facette, éludant dans le même temps le reste de l'oeuvre. Celle-ci se compose de six autres nouvelles, toutes très différentes, qui ont la particularité de voir les animaux parler et de se dérouler sur le sous-continent indien.

A travers Mowgli, Kipling pose la question de la connaissance de ses origines si nécessaire à la structuration de l'homme. C'est aussi celle de l'inné et de l'acquis sur laquelle il ne tranche d'ailleurs pas complètement. Si l'acquis semble l'emporter au terme de la nouvelle (Mowgli retourne dans la jungle après une expérience douloureuse parmi les hommes), l'inné pourrait bien finir par prendre le dessus, Kipling nous laissant un indice en indiquant au terme de l'histoire que Mowgli finira par se marier et donc rentrer parmi les hommes. Enfin, cette histoire se structure également autour de la question de l'altérité et du rejet.

Parmi les autres nouvelles, j'ai une petite préférence pour "Rikki-Tikki-Tavi", la petite mangouste courageuse qui, pour protéger sa famille d'adoption, affronte Nag, un gros cobra noir.

Enfin, le "Service de la Reine" voit les différents animaux d'un corps expéditionnaire britannique de trente mille homme qui doit être passé en revue par le Vice-Roi de l'Inde vanter leur rôle respectif dans les opérations de militaires auxquelles ils participent sous la conduite de leur maitres. Ces animaux à qui Kipling rend hommage et nous fait sentir la part centrale qui fut la leur dans cette conquête, souvent brutale et sanglante.
Commenter  J’apprécie          110



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (11)voir plus