AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782848410203
96 pages
Editions Tanibis (25/02/2012)
4.07/5   38 notes
Résumé :
Initialement publiés dans Heavy Metal, la version américaine de Métal Hurlant, les strips de The Bus furent pendant de nombreuses années un des piliers de la revue. À partir du plus insignifiant des quotidiens – un homme qui attend son bus – Kirchner bâtit un univers désopilant et vertigineux. En 6 ou 8 cases, sans dialogue, cette situation ordinaire bascule dans la quatrième dimension, la ville est transfigurée en un labyrinthe surréaliste. À l’instar de Little Nem... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
4,07

sur 38 notes
5
7 avis
4
2 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
0 avis

ninosairosse
  21 juillet 2019
♫J'entre a pied joint dans mon eau parfumée
j'ai pris le temps de me mouiller pour ne pas me noyer
je laisse laisse aller ma tete a l'envers,
un peu de couleurs salées dans la mer
les bulles de savon restent dans l'air
les boules de citrons m'exasperent♫
Ça mousse - SuperBus- 2008 -
Quand t'as les pieds joints
attends le mois de juillet
Fin de l'ère mosozoïque
Apparition Diplodocus
autre Période héroïque
Les premiers hommes chassent le bus !!
Rapeti petits pas petits pieds
Quand t'es fatigué de lire des Essais
Fais une pause, prends Kirchner et son Bus,
Pays de réveries d'un nouveau professeur Nimbus
Commenter  J’apprécie          632
croquignol
  10 avril 2021
Je suis resté hermétique à l'humour absurde et surréaliste de Paul Kirchner.
Dans sa postface, il écrit : "L'humour naît de l'inattendu, mais j'avais l'impression qu'en cherchant à éviter l'évidence, je dérivais dans l'incompréhensible." Je suis bien d'accord avec toi, Paulo.
L'auteur cite parmi ses influences Jérôme Bosch ou Salvador Dalí, et effectivement on en trouve des traces de-ci de-là, ce qui à mon humble avis ne sauve pas ce recueil de strips.
Bon, je me dépêche, j'ai un bus à prendre !
Commenter  J’apprécie          225
jyrille
  03 février 2021
Le bus est une BD au format à l'italienne. Elle comporte deux tomes, le premier a été publié en France en 2012 et le second en 2015. Patrick Marcel s'est chargé de la traduction.
Aucun spoiler ne montera à bord : seule compte la route, pas la destination.
J'attendais comme un con (« de parisien » m'a alors chanté mon cerveau sans que je lui demande quoi que ce soit. Alors qu'en plus, on n'était pas à Paris) à un abribus. Au bout de deux minutes, les angoisses usuelles ont débarqué, me rappelant soudainement que je ne pouvais vraiment plus me passer de mon SUV polluant. Trop de confort. Trop de liberté.
Ma liberté se sentait elle aussi en péril, abandonnée au milieu de la populace cosmopolite tout aussi anxieuse que moi. Il ne manquerait plus (« qu'un oiseau me chie dessus » me rappela mon cerveau, pourtant toujours pas sollicité) qu'il pleuve me dis-je alors, prêt à me laisser aller au blues (« du businessman » PUTAIN TA GUEULE BORDEL) du citadin dépendant des réseaux de transports en communs.
Car c'était le cas. Je devais prendre ce bus, mon SUV chéri étant simplement en révision. Pendant qu'il se faisait chouchouter par de vibrants mécanos aux petits soins, j'errais tel un chien perdu devant les panneaux représentant la ville, à calculer le meilleur trajet, à noter les correspondances.
Jusqu'à ce que je remarque ce type, sans aucun doute un étudiant stagiaire, tiré à quatre épingles (mais pas de chez Hugo Boss), en train de lire une BD. Fait assez rare pour me soulever le sourcil droit (le gauche, c'est quand je me réveille le dimanche).
J'attaque frontalement le blanc-bec en observant ostensiblement sa lecture. Je me penche carrément dessus. Bizarrement, ça le gêne.
- Vous voulez quelque chose ?
- Pardon, je ne connais pas du tout cet ouvrage, ça m'intrigue, vous pouvez me mettre au parfum (« de sel de Guérande » MAIS POURQUOI ? Pourquoi pas « N°5 de Chanel » ou « de ce bouquet » ? Il va falloir qu'on ait une discussion, cerveau) ?
Le type me fixe sans joie ni haine mais finit par se lancer : « Vous allez trouver ça ironique vu notre position actuelle, mais c'est une BD qui s'appelle le Bus. Elle est composée de strips qui ont paru entre 1979 et 1985 dans le magazine américain HEAVY METAL, celui-là même qui fut la licence américaine de notre METAL HURLANT. le premier tome regroupe tous les strips parus à l'époque, mais le second paru chez Tanibis est une exclusivité française. En effet, Paul Kirchner n'a commencé cette seconde salve de petites histoires qu'entre 2013 et 2015, où ils furent publiés dans divers magazines aux Etats-Unis comme en Europe.
Si vous vous demandez de quoi ça parle, je serai bien incapable de vous répondre. Ce qui est certain, c'est qu'il y a toujours un rapport avec les bus, que ce soit l'arrêt de bus, l'intérieur du bus, le bus lui-même, son trajet. Il s'agit d'un modèle particulier : le New Look de General Motors, produit à partir de 1972. Dans ces recueils au format à l'italienne, chaque strip prend une page. En général, ils sont composés de six cases, mais peuvent aller jusqu'à huit. Ce sont de courtes histoires surréalistes en noir et blanc, souvent sans texte, et mettant en scène un quidam chauve avec lunettes, sans doute une projection de Kirchner lui-même. Nous ne le saurons jamais, nous ne savons pas ce qu'il fait, où il vit, il semble condamner à attendre et monter dans ce transport en commun.
Comme il est de coutume à un arrêt de bus, les réflexions divaguent et on se retrouve vite à s'inventer des aventures extraordinaires, surtout lorsque ledit bus se fait attendre. A l'instar de JULIUS CORENTIN ACQUEFACQUES, notre héros sans nom devient le jouet d'un univers parallèle où tout peut arriver : se faire écraser par un insecte géant, se faire adopter par le bus, recevoir un tsunami, rencontrer ses doubles etc…
Le propos est parfois amer et peut même nous faire penser aux IDEES NOIRES de Franquin, le dessin noir et blanc n'y étant pas pour rien. Ce dernier est très fin et réaliste mais ménage ses personnages en les caractérisant avec très peu de traits. Ce qui n'est pas le cas des décors et accessoires, souvent chargés de grilles et de trames pour simuler la couleur.
Dans la postface, l'auteur nous avoue son adoration pour les dessinateurs underground, Robert Crumb et Rick Griffin, mais également Druillet et Moebius. Car c'est bien l'apparition de l'étrange dans le quotidien qui l'intéresse. Nulle surprise donc lorsqu'il invite des personnages tout droit sortis d'un tableau de Jérôme Bosch, détruit son décor façon Dali, ou que les histoires ont le goût de celles qu'on peut voir dans la série LA QUATRIEME DIMENSION.
Le moteur principal de ces histoires semble être l'humour, sans toujours faire mouche. Mais elles invitent à la réflexion en tordant totalement le réel pour faire ce que bon leur semble avec cet univers de papier : peindre un bus en grandeur nature le rend réel, le bus vit dans un appartement, son chauffeur est un robot, ses passagers peuvent être parachutistes ou scaphandriers… la seule constante reste le surréalisme, même lorsqu'il s'agit d'une parodie de King Kong ou de Playboy.
Le plus étonnant reste la capacité de Paul Kirchner a inventé des mondes sur six cases, chaque histoire étant limpide et la narration d'une efficacité redoutable. Toute une école de bande dessinée.
Finalement, le Bus fait clairement partie de la bande dessinée psychédélique des années 70, plus propre que les Freak Brothers mais tout autant héritière de la Beat Generation, le thème du bus magique et du voyage sous LSD devenant quelque chose de nouveau, d'un peu plus universel. Ah mais voilà la ligne que je prends, je vous laisse, à une prochaine fois peut-être ! »
Et le gars m'a abandonné (« ohé ohé ». Je ne sais plus quoi dire). Ce que je n'avais pas remarqué, c'est que j'avais loupé mon propre bus, et le prochain arrivait dans trente-cinq minutes. Largement le temps d'avoir cette discussion avec moi-même, ou alors, de rêvasser…
Lien : http://www.brucetringale.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MissAlfie
  24 janvier 2014
J'étais tombé il y a fort longtemps sur cet ouvrage que j'avais vaguement feuilleté et trouvé plutôt drôle. Mon expérience se serait sans doute arrêtée là si je n'avais pas reçu cet ouvrage par l'intermédiaire de Masse Critique de Babelio. du coup, je m'y suis replongé plus profondément et plus attentivement. Et le fait est que cet ouvrage est à tous points de vues remarquable.
Pour votre complète information, sachez qu'il s'agit de gags tenant sur une page et ui sont parus initialement dans une revue américaine Heavy Metal entre la fin des années 70 et le milieu des années 80. les gags sont le plus souvent purement visuels et requièrent l'attention du lecteur pour saisir toute la finesse de la chose. L'humour défie souvent la logique cartésienne et touche à l'absurde, au surréalisme, bref à une dimension un peu subtile que les amateurs d'humour pipi-caca-prout ne sauront peut-être comprendre. Sinon, quand je dis "gags le plus souvent visuels", je précise qu'il existe des gags avec du texte mais ils se révèlent à mon goût moins réussis, moins drôles, moins fins.
On pourrait donc croire qu'il y a deux niveaux de lecture pour cet ouvrage : celui qui consiste à rester hermétique à cet humour un peu perché et celui qui consiste à en rire. Mais il y a le troisième niveau qui va un peu au-delà. En effet, la finesse de cet humour permet à l'auteur de faire passer un message. On ne peut pas rester devant ces planches, juste à rire ou sourire des péripéties de ce bonhomme et de ce bus américain typique des années 50. Derrière ces historiettes se cache une description d'une société moderne individualiste de consommation. le Bus est donc un excellent recueil d'humour absurde auquel il convient d'accorder une attention toute particulière.
Lien : http://croqlivres.canalblog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Unpapillondanslalune
  07 janvier 2014
Le Bus est un ouvrage édité par Tanibis qui reprend une série de strips absurdes de Paul Kirchner publiés entre 1979 et 1986 dans le magazine de BD SF et Fantasy américain Heavy Métal.
Totalement Twilight Zonesque, ces petites histoires muettes de 6 à 8 cases sont absolument délicieuses pour l'amateure de bizarre, d'absurde, voire de super chelou, que je suis !
Tout tourne, vous l'avez compris, autour du Bus, mais aussi d'un passager plutôt banal, qu'il soit dans le bus, ou encore qu'il l'attende à l'arrêt. A cet homme, il lui arrive toutes sortes de choses improbables : il sort du bus, entre dans son immeuble, ouvre sa porte d'entrée et se retrouve... dans le bus. le bus lui-même est un peu un être vivant, et il lui arrive pas mal d'aventures.
Cette BD contient plein de petites perles d'humour absurde, c'est vraiment un plaisir à feuilleter !
Pour résumer, le Bus de Paul Kirchner publié chez Tanibis ravira les amateurs de strips et/ou de SF/Fantastique absurdes. C'est en noir et blanc, c'est muet, c'est drôle et surprenant, inattendu et inventif, fortement improbable, bref c'est du bon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50


critiques presse (6)
BoDoi   22 mai 2012
Ne se répétant jamais, Paul Kirchner use de son trait fin pour faire naître des idées narratives […]. L’ensemble forme un volume hypnotisant, un livre rare teinté d’une sorte de psychédélisme ascétique, souvent drôle, parfois inquiétant. Résolument moderne.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Actualitte   11 avril 2012
Ce bus est un album précieux, fou, obsessionnel, qui ravira les lecteurs aventuriers, prêts à larguer les amarres pour entrer dans ce monde imaginaire et absurde où le bus fait arrêt à toutes les stations.
Lire la critique sur le site : Actualitte
ActuaBD   05 avril 2012
Plus de trente ans après leur publication originale, les bandes de Kirchner ont certes pris un petit coup de vieux, mais l’ingéniosité qu’il met à perdre son lecteur dans ses jeux graphiques reste vivifiante.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Sceneario   26 mars 2012
Une curiosité à ne pas manquer, et pour cela, prenez votre ticket !
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDSelection   19 mars 2012
Page après page, nous sommes face à un concentré d'intelligence et de finesse.
Lire la critique sur le site : BDSelection
BDGest   27 février 2012
A la fois vintage et hors du temps, Le bus se savoure l'oeil amusé et la curiosité sur le qui-vive grâce à une créativité qui épate du début à la fin.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
zazouxzazoux   10 novembre 2012
Nous devons vaincre deux démons : le composteur et le trajet ! A bas la soumission au ticket ! Nous exigeons notre liberté de mouvement ! Brisons le système du ticket !
Commenter  J’apprécie          40
Erik_Erik_   02 novembre 2020
Ne courez jamais après un autobus, ni après une fille ; il en viendra d'autres.
Commenter  J’apprécie          10
croquignolcroquignol   10 avril 2021
Attention à la marche
Commenter  J’apprécie          52

Videos de Paul Kirchner (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Kirchner
Afin de commencer en beauté cette nouvelle année, nous vous proposons de découvrir les éditions Tanibis à travers quatre exemples issus de leur catalogue.
- Connexions, Tome 1 - Faux accords, Pierre Jeanneau, 21€ - Les Monstres aux pieds d'argile, Alexandre Kha, 16€ - Jheronimus & Bosh, Paul Kirchner, 20€ - Citée irréelle, D. J. Bryant, 20€
Site officiel des éditions Tanabis : https://www.tanibis.net Blog des éditions Tanabis : http://news.tanibis.net/dotclear2/ind...
Musique du générique d'intro par Timo Vollbrecht.
autres livres classés : busVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
17964 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre